Les guerres médiques


Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

é la demande de goods :snif:

Le terme « Mèdes » désignait dans l'Antiquité une partie du peuple de l'empire perse. On parle de guerres médiques pour désigner le conflit entre les rois perses et la Grèce durant la première moitié du ve siècle av. J.-C.

bataille-navale-300.jpg

Repères chronologiques :

  • -500- 493 : Révolte contre les Perses des cités grecques de l'Ionie (Asie Mineure). Destruction de la ville de Millet.
  • - 490 : Première guerre médique avec une première expédition de Darius contre l'Eubée et Athènes. Les Perses sont rejetés à Marathon.
  • -484-480 : le nouveau grand Roi, Xerxès, prépare une expédition navale contre les cités grecques.
  • Août 480 : début de la deuxième guerre médique, avec passage de l'Hellespont par les Perses sur des ponts de bateaux. Ils forcent le passage des Thermopyles. évacuation d'Athènes.
  • Sept. ¿ 480 : victoire navale des Grecs à Salamine. Xerxès se replie en Asie, laissant une petite armée conduite par Mardonios en Béotie.
  • 27 août 479 : victoire des Grecs à Platées. Retrait de l'armée perse.
  • -449: traité de paix de Callias

carteHouotGrece.jpgsource: memo.fr

Le roi Darius Ier, dit "Grand Roi" en tant que souverain de l'empire perse, était sûr que les cités grecques d'Ionie lui resteraient fidèles. Leur contrôle s'avérait d'autant plus important qu'elles approvisionnaient la Grèce en blé et en bois. Voulant s'assurer le contrôle de voies commerciales, il subit un revers contre les Scythes, ce qui incita ces cités d'Ionie (Milet, éphèse, Phocée, Clazomènes, Colophon, Priène, Téos, Chios, Samos, érythrée, Myonte,Lébédos et Smyrne) à se rebeller. En 499, Milet se soulève la première. Malgré un traité et une certaine fidélité, la ville ne reconnaît pas la supériorité des barbares (non Grecs). Les autres cités sont prospères et sont donc tentées de se libérer du joug perse. Aristagoras brandit l'étendard de la révolte et s'empare de plusieurs navires perses ou phéniciens. Il proclame ensuite l'égalité des cités ioniennes. Il part ensuite solliciter l'aide de la Grèce, mais seules Athènes et érétrie répondront à l'appel. La flotte grecque anéantit la flotte phénicienne et il faudra aux Perses six ans pour mater la rébellion. En 494, Millet se retrouve seule. Elle est assaillie à la fois par terre et par mer et sera rasée pour l'exemple.

La prise de Millet bouleversa la Grèce. Darius Ier n'oublia pas l'aide apporté et décide, en 492 av. J.-C., d'envoyer une expédition punitive. Son gendre Mardonios est chargé de s'assurer de la fidélité de la Thrace et de la Macédoine. Sa flotte fait ensuite voile vers Thasos, mais perd la moitié de ses navires dans une tempête au cap du mont Athos. Darius prépare l'offensive en 491. Le nombre de soldats est controversé mais sans doute considérable pour l'époque. L'armée perse prend le contrôle de Naxos, Délos, ravage Carystos et érétrie (qui avait soutenu les cités ioniennes). L'armée débarque en 490 à Marathon et décide d'attaquer Athènes par un autre point : une partie des hommes rembarque à destination de Phalère, afin d'accéder rapidement à l'Acropole. Athènes attend un renfort spartiate qui tarde et se voit obligée d'envoyer ses troupes contre les Perses dans la plaine de Marathon, sous la conduite de Miltiade, qui compte sur l'efficacité de la phalange (formation serrée d'hoplites, guerriers armés de longues lances, boucliers, casques et jambières).

hoplite.gif

La phalange grecque l'emporte de justesse. Mais la flotte perse continue sur Phalère. Selon les historiens, c'est alors que Philippidès aurait couru vers Athènes afin de prévenir la cité, donnant son nom à la future course de marathon (la longueur de 42,195 km fut fixée en 1908 d'après la distance séparant le château de Windsor et la loge royale du stade olympique à Londres). La phalange fit une marche forcée pour rejoindre l'armée perse à temps pour protéger la ville. Les Perses renoncent à débarquer. Darius ne pourra préparer sa vengeance car il meurt en matant une révolte de satrapes en égypte en 486.

Son successeur, Xerxès, entend néanmoins prendre le relais en préparant une nouvelle expédition. Il prend cette fois son temps et se sert de Carthage pour détourner l'attention sur les cités grecques de Sicile. Il s'efforce également de rallier plusieurs peuples pour renforcer ses troupes, y compris des cités de Grèce continentale : la Locride et la Béotie (Thèbes) se rangent à ses côtés. Un cousin de Xerxès, Mardonios, propose, pour éviter les tempêtes, d'utiliser des passages étroits, c'est pourquoi les Phéniciens et les égyptiens sont chargés de construire un double pont de bateaux (360 navires) sur l'Hellespont depuis Abydos jusqu'à un promontoire situé entre Sestos et Madytos, tandis que des trières sont positionnées dans l'isthme de l'Acté (314 navires). Là encore, le nombre de troupes mobilisées varient fortement entre les historiens de l'époque et les historiens contemporains. L'arrivée de Xerxès au printemps 480 avec ses troupes d'élite marque le début de la deuxième guerre médique. Le passage sur les ponts de bateau aurait pris sept jours et sept nuits. La Grèce, minée par ses querelles intestines entre cités, ne réagit guère au début. Thémistocle, élu stratège après Marathon, avait heureusement compris l'importance d'une flotte et fait en sorte de remplacer la rade de Phalère par un vrai port à Pirée, financé par les mines d'argent du Laurion, au sud-est d'Athènes (en 480, Athènes possède deux cents trières). En 481, trente et une cités s'allient enfin à Corinthe pour repousser l'invasion perse. Le commandement est confié à Léonidas Ier, roi de Sparte, pour les fantassins, et Eurybiade, un autre Spartiate, pour la flotte. Le temps de s'organiser, les Perses se sont emparés de la Thessalie. En août 480, les Grecs se positionnent enfin aux Thermopyles (les « Portes chaudes », à cause de sources thermales), un passage obligé pour les Perses à l'entrée de la Béotie et de la Grèce centrale. La flotte se positionne, elle, à Artemision. Malgré une tempête, la supériorité numérique perse apparaît si imposante qu'Eurybiade et son adjoint, font demi-tour. Par chance pour les Grecs, une nouvelle tempête décime le reste de la flotte perse.

Les Thermopyles sont un passage très étroit et barré par les vestiges d'un mur. Les troupes de Léonidas parviennent donc à repousser leurs ennemis, y compris les fameux Immortels, les troupes d'élite de Xerxès. Mais Léonidas est trahi par un certain éphialtès, qui livre aux Perses le moyen de contourner l'armée grecque, par le sentier d'Anopée. Léonidas décide alors de se sacrifier avec les 300 hoplites Spartiates, ainsi que sept cents soldats des cités de Thèbes et de Thespies, pour laisser aux Grecs le temps d'organiser leur défense et à l'armée de se retirer en bon ordre. Le massacre devint l'emblème de la résistance grecque : au sommet du Kolonos, théâtre de l'ultime résistance spartiate, sur lequel fut érigé un mausolée, une inscription du poète Simonide de Céos (556-467), commémore cette action : « Passant, va dire à Sparte qu'ici ses fils sont morts pour obéir à ses lois ».

dyn009_original_459_281_pjpeg_48265_3fe3fe8b3dfc7c5be6f6327c750c0102.jpg

Les Perses traversent la Béotie et se rapprochent d'Athènes. La ville ne possède pas de remparts à l'époque. La population est évacuée. La ville est finalement abandonnée aux mains des Perses, qui pillent et massacrent les rares insurgés. Thémistocle demande à la flotte grecque de se rassembler à Salamine, sa rade étroite empêchant l'encerclement. Elle se met légèrement en retrait du détroit pour que la flotte perse s'installe dans le goulet. Le 29 septembre 480, Xerxès s'installe sur un trône en haut sur le mont Aegalée, qui domine le détroit. Mais les Perses commettent une erreur par excès de confiance, dont les navires athéniens vont profiter. La bataille ayant duré environ douze heures. Aristide, un banni rappelé par les Grecs, à la tête d'un détachement d'hoplites, débarque sur l'îlot de Psyttalie et y anéantit les troupes que Xerxès avait fait installer la nuit précédente. Dans cette bataille, les Perses ont perdu près de deux cents trières, et les Grecs une quarantaine

Bien que le Grand Roi ait encore des troupes terrestres, il préfère abandonner et laisse le commandement à Mardonios. Il considérait que son principal objectif, la chute d'Athènes, était atteint, sauvant ainsi les apparences. Pendant les quartiers d'hiver des troupes perses en Thessalie, les ambassades vont bon train mais s'avèrent inopérantes, aussi Mardonios entreprend d'envahir l'attique. Pausanias, neveu de Léonidas et régent de Sparte, mène alors une coalition grecque. Mardonios choisit de se positionner à Platées, endroit qui doit favoriser sa cavalerie. L'assaut a lieu le 27 août 479. La résistance est farouche et la mort de Mardonios entraine la défaite perse. Thèbes, qui avait collaboré avec les Perses est sévèrement punie. La victoire grecque est accentuée par la bataille navale du cap Mycale à l'automne.

En 449, la paix de Callias est signée, mais après que les Grecs ont récupéré plusieurs cités. Un siècle et demi plus tard, la conquête de l'empire perse de Darius III par Alexandre le Grand sera considérée comme une grande revanche.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité Galen
Invité Galen Invités 0 message
Posté(e)

Une partie d'Histoire que je ne connaissais pas (ou plus....).

Un moment de culture bien sympathique ma foi :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
game95560 Membre 2 689 messages
Forumeur alchimiste‚ 24ans
Posté(e)

Merci a toi pour ce topic très intéressant :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Merci pour cette "révision" :snif:

Cela fait longtemps que je n'avais pas lu sur ce sujet :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Pas une révision pour moi :snif:

Faut que j'imprime pour tout saisir.

:snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Caller of the Storms
Invité Caller of the Storms Invités 0 message
Posté(e)
[

En 449, la paix de Callias est signée, mais après que les Grecs ont récupéré plusieurs cités. Un siècle et demi plus tard, la conquête de l'empire perse de Darius III par Alexandre le Grand sera considérée comme une grande revanche.

Un peu de rigueur, Alexandre est mort en 323, mais c'est juste pour pinailler un peu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Ouais, franchement, c'est du pinaillage. :snif:

1) C'est pas un sujet sur Alexandre le grand, donc je pense qu'on peut tolérer une expression approximative.

2) Alexandre a défait Darius bien avant 323, donc l'écart est encore plus grand! :snif:

Je me demande si tu me cherches pas un peu... :snif:

P.S.: c'est une synthèse, une sorte de vulgarisation scientifique pour ceux qui ne connaissent pas du tout, pas de l'Histoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Caller of the Storms
Invité Caller of the Storms Invités 0 message
Posté(e)

Oui oui c'est vraiment pour couper les cheveux en quatre.

Sinon ça me parait pas mal comme papier. Tu as fait une licence ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Coast liners Membre 3 802 messages
Forumeur out‚ 27ans
Posté(e)

C'est un intéressant travail de recherche, j'aime bien cette époque.

Merci! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité michaelaro
Invité michaelaro Invités 0 message
Posté(e)

juste pour ajouter...Mèdes donnera le terme de médisant... Excellent papier Lily...suis fan :snif::snif: Ajoutons enfin que cette victoire signe le début de l'hégémonie athénienne qui sera à son apogée au 5ème siècle av.J.C. avec Périclès. Notons aussi que la Ligue de Délos scellera à la fois la thalassocratie athénienne mais aussi sa fin...le kidnapping du tribut de Délos vers l'Acropole mettra les cités en rage...

Modifié par michaelaro

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ozmaestro Membre 413 messages
Forumeur survitaminé‚ 29ans
Posté(e)

Merci pour ce joli texte. Et j'aurais aimé connaître tes références bibliographiques. Si tu t'es basé uniquement sur Hérodote ou d'autres ouvrages pour les autres détails, etc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

Je ne suis pas historienne (j'ai fait quelques études d'histoire, il y a bien longtemps, c'est tout) donc je n'ai pas puisé à la source pour réaliser cette synthèse ; j'ai repris des ouvrages et des articles de synthèse en bibliothèque et sur Internet, je ne me souviens même plus lesquels ;) . Cela n'a plus de valeur que wikipédia: ce que je souhaitais faire c'est que, au lieu d'offrir des éléments de réponse à quelqu'un qui fait une recherche, je proposais une synthèse informative pour quelqu'un qui se promène sur le forum. J'essaie de faire des sujets hors Histoire de France.

Donc, à ne surtout pas prendre comme référence! :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)
Donc, à ne surtout pas prendre comme référence! ;)

Quelle modestie! :smile2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant