Les raisons du déficit des pays industrialisés.


xinchiang Membre 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Beaucoup d'entre nous doivent être surpris de constater la quantité impressionnante de travaux publics dans notre pays. Du plus petit village jusqu'aux plus grandes villes, la France, comme d'autres pays industrialisés, est devenu en quelques années, un véritable chantier de travaux publics (aussi bien la réfection de routes, de rues que de constructions de nouveaux bâtiments publics.

La question qui vient d'abord à l'esprit est de se demander quelle est l'utilité de tous ces travaux. S'agit-il d'améliorer la vie du bon peuple ? La réponse est évidemment négative, comme vous l'aviez deviné. La construction de nombreux carrefours giratoires, la France est d'ailleurs championne d'Europe du nombre de ces carrefours inutiles dans la CEE, notamment en pleine campagne pour certains, ou en zone citadine mais à des endroits où un simple carrefour à 4 voies, moins coûteux aurait fait l'affaire, pose la question de l'intention réelle des pouvoirs publics. Il s'agirait, en fait, pour des politiciens peu scrupuleux, de toucher des commissions qui finiraient sur un compte numéroté aux antipodes ou, pour les moins malins qui viennent de se faire prendre pour évasion fiscale, au Liechtenstein voire au Luxembourg.

Certains de ces hommes (ou femmes) politiques avanceront donc l'argument fallacieux de prétendues nouvelles normes européennes, en omettant surtout de nous dire, que le Parlement Européen est également constitué d'hommes politiques qui doivent se dire qu'après tout, changer les normes de construction européennes permet de construire et reconstruire tant et plus, c'est-à-dire de créer des marchés publics aboutissant au versement de nouvelles commissions (ou pots-de-vin), venant de constructeurs liés plus ou moins directement à la Mafia sicilienne. Il s'agit donc, pour ces politiciens peu scrupuleux, de multiplier les travaux et les commissions occultes qui vont avec, et, que ce soit au plan national, régional ou local, tout le monde politique serait concerné.

Plusieurs problèmes se posent en raison de cet état de fait. Tout d'abord, la multiplication des travaux creuse le déficit du budget national de nos pays industrialisés. En France, n'est-on pas surpris, dans un pays où la pression fiscale est l'une des plus fortes du Monde, de voir des pouvoirs publics refuser une augmentation de quelques euros sur les salaires sous prétexte que les caisses sont vides alors qu'elles le sont beaucoup moins pour ces marchés publics. L'argent servant à réaliser ces construction pourrait en réalité servir bien mieux pour réduire la pauvreté dans nos pays plutôt qu'aboutir dans les poches de constructeurs du BTP plus ou moins affiliés à la Mafia sicilienne.

Se pose ensuite le problème de la qualité des constructions réalisées. On à parlé récemment du tremblement de terre au Sichuan en attaquant la Mafia chinoise qui aurait corrompu les autorités locales pour fermer les yeux sur des constructions qui n'avaient d'anti-sismiques que le nom. On s'est attaqué récemment également à la Mafia russe en raison de certains établissements qui s'étaient écroulés un peu trop facilement. On semble oublier que dans nos pays, ces mêmes curieux effondrements de bâtiments se produisent, rappelez vous de celui d'une partie du terminal de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, pour lequel les médias se sont empressés de noyer le poisson en mentionnant les centaines d'entreprises qui avaient réalisé cette partie du terminal afin de ne pas avoir à évoquer ce qui fâche. Dans le cadre de marchés truqués, il est clair que les entreprises de BTP cherchent à se rattraper des commissions occultes données et des prix attractifs annoncés pour une construction afin de remporter le marché, sur la qualité des matériaux de construction, d'où ces étonnants effondrements d'établissements pas si vieux que ça et sensés être aux normes de construction actuelles sensées prévenir ces accidents.

Pourquoi, au plan local, départemental voire régional, les populations ne seraient-elles pas consultées par référendum pour accepter la construction d'un nouveau bâtiment ou la réfection d'une rue ou d'une route ? Cela limiterait l'ardeur de nos politiciens à vouloir construire à tout va. Mais quel homme politique aurait "l'honnêteté" de proposer un tel projet ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
Pourquoi, au plan local, départemental voire régional, les populations ne seraient-elles pas consultées par référendum pour accepter la construction d'un nouveau bâtiment ou la réfection d'une rue ou d'une route ? Cela limiterait l'ardeur de nos politiciens à vouloir construire à tout va. Mais quel homme politique aurait "l'honnêteté" de proposer un tel projet ?

Tu viens d'ouvrir un sujet très intéressant. :smile2:

J'ai fait partie de suffisamment de commissions en tous genres pour connaître un peu le milieu des aménagements divers réalisés par les, ou la, collectivité(s).

Je commencerai par te répondre à la dernière question, en te disant que les élus se présentent sur des programmes et des intentions de réalisations, mais .... il arrive aussi qu'ils les réalisent ...mais souvent c'est plutôt l'inverse. "Le mandat est passé, et le foyer des jeunes est resté dans les tuyaux" ... par exemple.

Au niveau de communes les gabegies demeurent exceptionnelles car les habitants sont assez proches de leurs élus et réciproquement, et enclin à demander ou rendre des comptes.

Je ne suis pas pour les référendums systématiques sur les grandes questions. En tant qu'élu et adjoint, j'ai connu des situations où les dialogues ont été très nécessaires lors de la mise en place et de l'instruction de projets importants et déterminants pour la collectivité. Et ce qui m'a le plus frappé, c'était la méconnaissance des citoyens et habitants sur les intérêts en jeu au moment de l'élaboration et des études des projets, ainsi que leur raison d'être.

J'ai suivi le cas d'une commune de 900 âmes qui s'attaquait à un projet de nouvelle école, l'ancienne accueillait une vingtaine d'élèves, et le budget montait à 1 million d'euros, subventionable à 60 % maxi.

Allez-y faire comprendre cela à une population dont la moyenne est de 55 ans ! Même les jeunes ne comprenaient pas !

Les rencontres ont été fructueuses. Connaissant la commune en tant qu'élu, j'ai pu approfondir la réflexion de nombreux habitants.

Il suffit parfois de discuter avec 10 pour que 100 comprennent, hé oui !

L'école est faite, elle était prévue pour 80 élèves, il y en a 95, on a du rajouter une classe.

Tout le monde ne peut pas tout savoir ni avoir toutes les compétences. Les élus ont cet avantage de pouvoir, j'ai bien dit "pouvoir" (car il est vrai que certains ne chercheront jamais à approfondir leurs connaissances, et pourtant ...) de se former et d'être au fait, et en général la répartitions des rôles au sein d'un conseil se fait aussi en fonction des compétences connues des élus concernés.

De nombreux élus locaux sont chefs d'entreprises, et les électeurs en tiennent compte.

Quand un projet important est en cours d'étude, il faut que les élus fasse en sorte de tenir davantage de permanences afin de rencontrer et d'être à la disposition des citoyens, et c'est là que l'on se rend compte, qu'un référendum serait une aberration immense, tant les citoyens connaissent très peu, pour beaucoup d'entre eux, les enjeux et les intérêts de tel ou tel aménagement.

étre à la disposition des gens pour expliquer et les aider à faire une opinion, les écouter et entendre leurs suggestions, est vital et indispensable, c'est dans ce sens que doit marcher la démocratie, et non par des référendum qui sont parfois aussi pourris que les marchés publics de certaines collectivités territoriales, et surtout pourris par la politique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kyrilluk Membre 7 507 messages
Anarchiste épistémologique‚ 43ans
Posté(e)
Tu viens d'ouvrir un sujet très intéressant. :smile2:

étre à la disposition des gens pour expliquer et les aider à faire une opinion, les écouter et entendre leurs suggestions, est vital et indispensable, c'est dans ce sens que doit marcher la démocratie, et non par des référendum qui sont parfois aussi pourris que les marchés publics de certaines collectivités territoriales, et surtout pourris par la politique.

Et il s'agit d'une reponse egalement interessante. Merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pilgrim Membre 1 003 messages
Forumeur alchimiste‚ 57ans
Posté(e)

Le système monétaire fiduciaire est le premier responsable du déficit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pyrenne Membre 7 025 messages
.un pavé dans chaque main!‚
Posté(e)
Tu viens d'ouvrir un sujet très intéressant. :yahoo:

J'ai fait partie de suffisamment de commissions en tous genres pour connaître un peu le milieu des aménagements divers réalisés par les, ou la, collectivité(s).

Je commencerai par te répondre à la dernière question, en te disant que les élus se présentent sur des programmes et des intentions de réalisations, mais .... il arrive aussi qu'ils les réalisent ...mais souvent c'est plutôt l'inverse. "Le mandat est passé, et le foyer des jeunes est resté dans les tuyaux" ... par exemple.

Au niveau de communes les gabegies demeurent exceptionnelles car les habitants sont assez proches de leurs élus et réciproquement, et enclin à demander ou rendre des comptes.

Je ne suis pas pour les référendums systématiques sur les grandes questions. En tant qu'élu et adjoint, j'ai connu des situations où les dialogues ont été très nécessaires lors de la mise en place et de l'instruction de projets importants et déterminants pour la collectivité. Et ce qui m'a le plus frappé, c'était la méconnaissance des citoyens et habitants sur les intérêts en jeu au moment de l'élaboration et des études des projets, ainsi que leur raison d'être.

J'ai suivi le cas d'une commune de 900 âmes qui s'attaquait à un projet de nouvelle école, l'ancienne accueillait une vingtaine d'élèves, et le budget montait à 1 million d'euros, subventionable à 60 % maxi.

Allez-y faire comprendre cela à une population dont la moyenne est de 55 ans ! Même les jeunes ne comprenaient pas !

Les rencontres ont été fructueuses. Connaissant la commune en tant qu'élu, j'ai pu approfondir la réflexion de nombreux habitants.

Il suffit parfois de discuter avec 10 pour que 100 comprennent, hé oui !

L'école est faite, elle était prévue pour 80 élèves, il y en a 95, on a du rajouter une classe.

Tout le monde ne peut pas tout savoir ni avoir toutes les compétences. Les élus ont cet avantage de pouvoir, j'ai bien dit "pouvoir" (car il est vrai que certains ne chercheront jamais à approfondir leurs connaissances, et pourtant ...) de se former et d'être au fait, et en général la répartitions des rôles au sein d'un conseil se fait aussi en fonction des compétences connues des élus concernés.

De nombreux élus locaux sont chefs d'entreprises, et les électeurs en tiennent compte.

Quand un projet important est en cours d'étude, il faut que les élus fasse en sorte de tenir davantage de permanences afin de rencontrer et d'être à la disposition des citoyens, et c'est là que l'on se rend compte, qu'un référendum serait une aberration immense, tant les citoyens connaissent très peu, pour beaucoup d'entre eux, les enjeux et les intérêts de tel ou tel aménagement.

étre à la disposition des gens pour expliquer et les aider à faire une opinion, les écouter et entendre leurs suggestions, est vital et indispensable, c'est dans ce sens que doit marcher la démocratie, et non par des référendum qui sont parfois aussi pourris que les marchés publics de certaines collectivités territoriales, et surtout pourris par la politique.

yesss! excellent!

c'est comme ça que je comprends la vie communale

sauf exception, expliquer suffit souvent à dire le bien-fondé des investissements

mais...

il y a des exceptions

quand c'est l'Etat qui impose ses vues, et que la commune s'y plie, comment concilier le bien-fondé de l'Etat avec les intérêts des habitants s'ils y sont opposés?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pilgrim Membre 1 003 messages
Forumeur alchimiste‚ 57ans
Posté(e)

la démocratie direct y a pas mieux, c,est aux gens de s'occupé de ce qui se passe dans leurs communes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant