Aller au contenu

Trente-six économistes soutiennent le Front de gauche


Messages recommandés

Zak B. Membre 586 messages
Forumeur forcené‚
Posté(e)

Trente-six économistes soutiennent le Front de gauche

Issus de courants différents, les auteurs se rejoignent pour soutenir l'initiative commune du PCF, du Parti de gauche et de la Gauche unitaire aux élections européennes.Ils étaient une petite quinzaine à avoir signé une tribune intitulée Le dirigisme libéral a échoué. Sortons-en ! (1), le 2 mai, dans les colonnes du Monde. - Depuis, la liste s'est étoffée.

Trente-six économistes, parmi lesquels Jacques Sapir, directeur d'études à l'EHESS et spécialiste des crises financières, ou Dominique Plihon, professeur à Paris-XIII, familier des questions financières internationales, ont décidé de soutenir le Front de gauche. « En gardant notre - indépendance d'esprit, nous soutenons cette initiative », concluent-ils dans un article qui rend compte des « deux principales sources » de la crise : « L'austérité salariale, qui a conduit à l'explosion de l'endettement privé, et la libéralisation financière, qui a transformé cette dette en bulle spéculative. » Persuadés que « les gouvernements utilisent depuis longtemps l'UE pour introduire des mesures qu'ils peuvent difficilement imposer directement, faute d'assentiment populaire », les auteurs pointent « l'urgence qu'il y a à dessiner des alternatives au capitalisme libéral ».

Or, ni les orientations actuelles des partis socialistes qui ont « explicitement soutenu » le traité de Lisbonne, ni la stratégie en solo du NPA d'Olivier Besancenot n'ont convaincu les signataires : « Des économistes non libéraux, qui n'étaient membres ni du Parti communiste ni des courants du Parti socialiste ayant donné naissance au Parti de gauche », précisent-ils.

Si la crise tend à renforcer la place centrale de la discipline économique dans le - débat, l'engagement des économistes eux-mêmes dans l'arène politique n'est pas si fréquente. Preuve qu'au-delà des cercles universitaires, les désaccords qui opposent les laudateurs du capitalisme libéral et ses - détracteurs cherchent une visibilité dans la sphère publique. L'occasion également pour le citoyen de se saisir de questions réputées difficiles et pourtant déterminantes dans le fonctionnement de la société. Le traité de Lisbonne « loin d'être "simplifié", - reprend la quasi-totalité des dispositions de la Constitution.

C'est donc aux citoyens qu'il revient à nouveau de dire stop. Les élections européennes en offrent l'occasion », proposent les auteurs. Car, contrairement aux apparences, désapprouvé par les Irlandais, le fameux traité de Lisbonne défendu par Nicolas Sarkozy ne peut entrer en vigueur. Il reste au centre d'un combat qui n'est pas derrière mais devant nous.

_____

http://www.humanite.fr/2009-05-25_Politique_Trente-six-economistes-soutiennent-le-Front-de-gauche

Modifié par Zak B.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
tiwi Membre 1 946 messages
Forumeur alchimiste‚ 44ans
Posté(e)

En tant que Français, je ne souhaite pas de représentant non égal à moi et qui soit donc payé plus cher que moi, c'est le RSA.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 102ans
Posté(e)

36 électeurs, ça fait pas beaucoup :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

37 car je voterais pour eux. :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
carnifex Membre 5 529 messages
Forumeur alchimiste‚ 36ans
Posté(e)
Ils étaient une petite quinzaine à avoir signé une tribune intitulée Le dirigisme libéral a échoué. Sortons-en !

Qu'est-ce à dire ?

Le « dirigisme libéral » aurait-il échoué à mettre en oeuvre ses objectifs politiques : le retour des l'ensemble des moyens de production dans le giron de la propriété capitaliste ? la baisse de la part des salaires ?

Non. Il n'a pas échoué. Il y est parvenu.

Soyons précis. Ce qui « échoue » aujourd'hui, économiquement parlant, c'est le fruit du dirigisme libéral, c'est le capitalisme.

Or, ni les orientations actuelles des partis socialistes qui ont « explicitement soutenu » le traité de Lisbonne, ni la stratégie en solo du NPA d'Olivier Besancenot n'ont convaincu les signataires

Réduire le NPA à son opposition à une alliance avec le front de gauche est décevant.

Le NPA a un programme politique, au moins aussi précis et pourvu de sens que celui du front de gauche, sans pour autant se confondre avec celui de ce dernier.

Le front de gauche a le droit de ne pas défendre un anticapitalisme de principe, comme chacun est libre de ses opinions. Il n'a pas le droit de nier l'existence de cette option politique, pas plus que le droit de ses partisans de défendre leurs idées par une liste propre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×