Les larmes de gemme


Saugnac Membre 232 messages
Forumeur activiste‚ 64ans
Posté(e)

André Viard ne m'en voudra probablement pas de lui avoir emprunté le titre de ce topik ( Terres taurines ).

Le soleil est revenu aujourd'hui sur les Landes, de nombreux foyer sont encore coupés du monde, sans électricité certains sans eau, le poste transistor est devenu le seul moyen de rester relié au monde.

Les déclarations rassurantes du Président Sarkozy et de Mme Alliot-Marie paraissent scandaleuses à ceux qui peuvent visiter le département. Les Landes ont été bombardées, voilà ce qui vient immédiatement à l'esprit : un spectacle de guerre !

Mais tous les désagréments ne masqueront pas ce qui nous atteint le plus : la destruction de notre chère forêt.

La forêt des Landes, la plus grande d'Europe, son poumon, celle que, nous Landais, portons dans nos gênes est aujourd'hui massacrée. Là encore Monsieur Sarkozy a parlé de récolte comme s'il s'agissait d'une simple vendange!

Rendez-vous compte des arbres dans tous les sens cassés à mi tronc où déracinés, des chemins forestiers inaccessible et cela sur des milliers d'hectares. Que nous ayons un printemps sec et les incendies achèveront la besogne ! Il faudrait des milliers de professionnels armés de tronçonneuse des pelles mécaniques des camions en nombre jamais vu.

Il s'agit de notre patrimoine à tous, ce seul coin de nature protégé aux espaces immenses.

La tristesse et la désolation sont infinis.

Voici quelques photos dont certaines je le sais seront chères à Generallee :

D'abord la forêt :

pins_1.jpg

pins_2.jpg

pins_4.jpg

Plus spécialement pour Generalee (qui comprendra):

lit_1.jpg

lit_2.jpg

lit_3.jpg

lit_4.jpg

lit_6.jpg

lit_5.jpg

camping_1.jpg

camping_3.jpg

camping_4.jpg

L'océan est toujours là au cap de l'Homy :

ocean_1.jpg

Et malgré tout, personne ne se laisse abattre :

ocean_2.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

generallee Membre 63 001 messages
Forumeur alchimiste‚ 77ans
Posté(e)

Effectivement Saugnac, je connais et certaines photos me sont effectivement très chères à mon coeur, mais cela me désole vraiment de voir les dégâts qu'il y a :smile2: ...

Le petit restau "L'Estanquet", combien de fois n'y suis-je pas aller entre Lit et Mixe et Mixe... ;)

J'espère vraiment que cela sera vite réparé et je souhaite bien du courage à tous les habitants de Lit et de Mixe...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)

Bon courage pour la suite...

J'ai connu la tempête d'avant dans les Landes, c'était le bordel.

Bravo en passant aux "grévistes" sur le terrains qui se bougent le cul pour tout remettre à l'endroit.

Et un petit coucou à mes potes du Cap Ferret, médocains et landais qui ont bien ramassé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Saugnac Membre 232 messages
Forumeur activiste‚ 64ans
Posté(e)

Sans commentaire :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité goldored
Invité goldored Invités 0 message
Posté(e)

bon courage à tout les landais!

j'espère que dame-nature se remettra vite pour nous offrir à nouveau un des plus beaux paysages de france.

Modifié par goldored

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ASKI Membre+ 9 808 messages
Forumeur alchimiste‚ 62ans
Posté(e)

La forêt landaise a perdu sa richesse; c'est dans son malheur qu'elle me manque le plus, elle et ses habitants.

Un petit hommage pour vous tous mes amis si chers.

Le pin des Landes

On ne voit en passant par les Landes désertes,

Vrai Sahara français, poudré de sable blanc,

Surgir de l'herbe sèche et des flaques d'eaux vertes

D'autre arbre que le pin avec sa plaie au flanc ; Car, pour lui dérober ses larmes de résine,

L'homme, avare bourreau de la création,

Qui ne vit qu'aux dépens de ce qu'il assassine,

Dans son tronc douloureux ouvre un large sillon !

Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,

Le pin verse son baume et sa sève qui bout,

Et se tient toujours droit sur le bord de la route,

Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;

Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.

Il faut qu'il ait au c¿ur une entaille profonde

Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !

Théophile Gautier (1811-1872), Espana

seve.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Saugnac Membre 232 messages
Forumeur activiste‚ 64ans
Posté(e)

Je réponds ici en particulier à Asky car son message me touche profondément. Je connais bien sûr le poème par coeur et je vais le remettre ci-dessous.

Quand j'étais enfant et même plus tard, les pins étaient encore résinés.

On allait dans la forêt ramasser les "gemmelles" (je ne sais pas si c'est français). Il s'agissait des fines tranches de bois tombées pour faire l'entaille sur le tronc afin que coule la résine. On s'en servait pour allumer le feu : mieux que tous les allume-feux actuels.

Certains aussi des plus pauvres s'en servaient pour s'éclairer alors que cela produisait une fumée âcre et épaisse.

Et puis lorsqu'on courait la lande, pour peu qu'il ait plu les jours précédents, enfants, nous buvions l'eau de pluie recueillie dans les pots de résine. Elle était sensée nous guérir de tous les maux ! Elle avait le goût bien sûr de la résine, pour ceux qui ne connaissent pas de l'essence thérébentine; ce n'était vraiment pas bon et pourtant qu'est-ce que c'était bon ! Qui à déjà goûté à la liberté?

Voilà Asky tu m'as bien eu avec Théophile...

Le pin des Landes

On ne voit en passant par les Landes désertes,

Vrai Sahara français, poudré de sable blanc,

Surgir de l'herbe sèche et des flaques d'eaux vertes

D'autre arbre que le pin avec sa plaie au flanc ;

Car, pour lui dérober ses larmes de résine,

L'homme, avare bourreau de la création,

Qui ne vit qu'aux dépens de ce qu'il assassine,

Dans son tronc douloureux ouvre un large sillon !

Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte,

Le pin verse son baume et sa sève qui bout,

Et se tient toujours droit sur le bord de la route,

Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.

Le poète est ainsi dans les Landes du monde ;

Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.

Il faut qu'il ait au cœur une entaille profonde

Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !

Théophile Gautier (1811-1872), Espana

resine.jpg

Modifié par Saugnac

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant