Un déséquilibré en fuite tue un étudiant

Jadus Membre 398 messages
Forumeur survitaminé‚ 108ans
Posté(e)

Personne n'a dit qu'on pouvait arriver à un taux de criminalité zéro.

Ce qui est évident, c'est que l'on pourrait éviter bien des drames en s'occupant des cas connus au lieu de les relâcher dans la nature. Il y a une différence entre un assassin inconnu de la Société et un psychotique reconnu pour sa dangerosité, mais qu'on laisse partir volontairement, ou que l'on interne sous une surveillance inadaptée. Dans le premier cas, on n'a aucun moyen de prédire le crime, dans l'autre, on sait, mais on ne fait rien. C'est pour ce dernier cas que l'on se doit de faire quelque chose. Chose qui est d'ailleurs en train d'être faite par le législateur, mais dont je doute fortement quant à l'efficacité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Caller of the Storms
Invité Caller of the Storms Invités 0 message
Posté(e)

Ah ben quoi qu'on fasse ça se plaint hein.

@Ste Catherine : ce que tu pointes du doigt a un nom : l'eugénisme. C'est très à la mode d'épurer l'espèce humaine. Et on commence toujours par les malades mentaux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nerelucia Membre 12 804 messages
Forumeur alchimiste‚ 110ans
Posté(e)

On punit à tout crins les individus : radars, interdiction de droguer les jeunes par l'alcool, de fumer en public et on laisse un parc ouvert dans un hôpital pour malades mentaux, non la responsabilisation existe pour tous. Si on ne peut pas les soigner, qu'on les enferme en cellule. Celui-là semblait un ange, tranquille. Je pense au jeune qui bûchait, faisait des projets.

Près de Pau, un fou avait coupé la tête d'une infirmière et l'avait posée sur la télé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
danya Membre 1 673 messages
Forumeur alchimiste‚ 108ans
Posté(e)

La surveillance etait ou dans ce contexte ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)

Nicolas Sarkozy va réunir les ministres de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, de la Justice, Rachida Dati, et de la Santé, Roselyne Bachelot, à l'élysée. Yeah ! Encore une loi "émotion", on va faire venir les parents à l'Elysée, et puis on va nous dire qu'on s'occupe de tout. Sauf que le système de santé publique est bradé.

Si vous cherchez des coupables, ils ont pour non réalisme et pragmatisme économique. L'Etat n'a pas la vocation d'assister les gueux dans leur parasitage. Pourquoi alors financer des structures pour mongoliens improductifs ?

Savez vous que faute d'argent, les fous sont jetez en prison ?

Que faute de temps et d'équipes, les fous ont un traitement psychiatrique par médicament au lieu d'avoir une psychothérapie ? Alors pourquoi s'étonner ?

Si la société n'a plus les moyens de s'occuper de ses faibles, ses malades, ne parlons pas des vieux agonisants dans les maisons de retraites, réjouissons nous ! Ca fait plus de pognon pour les vivants.

Non ? Ou est l'arnaque ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jadus Membre 398 messages
Forumeur survitaminé‚ 108ans
Posté(e)
Nicolas Sarkozy va réunir les ministres de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, de la Justice, Rachida Dati, et de la Santé, Roselyne Bachelot, à l'élysée. Yeah ! Encore une loi "émotion", on va faire venir les parents à l'Elysée, et puis on va nous dire qu'on s'occupe de tout.

Rachida Dati planche sur une loi depuis pas mal de temps et n'a pas attendu ce drame pour le faire. On en parlait déjà après divers cas de pédophilie : enfermer les plus dangereux et susceptibles de recommencer, dans des centres fermés, des vrais, pas des hôpitaux psy "simples".

Que faute de temps et d'équipes, les fous ont un traitement psychiatrique par médicament au lieu d'avoir une psychothérapie ? Alors pourquoi s'étonner ?

Les malades mentaux ont des problèmes qui ne se résolvent pas par une psychothérapie. Ce ne sont pas des TOC ou des névroses. Le problème est bien plus grave et nécessite l'utilisation d'anti-psychotiques et d'autres drogues, seules capables de les aider... Et encore ! Leur problème est biologique, chimique, rien qu'un divan ne puisse soulager.

Si la société n'a plus les moyens de s'occuper de ses faibles, ses malades, ne parlons pas des vieux agonisants dans les maisons de retraites, réjouissons nous ! Ca fait plus de pognon pour les vivants.

Non ? Ou est l'arnaque ?

No comment, on en revient toujours au troll de base :smile2:

Il faut arréter de comparer l'incomparable. Les "faibles", les personnes âgées, les malades, ne sont pas dangereux. Et ça n'est pas qu'une question d'argent. Il y a bien plus en jeu. Les pouvoirs publics n'osent rien faire par crainte des anti-tout, qui, au nom des "droits de l'homme", préfèrent qu'on laisse des assassins dans les rues plutôt que de les enfermer, parce que ça n'est pas en accord avec leur idéologie ultra-laxiste. Et oui, nos dirigeants n'ont pas envie d'être taxés de "facho", même si c'est pour le bien de tous...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)

Ha oui, pardon. Je suis un troll.

C'est vrai que Rachida est une pointure en droit et en médecine. Elle a juste réussi à se faire détester de toute la magistrature.

En bonne sarkosyste, elle brasse de l'air devant les caméras. Pas de décret d'application, pas de moyen, rien, du vent.

Comme toi, expert psychiatre, qui sait qu'on ne traite pas les gens avec des mots mais des médocs. Je crois qu'un peu des deux c'est mieux.

Pour nous, les antis tout, je te signale que oui, il faut mettre les moyens de soigner ses malades, sinon, on peut construire des fours crématoire pour les cramer, comme les nazis avec leur handicapé. Ici on parle bien de maladie et non de droit commun.

Si un pépé prend sa caisse et cartonne une famille, c'est le même problème. On devrait pouvoir lui offrir une alternative à la conduite.

Ce n'est pas être laxiste, c'est être humain. Etre laxiste, c'est de dire comme Sarkozy à l'époque, qui voulait voir dans la pédophilie un problème génétique¿

C'est tellement plus facile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SteCatherine Membre 1 327 messages
Femme Poulpeuse‚ 38ans
Posté(e)

Les faibles ne sont pas dangereux ? Donne un paquet d'allumettes à un enfant pour voir ...

La seule véritable solution c'est de financer des centres d'accueils adaptés avec des soins adaptés et un encadrement adapté.

Quant aux Droits de l'Homme , c'est au delà de la question de principe : si on met un bémol sur un seul être humain, alors le bémol sera valable pour tous. Ca n'aurait plus aucun sens.

Ce n'est pas face à un ange innocent qu'on mesure l'humanité d'une population, c'est justement dans sa capacité à traiter ce qu'elle considère comme monstrueux ou atroce.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
athom Membre 1 522 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Pourquoi pas, ça n'est pas sans logique.

Je suis d'accord pour dire que la seule utilité de la société c'est d'éviter que les gens se fassent buter dans la rue, là où est le mensonge, c'est de faire croire que ça peut marcher à chaque coup. Quelque soit le systeme politique et social et ce dans toutes les cultures, il y a eu, il y a et il y aura un seuil incompressible de meurtres, et la société zéro crimes n'existe pas. Ce facteur hasard étant accepté et assimilé, on peut commencer à discuter de vraies solutions applicables.

oui , mais avec la politique laxiste de sarko , on n'est plus du tout en securite .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jadus Membre 398 messages
Forumeur survitaminé‚ 108ans
Posté(e)

Moui PASDEPARANOIA, un troll pas très au courant qui nous fait de l'anti-sarkozysme primaire en plus. :smile2:

Tu as beau dire que Rachida Dati est détestée, il n'empêche qu'elle prépare cette loi depuis un bon moment. Chose que tu ignores royalement vu ce que tu as dit. Si tu peux faire mieux qu'elle, ne te gêne pas, présente toi aux élections, engage toi politiquement. Pas une pointure en Droit ? C'est sûr qu'avec une maitrise en Droit Public, elle est tout à fait novice en la matière...

Comme toi, expert psychiatre, qui sait qu'on ne traite pas les gens avec des mots mais des médocs. Je crois qu'un peu des deux c'est mieux.

Quand on ne sait pas, on ne dit rien. Tu peux ironiser, la différence entre toi et moi c'est que je suis dans la Santé et que je ne sors pas des inepties sur le traitement de la schyzophrénie ou d'une psychose par un passage sur le divan. Preuve que tu ne sais absolument pas de quoi tu parles. Ne t'en déplaise, les traitements médicamenteux sont actuellement les seules solutions pour lutter contre certaines pathologies mentales...

Les faibles ne sont pas dangereux ? Donne un paquet d'allumettes à un enfant pour voir ...

Depuis quand établit-on une généralité en se basant sur une exception ? Un enfant "faible" peut mettre le feu donc les faibles sont dangereux ? Super, ça va faire avancer le débat d'apprendre ça. C'est un bon raccourci bien sournois. Dans le même genre : Besancenot a fait son bonhomme de chemin donc les facteurs sont bons en politique hein ;)

Quant aux Droits de l'Homme , c'est au delà de la question de principe : si on met un bémol sur un seul être humain, alors le bémol sera valable pour tous. Ca n'aurait plus aucun sens.

Les droits n'ont jamais été les mêmes pour tous. Légalement, les malades mentaux n'ont déjà pas les mêmes droits que nous, puisqu'ils sont considérés comme "incapables" (terme juridique). Quand on envoie quelqu'un en prison, on le prive de son droit à la libre-circulation sans priver les autres français de quoique ce soit, et pourtant ça ne dérange personne. Les Droits de l'Homme ne deviennent pas non plus soudainement caducs..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SteCatherine Membre 1 327 messages
Femme Poulpeuse‚ 38ans
Posté(e)
Quand on ne sait pas, on ne dit rien. Tu peux ironiser, la différence entre toi et moi c'est que je suis dans la Santé et que je ne sors pas des inepties sur le traitement de la schyzophrénie ou d'une psychose par un passage sur le divan. Preuve que tu ne sais absolument pas de quoi tu parles. Ne t'en déplaise, les traitements médicamenteux sont actuellement les seules solutions pour lutter contre certaines pathologies mentales...

Etre dans la santé ça ne veut rien dire. Si t'es infirmier ou aide soignant en geriatrie, à mon avis tu ne sais pas grand chose de la chirurgie cardiaque ou la pediatrie...

Les traitements médicamenteux sont généralement surtout des camisoles de force chimique, qui détruisent les gens physiquement et mentalement. C'est d'ailleurs pour cette raison que beaucoup ne prennent pas leur traitement, pas parce que ça les branche à mort de peter les plombs. Si on te dit : tu prends ça, tu vas devenir bouffi et tu vas mettre trois heures à lire une page de ton écrivain préféré, page que t'auras peut être oublié cinq minutes après...ça t'encouragera pas à prendre ton traitement non plus.

Tu as des médicaments qui permettent d'apaiser et de réguler l'humeur , donc de gerer certaines pathologies, mais dans la majorité des cas, les psychiatres sont justes des distributeurs de médocs trop imbus de leur personne pour écouter ce que racontent les patients et leur famille.

Depuis quand établit-on une généralité en se basant sur une exception ? Un enfant "faible" peut mettre le feu donc les faibles sont dangereux ? Super, ça va faire avancer le débat d'apprendre ça. C'est un bon raccourci bien sournois. Dans le même genre : Besancenot a fait son bonhomme de chemin donc les facteurs sont bons en politique hein ;)

Bah je peux te faire un catalogue d'exceptions sournoises si tu veux. Le problème avec les êtres humains, c'est qu'ils agissent uniquement pour embêter les braves gens qui ont des idées très claires sur le fonctionnement du monde. Ca serait tellement plus simple si les êtres humains étaient des robots ... :smile2:

Bon alors le catalogue :

- un brave papi avec une vue déficiente qui prend la voiture

- une personne souffrant d'allzeihmer qui va faire joujou avec la gazinière ou avec des produits dangereux

- un enfant qui trouve la carabine de son papa chasseur, ainsi que les cartouches

- une personne vivant dans un logement insalubre qui va foutre le feu en tentant de se chauffer avec un chauffage à petrole

Ces personnes sont des personnes faibles ou en faiblesse au regard de la société ET potentiellement dangereuses.

Je te retourne l'argument de l'exception dans la mesure où ( heureusement ) les crimes comis par des malades mentaux sont exceptionnels.

Les droits n'ont jamais été les mêmes pour tous. Légalement, les malades mentaux n'ont déjà pas les mêmes droits que nous, puisqu'ils sont considérés comme "incapables" (terme juridique). Quand on envoie quelqu'un en prison, on le prive de son droit à la libre-circulation sans priver les autres français de quoique ce soit, et pourtant ça ne dérange personne. Les Droits de l'Homme ne deviennent pas non plus soudainement caducs..

Les droits de l'homme sont un idéal vers lequel la société se doit de tendre. Il n'existe aujourd'hui aucune société capable de les appliquer dans leur ensemble. Ca n'est pas une raison pour regresser en permanence en se comportant comme des gros barbares fiers de l'être.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)
Moui PASDEPARANOIA, un troll pas très au courant qui nous fait de l'anti-sarkozysme primaire en plus. :smile2:
Entre anti et pro, je préfère anti. Est ce primaire que de s'interroger sur les déclarations d'un président de la république ? Sarkozy a t il oui ou non fait cette déclaration malheureuse sur la pédophilie ?
Tu as beau dire que Rachida Dati est détestée, il n'empêche qu'elle prépare cette loi depuis un bon moment. Chose que tu ignores royalement vu ce que tu as dit. Si tu peux faire mieux qu'elle, ne te gêne pas, présente toi aux élections, engage toi politiquement. Pas une pointure en Droit ? C'est sûr qu'avec une maitrise en Droit Public, elle est tout à fait novice en la matière...
Rachida Dati : Je suis le symbole de la France. C'est tout. Bon, elle est diplômée, elle a juste menti pour rentrer à l'ENM, rien de grave. Donc elle potasse sa loi depuis 2007, retoqué par le Conseil Constitutionnel. Moi je ne suis pas ministre, mais quand je donne un travail, j'attends qu'on me dise que c'est parfait. Projet de loi d'ailleurs hué par tout le corps médical. Notamment par le psychiatres.
Quand on ne sait pas, on ne dit rien. Tu peux ironiser, la différence entre toi et moi c'est que je suis dans la Santé et que je ne sors pas des inepties sur le traitement de la schizophrénie ou d'une psychose par un passage sur le divan. Preuve que tu ne sais absolument pas de quoi tu parles. Ne t'en déplaise, les traitements médicamenteux sont actuellement les seules solutions pour lutter contre certaines pathologies mentales...
T'es dans la Santé ? Super. Donc prend des pincettes quand tu avances n'importe quoi car t'as même pas le bénéfice de l'ignorance de l'idiot comme moi. Donc tu vas sur wikipédia et tu te tais. Les traitements psychothérapeutiques existe pour la schizophrénie, juste pour l'exemple. Ce qui dans le sujet qui nous intéresse a peut d'importance. Ce qui l'est, c'est la prise en charge adéquat des patients.
Depuis quand établit-on une généralité en se basant sur une exception ? Un enfant "faible" peut mettre le feu donc les faibles sont dangereux ? Super, ça va faire avancer le débat d'apprendre ça. C'est un bon raccourci bien sournois. Dans le même genre : Besancenot a fait son bonhomme de chemin donc les facteurs sont bons en politique hein ;)
Ca c'est du trollage.
Les droits n'ont jamais été les mêmes pour tous. Légalement, les malades mentaux n'ont déjà pas les mêmes droits que nous, puisqu'ils sont considérés comme "incapables" (terme juridique). Quand on envoie quelqu'un en prison, on le prive de son droit à la libre-circulation sans priver les autres français de quoique ce soit, et pourtant ça ne dérange personne. Les Droits de l'Homme ne deviennent pas non plus soudainement caducs..
Même un prisonnier a des droits. Un malade aussi. Un viellard, un enfant de même c'est le rôle de la société de protéger les faibles, sinon c'est le bordel, la loi du plus fort. C'est pourtant simple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Caller of the Storms
Invité Caller of the Storms Invités 0 message
Posté(e)

"je suis dans la santé" ça veut rien dire : tu peux être aide soignant en gériatrie, infirmier en onco med longue durée, comme ASH en service radiologie, autrement dit balayeur des locaux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jadus Membre 398 messages
Forumeur survitaminé‚ 108ans
Posté(e)
Etre dans la santé ça ne veut rien dire. Si t'es infirmier ou aide soignant en geriatrie, à mon avis tu ne sais pas grand chose de la chirurgie cardiaque ou la pediatrie...

Tous les infirmiers reçoivent une formation obligatoire en psychiatrie, et il existe même une spécialisation. Sachant que ce sont ces mêmes infirmiers qui soignent les malades souffrant de troubles psychiques, j'imagine le désastre s'ils "ne savaient pas grand chose"... :o

Les traitements médicamenteux sont généralement surtout des camisoles de force chimique, qui détruisent les gens physiquement et mentalement. C'est d'ailleurs pour cette raison que beaucoup ne prennent pas leur traitement, pas parce que ça les branche à mort de peter les plombs.

Les médicaments d'aujourd'hui ne "brûlent pas le cerveau" des malades comme beaucoup l'affirment. C'est justement en les prenant qu'ils sortent de leurs délires et peuvent plus ou moins se réadapter. Quant à ceux qui cessent leurs traitements, on les revoit bien vite en HP...

Tu as des médicaments qui permettent d'apaiser et de réguler l'humeur , donc de gerer certaines pathologies, mais dans la majorité des cas, les psychiatres sont justes des distributeurs de médocs trop imbus de leur personne pour écouter ce que racontent les patients et leur famille.

Si certains psychiatres agissent comme des distributeurs à médicaments, c'est que ce sont des médecins. Ils sont là pour diagnostiquer et prescrire. Ce ne sont pas des psychologues ou des psychanalystes. Ils héritent des cas plus graves qui nécessitent un traitement médical. On ne guérit pas un psychotique en l'allongeant sur un divan.

Bon alors le catalogue :

- un brave papi avec une vue déficiente qui prend la voiture

- une personne souffrant d'allzeihmer qui va faire joujou avec la gazinière ou avec des produits dangereux

- un enfant qui trouve la carabine de son papa chasseur, ainsi que les cartouches

- une personne vivant dans un logement insalubre qui va foutre le feu en tentant de se chauffer avec un chauffage à petrole

Ces personnes sont des personnes faibles ou en faiblesse au regard de la société ET potentiellement dangereuses.

Ce sont des négligences ou des risques potentiels provoqués par des malades. Comment peux-tu comparer ça à un psychotique qui a des pulsions meurtrières et dont on sait qu'il passera à l'acte tôt ou tard ?...

Je te retourne l'argument de l'exception dans la mesure où ( heureusement ) les crimes comis par des malades mentaux sont exceptionnels.

C'est pour ça que la plupart des gens envoyés en prison sont également suivis psychiatriquement... Ce n'est pas parce qu'ils ne semblent pas totalement déconnectés qu'ils ne souffrent pas de troubles mentaux. Ils sont diagnostiqués plus tard et on n'en parle pas.

Les droits de l'homme sont un idéal vers lequel la société se doit de tendre. Il n'existe aujourd'hui aucune société capable de les appliquer dans leur ensemble. Ca n'est pas une raison pour regresser en permanence en se comportant comme des gros barbares fiers de l'être.

Empêcher des malades dangereux d'agresser ou de tuer c'est régresser et être de "gros barbares fiers de l'être" ?! C'est la moindre des choses pour une société qui prétend protéger ses citoyens !

T'es dans la Santé ? Super. Donc prend des pincettes quand tu avances n'importe quoi car t'as même pas le bénéfice de l'ignorance de l'idiot comme moi. Donc tu vas sur wikipédia et tu te tais. Les traitements psychothérapeutiques existe pour la schizophrénie, juste pour l'exemple.

On en tient un bon là. "Fais gaffe, j'ai raison c'est marqué sur Wikipédia" ;)

Tu ne vas pas m'apprendre comment on soigne les troubles mentaux. J'ai dit qu'une psychothérapie ne soignait pas certaines pathologies qui nécessitent un traitement médicamenteux obligatoire. Je ne vois pas en quoi l'existence d'un accompagnement psychothérapeutique vient infirmer ce que je dis. Essaie donc de soigner des bouffées délirantes et des crises psychotiques avec un divan, on va bien rire. Quant à Wikipédia, je ne savais pas que c'était la nouvelle référence médicale, mais tes sources expliquent pas mal de choses... :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SteCatherine Membre 1 327 messages
Femme Poulpeuse‚ 38ans
Posté(e)
Tous les infirmiers reçoivent une formation obligatoire en psychiatrie, et il existe même une spécialisation. Sachant que ce sont ces mêmes infirmiers qui soignent les malades souffrant de troubles psychiques, j'imagine le désastre s'ils "ne savaient pas grand chose"... :smile2:

Ils soignent les malades ?

===> dans les services psys, ils montent la garde et distribuent les médocs

Faudrait pas tout mélanger, les infirmiers ne prescrivent pas et ne soignent pas en psychiatrie.

Les médicaments d'aujourd'hui ne "brûlent pas le cerveau" des malades comme beaucoup l'affirment. C'est justement en les prenant qu'ils sortent de leurs délires et peuvent plus ou moins se réadapter. Quant à ceux qui cessent leurs traitements, on les revoit bien vite en HP...

Quand tu te rappelles plus ce que tu as dit cinq minutes plus tôt, c'est quoi ? Une réadaptation ?

Comment tu veux bosser dans ces conditions ?

J'ai une amie diagnostiquée borderline qui ne prend ses médocs que le soir parce qu'avec ce qu'on lui prescrit elle serait incapable d'assurer son taf dans la journée. Heureusement pour elle, dans son cas, le traitement médicamenteux peut apporter un mieux être ( tout relatif ) C'est la psychothérapie qui lui permet de "gerer" ses humeurs, pas les médocs. Les médocs ça l'empêche de se jeter par la fenêtre, ce qui est déjà pas mal.

Etre abruti de médoc ne signifie pas sortir de son délire. Ca signifie "être abruti de médocs" et c'est pas une vie, donc pas un véritable soin.

Ce sont des négligences ou des risques potentiels provoqués par des malades. Comment peux-tu comparer ça à un psychotique qui a des pulsions meurtrières et dont on sait qu'il passera à l'acte tôt ou tard ?...

Un psychotique c'est pas un malade ?

Et puis, on sait quoi ?

Tous les psychotiques n'ont pas des pulsions meurtrières. Va savoir qui est violent , qui ne l'est pas ?

Celui ci s'est échappé faute de surveillance , mais l'état ne donne pas les moyens aux hôpitaux de surveiller les malades ( manque de personnel ) et ne propose pas de solution alternative ( centre d'hebergement surveillé pour adultes malades mentaux )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Caller of the Storms
Invité Caller of the Storms Invités 0 message
Posté(e)

Tout ça coute bien trop cher, on va pas en plus payer pour eux !!

Bienvenue au café du commerce.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Théia
Invité Théia Invités 0 message
Posté(e)

Jadus, j'aimerais savoir... quelles solutions préconises-tu ??

Petite parenthèse, il n'y a pas les psychiatres d'un côté, les psychanalystes ou les psychologues de l'autre. Il y a aussi des psychanalystes psychiatres et des psychiatres/psychologues. Ceux-là font du très bon boulot auprès des schizophrènes, entre autre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jadus Membre 398 messages
Forumeur survitaminé‚ 108ans
Posté(e)
Ils soignent les malades ?

===> dans les services psys, ils montent la garde et distribuent les médocs

Faudrait pas tout mélanger, les infirmiers ne prescrivent pas et ne soignent pas en psychiatrie.

En effet, il ne faudrait pas tout mélanger. Je n'ai jamais dit ce que tu as écris. Oui l'infirmier soigne, et il est par définition le seul à pouvoir prodiguer les soins techniques, en suivant les directives du médecin, seul habilité à diagnostiquer. En psychiatrie, il y a effectivement moins de gestes techniques et plus de "social", mais ça ne fait pas moins d'eux des personnels soignants. Ce n'est pas parce qu'ils n'intubent pas, ne perfusent pas, qu'ils deviennent soudainement des "surveillants distributeurs de médocs". Ce sont des infirmiers, diplômés d'état et formés pour pouvoir travailler dans tous les services.

Tu dois confondre "soin" et "diagnostic". Le médecin ne soigne personne. Il ne fait que détecter le trouble qui touche patient, prescrire en conséquence et surveiller de près ou de loin l'évolution du malade. Le seul qui soigne et s'occupe du patient, c'est bien l'infirmier.

Quand tu te rappelles plus ce que tu as dit cinq minutes plus tôt, c'est quoi ? Une réadaptation ?

Comment tu veux bosser dans ces conditions ?

Je ne sais pas de quel trouble tu parles, ni de quel médicament... Mais même s'il existe toujours des traitements lourds, d'énormes avancées ont été faites en général et permettent à certains malades de reprendre une vie quasi normale.

J'ai une amie diagnostiquée borderline qui ne prend ses médocs que le soir parce qu'avec ce qu'on lui prescrit elle serait incapable d'assurer son taf dans la journée. Heureusement pour elle, dans son cas, le traitement médicamenteux peut apporter un mieux être ( tout relatif ) C'est la psychothérapie qui lui permet de "gerer" ses humeurs, pas les médocs. Les médocs ça l'empêche de se jeter par la fenêtre, ce qui est déjà pas mal.

Dans la plupart des cas, ce sont les médicaments qui agissent au niveau de l'humeur et pas la psychothérapie. Par exemple, de nombreux antidépresseurs agissent sur les neurotransmetteurs (sérotonine dans de nombreux cas), ce qui agit sur le moral. La psychothérapie est beaucoup plus limité et ne se suffit pas à elle-même comme tu le dis. Le traitement médicamenteux est nécessaire... Pour le moment, on ne peut pas éviter des effets secondaires lourds dans certains cas, mais c'est mieux que rien...

Etre abruti de médoc ne signifie pas sortir de son délire. Ca signifie "être abruti de médocs" et c'est pas une vie, donc pas un véritable soin.

Quand un traitement médicamenteux sort un malade d'une crise hallucinatoire qui dure depuis des jours, pour lui faire réintégrer le monde réel, c'est déjà une grande avancée. Il n'est pas rare de voir un patient agité, totalement "dans son monde", revenir à un état "normal" après quelques jours d'hospitalisation et de traitement.

Un psychotique c'est pas un malade ?

Et puis, on sait quoi ?

Tous les psychotiques n'ont pas des pulsions meurtrières. Va savoir qui est violent , qui ne l'est pas ?

Celui ci s'est échappé faute de surveillance , mais l'état ne donne pas les moyens aux hôpitaux de surveiller les malades ( manque de personnel ) et ne propose pas de solution alternative ( centre d'hebergement surveillé pour adultes malades mentaux )

Qu'on ne me dise pas qu'un psychotique connu pour ses pulsions violentes soit aussi dangereux qu'un malade d'alzheimer. Certains malades sont plus aptes à nuire aux autres et à eux-même que d'autres. C'est aux médecins de détecter ceux qui ont ces pulsions ou les non-violents capables d'assumer une vie en société. Malheureusement, dans de nombreux cas, les malades restent instables et imprévisibles, comme dans le cas de Grenoble où on se préparait à l'autoriser à sortir...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
AGM Membre 5 933 messages
Le loup dans la bergerie.‚ 30ans
Posté(e)
ce n'est pas la premiere fois que ca arrive .

un pshy a laisser sortir un dangereux psycho pour qu'il puisse se reintegrer dans la societe et il en a profite pour assassiner sa mere .

un fou qui avait le blues a ete mis dans une cellule avec un autre detenu et qui a

bien entendu trucide .

etc....

:mur::mur: Ho! Arrête tu en dit trop, que d'exemples! Tu a raison brulons les psychopathe! :o Et restons entre gens bien....

Mais comment savoir si quelqu'un est dangereux? Puisque toi même tu dénigre... qu'est ce que tu dénigre en fin de compte? La psychiatrie? Donc tu juge que les psychiatre sont des incapables mais tu veux qu'ils définissent qui est "tuable" et qui ne les pas? :mur:

C'est d'un logique implacable :D

Ras-le-bol des "Droits de l'Homme" mis à toutes les sauces pour justifier l'immobilisme des pouvoirs publics face à des gens dangereux...

Ras le bol que ceux qui jouisse le plus des droits de l'homme, ce donne le dorit de cracher dessus éhontément.

Ce droit n'existe pas. Dans la nature tu peux très bien te faire tuer, que ça soit par un déséquilibré ou par un tronc d'arbre qui te tombe dessus.

Faire croire aux gens que la sécurité est un droit inaliénable et surtout qu'elle est un droit qui peut être garanti à 100% est un mensonge. Mourir est une possibilité de chaque instant.

L'utopie d'un monde meilleurs, que "ça pourrait allez mieux si".... L'illusion. Le fantasme.

La société est étrange, elle veut forcer des gens atteints de maladie en phase terminale à vivre et condamne des gens atteints de troubles mentaux parce qu'elle ne sait pas les soigner.

Le problème central est un problème de volonté politique et de moyens. Pas de thune pour la psychiatrie, desinterêt total pour les maladies mentales tant qu'on est pas personnellement concerné ( y'a qu'à lire les réactions ici qui déshumanise totalement les malades...genre c'est la double peine : non seulement ils sont malades mais en plus faut les punir pour ça ), jugement hâtif.

Y'a des malades, il faut se donner les moyens de les soigner au mieux. Si le type s'est évadé c'est parce qu'il n'y a pas assez de personnel pour les surveiller, et puis l'hôpital n'est pas une garderie , sauf qu'il n'y a pas de vraies structures pour les adultes malades mentaux en France, pas de fric.

Les familles sont jugées responsables mais elles ne peuvent pas surveiller 24h/24h des adultes globalement autonomes ( la mère de famille d'1m60 de plus de cinquante ans, elle fait pas le poid face à son fils de 25 ans par ex )

Comment se fait il que les gens vont s'émouvoir si quelqu'un est dérangé parce qu'il a une tumeur au cerveau ou l'allzeihmer , mais devenir totalement insensibles face à des personnes sur lesquelles ça tombe comme ça ?

Aucun parent n'elève son gosse pour qu'il devienne schizo.

Mais çà, cela vient du nombrilisme des gens qui quant il entendent ce genre d'infos pense déjà a eux avant de pensé a la victime. Ils vivent ça par procuration, c'est ressemble a un instinct primaire de conservation. Qui est normale, mais le problème avec les instinct primaire, c'est que cela ne permet pas de bien se servir de son cerveau, les gens ils arrivent pas réfléchir si cela devient trop complexe. Donc on en revien a la bonne methode moyenne ageuse: on brule tous!

De plus quant ont lit certaines.... personnes du peuple qui tend automatiquement a critiqué la psychologie ou même (hérésie! :mur: ) la philosophie par ce que ça va plus loin que le bout de leurs nez...

Les gens on aussi une réaction qui tend vers un simulacre de communautarisme: la communauté des gens normaux, et celle des malade mentaux :mur: Chacun pour ça gueule en claire. Bientôt ont va nous sortir l'excuse qu'ils ont voulu être des psychopathe, ils l'ont surement cherché... un peu comme au moyenne age ou on les accusais d'être le diable par ce que déjà les gens ne comprenais pas trop (petit cerveaux?)

Ah ben quoi qu'on fasse ça se plaint hein.

@Ste Catherine : ce que tu pointes du doigt a un nom : l'eugénisme. C'est très à la mode d'épurer l'espèce humaine. Et on commence toujours par les malades mentaux.

ça me rapelle quelque chose, malade mentaux, homo... juif, gitan, communiste :smile2: ;):mur:

Les faibles ne sont pas dangereux ? Donne un paquet d'allumettes à un enfant pour voir ...

La seule véritable solution c'est de financer des centres d'accueils adaptés avec des soins adaptés et un encadrement adapté.

Quant aux Droits de l'Homme , c'est au delà de la question de principe : si on met un bémol sur un seul être humain, alors le bémol sera valable pour tous. Ca n'aurait plus aucun sens.

Ce n'est pas face à un ange innocent qu'on mesure l'humanité d'une population, c'est justement dans sa capacité à traiter ce qu'elle considère comme monstrueux ou atroce.

Mais qui sont réellement "monstrueux et atroce"?

oui , mais avec la politique laxiste de sarko , on n'est plus du tout en securite .

? laxiste :mur:

Tout ça coute bien trop cher, on va pas en plus payer pour eux !!

Bienvenue au café du commerce.

post-59048-1226604051_thumb.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant