Prendre un amant pour ou contre?


Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

C'est clair que t'es pas catho, t'es tellement de mauvaise foi :snif:

-----

A partir du moment où ta relation de couple est basée sur la confiance et la fidélité, ne pas dire a ton conjoint que tu l'as trompé, c'est lui mentir.

Lui mentir par omission puisque, parce que ton conjoint a confiance en toi et ne te demande pas chaque jour si tu as couché avec quelqu'un d'autre que lui la veille, tu n'as finalement pas besoin de répondre a une question explicitement formulée( bien commode hein?),tout en sachant en ton fort intérieur, que l'attitude que tu as, n'est pas celle tacitement attendue par l'autre.

Laisser l'autre croire que tu es fidèle, en ne lui disant pas que tu ne l'es pas. C'est lui mentir in fine.

Concernant tes exemples, ton raisonnement est biaisé, car tu oublies la notion de l'attente de l'autre et de la conformité du comportement effectif avec le comportement attendu.

Je n'ai pas besoin de dire ce que j'ai mangé ce midi, je ne mens pas en ne disant pas ce qu'il y avait dans mon assiete, l'autre n'attend pas cela de moi.

Par contre l'autre pense que j'ai mangé avec monique alors que je mangeais la saucisse de robert, le laisser croire, c'est le laisser dans l'erreur, donc en dehors de la vérité, en toute conscience. Je ne lui dis pas la vérité. Je le laisse croire que j etais avec monique. On peut dire que c'est mentir ...par omission.

Modifié par Elaïs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

eryx VIP 8 660 messages
Dresseur d'ours‚ 45ans
Posté(e)
C'est clair que t'es pas catho, t'es tellement de mauvaise foi :snif:

Joli jeu-de-mot! Mais je ne suis pas de mauvaise foi, n'étant d'aucune foi. Je refuse les dogmes et les embrigadements religieux qui enferme et corrompent les esprits, surtout que le dénie de cet argument est la plus belle preuve de l'aveuglement de l'esprit endoctriné. :snif:

-----

A partir du moment où ta relation de couple est basée sur la confiance et la fidélité, ne pas dire a ton conjoint que tu l'as trompé, c'est lui mentir.

Lui mentir par omission puisque, parce que ton conjoint a confiance en toi et ne te demande pas chaque jour si tu as couché avec quelqu'un d'autre que lui la veille, tu n'as finalement pas besoin de répondre a une question explicitement formulée( bien commode hein?),tout en sachant en ton fort intérieur, que l'attitude que tu as, n'est pas celle tacitement attendue par l'autre.

Laisser l'autre croire que tu es fidèle, en ne lui disant pas que tu ne l'es pas. C'est lui mentir in fine.

Encore une fois tu passe au crible de tes propres envies les attentes de l'autre.

Que sais-tu des attentes de l'autre? éventuellement ce qu'il t'en dit, mais en fait tu n'en connais rien!

Que connaissent les autres de tes attentes? Et si l'autre, il s'en tape que tu lui rende des comptes sur ce que tu fais de tes fesses?

En revanche si "l'autre" de dis "notre relation est basée sur la fidélité", c'est que tu acceptes de construire sur des vétilles. C'est comme de dire "notre relation est construite sur le fait que tu ne manges pas de camembert" Et encore il est plus important de manger du camembert.... :snif:

En ce qui me concerne, dans ma relation à l'autre, il n'y a pas de postulat, d'ultimatum, de contrainte sclérosantes, ni de corsets moraux (Réminiscence de....................... :snif: tu connais la suite)

Je comprends que l'on puisse se rassurer, et puis pourquoi pas faire des challenges, c'est vrai c'est rigolo. Moi demain je ne parle quà des gauchers! Tiens! C'est vrai que l'on ne passe à côté de rien, comme ça, hein! :snif:

Concernant tes exemples, ton raisonnement est biaisé, car tu oublies la notion de l'attente de l'autre et de la conformité du comportement effectif avec le comportement attendu.

Je n'ai pas besoin de dire ce que j'ai mangé ce midi, je ne mens pas en ne disant pas ce qu'il y avait dans mon assiete, l'autre n'attend pas cela de moi.

Par contre l'autre pense que j'ai mangé avec monique alors que je mangeais la saucisse de robert, le laisser croire, c'est le laisser dans l'erreur, donc en dehors de la vérité, en toute conscience. Je ne lui dis pas la vérité. Je le laisse croire que j etais avec monique. On peut dire que c'est mentir ...par omission.

Toi, tu extrapoles les attentes de l'autres, tu n'y répond pas!!

Ensuite au niveau du raisonnement tu dis que mentir par omission ce n'est valable que si l'autre attendait que tu lui rende des comptes et que tu ne l'as pas fait? C'est cela?

Ce qui veux dire aussi que tu dois aussi lui dire quand il ne s'est rien passé.....

Tu as la liste de toutes les attentes de l'autres pour être sur de ne pas lui mentir par omission? Parce qu'à moins de vivre avec une holothurie, ça doit être un bottin complet! Vous faites comment? Il y a une check-list? Parce que moi c'est que je pourrait en avoir des attentes................

Mais en revanche, plutôt que d'être dans l'attente (et donc la frustration ou la peur du mensonge -par omission-) n'est-il pas bon de prendre ce que l'on donne sans "attendre" et donc sans risquer d'être déçu?

Enfin, je dis ça.............

Un esprit libre est un esprit qui peut grandir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité la panthere rose 82
Invité la panthere rose 82 Invités 0 message
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
Joli jeu-de-mot!

Merci ;)

Je refuse les dogmes et les embrigadements religieux qui enferme et corrompent les esprits, surtout que le dénie de cet argument est la plus belle preuve de l'aveuglement de l'esprit endoctriné. :snif:

Elle est fascinante ta phrase, car terriblement dogmatique.

En effet, n'est ce pas le propre du dogme d'affirmer que tout ce qui lui est contraire est corrompu en opposant pour seule preuve, que le refus d'y adhérer est l'affirmation même de l'endoctrinement ?

Encore une fois tu passe au crible de tes propres envies les attentes de l'autre.

Cela me parrait une bonne base pour un couple de connaitre ses envies et les siennes.

Que sais-tu des attentes de l'autre? éventuellement ce qu'il t'en dit, mais en fait tu n'en connais rien!

Que sais-tu que je n'en sais rien? :snif:

Oui c'est clair je ne sais en revanche que ce qu'il m en dit, c'est pourquoi je souhaite qu'il m en dise a maximum. Fin j'envisage de vivre avec lui donc oui je veux bien le connaitre ...excusez moi hein :snif:

Que connaissent les autres de tes attentes?

Ce que je leur en dit.

Et si l'autre, il s'en tape que tu lui rende des comptes sur ce que tu fais de tes fesses?

Ben il s'en tape.

En revanche si "l'autre" de dis "notre relation est basée sur la fidélité", c'est que tu acceptes de construire sur des vétilles.

Si l'on considere la fidélité comme une vétilles, oui, mais ce n'est pas mon cas ..pour toutes les raisons que j'ai developper dans les pasges précédentes.

C'est comme de dire "notre relation est construite sur le fait que tu ne manges pas de camembert" Et encore il est plus important de manger du camembert.... :snif:

Non ce n'est pas pareil pour moi. POur toi visiblement oui, pas moi. :snif:

Je n'aime pas puer de la gueule :snif:

En ce qui me concerne, dans ma relation à l'autre, il n'y a pas de postulat, d'ultimatum, de contrainte sclérosantes, ni de corsets moraux (Réminiscence de....................... ;) tu connais la suite)

POur moi , il y a des valeurs. Celles d'amour, de fidelité intellectuelle, de courage intellectuel également...et aussi de fidelité physique. Maintenant, c'est pas une obligation effectivement, si mon conjoint se sent obligé de rester fidele.;qu'il ne le fait plus volontairement ...soit ...mais ce sera terminé car je ne pourrais plus trouver mon bonheur la dedans car j'aurai la conviction de ne plus le satisfaire de manière intégrale.

Je comprends que l'on puisse se rassurer, et puis pourquoi pas faire des challenges, c'est vrai c'est rigolo. Moi demain je ne parle quà des gauchers! Tiens! C'est vrai que l'on ne passe à côté de rien, comme ça, hein!

je comprend aussi que l'on puisse se rassurer en denigrant mes propos pour les réduire qu'a une simple litanie déconnectée de toute reflexion et induite par ma fantasmée education réligieuse.

Moi demain, mon corps ne répondra encore qu'a ses caresses, car les autres hommes a coté de lui ne sont que médiocres quand je les ecoutes parler.

Un esprit libre est un esprit qui peut grandir.

Mais qu'est ce qu'un esprit libre?

Modifié par Elaïs

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Le mensonge par omission, c'est la rétention intentionnelle d'informations importantes, non ?

En gros, éviter toute une suite de discussions par cette occultation de faits dont on sait très bien les implications pour l'autre. En gros, on manipule la vérité des relations.

Mais on peut être très heureux dans l'ignorance ! Sauf que si cette ignorance, cette illusion (qu'aimaient entretenir les forces religieuses sur les masses :snif: on y revient toujours !) vient à être percée à jour, la rupture de confiance sera extrême.

Personne ne tolère d'être manipulé, même "pour son bonheur". C'est lui ôter la liberté de choisir ce qui sera bon pour lui-même ! Lui ôter le possible désir de vérité ! (à moi qu'il ne se complaise aussi justement dans un flou confortable).

La confiance peut cependant s'accomoder de la fidélité ou du batifolage. Mais le mensonge pourrira autant un couple fidèle qu'infidèle !

Pour rebondir sur mon post dans le topic "prendre un amant", on peut être fidèle ou pas, mais il faut les bonnes raisons. Avec la confiance en l'autre.

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
sonndy46 Membre 432 messages
Forumeur survitaminé‚ 34ans
Posté(e)

yop et elaïs je suis d'accord avec vous mais j'ajouterais pour donner au débat une teneur tierce en bique, que karl marx pensait que la contradiction matérielle que l'on vit est un symbole du sens de l'histoire. Beaucoup de faits réels et déterminants nous sont masqués, pour une raison de pouvoir, manipulation "je reste dans le jeu" etc,

mentir par omission, EN PLUS quand la question posée est récurrente et évitée consciemment par une entourloupe de pensée personnelle transcrite dans les mots écrits ou prononcées par le menteur, c'est exactement ce que font ceux qui ont peur de perdre....perdre quoi après, c'est là que moi perso je me soulage. Ils créent leurs propres mensonges, c'est presque que ça me concerne pas, mais quand il s'agit des gouvernants là ça me concerne. Oups, j'ai dérivé :snif:

autant la fille qui me rend la vie différente me gouverne, j'appelle cela comme ça, alors qu'elle soit transparente, je préfère quand je lui demande,

autant les gouvernants qui, et là j'admet c'est total ma subjectivité, exercent une influence sur le quotidien, me gouvernent aussi.

oui donc mon soulagement il est sorti de je ne sais où....aucune raison de l'être c'est la révolte ui devrait m'animer, le sentiment de trahison... :snif: A voir :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
eryx VIP 8 660 messages
Dresseur d'ours‚ 45ans
Posté(e)

Ouch!! J'ai pô tout compris!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
Le mensonge par omission, c'est la rétention intentionnelle d'informations importantes, non ?

En gros, éviter toute une suite de discussions par cette occultation de faits dont on sait très bien les implications pour l'autre. En gros, on manipule la vérité des relations.

Mais on peut être très heureux dans l'ignorance ! Sauf que si cette ignorance, cette illusion (qu'aimaient entretenir les forces religieuses sur les masses ;)

Enorme :snif:

yop et elaïs je suis d'accord avec vous mais j'ajouterais pour donner au débat une teneur tierce en bique, que karl marx pensait que la contradiction matérielle que l'on vit est un symbole du sens de l'histoire. Beaucoup de faits réels et déterminants nous sont masqués, pour une raison de pouvoir, manipulation "je reste dans le jeu" etc,

C'est évident ! :snif:

je te remercie d'en parler. Et effectivement, on peut y faire un parrallèle avec la relation de couple.

S'il y en a un qui truque les dés, forcément il prend le pouvoir!

mentir par omission, EN PLUS quand la question posée est récurrente et évitée consciemment par une entourloupe de pensée personnelle transcrite dans les mots écrits ou prononcées par le menteur, c'est exactement ce que font ceux qui ont peur de perdre....perdre quoi après, c'est là que moi perso je me soulage. Ils créent leurs propres mensonges, c'est presque que ça me concerne pas, mais quand il s'agit des gouvernants là ça me concerne. Oups, j'ai dérivé :snif:

Tu dérives pas vraiment en fait et c'est pas anodin, j'ai également utilisé le mot totalitaire qu'on emploie plus habituellement en réference a une organisation de la cité . Mais vu l'importance du mensonge entretenu, je trouvais que le menteur introduisait une sorte de pouvoir autoritaire manipulateur a l'insu de l'autre comme le fait un etat dictatorial ou de manière dogmatique.

autant la fille qui me rend la vie différente me gouverne, j'appelle cela comme ça, alors qu'elle soit transparente, je préfère quand je lui demande,

autant les gouvernants qui, et là j'admet c'est total ma subjectivité, exercent une influence sur le quotidien, me gouvernent aussi.

oui donc mon soulagement il est sorti de je ne sais où....aucune raison de l'être c'est la révolte ui devrait m'animer, le sentiment de trahison... :snif: A voir :snif:

Oui l'autre te gourverne en démocratie tant qu'il te gouverne avec ta volonté, dans le respect du contrat social par analogie. A partir du moment ou il n'agit que pour son profit on est plus en democratie amoureuse.

Bien vu le parrallèle sonnyd :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Les infidèles sont avant tout des fidèles !

(Plaidoyer de Yop! :snif: )

Bon, je vais essayer de tirer quelquechose de tout ça. On a vu les arguments pour et contre l'infidélité, qui sont valables d'un point de vue relatif. Quand on part des symptômes ! :snif:

Mais pour le fondement, je reste sur un point de vue de ce genre (attention, ce n'est que mon avis même s'il m'arrive de prendre un ton parfois péremptoire et très affirmatif) :

Les "défenseurs" de la fidélité ne sont pas tous des bébés naïfs et candides de l'amour, ni des judéo-chrétien enfermés dans leur héritage éducatif. Ce sont aussi bien des gens qui ont vécu une infidélité que des infidèles ou bien les deux à la fois.

Et ce sont aussi des gens qui ont su rester fidèles, sans forcément de frustration.

A l'inverse, je vois que ce sont surtout des infidèles qui cherchent des fondements propres à l'infidélité comme mode de vie (liberté, assouvissement de désirs, ...)

Ceux qui voient la fidélité comme entrave sont, à mon humble avis, victimes réelles de la frustration. La fidélité, la vraie, la choisie, la voulue, celle vécue naturellement même avec parfois des efforts, peut subir des entorses (infidélités) sans pour autant être remise en cause, ni son désir, ni son exigence. Même brisée et finie.

L'infidélité qui dure est juste une fidélité à quelqu'un d'autre !

L'infidélité, elle, doit plier la relation pour se justifier. L'infidélité est une opposition, sans la notion de fidélité, elle n'existe pas. La fidélité est elle l'opposition à l'indifférence, à la non relation, à l'éphémère.

JEU : Je me suis amusé à inverser les deux termes -apparemment opposés ici- de "fidélité" et "infidélité" de la partie en italique (et oui, je m'amuse bien !! ;) ). Pour me faire un vague contre-exemple. Je n'ai pas réussi à argumenter contre les deux phrases en gras.

Donc, si l'infidélité ne remet pas en cause les mécanismes de la fidélité amoureuse (on revient à son conjoint, ou on en choisit un autre, ou on rompt :snif: ), vouloir être fidèle remet bien en cause le fondement de l'infidélité. Il l'invalide !

L'infidélité absolue abolirait cette notion de "choix", qui est la base d'une relation amoureuse (simple ou multiple) et qui différencie ceux à qui l'on se donne de ceux que l'on ignore.

étre fidèle devrait être l'entorse à une relation mâtinée d'infidélité, or on y revient toujours, à cette notion de base. Elle pose des questionnements, ou plutôt des constats, sur la force de la relation et non sur ses failles. (je parle de fidélité choisie honnêtement, toujours. Pas celle imposée par un quelconque contexte)

La fidélité ressemble à un horizon stable vers lequel on peut bien sinuer mais vers qui on tend quasiment inaltérablement, à moins qu'on change d'orientation pour éventuellement aller vers un autre horizon. On a tous besoin d'aller quelquepart, vers quelqu'un, sinon, je crois bien que c'est la souffrance.

Les gens trop volages se reconnaîtront dans cette image de la girouette qui tourne dans tous les sens, sans se fixer au loin et qui au bout d'un moment s'usent.

Fidélité, c'est pour moi l'opposé de possession, puisqu'on ne l'acquiert pas sans la donner aussi (sinon par la contrainte, mais là, c'est une déviance possessive). L'infidélité n'a pas de substance en elle-même. C'est une transition, ce n'est pas viable et ce n'est en aucun cas un mode de vie auto-justificatif, tiraillé JUSTEMENT par le partage.

Ou tolérée par des yeux qui se ferment, qui se soumettent, pour préserver la fidélité. :snif:

Les infidèles sont avant tout des fidèles ! :snif:

La fidélité ne préexiste pas aux dogmes sociétaux.

Les peuples nomades et toutes les tribus nordiques du pré-christianisme ne reconnaissent pas la fidélité.

Je finirais sur les cas de :

-La polygamie qui en pratique se résume souvent à une dominance, une possession (les femmes de polygames ne sont pas fidèles entre elles, ou c'est imposé). Il n'y a qu'un seul référent pour un groupe. Et ce polygame ingère une autre femme dans son giron ou alors trompe le groupe.

-La relation saine à plusieurs implique une fidélité à au moins deux personnes, toutes consentante. On vérifie ça dans des groupes d'amis. Une fidélité élargie. On trahira un groupe au lieu d'un individu.

-Le libertinage, lui, implique une méta-fidélité. On revient toujours aux binômes de base.

@ Lore : la croyance en l'au-delà préexiste bien au dogmes religieux.

La hiérachie, la famille aux dogmes sociétaux.

Pourquoi pas le reste ?

Pfouh ! J'ai été long ! ;) A vous ! :snif:

Modifié par yop!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Théia
Invité Théia Invités 0 message
Posté(e)

Très joli plaidoyer !

parenthèse : (

Ou tolérée par des yeux qui se ferment, qui se soumettent, pour préserver la fidélité. :snif:

Pour ce qui me concerne, tu n'as rien compris. Ou je n'ai pas su être assez claire :snif: . Mais bon, la flemme de ré-expliquer.)

A moi. Ce sera beaucoup plus court :

"Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort" (Gandhi)

(Erfff, je ferais une très mauvaise avocate :snif: )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mistral gagnant Membre 3 967 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

:snif:

Je viens de lire les posts précédents(parfois un peu longs) ,

j'ai beaucoup apprécié les approches de lore ,Théia, yop!

Elaïs,eryx et sonndy46 !

Chacun avec une approche intellectuel ....beaucoup trop "intellectuel" :snif:

"formaté" a la final pour certain.

personne ne fait cas des pulsions physiques ,de l'envie simple

de qlqs d'autre que son officiel!

d'avoir une amitié au delà du simple blabla de rigueur !

Genre...je t'offre un café, je te parle, tu me parle ,tu me plais je te plais...

mais attention je ne te touche pas la main car tatatitata etc etc .

(discours)

Libertinage , amant d'un soir ou plus, tout cela n'est il pas

un peu pareil, non?

Tu peux adorer ton couple et avoir une autre relation

autre "d'intellectuel" avec qlqs un d'autre.

ceux que je veux dire c'est que tu peux apprécier ,parler ,

toucher une autre personne que ton "officiel amour!" :snif:

Voila pour moi le "toucher" est important dans une relation!

Je t'aime pas ,je te parle pas,je te touche pas

je t'aime ...je te parle et je te touche!

Modifié par mistral gagnant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lore Membre 17 812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 47ans
Posté(e)

Excellent Mistral Gagnant..... Grand corps malade..... je sais pas où tu as trouvé cet extrait mais il est très a propos :snif:

Par contre j'ai dit :

Mué je crois pas que le fait de prendre un amant ou une maitresse soit passer à côté de sa vie.... y'a pas de mal à se faire du bien..... trouver des petits bonheurs, se faire plaisir, et arrêter de se poser des questions sur le bien le mal, vivre l'instant présent, aimer et être aimée comme si c'était la première fois, comme si on avait 16 ans à nouveau et pour un court moment vivre pour soit et pour le plaisir..... Oui c'est égoïste mais tu sais quoi? c'est bon!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
personne ne fait cas des pulsions physiques ,de l'envie simple

de qlqs d'autre que son officiel!

d'avoir une amitié au delà du simple blabla de rigueur !

Genre...je t'offre un café, je te parle, tu me parle ,tu me plais je te plais...

mais attention je ne te touche pas la main car tatatitata etc etc .

(discours)

Libertinage , amant d'un soir ou plus, tout cela n'est il pas

un peu pareil, non?

Tu peux adorer ton couple et avoir une autre relation

autre "d'intellectuel" avec qlqs un d'autre.

ceux que je veux dire c'est que tu peux apprécier ,parler ,

toucher une autre personne que ton "officiel amour!" :snif:

Voila pour moi le "toucher" est important dans une relation!

Je t'aime pas ,je te parle pas,je te touche pas

je t'aime ...je te parle et je te touche!

Oui, la pulsion physique, l'envie tactile a été prise en compte, je crois, dans le débat !

Le truc, c'est qu'elle n'est pas déconnectée des sentiments, de la tolérance de l'autre, de la relation du couple ! L'équilibre se créera !

De plus, une complicité intellectuelle avec une autre personne peut être tout aussi troublant qu'une bise appuyée !

Ou tolérée par des yeux qui se ferment, qui se soumettent, pour préserver la fidélité. :snif:

Pour ce qui me concerne, tu n'as rien compris. Ou je n'ai pas su être assez claire :snif: . Mais bon, la flemme de ré-expliquer.

J'ai compris que tu admettrais de laisser batifoler ton conjoint si c'est son désir, si ça le rend heureux, pour ne pas l'enfermer dans une prison de possessivité. (dans la tyrannie de tes propres attentes ? Tu ne parles pas de tes attentes ! Tu parles surtout de te plier aux siennes si son bonheur l'exige !).

Tu dis même que ça ne te ferait pas souffrir -ce qui reste à voir. Et que le couple perdurerait dans ce status quo.

C'est ça ou pas ? :snif:

L'avis de Yop! : Tout ça, dans le but final de le garder, ton homme. De trouver un nouvel équilibre qui ne soit pas exclusivité mais qui tend à préserver le couple et son intégrité, c'est à dire, sa fidélité !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

@ Lore: mais on sait que c'est bon :snif: fin sur le moment :snif:

Quand j'avais 16 ans, justement, a l'absolu j'y croyais, même piiiire, je savais qu'il existait :snif: et je ne voulais que cela, je n'exigeais que cela et je veux exiger encore l'absolu, comme quand j'avais 16 ans. ;)

---------

Les infidèles sont avant tout des fidèles !

(Plaidoyer de Yop! ;) )

Bon, je vais essayer de tirer quelquechose de tout ça. On a vu les arguments pour et contre l'infidélité, qui sont valables d'un point de vue relatif. Quand on part des symptômes ! :snif:

Mais pour le fondement, je reste sur un point de vue de ce genre (attention, ce n'est que mon avis même s'il m'arrive de prendre un ton parfois péremptoire et très affirmatif) :

Les "défenseurs" de la fidélité ne sont pas tous des bébés naïfs et candides de l'amour, ni des judéo-chrétien enfermés dans leur héritage éducatif. Ce sont aussi bien des gens qui ont vécu une infidélité que des infidèles ou bien les deux à la fois.

Et ce sont aussi des gens qui ont su rester fidèles, sans forcément de frustration.

A l'inverse, je vois que ce sont surtout des infidèles qui cherchent des fondements propres à l'infidélité comme mode de vie (liberté, assouvissement de désirs, ...)

Ceux qui voient la fidélité comme entrave sont, à mon humble avis, victimes réelles de la frustration. La fidélité, la vraie, la choisie, la voulue, celle vécue naturellement même avec parfois des efforts, peut subir des entorses (infidélités) sans pour autant être remise en cause, ni son désir, ni son exigence. Même brisée et finie.

L'infidélité qui dure est juste une fidélité à quelqu'un d'autre !

L'infidélité, elle, doit plier la relation pour se justifier. L'infidélité est une opposition, sans la notion de fidélité, elle n'existe pas. La fidélité est elle l'opposition à l'indifférence, à la non relation, à l'éphémère.

Donc, si l'infidélité ne remet pas en cause les mécanismes de la fidélité amoureuse (on revient à son conjoint, ou on en choisit un autre, ou on rompt :snif: ), vouloir être fidèle remet bien en cause le fondement de l'infidélité. Il l'invalide !

L'infidélité absolue abolirait cette notion de "choix", qui est la base d'une relation amoureuse (simple ou multiple) et qui différencie ceux à qui l'on se donne de ceux que l'on ignore.

étre fidèle devrait être l'entorse à une relation mâtinée d'infidélité, or on y revient toujours, à cette notion de base. Elle pose des questionnements, ou plutôt des constats, sur la force de la relation et non sur ses failles. (je parle de fidélité choisie honnêtement, toujours. Pas celle imposée par un quelconque contexte)

La fidélité ressemble à un horizon stable vers lequel on peut bien sinuer mais vers qui on tend quasiment inaltérablement, à moins qu'on change d'orientation pour éventuellement aller vers un autre horizon. On a tous besoin d'aller quelquepart, vers quelqu'un, sinon, je crois bien que c'est la souffrance.

Les gens trop volages se reconnaîtront dans cette image de la girouette qui tourne dans tous les sens, sans se fixer au loin et qui au bout d'un moment s'usent.

Fidélité, c'est pour moi l'opposé de possession, puisqu'on ne l'acquiert pas sans la donner aussi (sinon par la contrainte, mais là, c'est une déviance possessive). L'infidélité n'a pas de substance en elle-même. C'est une transition, ce n'est pas viable et ce n'est en aucun cas un mode de vie auto-justificatif, tiraillé JUSTEMENT par le partage.

Ou tolérée par des yeux qui se ferment, qui se soumettent, pour préserver la fidélité. :snif:

Les infidèles sont avant tout des fidèles ! ;)

Je finirais sur les cas de :

-La polygamie qui en pratique se résume souvent à une dominance, une possession (les femmes de polygames ne sont pas fidèles entre elles, ou c'est imposé). Il n'y a qu'un seul référent pour un groupe. Et ce polygame ingère une autre femme dans son giron ou alors trompe le groupe.

-La relation saine à plusieurs implique une fidélité à au moins deux personnes, toutes consentante. On vérifie ça dans des groupes d'amis. Une fidélité élargie. On trahira un groupe au lieu d'un individu.

-Le libertinage, lui, implique une méta-fidélité. On revient toujours aux binômes de base.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lore Membre 17 812 messages
Electron trop libre / Cible à abattre‚ 47ans
Posté(e)

Mué enfin à force de croire au prince charmant et aux contes de fées on se retrouve toute seule..... :snif:

Pas taper mais si le prince charmant existait on serait déjà toutes dessus :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Chapacha Membre+ 21 021 messages
Folle de chats, yo !‚ 48ans
Posté(e)
Pas taper mais si le prince charmant existait on serait déjà toutes dessus :snif:

Moi non, je serais dessous :snif:

*va prendre (sauvagement) ses amants* --> [ ]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)
Mué enfin à force de croire au prince charmant et aux contes de fées on se retrouve toute seule..... :snif:

C'est éloquent...

Heureusement à 16 ans, c'est vraiment pas cela qu'on a en tête :snif: je dois toujours avoir 16 ans :snif:

Pas peur d'être seule :snif: , seulement peur de la médiocrité :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lazy Membre 13 445 messages
ne sait pas sur quel pied danser‚
Posté(e)

en tout cas le sujet passionne :snif:

pour ma part, prendre un amant inclus la notion de durée, cela remet forcément en cause le couple qui ne l'est plus vraiment puisqu'une troisième personne rentre en jeu :snif:

répondre à la question pour ou contre, j'en serais bien incapable. je sais que des amants ont fait des époux formidables et je sais que des maitresses ont brisé deux êtres qui étaient pourtant faits l'un pour l'autre. certaines relations commencent par une simple pulsion physique d'autres se terminent par un trop grand amour propre ...

je ne crois pas en la fidélité mais pour citer yop "la fidélité, celle vécue naturellement même avec parfois des efforts, peut subir des entorses, sans pour autant être remise en cause"

l'infidélité insurmontable selon moi est celle dont les pensées vont plus à l'amant ou la maitresse qu'à celui ou celle qui partage votre vie

:snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Théia
Invité Théia Invités 0 message
Posté(e)
J'ai compris que tu admettrais de laisser batifoler ton conjoint si c'est son désir, si ça le rend heureux, pour ne pas l'enfermer dans une prison de possessivité. (dans la tyrannie de tes propres attentes ? Tu ne parles pas de tes attentes ! Tu parles surtout de te plier aux siennes si son bonheur l'exige !).

Tu dis même que ça ne te ferait pas souffrir -ce qui reste à voir. Et que le couple perdurerait dans ce status quo.

C'est ça ou pas ? :snif:

L'avis de Yop! : Tout ça, dans le but final de le garder, ton homme. De trouver un nouvel équilibre qui ne soit pas exclusivité mais qui tend à préserver le couple et son intégrité, c'est à dire, sa fidélité !

noooooon ! :snif: arff! il faut que je réexplique ?!

Effectivement je n'interdis rien, mais n'autorise rien non plus ! Et je ne me "plie" à rien ni ne me "soumets" ! Autoriser ou interdire induirait un rapport de force ou de hiérarchie entre nous que je n'envisage pas du tout dans le couple !

Pour moi le respect de l'individualité fait partie intégrante de la confiance (évidemment j'en espère autant en retour ! elles sont là mes attentes !)

Je considère la fidélité sexuelle comme une "contrat" implicite dans le couple. En même temps je trouve stupide de promettre la fidélité jusqu'à la mort.

Je constate que, même chez deux êtres qui s'aiment plus que tout, cette fidélité sexuelle dure rarement toute une vie. La majorité des vieux couples se trouvent à un moment donné confrontés à ce problème (malgré les remises en questions, les discussions, une sexualité épanouissante, etc.)

Je n'associe donc pas forcément l'infidélité sexuelle passagère (l'aventure d'une nuit) à une remise en cause de l'amour du couple. Dans ce cas de figure, si l'amour, notre sexualité, la complicité, la confiance et le respect mutuel (etc) ne sont pas remis en question, ma position est que je préfère ne pas avoir connaissance de cette aventure.

Parce que : lorsque l'infidélité est connue, le couple peine à reconstruire ce lien de complicité qui les unissait, bien que l'amour soit toujours présent. S'aimer en souffrant je n'y tiens pas !

A lui de voir s'il estime nécessaire pour notre couple de m'en parler ou pas ! je lui fais confiance.

Evitement, déni, on peut (je peux) me poser la question. Mais je trouve malgré tout que le jeu (les questions inutiles ou la souffrance) n'en vaut pas la chandelle. (Je n'ai donc jamais écrit que je n'en souffrirais pas :snif: ! j'ai écrit au contraire qu'il y a des risques que j'en souffre!)

En résumé, s'il fait une entorse au "contrat implicite" et que ça ne change rien à notre couple, j'attends de lui qu'il agisse en individu responsable.

Voilà ma conception, comment JE vois et vis les choses (pour moi, pour nous ;) ). C'est plus clair jespère :snif:

ps : j'y pense là........ si vous n'aviez pas compris..... ça veut peut-être dire qu'il n'a jamais rien compris non plus ! ;) ... :snif: ... :snif:

Modifié par Théia

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)
noooooon ! :snif: arff! il faut que je réexplique ?!

Heu.. bein oui alors ! ;)

Effectivement je n'interdis rien, mais n'autorise rien non plus ! Et je ne me "plie" à rien ni ne me "soumets" ! Autoriser ou interdire induirait un rapport de force ou de hiérarchie entre nous que je n'envisage pas du tout dans le couple !

Pour moi le respect de l'individualité fait partie intégrante de la confiance (évidemment j'en espère autant en retour ! elles sont là mes attentes !)

Si tu as des attentes et que tu espères... c'est donc que tacitement tu imposes une conduite ! Ou alors, tu es totalement passive, ce qui est une non-dynamique ! En étant si passive, tu lui imposes la domination, non ?

Donc, pour toi, le couple consiste en deux individualités voisinantes ?

L'interaction est pourtant inévitable ! Les conflits "attentes/satisfaction" aussi !

Je considère la fidélité sexuelle comme une "contrat" implicite dans le couple. En même temps je trouve stupide de promettre la fidélité jusqu'à la mort.

Un contrat modulable ?

Promettre la fidélité est stupide, en effet. Comme l'amour... ça ne se promet pas, ça se donne !

Je n'associe donc pas forcément l'infidélité sexuelle passagère (l'aventure d'une nuit) à une remise en cause de l'amour du couple. Dans ce cas de figure, si l'amour, notre sexualité, la complicité, la confiance et le respect mutuel (etc) ne sont pas remis en question, ma position est que je préfère ne pas avoir connaissance de cette aventure.

Et comme tu n'en sauras rien, tu ne pourras pas savoir si l'amour, la complicité, la confiance etc... est rompue !

Tu le laisses seul juge (et tu lui imposes) le poids de son acte... mais une complicité, c'est à deux qu'on se rend compte si elle est écorchée !

Parce que : lorsque l'infidélité est connue, le couple peine à reconstruire ce lien de complicité qui les unissait, bien que l'amour soit toujours présent. S'aimer en souffrant je n'y tiens pas !

L'amour EST souffrance parfois. Le confort comme fil directeur, pour moi, c'est illusoire !

On ne peut pas tout le temps avoir le beurre, l'argent du beurre et le cul du crêmier ! :snif:

A lui de voir s'il estime nécessaire pour notre couple de m'en parler ou pas ! je lui fais confiance.

Tu partitionnes le couple, ce qui n'est pas spécialement mauvais. Mais en faisant ça, tu te dédouanes de ton rôle dans ses propres désirs. Tu sembles devancer et te laver de ta responsabilité dans la tromperie potentielle.

Un acte préventif ? Je ne comprends toujours pas en fait...

Pour moi, c'est occulter !

Evitement, déni, on peut (je peux) me poser la question. Mais je trouve malgré tout que le jeu (les questions inutiles ou la souffrance) n'en vaut pas la chandelle. (Je n'ai donc jamais écrit que je n'en souffrirais pas :snif: ! j'ai écrit au contraire qu'il y a des risques que j'en souffre!)

Tu en souffrirais ! Alors autant aller face, non ?!

En résumé, s'il fait une entorse au "contrat implicite" et que ça ne change rien à notre couple, j'attends de lui qu'il agisse en individu responsable.

Voilà ma conception, comment JE vois et vis les choses (pour moi, pour nous ;) ). C'est plus clair jespère :snif:

Il trompe, il assume, il gère... mais si tu juges les éléments différemment ?

Tu vas te retenir ? Ravaler ? Ou justement occulter pour éviter ça ?

Bref, en résumé, sous couvert de confiance et de respect, je vois plus une sorte de dédouanement, de refilage de patate chaude, de non-implication... :snif:

ps : j'y pense là........ si vous n'aviez pas compris..... ça veut peut-être dire qu'il n'a jamais rien compris non plus ! ;) ... ;) ... :snif:

Tant que TOI, tu te comprends ! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant