Aller au contenu

Ce que je te dois, et ce que je t'ai donné


Titsta

Messages recommandés

Membre, 41ans Posté(e)
Titsta Membre 6 714 messages
Baby Forumeur‚ 41ans‚
Posté(e)

Si un jour je t’aime, je ne te cèderai pas

Je te laisserai ressentir ce pouvoir, que je ne te laisse pas, mais que tu as,

celui de pouvoir pleinement ressentir le plaisir, de réussir à me séduire.

Si un jour je t’aime, je ne m’effacerai pas,

Je serai qui je suis, moi-même, sans le cacher, même si cela te perturbe et risque de t’exacerber

Ce que je veux : que tu ne te sente jamais seule quand je suis avec toi,

et que toujours tu puisses sentir quelqu’un de réel contre toi.

Même si je t'aime je ne ferais pas tout ce que tu attends de moi,

Je ne consacrerai pas tout mon temps à cultiver ton désir et ton plaisir à la fois.

Je veillerai à faire ce qui me plait parfois, à cultiver mon équilibre et ma stabilité

Pour que quand tu en a réellement besoin, sur moi, à chaque instant, tu puisses vraiment compter

Même si je t’aime je ne croirais pas que tu as toujours raison, je ne m’écraserai pas sur les choses auxquelles je crois.

Même si cela provoque parfois dispute et débat, un peu de force et de violence est parfois bon.

Je ne te crois pas en sucre, je ne te ferai pas cet affront.

Je sais que préserver cette vivacité est nécessaire pour continuer à nous enrichir,

de notre présence, de notre prestance, trop nous préserver ne fait que nous affaiblir.

Et choisir ce chemin de confort et de facilité, nous conduit toujours à terme à un plus grand danger,

Celui de finir par ne plus nous sentir exister.

Parce que je t’aime, je ne serais pas celui que tu veux,

Même si tu ne me récompense pas de ces vœux,

Je continuerai à agir selon ce que je pense,

Je préfère être celui dont tu as besoin, pour que toujours tu avance.

Parce que je t’ai aimé, un jour, je t’ai quitté.

Tu ne m’aimais plus, je ne t’aimais plus, notre histoire ne pouvait continuer.

C’est sûr, ce qui nous liait, j’aurai pu persister et essayer de le préserver.

J’ai préféré préserver notre histoire que notre couple, je préfère cela à nous entredéchirer.

Le romantisme est une belle façon de faire l’amour.

Mais la réalité est belle et forte, c’est sur cet aura qu’il devrait s'appuyer.

Le sacrifice affaibli l’amour à trop vouloir le prouver,

et pour combler ce besoin de grandeur, n’hésite souvent pas à le sacrifier.

La vie est belle, la mort n’attire que ceux qui ne vivent pas assez.

J’ai vraiment vécu avec toi, aujourd’hui, je peux te l’affirmer.

Cette vie ne me pousse pas à la mort, c’est vrai j’en souffre, mais elle me pousse à continuer.

Car toujours au fond de moi, sous une autre forme, cette vie et cet amour existe encore plus fort,

et continuent de rayonner.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Tombeau d'une luciole, 33ans Posté(e)
Kégéruniku 8 Membre 7 882 messages
33ans‚ Tombeau d'une luciole,
Posté(e)

Je n'aime pas du tout.

Je n'y trouve aucune musicalité, le souffle m'est plus fastidieux qu'autre chose et chaque vers me semble mortellement ennuyeux, poussant les vers suivant vers une agonie cruellement longue et répétitive.

Il y a plusieurs expressions qui me donnent l'impression de n'avoir aucun sens, même si elles s'en donnent , de façon que j'imagine prétentieuse, vaguement l'air. Comme "je ne te cèderai pas" ou "cela te perturbe et risque de t'exacerber." pour ne citer que celles ci.

Peut être cela eut été préférable de ne pas traiter l'idée sous forme de poème, avec moins d'échappée "lyriques", mais, à vrai dire, même le fond me semble n'avoir que des vapeurs de sens. Peut être un manque d'approfondissement

Et, ce qu'il y a de pire en fait, c'est que ça me semble vraiment mièvre. Terme qui, pour une raison qui m'échappe, me fait penser les passions dont je qualifie la description par le dit terme, comme étant tièdes voir mornes.

De fait, le poème, rien que par son existence, me semble injustifiablement vaniteux, et la forme n'aide en rien.

Mais, cette fatuité qui s'invite dans toutes mes impressions sur le poème me laisse penser que c'est d'autant plus dommage. Comme s'il y avait un potentiel, mais que cette tentative le gachait.

C'est pourquoi je te souhaite une bonne continuation.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Nyctalope, 37ans Posté(e)
Criterium Membre 2 842 messages
37ans‚ Nyctalope,
Posté(e)

Bonsoir. Je n'aime pas.

Un bon moyen de saisir le fond d'un poème mièvre est de pratiquer l'exercice du résumé. Il peut être imprécis, il peut être inexact, mais il saisit automatiquement un peu de l'essence : résumons-donc ce poème, avant toute autre chose.

Je t'aime et c'est bien pour ça que j'ai gardé ma propre individualité. C'est pour me construire et construire notre relation. J'agirai en étant moi-même et ça te fera avancer. L'histoire s'est arrêtée, mieux vaut un beau souvenir qu'une sale relation. Morale : le romantisme c'est beau mais c'est pas top, le réel c'est mieux, faut vivre.

Et bien, je crois que je l'aurai préféré sous cette forme, malgré l'implacable truisme que cela constitue. On aurait pu dire "carpe diem même en amour". Maintenant, il me semble trouver quelques indices particulièrement révélateurs dans tout cet enrobage de forme. La première chose, c'est que le plus souvent, la deuxième personne du singulier est cachée dans des "je t'aime", c'est à dire tout sauf individuée (sauf un peu dans le second paragraphe, puis un peu plus loin où l'on trouve la première personne du pluriel). La première personne du singulier est au contraire gonflée aux amphétamines. Il est très révélateur de la trouver dans des constructions comme Je continuerai à agir selon ce que je pense, Je préfère être celui dont tu as besoin, j'aurai pu persister et essayer de le préserver. J'ai préféré préserver notre histoire que notre couple ¿ tu tiens les rênes : tout tend à te montrer comme un bloc, et l'Autre non pas comme une substance, mais comme une chose, liquide, ou visqueuse, que l'on retient, malaxe, passe d'un récipient à l'autre, boit, jette ¿ un peu comme une pâte de dentifrice. Je trouve cet aspect psychologique extrêmement dérangeant.

Cette pâte rend les dents bien blanches pour les montrer à l'extérieur et enrobe d'une forme qui se veut complexe mais qui est vide ; cela craque comme une meringue creuse. C'est préoccupant. N'oublie jamais les conseils que te donnent les vieilles amies.

"La sagesse, ça n'est en fin de compte qu'une impression qu'on donne aux autres,¿ ou pire ! à soi-même"

¿ Sandralicia.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 41ans Posté(e)
Titsta Membre 6 714 messages
Baby Forumeur‚ 41ans‚
Posté(e)

Wouhaou, "Je ne te cèderai pas", tu ne comprends pas ???

Ha oué, quand même... ^^

ça montre le niveau.

Pour la mièvrerie des sentiments, nécessairement, pour ceux qui ont l'habitude de l'irréalité, ils ne peuvent comprendre ^^

Un petit conseil, sort plus de chez toi. Vie !

Rencontre des gens, des filles, construit des couples, je sais pas.

Essaye de percer ce voile dans lequel tu t'es enfermé et qui te coupe des autres.

Ceci dit, je devais m'attendre à des comportements de ce genre en prenant à contrepied la poésie "bête" des romantiques, et les poncifs habituels sur les sentiments.

Je suppose que si j'avais caricaturé les sentiments, ça t'aurai certainement plus plus. C'que c'est que de vivre dans le faux sans plus être capable de voir la réalité. C'est un peu triste quand même.

J'avais oui dire un jour que la poésie était un des derniers domaines avec autant de lourdeur et d'encrassement sur le plan des idées

Où les choses et les idées nouvelles étaient rarement acceptés.

Ta remarque m'y fait penser.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Nyctalope, 37ans Posté(e)
Criterium Membre 2 842 messages
37ans‚ Nyctalope,
Posté(e)

Tu parles à moi ou à Kégé? :blush:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 41ans Posté(e)
Titsta Membre 6 714 messages
Baby Forumeur‚ 41ans‚
Posté(e)

é "kégé" :blush:

C'est moi ou j'ai l'impression qu'il y a une faune étrange et pas très ouverte et sensible qui se balade sur cette partie du forum ?

Le contraste est troublant, et un peu effrayant.

Bonsoir. Je n'aime pas.

Un bon moyen de saisir le fond d'un poème mièvre est de pratiquer l'exercice du résumé. Il peut être imprécis, il peut être inexact, mais il saisit automatiquement un peu de l'essence : résumons-donc ce poème, avant toute autre chose.

Je t'aime et c'est bien pour ça que j'ai gardé ma propre individualité. C'est pour me construire et construire notre relation. J'agirai en étant moi-même et ça te fera avancer. L'histoire s'est arrêtée, mieux vaut un beau souvenir qu'une sale relation. Morale : le romantisme c'est beau mais c'est pas top, le réel c'est mieux, faut vivre.

Et bien, je crois que je l'aurai préféré sous cette forme, malgré l'implacable truisme que cela constitue. On aurait pu dire "carpe diem même en amour". Maintenant, il me semble trouver quelques indices particulièrement révélateurs dans tout cet enrobage de forme. La première chose, c'est que le plus souvent, la deuxième personne du singulier est cachée dans des "je t'aime", c'est à dire tout sauf individuée (sauf un peu dans le second paragraphe, puis un peu plus loin où l'on trouve la première personne du pluriel). La première personne du singulier est au contraire gonflée aux amphétamines. Il est très révélateur de la trouver dans des constructions comme Je continuerai à agir selon ce que je pense, Je préfère être celui dont tu as besoin, j'aurai pu persister et essayer de le préserver. J'ai préféré préserver notre histoire que notre couple — tu tiens les rênes : tout tend à te montrer comme un bloc, et l'Autre non pas comme une substance, mais comme une chose, liquide, ou visqueuse, que l'on retient, malaxe, passe d'un récipient à l'autre, boit, jette — un peu comme une pâte de dentifrice. Je trouve cet aspect psychologique extrêmement dérangeant.

Cette pâte rend les dents bien blanches pour les montrer à l'extérieur et enrobe d'une forme qui se veut complexe mais qui est vide ; cela craque comme une meringue creuse. C'est préoccupant. N'oublie jamais les conseils que te donnent les vieilles amies.

"La sagesse, ça n'est en fin de compte qu'une impression qu'on donne aux autres,… ou pire ! à soi-même"

— Sandrilicia.

Je préfère nettement ton analyse je dois dire. ^^

Très fine celle là par contre.

En fait, au départ, j'avais beaucoup plus placé de deuxièmes personnes.

Je les ai effacé dans la deuxième version.

De toute façon, ce poème avait du mal à sortir, et en général, mes plus beaux trucs sortent d'un coup.

Celui là a été travaillé, et certainement trop retouché. ça lui donne des lourdeurs. (puis j'avoue que j'étais préoccupé par le boulot que je ne faisais pas, en même temps, c'est pas les meilleures conditions ^^ )

Et pour ce qui est de ta remarque sur "l'autre", je la trouve très pertinente, étant donné ce que je ressens en ce moment.

(En fait, j'essaye d'écrire pour faire craquer une sorte d'enveloppe qui m'isole en ce moment.)

Et aussi le fait que je parles d'une personne qui n'existe pas, puisque je ne parle pas d'un couple que j'aurai vécu. Bien vu.

Ceci dit, il y avait plus de choses dans le poème que ce que tu as perçu. L'idée n'est pas du tout un carpé diem.

Mais avec tout ce que tu décris, ça ne m'étonne pas effectivement que ces choses ne ressortent pas bien.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Tombeau d'une luciole, 33ans Posté(e)
Kégéruniku 8 Membre 7 882 messages
33ans‚ Tombeau d'une luciole,
Posté(e)
Wouhaou, "Je ne te cèderai pas", tu ne comprends pas ???

Ha oué, quand même... ^^

ça montre le niveau.

Je trouve ça moche surtout. Et le laid tue le sens.

Pour ce coup ci, je trouve que le te est de trop.

Pour la mièvrerie des sentiments, nécessairement, pour ceux qui ont l'habitude de l'irréalité, ils ne peuvent comprendre ^^

Un petit conseil, sort plus de chez toi. Vie !

Rencontre des gens, des filles, construit des couples, je sais pas.

Essaye de percer ce voile dans lequel tu t'es enfermé et qui te coupe des autres.

Euh... merci du conseil, que je trouve aussi incongrue qu'hasardeux, mais bon, à ce qu'il paraît, c'est l'intention qui compte. :blush: D'autant plus que tu dis toi même que ce texte n'a rien de vécu, de fait, conseiller de vivre à une personne parce que le dit poème ne lui plait pas me semble tenir de l'inversion des valeurs.

Sinon, même si c'est hors sujet, je n'aime pas construire, encore moins des couples. Cela donne une impression dérangeante de stabilité. Je consomme, je consume, et ça me va.

Ceci dit, je devais m'attendre à des comportements de ce genre en prenant à contrepied la poésie "bête" des romantiques, et les poncifs habituels sur les sentiments.

Je suppose que si j'avais caricaturé les sentiments, ça t'aurai certainement plus plus. C'que c'est que de vivre dans le faux sans plus être capable de voir la réalité. C'est un peu triste quand même.

En fait, le problème tient plutôt du fait que je ne vois pas le contrepied. (et, au passage, que je n'aime pas la forme, puisque c'est par ça que commence ma critique, ce n'est pas pour rien.)

C'est de la que me viens l'impression de fatuité concernant le sens.

Je suis ce que je suis, même si ça ne te plais pas. Ah ué, vive l'originalité, on est loin des poncifs là...

"La vie est belle, la mort n'attire que ceux qui ne vivent pas assez." Excellent ça aussi dans le genre. En plus d'être banal et simpliste, ça me semble terriblement obtu, puisque ça ferme la porte à tous ceux qui pourraient penser différement. Et puis, qu'est ce que c'est prétentieux de dire qu'on voit la vérité et pas les autres, sans qu'il n'y ait rien pour justifier l'affirmation.

Fin bref, faudrait vraiment me dire où est le contrepied, parce que je ne vois pas.

Sinon, il est probable que j'eus préféré une caricature, j'ai le rire facile.

J'avais oui dire un jour que la poésie était un des derniers domaines avec autant de lourdeur et d'encrassement sur le plan des idées

Où les choses et les idées nouvelles étaient rarement acceptés.

Ta remarque m'y fait penser.

Je ne sais pas, c'est peut être vrai. Mais, pour en juger, il faudrait déjà présenter une idée nouvelle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 41ans Posté(e)
Titsta Membre 6 714 messages
Baby Forumeur‚ 41ans‚
Posté(e)
Je trouve ça moche surtout. Et le laid tue le sens.

Pour ce coup ci, je trouve que le te est de trop.

Oui, je suis d'accord, le te est de trop.

Je me rappel aussi que je n'aimais pas particulièrement cette approche (l'ensemble du vers)

Mais il fallait bien que je le ponde ce poème. Et j'ai eu du mal à le sortir.

(d'où la "deuxième version" en fait... qui est pourtant mieux que la première)

Euh... merci du conseil, que je trouve aussi incongrue qu'hasardeux, mais bon, à ce qu'il paraît, c'est l'intention qui compte. :bo: D'autant plus que tu dis toi même que ce texte n'a rien de vécu, de fait, conseiller de vivre à une personne parce que le dit poèmpe ne lui plait pas me semble tenir de l'inversion des valeurs.

Pas faux :blush:

Mais pas "inversion" à mon avis.

Tout comme le 'voile' qui m'empêche de me relier aux autres en ce moment et dont je t'ai aussi affublé.

Mais ça n'est pas "parce qu'il ne te plais pas" :coeur:

La poésie, (et la communication directe), sont des formes de communications.

L'utiliser pour s'éloigner des autres n'est pas très approprié, même si c'est courant ^^

Je pense que c'est plus cette intention qui m'a marqué plus que tes remarques.

Je suis assez sensibles à ce qu'il y a au delà des mots.

Il ne me serait pas venu à l'esprit de dire une telle chose à Critérium, qui n'aime pas non plus ce texte. (et qui n'a pas été tendre non plus :coeur: )

En fait, le problème tient plutôt du fait que je ne vois pas le contrepied. (et, au passage, que je n'aime pas la forme, puisque c'est par ça que commence ma critique, ce n'est pas pour rien.)

La forme n'est pas structurée, je pense que c'est ça qui te dérange.

Mais ça, c'est voulu.

J'en ai fait de meilleur qui ne l'étais pas, et je ne chercherai pas à plus structurer mes textes.

Il m'est avis aussi qu'en réalité, celui là l'est certainement trop.

C'est de la que me viens l'impression de fatuité concernant le sens.

Je suis ce que je suis, même si ça ne te plais pas. Ah ué, vive l'originalité, on est loin des poncifs là...

Non, le sens du poème, que je pensais tout de même plus clair, c'était plutôt je dois être ce que je suis parce que je t'aime. (en fait dans la première version, tous les 'paragraphes' commençaient par "Parce que je t'aime", mais ça faisait sacrément lourd.)

L'idée est à l'exact opposé du carpé diem et du je m'enfoutisme.

Mais c'est peut être des attitudes tellement courante que la confusion est certainement possible.

J'ai voulu contraster avec le classique amoureux transi.

Mais la voie que je proposais était toute différente du je m'enfoutisme.

C'était bel et bien la voie d'un lien, très fort, et d'un intérêt supérieur à la superficialité.

Il reste aussi que je continu à penser que ce que je veux exprimer n'est pas facilement accessibles à ceux qui n'ont pas vécu ces chose. Ma volonté d'en faire un poème vient de l'envie de transmettre cette choses, principalement aux "trop gentils". Mais je n'avais pas pensé à l'autre côté de la face. ^^

"La vie est belle, la mort n'attire que ceux qui ne vivent pas assez." Excellent ça aussi dans le genre. En plus d'être banal et simpliste, ça me semble terriblement obtu, puisque ça ferme la porte à tous ceux qui pourraient penser différement.

ça c'est une autre histoire.

Ceci dit, même si effectivement, c'est légèrement obtu, c'est très loin d'être banal à mes yeux.

Je comprend particulièrement bien ceux qui sont attiré par la mort, dont je suis plus proche que ceux qui en ont peur.

Cette phrase dite par quelqu'un comme ça a une autre teneur, que si elle avait été prononcé par quelqu'un qui ne faisait que ressortir un poncif. Mais là où ce poème faute, c'est qu'il ne montre visiblement pas assez ladite teneur.

Je ne sais pas, c'est peut être vrai. Mais, pour en juger, il faudrait déjà présenter une idée nouvelle.

Il y en a pleins. Mais trop nouvelles, et trop de manque de talent de ma part pour être perçus :snif:

Une idée nouvelle qui n'est "pas accepté" par un milieu ne fait pas que le "choquer", si elle le choque c'est qu'elle n'est plus si nouvelle que ça, et qu'elle est déjà passé.

La plupart du temps, une idée qui ne passe pas est tout simplement confondu avec une banalité qu'elle n'est pas.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Nyctalope, 37ans Posté(e)
Criterium Membre 2 842 messages
37ans‚ Nyctalope,
Posté(e)

Heu, Titsta, je voudrais juste réagir à cela :

Il reste aussi que je continu à penser que ce que je veux exprimer n'est pas facilement accessibles à ceux qui n'ont pas vécu ces chose. Ma volonté d'en faire un poème vient de l'envie de transmettre cette choses

Après avoir lu beaucoup de tes interventions, et sans vouloir juger ni lesdites interventions ni même leur contenu ¿ car cela n'est pas le sujet ¿ je ne crois pas que c'est un problème de vécu des autres mais pour une grande part de l'extrême difficulté que tu as à formuler tes idées. Et tu sais très bien que si tu t'exprimes autant, ici et sur ton blog, ainsi qu'ailleurs, et que si tu es particulièrement sensible aux émotions des gens, c'est bel et bien parce que tu as un problème avec les mots. Un problème qui n'est pas juste orthographique, ce qui ne serait qu'une dyslexie triviale, mais au niveau de la formulation, et de l'exposition des idées. Deux possibilités : soit tu t'en rends compte et cela signifie que le fait de beaucoup parler est un terrain d'entraînement pour t'améliorer ¿ et dans ce cas, prends garde à ne jamais écouter ceux qui flattent les formes vides, ce ne sont là que flatulences de l'esprit ¿ soit tu ne t'en rends pas compte et cela signifie que c'est également confus dans ta tête ¿ et dans ce cas, apprends à faire le vide dans ton esprit et à repartir de la simplicité non seulement dans la vie, mais encore et surtout dans le Verbe.

Ce n'est qu'un conseil bienveillant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 41ans Posté(e)
Titsta Membre 6 714 messages
Baby Forumeur‚ 41ans‚
Posté(e)

Merci du conseil.

Au passage, mon 'blog' n'a jamais été un lieu d'expression, ni de communication.

J'y ai posté il y a longtemps maintenant, (en quelques jours), un cours extrait de mes pensées. Principalement pour me servir d'internet pour stoker des informations qui pouvaient être perdu si mon ordi mourrait. ^^

(Et je suis par ailleurs très impressionné que quelqu'un l'ai lu ! :coeur: :blush: )

Pour ce qui est des mots que j'emploie, j'ai passé trop de temps à philosopher tous seul. ça ne fait somme toute que 5 ans que je communique avec les autres la moindre de mes idées ^^ (Et d'ailleurs, je crois que certains textes de mon blog datent d'avant la période où j'ai commencé à discuter avec les autres de mes idées edit : après vérif, effectivement c'est le cas)

Et j'ai déjà perçu un décalage vis à vis du sens des mots. Mais j'en attribue plus la cause à un excès de philosophie solitaire (vraiment solitaire, sans lire de philosophes non plus), qu'à une dyslexie.

J'ai passé beaucoup de temps à construire mon propre "système cohérent", et clairement pas assez à tisser des liens (des "traductions") entre celui là et celui des autres. Ce qui explique les problèmes de communication. (dont je suis conscient)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Tombeau d'une luciole, 33ans Posté(e)
Kégéruniku 8 Membre 7 882 messages
33ans‚ Tombeau d'une luciole,
Posté(e)
Pas faux :coeur:

Mais pas "inversion" à mon avis.

Tout comme le 'voile' qui m'empêche de me relier aux autres en ce moment et dont je t'ai aussi affublé.

Mais ça n'est pas "parce qu'il ne te plais pas" :coeur:

La poésie, (et la communication directe), sont des formes de communications.

L'utiliser pour s'éloigner des autres n'est pas très approprié, même si c'est courant ^^

Je pense que c'est plus cette intention qui m'a marqué plus que tes remarques.

Je suis assez sensibles à ce qu'il y a au delà des mots.

Il ne me serait pas venu à l'esprit de dire une telle chose à Critérium, qui n'aime pas non plus ce texte. (et qui n'a pas été tendre non plus :snif: )

Criterium et toi semblez vous connaître, au moins un peu, ce qui n'est pas notre cas, de fait mon statut étant différent du sien, il me semblait possible que l'une des raisons soit le fait que le poème ne me plaise pas, même s'il n'a pas été plus tendre que moi. Si je me suis trompé, je te présente volontier mes excuses. :blush:

Mais, alors, je dois avouer que je suis curieux de savoir d'où venait cette intuition/impression, et surtout ce qui lui donnait tant de force, puisque tu m'as semblé bien sûr en affirmant les choses de la sorte.

La forme n'est pas structurée, je pense que c'est ça qui te dérange.

Mais ça, c'est voulu.

J'en ai fait de meilleur qui ne l'étais pas, et je ne chercherai pas à plus structurer mes textes.

Il m'est avis aussi qu'en réalité, celui là l'est certainement trop.

Non, j'aime ce qui n'est pas structuré ou qui semble ne pas l'être, je trouve cela plus vivant. (Le talent étant pour moi de parvenir à donner cette impression de liberté et de vie en utilisant une forme pourtant stricte.)

Ce que je reproche, c'est surtout la lourdeur. Le souffle que le texte m'inspirait, j'ai eu du mal à respirer en le lisant. Et ce n'était pas dû à une terrible force exercée par le fond du texte, mais par la forme qui semble maladroite.

Non, le sens du poème, que je pensais tout de même plus clair, c'était plutôt je dois être ce que je suis parce que je t'aime. (en fait dans la première version, tous les 'paragraphes' commençaient par "Parce que je t'aime", mais ça faisait sacrément lourd.)

L'idée est à l'exact opposé du carpé diem et du je m'enfoutisme.

Mais c'est peut être des attitudes tellement courante que la confusion est certainement possible.

J'ai voulu contraster avec le classique amoureux transi.

Mais la voie que je proposais était toute différente du je m'enfoutisme.

C'était bel et bien la voie d'un lien, très fort, et d'un intérêt supérieur à la superficialité.

Il reste aussi que je continu à penser que ce que je veux exprimer n'est pas facilement accessibles à ceux qui n'ont pas vécu ces chose. Ma volonté d'en faire un poème vient de l'envie de transmettre cette choses, principalement aux "trop gentils". Mais je n'avais pas pensé à l'autre côté de la face. ^^

Peut être que mettre parce que je t'aime au début de chaque strophes eut été plus lourd, mais, mettre même si je t'aime, par deux fois, au début, provoque la confusion.

Néanmoins, choisir d'être fidèle à soi même parce que l'on aime une autre personne, ça ne me semble pas avoir grand sens. On est fidèle à soi pour soi, il me semble. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai privilégié le même si je t'aime, même s'il est plus rare.

Sinon, j'ai bien compris que ce n'est pas là du je m'enfoutisme, puisque tu dis que le personnage continue d'aimer l'autre à travers le souvenir. Et justement, qu'il préfère continuer à aimer, même si ce n'est plus que par le souvenir, plutôt que de ternir tout ceci par la présence.

Ce qui me fait immédiatement penser au poncif de l'amour éternel, avec moins de petits zozios qui volletent autour parce que celui ci n'est que spirtuellement, métaphoriquement éternel, mais tout de même.

Si je ne condamne pas forcément cette vision des choses, au contraire, je ne la trouve pas originale pour autant.

D'ailleurs, cet aspect du poème me fait vaguement penser à une chanson, que j'aime pour le coup: Cuidandote de Bebe. (il me semble qu'il est possible de trouver des traductions sur le net si ça t'intéresse, et si vraiment tu ne trouves pas et que tu veux comprendre, si besoin est, je ferai volontier la traduction par MP)

ça c'est une autre histoire.

Ceci dit, même si effectivement, c'est légèrement obtu, c'est très loin d'être banal à mes yeux.

Je comprend particulièrement bien ceux qui sont attiré par la mort, dont je suis plus proche que ceux qui en ont peur.

Cette phrase dite par quelqu'un comme ça a une autre teneur, que si elle avait été prononcé par quelqu'un qui ne faisait que ressortir un poncif. Mais là où ce poème faute, c'est qu'il ne montre visiblement pas assez ladite teneur.

C'est surtout le "la vie est belle" que je trouve très banal et très faux.

Je préfère "Le monde est un lieu magnifique qui mérite qu'on se batte pour lui. Je suis d'accord avec la deuxième partie."

Pour le reste de ta phrase, je trouve l'affirmation trop catégorique.

On peut souhaiter la mort pour différentes raisons, sans que forcément il faille que ce soit parce qu'on ne vit pas assez. Et ce n'est pas parce qu'on ne trouve pas la vie belle qu'on ne vit pas, en fait, j'ai dans l'idée qu'on vit d'avantages lorsqu'on ne la trouve pas belle, puisqu'il faut dès lors la rendre belle ou, au moins, s'efforcer de lui trouver un minimum d'attrait.

Il y en a pleins. Mais trop nouvelles, et trop de manque de talent de ma part pour être perçus :bo:

Une idée nouvelle qui n'est "pas accepté" par un milieu ne fait pas que le "choquer", si elle le choque c'est qu'elle n'est plus si nouvelle que ça, et qu'elle est déjà passé.

La plupart du temps, une idée qui ne passe pas est tout simplement confondu avec une banalité qu'elle n'est pas.

S'il est bien une chose où je ne pense pas qu'il puisse y avoir du nouveau, c'est concernant les sentiments.

Tout me semble avoir déjà été usé jusqu'à la corde. Surtout avec l'amour, sentiment chéri qui se voit traiter sous toutes les coutures. Il eut été myriagone qu'il aurait été traité sous tous les angles.

En soit, qu'il n'y ait rien de nouveau ne me dérange pas, tant que ça ne prétend pas l'être.

Par contre, j'ai tendance à avoir en horreur ce qui se dit nouveau sans même parvenir à en donner l'impression aux autres. Cela me semble tenir de l'erreur qui consiste à donner pour limites à l'Univers, les limites de sa propre perception.

Je veux bien croire qu'il y a de la nouveauté, mais s'il on ne parvient pas à dire clairement ce qui est nouveau, c'est que la pensée n'a pas dû être suffisemment approfondis, et donc, il se peut tout à fait, et je pense même que c'est très probable, qu'il ne s'agisse en fait qu'une impression de nouveauté.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×