pensez vous que les fumeurs sont des pollueurs?

Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Et renverser une personne ou tabasser sa femme parce qu'on arrive pas à s'arrêter après le premier verre?

Je vois pas en quoi c'est mieux. Et là non plus la victime ne demandait rien à parsonne.

L'alcool est plus dangereux que le tabac, mais l'interdire serait plus gênant également.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Sophisme !

L'alcool peut entrainer des comportements violents, notamment quand il est ingurgité de manière excessive par des personnes ayant le vin mauvais. D'autres auront le vin joyeux, larmoyant ou soporifique. Mais il est faux de dire qu'être assis à côté de quelqu'un qui boit une coupe de champagne expose nécessairement à recueillir un oeil poché. En revanche, quand on se fait souffler de la fumée de cigarette dans la même pièce, on sait très bien quelles saloperies on ingurgite sans qu'aucun comportement malveillant annexe n'ait besoin d'intervenir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Bien sûr que les fumeurs sont des pollueurs ! Au même titre que n'importe quel individu : faire caca est une source de pollution, vivre est une source de pollution, manger est... ! ;)

Mais faire caca, on ne peut pas y couper alors que la cigarette si, me direz vous !

Quant bien même, quelle est cette nouvelle mode de définir un individu par fumeur-non fumeur ??

Vous croyez qu'on peut juger sur ce seul critère le degré de pollution d'un individu ? Un non fumeur qui roule en 4x4, qui laisse tout allumé dans sa grande maison pleine d'électronique, qui ne consomme que des produits suremballés me semble avoir un bien grand impact. S'il fume, ça rajoutera une petite case par rapport à la longue liste de tous ses comportements inutiles polluants .

On a tous des comportement aussi critiquables. Fumer est évidemment un comportement qui devrait être évité, mais comme tant d'autres ! ;)

Plus on consomme, plus on pollue.

Bref, oui, on peut reprocher aux fumeurs de fumer. On peut reprocher à quiconque de polluer. Pour le degré, je demande un bilan personnel.

Les fumeurs utilisent toujours ce genre d'argument. On traite les anti-cigarette de "bons penseurs", on leur attribue des vices au petit bonheur "parce que quelqu'un sans vice ce n'est pas possible ma bonne dame !"

Mais il est parfaitement possible de vivre sans vices pour mieux vivre, mieux respecter les autres, et mieux se respecter soi-même.

Je suis d'accord, ne pas fumer est mieux que de fumer. ;) C'est indéniable.

Par contre, le haro sur les fumeurs est devenu prétexte à une discrimination abusive des individus. Le fumeur devient la cible de beaucoup de critiques, on lui impute les maux de la société.

Ce sont les NOUVEAUX BOUGNOULES, en fait, puisque le mécanisme ressemble à celui du racisme - si ce n'est que la clause médicale vient en faire une vindicte populaire "légitime".

La cigarette est un produit dangereux. Fumer est donc un acte dangereux pour la santé, et celle de l'entourage proche. Voilà, c'est tout. On peut reprocher ce comportement à un individu.

Si on s'embarque sur des théories à plus grande échelle, le fumeur devient la cible idéale pour caser implicitement d'autres théories : le trou de la sécu c'est à cause d'eux, ils incarnent la bêtise humaine, le cancer est à cause d'eux, ils sont l'Ennemi, le fumeur est sans aucun doute quelqu'un de malsain, de névrosé,... et on en oublie tout le reste. :smile2:

Qu'on ne se trompe pas de combat, c'est bien la cigarette qu'il faut attaquer (et à fortiori les producteurs) pas les individus. Si on en vend, c'est que la société (et l'état hypocrite) légitiment l'achat et la consommation de ce produit. Et la cigarette est vendue pour être fumée.

Si certains ne sont pas tombés dans cette consommation (je les en félicite !), d'autres le sont. De même qu'il y a des consommateurs de whisky, de chocolat trop sucré, de produits plein de graisses,... tout le monde est susceptible d'être critiqué sur ce qu'il consomme.

Peut-on blâmer à ce point la responsabilité individuelle dans une société paradoxale où :

-on nous vend des clopes tout en nous disant : " 'faut pas fumer, t'es un pauvre inconscient ! " ?

-on nous vend des produits saturés en gras et en sucre et qui nous dit : " Il faut manger équilibré, bougez, mangez des fruits et légumes frais !"

-on nous vend des produits suremballés en exortant le consommateurs à réduire ses déchets, ça déborde ?

-on nous vend des véhicules ultra-gourmands en carburant tout en faisant des discours sur les pots catalytiques ?

-je peux encore faire 40 pages de ses messages paradoxaux. ;)

S'il faut tacler, taclons ceux qui vendent ces produits. Ce n'est pas au consommateur de boycotter à chaque fois. Le consommateur subit, on lui impose, on le manipule. On le harponne grâce au confort, au plaisir, à des discours biaisés qui le séduisent.

Le gens ne sont pas cons, mais on n'a pas la force mentale de résister à TOUT. Sinon on ne vivrait plus.

Bref, ne nous trompons pas de combat : ceux qui fabriquent et vendent des cigarettes sont les seuls coupables de générer des fumeurs.

éa ne dédouane pas le fumeur de sa responsabilité individuelle, mais au moins, ça aurait le mérite de répartir les torts en amont. (Et à qui profite les sommes faramineuses prélevées sur le commerce de clopes ?)

Voilà ! ;)

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Quant à moi yop, je n'ai encore jamais vu d'amateur de chocolat (mais ça pourrait être drôle remarque) qui est incapable de rester à une table sans pouvoir sacrifier à son pêché mignon. Si le dessert est une tarte aux fraises, à moins que ce ne soit un gros rustre, il ne va pas quitter la table et aller dans le jardin boulloter ses twix ou ses léonidas.

Il est à noter que si les fumeurs se font autant remarquer, c'est que contrairement à la plupart des autres adeptes de plaisirs variés, ils développent souvent des comportements grossiers et parfaitement asociaux. Quelqu'un incapable de se maîtriser au point de ne pouvoir rester assis quelques heures sans tirer sur sa sucette à cancer ne m'inspire que du dédain. On dirait un gosse capricieux qui trépigne pour faire un tour de manège. Ne parlons même pas des mufles complets qui en plein hiver se précipitent d'ouvrir la fenêtre pour se jeter sur leur fumette, se contrefichant pertinemment que l'assemblée se gelle et que la vieille dame présente se mette à tousser dans son châle.

En fait, j'ai rarement observer plus grossier qu'un fumeur. C'est leur comportement odieux la plupart du temps qui oblige à légiférer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

Mais en inhalant la fumée des autres on peut très bien ne rien attraper non plus.

Et si on regarde les chiffres, l'alcool tue plus que la cigarette.

1 800 000 pour l'alcool et 60 000 pour le tabac.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Quant à moi yop, je n'ai encore jamais vu d'amateur de chocolat (mais ça pourrait être drôle remarque) qui est incapable de rester à une table sans pouvoir sacrifier à son pêché mignon. Si le dessert est une tarte aux fraises, à moins que ce ne soit un gros rustre, il ne va pas quitter la table et aller dans le jardin boulloter ses twix ou ses léonidas.

Le pouvoir addictif (aussi bien psychologique que physique) de la cigarette est en cause. Il faut comprendre ça pour constater que certains fumeurs y sont totalement soumis.

Donc ta remarque vise un peu à côté : on ne peut pas reprocher totalement au fumeur d'avoir du mal à résister à ce qui est médicalement prouvé (autant que la toxicité).

La grossièreté, ensuite, ça c'est une affaire personnelle. Je suis certain que ces individus fumeurs seraient aussi grossiers sans être fumeurs ! Tout du moins, dans des situations l'incitant à l'être. (perso, je suis un petit fumeur très bien élevé).

La cigarette- et le besoin qu'elle induit- aggrave peut-être son cas, mais la courtoisie est une affaire d'éducation. :smile2: Ne mélangeons pas tout !

Le fumeur devient l'arbre qui cache la forêt de tous les comportements à la con des humains.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Je ne sais pas si tes chiffres sont fiables mais admettons. L'alcool tue au volant notamment. Mais la conduite en état d'ivresse est un délit pénal. De même que l'ébriété sur la voie publique. La législation anti-alcoolique existe déjà. Mais les ravages de l'alcoolisme, demandant des actions positives (dans le sens d'actions à effectuer et s'opposant à passives) sont plus faciles à repérer.

Le tabagisme passif, lui, est plus insidieux car, comme son nom l'indique, il se contente d'une simple passivité.

Pour résumer, un alcoolique pour être dangereux aux autres ne devra pas se contenter de siffler sa bouteille en roulant sur le plancher. Il devra ensuite jouer des poings ou foncer dans son bolide. On repère vite ses "excentricités".

Le fumeur, pour nuire, peut se contenter d'être assis tranquillement à tirer sur sa clope, entouré de sa petite famille, sans être un violent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)
Le pouvoir addictif (aussi bien psychologique que physique) de la cigarette est en cause. Il faut comprendre ça pour constater que certains fumeurs y sont totalement soumis.

Donc ta remarque vise un peu à côté : on ne peut pas reprocher totalement au fumeur d'avoir du mal à résister à ce qui est médicalement prouvé (autant que la toxicité).

La grossièreté, ensuite, ça c'est une affaire personnelle. Je suis certain que ces individus fumeurs seraient aussi grossiers sans être fumeurs ! Tout du moins, dans des situations l'incitant à l'être. (perso, je suis un petit fumeur très bien élevé).

La cigarette- et le besoin qu'elle induit- aggrave peut-être son cas, mais la courtoisie est une affaire d'éducation. ;) Ne mélangeons pas tout !

Le fumeur devient l'arbre qui cache la forêt de tous les comportements à la con des humains.

Non tu mets le doigt dessus. Le fumeur est souvent grossier car complétement intoxiqué. Sa drogue est plus important que tout pour lui. Il ne peut imaginer sérieusement s'en passer.

Pour retrouver les mêmes comportements pour les autres "vices", il faut déjà un gros alcoolique, pas juste le petit amateur de cocktails. Et pour le chocolat, alors là il faut celui qui est au stade terminal de transformation d'être humain en pur glucose. :smile2:

Les fumeurs ont des comportements liés à leur addiction qui ne se retrouvent pas ou peu pour d'autres attirances. L'addiction au chocolat ne semble pas rentrer dans les mêmes proportions. Comparer les 2 est donc du sophisme pour se rassurer.

Et sur le fait que c'est une addiction et que les pauvres chéris sont des victimes, vu les campagnes d'info depuis presque 30 ans et les possibilités de traitement, ceux qui fument le font parce qu'ils le veulent et n'ont aucune intention réelle d'arrêter. Qu'on ne vienne pas me dire qu'une fille de 20 ans fume comme un pompier parce que le cinéma américain gloriiait la clope au temps de James Dean. ;)

Et enfin, que l'Etat ponctionne ces drogués volontaires, moi ça me plait. L'argent du vice servant au Bien commun, je trouve ça très moral.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)

La cigarette est donc un mal plus pernicieux mais moins brutal et conséquent.

Il serait donc plus logique de s'attaquer à l'alcool plutôt qu'à la cigarette.

Hors, il est des pays où l'on va jusqu'à interdire aux gens de fumer chez eux sous certaines conditions. (parce que la fumée ne reste pas gentillement dans l'appartement, elle sort aussi.)

Mais dans ce cas, pourquoi ne pas interdire de boire en privé, ou ne serait ce qu'en publique?

ça peut sembler idiot, mais en effet, si la consommation d'alcool en publique se voyait interdite cela diminuerait grandement les accidents de la route dûs à l'alcool, puisque cela limiterait les déplacements en état d'ivresse.

Cependant de telles mesures sont prises pour la cigarette mais pas pour l'alcool.

Et pour l'alcool cela n'est même pas envisagé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jean Bambois Membre 661 messages
Forumeur forcené‚ 53ans
Posté(e)

Il convient d'arrêter les comparaisons à l'alcool, et à tout ce qui n'a pas de rapport au tabac. Car c'est bien de tabac que l'on parle, tout le reste est hors-sujet. Les différences et/ou similarités avec l'alcool ne changent rien à la "question cigarette".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Le taux d'alcoolémie autorisé au volant est tout de même devenu assez bas. 2 verres et tu es dans le rouge. L'ébriété sur la voie publique est sanctionnée. Un patron de bar s'expose à des ennuis s'il sert quelqu'un de complétement bourré et peut voir son établissement fermé en cas de bagarre chez lui.

En outre, l'alcoolisme peut entrainer des sanctions disciplinaires dans le monde professionnel, être pris en compte pour une déchéance de l'autorité parentale et ne pas laisser de marbre le juge des divorces.

Dire que l'alcoolisme n'est pas réprimé par la loi est très exagéré.

Modifié par Simplicius

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Non tu mets le doigt dessus. Le fumeur est souvent grossier car complétement intoxiqué. Sa drogue est plus important que tout pour lui. Il ne peut imaginer sérieusement s'en passer.

Pour retrouver les mêmes comportements pour les autres "vices", il faut déjà un gros alcoolique, pas juste le petit amateur de cocktails. Et pour le chocolat, alors là il faut celui qui est au stade terminal de transformation d'être humain en pur glucose. :smile2:

Les fumeurs ont des comportements liés à leur addiction qui ne se retrouvent pas ou peu pour d'autres attirances. L'addiction au chocolat ne semble pas rentrer dans les mêmes proportions. Comparer les 2 est donc du sophisme pour se rassurer.

Je n'ai pas comparé au chocolat. ;)

Je mettais juste en lumière que la cigarette en elle-même était grandement responsable de la forte addiction et de comportements en découlant. L'individu n'est plus totalement maître de lui-même, pour le coup.

Après, sur le long terme, arrêter la clope ne tient qu'à lui. On peut lui reprocher d'être tombé dedans ou d'avoir du mal à arrêter. Ce n'est pas si évident que ça.

Et sur le fait que c'est une addiction et que les pauvres chéris sont des victimes, vu les campagnes d'info depuis presque 30 ans et les possibilités de traitement, ceux qui fument le font parce qu'ils le veulent et n'ont aucune intention réelle d'arrêter. Qu'on ne vienne pas me dire qu'une fille de 20 ans fume comme un pompier parce que le cinéma américain gloriiait la clope au temps de James Dean. ;)

Oui ! ;)

C'est indéniable que la jeune fille de 20 ans fume parce qu'elle a réussi sans difficultés à se procurer des cigarettes.

Qu'on propose un produit comme ça et qu'on fasse tout pour le vendre (les cigarettiers ont des campagnes de séduction bien plus perverses, qui passent par les fumeurs eux-même. Voir Brad Pitt tirer sur une clope en est un exemple.) reste pour moi la responsabilité totale du vendeur.

Le consommateur est en cause pour lui-même et son entourage. On vient juste le culpabiliser avec des campagnes moralisatrices. Mais où est la campagne contre les cigarettiers qui ont augmenté la toxicité de leur produit, la diffusion, qui font des emballages de plus en plus ludiques,... et à la disponibilité de tous.

Mettez du miel, vous aurez toujours des insectes qui tomberont dedans.

Et enfin, que l'Etat ponctionne ces drogués volontaires, moi ça me plait. L'argent du vice servant au Bien commun, je trouve ça très moral.

Et que l'état entretienne ce vice par la légalité de la vente de cigarette te plaît aussi ? ;)

Il est là, le cercle vicieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kégéruniku 8 Membre 7 199 messages
Avis contre faits‚ 29ans
Posté(e)
Il convient d'arrêter les comparaisons à l'alcool, et à tout ce qui n'a pas de rapport au tabac. Car c'est bien de tabac que l'on parle, tout le reste est hors-sujet. Les différences et/ou similarités avec l'alcool ne changent rien à la "question cigarette".

Néanmoins, il reste dérangeant de constater l'acharnement qui se fait contre les fumeurs, les faisant chuter du piedestal qu'on leur faisait au statut de parias. Alors que les chiffres indiquent que l'alcool est plus dangereux que la cigarette et qu'absolument rien n'est fait.

L'argument qui consiste à dire qu'il faut interdire la cigarette pour le bien des autres semble quelque peu hypocrite. Et il est donc inutile de continuer à traiter le fumeur comme le pire des égoïstes.

Personnellement, ces lois ne me touchent absolument pas. Je ne fume pas et je ne travaille pas dans l'industrie du tabac.

Néanmoins, ce qui me dérange c'est cette propagande anti fumeur qui est faite, plutôt qu'anti tabac.

Ainsi que l'hypocrisie considérable dont il est fait preuve.

Sinon, pour répondre à Simplicius, une jeune de 20 ans n'a peut être pas été influencé par les films de Jeames Dean (et encore, qui sait? Puis le film qui fait le plus de propagande pour la cigarette est basic instinct. ce film n'est tourné qu'autour de la cigarette, le réalisateur l'a clairement dit. enfin bref.)

Néanmoins, cette fille de 20 ans aura été sûrement influencé par un parent fumeur ou d'autres jeunes qui eux même ont été influencés par un parent. Parent qui lui aura pu être influencé par les films de James Dean.

Enfin, comme je l'ai déjà dis, ce n'est pas en l'interdisant que le tabagisme disparaitra.

Ou, à la limite, en interdisant sa vente ou sa fabrication.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Moi je me rappelle x campagnes de sensibilisation. Je me rappelle aussi des affiches ornant chaque salle de SVT détaillant la composition des cigarettes.

Si la jeune fille de 20 ans claque une tonne de fric là dedans parce que les cigaretiers enverraient des messages subliminaux à travers le chéri de ces dames (Brad Pitt himself), je ne peux que prendre acte de leur connerie si abyssale que leur sort m'indiffère. Lorsqu'elle voit Joe Pesci dans Les Affranchis elles ont sans doute envie de se trucider quelques importuns ensuite. ;)

Quant à ta volonté de prohibition, je pensais que l'exemple américain avait assez démontré sa faillite et son échac complet (pour l'alcool) pour qu'on ne réitère pas les mêmes absurdités. La drogue autre que le tabac est interdite. Ca empêche sa vente ? Ca mobilise inutilement des services de police et enrichit des cartels pour un résultat de santé publique proche de zéro. Que l'argent des drogués rentre dans le budget de l'Etat me plait davantage. Tu es donc pour la pénalisation de la vente de tabac ? J'espère que tu veux multiplier par 3 les effectifs de la PJ et des douanes. :smile2:

Néanmoins, il reste dérangeant de constater l'acharnement qui se fait contre les fumeurs, les faisant chuter du piedestal qu'on leur faisait au statut de parias. Alors que les chiffres indiquent que l'alcool est plus dangereux que la cigarette et qu'absolument rien n'est fait.

L'argument qui consiste à dire qu'il faut interdire la cigarette pour le bien des autres semble quelque peu hypocrite. Et il est donc inutile de continuer à traiter le fumeur comme le pire des égoïstes.

Personnellement, ces lois ne me touchent absolument pas. Je ne fume pas et je ne travaille pas dans l'industrie du tabac.

Néanmoins, ce qui me dérange c'est cette propagande anti fumeur qui est faite, plutôt qu'anti tabac.

Ainsi que l'hypocrisie considérable dont il est fait preuve.

Sinon, pour répondre à Simplicius, une jeune de 20 ans n'a peut être pas été influencé par les films de Jeames Dean (et encore, qui sait? Puis le film qui fait le plus de propagande pour la cigarette est basic instinct. ce film n'est tourné qu'autour de la cigarette, le réalisateur l'a clairement dit. enfin bref.)

Néanmoins, cette fille de 20 ans aura été sûrement influencé par un parent fumeur ou d'autres jeunes qui eux même ont été influencés par un parent. Parent qui lui aura pu être influencé par les films de James Dean.

Enfin, comme je l'ai déjà dis, ce n'est pas en l'interdisant que le tabagisme disparaitra.

Ou, à la limite, en interdisant sa vente ou sa fabrication.

Moi je ne suis pas pour l'interdiction de la vente de tabac mais pour que sa consommation soit réduite dans l'espace et puisse entrainer des sanctions dans des cas spécifiques. Une législation assez proche de celle réprimant l'alcoolisme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
a2line Membre 985 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

Les fumeurs polluent mais sûrement pas plus que les automobiles et les cheminées d'usines... Sans compter les gaz des aérosols, les pesticides, les herbicides...et j'en passe. Il paraît aussi que les gaz émis par les vaches polluent... Alors...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Moi je me rappelle x campagnes de sensibilisation. Je me rappelle aussi des affiches ornant chaque salle de SVT détaillant la composition des cigarettes.

Si la jeune fille de 20 ans claque une tonne de fric là dedans parce que les cigaretiers enverraient des messages subliminaux à travers le chéri de ces dames (Brad Pitt himself), je ne peux que prendre acte de leur connerie si abyssale que leur sort m'indiffère. Lorsqu'elle voit Joe Pesci dans Les Affranchis elles ont sans doute envie de se trucider quelques importuns ensuite. ;)

Les lois de la suggestion sont incontrôlables ! Devenir fumeur répond à quoi ?

Défaut de prévention ?? On voit bien que non ! Bêtise insondable ? On voit bien que non : il y a des fumeurs partout ! Même des médecins !

Reduire la disponiblité de la cigarette serait un moyen efficace et cohérent (et pas seulement par son prix... prohibitif, puisque tu en parles !)

Je pense que le paradoxe de la société face à la cigarette brouille toute campagne de prévention, ou en atténue la portée. Le message est "c'est pas bien mais on vend quand même !"

Quant à ta volonté de prohibition, je pensais que l'exemple américain avait assez démontré sa faillite et son échac complet (pour l'alcool) pour qu'on ne réitère pas les mêmes absurdités. La drogue autre que le tabac est interdite. Ca empêche sa vente ? Ca mobilise inutilement des services de police et enrichit des cartels pour un résultat de santé publique proche de zéro. Que l'argent des drogués rentre dans le budget de l'Etat me plait davantage. Tu es donc pour la pénalisation de la vente de tabac ? J'espère que tu veux multiplier par 3 les effectifs de la PJ et des douanes. :smile2:

Oui, ce qui montre bien l'insolubilité du problème, sans compter les lobbys financiers et commerçants liés au tabac. Ce qui est un des facteurs indéniables de tabagisme : la disponibilité, la distribution, l'offre perpétuelle.

Moi je ne suis pas pour l'interdiction de la vente de tabac mais pour que sa consommation soit réduite dans l'espace et puisse entrainer des sanctions dans des cas spécifiques. Une législation assez proche de celle réprimant l'alcoolisme.

Peut-être. Mais le fumeur occasionnel est placé sur le même pied que le fumeur accro et malade. Alors que le buveur occasionnel -gourmet) et alcoolique sont bien différents.

A partir de quand est on malade de la cigarette ?

L'approche du phénomène nécessite encore bien des réflexions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jean Bambois Membre 661 messages
Forumeur forcené‚ 53ans
Posté(e)

Les arguments populaires du style "d'autres choses sont pires, donc ce n'est pas grave" ou encore "tout le monde le fait, donc ce n'est pas grave" n'ont pas de sens et ne sont jamais recevables, pour aucun sujet, en aucune circonstance.

On s'attaque à ce à quoi on peut s'attaquer, étape par étape. Et si un aspect est traité plus durement qu'un autre, ou prioritairement à un autre, c'est comme ça. Ce n'est pas pour autant que l'opération est sans mérite.

Exemple : Réprimer l'alcool au volant est une bonne chose, mais ce n'est pas le seul facteur d'accident. Un homme peut causer des accidents car il n'a pas assez dormi et est trop fatigué pour faire correctement attention à la circulation. Il est un danger public, mais rien ne permet de mesurer sa fatigue, donc on ne le punira pas pour ça. Est-ce pour autant qu'il ne faut plus pénaliser l'homme qui a bu avant de conduire, pour que tout le monde soit sur un pied d'égalité ? Non, bien sûr. Donc, défendre les fumeurs sous prétexte que les buveurs sont mieux traités, est une absurdité. Il y a lieu de voir ce qui mérite d'être interdit et analyser ce mérite pour lui-même, et non en comparaison à une autre situation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Je ne suis pas médecin et donc ma "répartition" ne sera guère scientifique. Mais pour moi, n'est pas un drogué quelqu'un qui peut fumer une pipe ou 2-3 cigarettes lors d'une soirée, avec l'ambiance qui va avec et qui arrive parfaitement à s'en dispenser pendant x temps ensuite sans ressentir aucun manque. Celui qui n'arrive à avoir aucun contrôle sur soi est nécessairement drogué.

C'est un peu la même répartition pour l'amateur de vins fins qui déguste à un repas un sauternes et le grossier alcoolique qui s'enfile ses verres sans plus même les compter.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
Les arguments populaires du style "d'autres choses sont pires, donc ce n'est pas grave" ou encore "tout le monde le fait, donc ce n'est pas grave" n'ont pas de sens et ne sont jamais recevables, pour aucun sujet, en aucune circonstance.

On s'attaque à ce à quoi on peut s'attaquer, étape par étape. Et si un aspect est traité plus durement qu'un autre, ou prioritairement à un autre, c'est comme ça. Ce n'est pas pour autant que l'opération est sans mérite.

J'ai soutenu que fumer n'était pas un acte défendable.

J'ai aussi soutenu l'idée que la vindicte anti-fumeur était prétexte à bien des dérives de jugement (notamment sur les individus).

Hors, pour bien traiter une affaire, encore faut-il bien la juger, non ?

Exemple : Réprimer l'alcool au volant est une bonne chose, mais ce n'est pas le seul facteur d'accident. Un homme peut causer des accidents car il n'a pas assez dormi et est trop fatigué pour faire correctement attention à la circulation. Il est un danger public, mais rien ne permet de mesurer sa fatigue, donc on ne le punira pas pour ça. Est-ce pour autant qu'il ne faut plus pénaliser l'homme qui a bu avant de conduire, pour que tout le monde soit sur un pied d'égalité ? Non, bien sûr. Donc, défendre les fumeurs sous prétexte que les buveurs sont mieux traités, est une absurdité. Il y a lieu de voir ce qui mérite d'être interdit et analyser ce mérite pour lui-même, et non en comparaison à une autre situation.

La lutte contre le tabagisme n'est pas coupée du monde ! Elle a des ramifications un peu partout (économie, imaginaire populaire, médecine, comportements sociaux, communication,...). On ne peut pas envisager ce problème en le coupant de l'univers dans lequel il évolue.

Surtout si on commence à théoriser sur la psychologie du fumeur.

Je ne suis pas médecin et donc ma "répartition" ne sera guère scientifique. Mais pour moi, n'est pas un drogué quelqu'un qui peut fumer une pipe ou 2-3 cigarettes lors d'une soirée, avec l'ambiance qui va avec et qui arrive parfaitement à s'en dispenser pendant x temps ensuite sans ressentir aucun manque. Celui qui n'arrive à avoir aucun contrôle sur soi est nécessairement drogué.

C'est un peu la même répartition pour l'amateur de vins fins qui déguste à un repas un sauternes et le grossier alcoolique qui s'enfile ses verres sans plus même les compter.

Hmm. je crois que c'est beaucoup moins évident. Plaisir, envie et besoin sont parfois dur à différencier, pour la majorité des fumeurs dits "normaux". Ceux qui n'arrivent pas à arrêter pourraient être les étalons.

mais je ne suis pas médecin non plus ! :smile2:

Ensuite pour le regard du non-fumeur lambda, cette différenciation n'existe quasiment pas quand il voit quelqu'un fumer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
sa me semble logique...les usines, les voitures, et les gens d'une manière général polluent bien plus que les fumeurs...

La polution de usines est plus diffuse, moins proche des lieu d'habitation.

De plus, on ne pourrait pas se passer des usines, alors qu'on peut se passer du tabac...

La grosse différence c'est quand même que le fumeur pollue les autre uniquement pour lui-même, alors que l'usine a une utilité pour la société.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant