Apprendre à penser

Invité Théia
Invité Théia Invités 0 message
Posté(e)

Chapacha et Jolane, mille fois d'accord avec vous.

Il ne s'agit pas de considérer que c'est à l'Education nationale de faire tout le travail Valtesse ! Mais les savoirs ne suffisent pas. Que faire des savoirs si on ne sait les utililser ? les remettre en question ? les extrapoler ? les interroger ? Le rôle de l'école n'est pas de faire des têtes bien pleines, mais des têtes bien faites.

Les parents ont évidemment leur responsabilité dans ce domaine. Eviter que le jeune enfant reste assis devant la télé à longueur de journée, jouer avec lui, l'intéresser et l'éveiller au monde, l'encourager à lire, etc.

Mais on sait très bien que toutes les familles n'offrent pas les mêmes chances à tous les enfants. C'est pourquoi il est primordial que l'école (primaire, collège, lycée, fac) puissent continuer à le faire.

Jolane, la philo à l'école primaire, ça c'est un de mes rêves :snif: ! Certains ont essayé en France, d'organiser des discussions autour "d'ateliers philo".

Mais aujourd'hui la politique de l'Education Nationale ne se dirige pas du tout dans cette voie.

@pheldwin, je viens de voir ton post :snif: . Je suis tout à fait d'accord avec toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)
Jolane, la philo à l'école primaire, ça c'est un de mes rêves :snif: ! Certains ont essayé en France, d'organiser des discussions autour "d'ateliers philo".

Mais aujourd'hui la politique de l'Education Nationale ne se dirige pas du tout dans cette voie.

Putain encore heureux ! Déjà qu'ils savent pas écrire, qu'ils causent pas bien français et qu'ils attendent la cinquième pour apprendre la division euclidienne !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Moi ça me fais pas marrer du tout, de voir des étudiants qui font appel à des écrivains publics pour taper leur thèse ou leurs lettres de motivations ça n'a rien de drôlatique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jolane Membre 911 messages
Forumeur accro‚ 30ans
Posté(e)

Il y a de plus en plus d'enseignants motivés par cette pratique, une majorité enseigne selon la pédagogie Freinet mais pas tous.

Et au niveau de ce que dit l'éducation nationale, je viens de lire récemment dans un livre français que pratiquer la philo pour enfants à raison d'une période par semaine par classe rentrait tout à fait dans les programmes qui demandent une demi heure de débat par semaine et plus de lecture en classe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Théia
Invité Théia Invités 0 message
Posté(e)
Putain encore heureux ! Déjà qu'ils savent pas écrire, qu'ils causent pas bien français et qu'ils attendent la cinquième pour apprendre la division euclidienne !

1 point pour toi (sauf pour la division. Pour l'instant on l'apprend encore en primaire) Les Ateliers Philo ne sont malheureusement pas une priorité dans ces conditions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)
Chapacha et Jolane, mille fois d'accord avec vous.

Il ne s'agit pas de considérer que c'est à l'Education nationale de faire tout le travail Valtesse ! Mais les savoirs ne suffisent pas. Que faire des savoirs si on ne sait les utililser ? les remettre en question ? les extrapoler ? les interroger ? Le rôle de l'école n'est pas de faire des têtes bien pleines, mais des têtes bien faites.

Les parents ont évidemment leur responsabilité dans ce domaine. Eviter que le jeune enfant reste assis devant la télé à longueur de journée, jouer avec lui, l'intéresser et l'éveiller au monde, l'encourager à lire, etc.

Mais on sait très bien que toutes les familles n'offrent pas les mêmes chances à tous les enfants. C'est pourquoi il est primordial que l'école (primaire, collège, lycée, fac) puissent continuer à le faire.

Jolane, la philo à l'école primaire, ça c'est un de mes rêves :snif: ! Certains ont essayé en France, d'organiser des discussions autour "d'ateliers philo".

Mais aujourd'hui la politique de l'Education Nationale ne se dirige pas du tout dans cette voie.

@pheldwin, je viens de voir ton post :snif: . Je suis tout à fait d'accord avec toi.

L'Education nationale n'a pas les moyens de prendre en charge les enfants laissés pour compte.

Voilà ce qui se passe dès la maternelle dans une classe :

Si un enfant n'est pas capable de suivre la cadence, il est laissé dans son coin.

Je sais de quoi je parle.

Un enseignant n'a pas la possibilité de prendre en charge TOUS les enfants. Ceux qui comprennent au quart de tour, c'est bien. Pour les autres, tant pis.

Auparavant, avec la présence d'aide-éducateurs, il était plus aisé de s'occuper de tout le monde.

Plus maintenant. Pas assez de personnel.

Alors compter sur le corps enseignant pour faire le boulot, c'est pure utopie!

Modifié par Valtesse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lunaire Membre 78 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)
Apprendre à penser.

La mission revient-elle aux parents ou à l'école ?

Je pense que leur rôle est complémentaire.

C'est les parents qui enseignent leurs enfants a penser, a reflechir, etc.. Les savoirs les plus important, devrait etre enseigner a la maison.
Je suis d'accord, ce n'est pas à l'école d'apprendre à penser, elle doit apporter un socle de connaisances générales qui sont un peu le carburant, mais la mécanique de la pensée, et l'orientation de celle-ci, ça n'est pas son rôle de la construire et de l'impulser.

On peut en discuter ici :snif:

Ha ! Ont revient au capitalisme l'éducation pas du domaine publique, mais que pour les riches ! ont vas apprendre seulement au enfant les choses qui vont les faire devenir des travaillent pour qu'ils devienne des servent du système capitalisme et de bien petit capitaliste.

Vous étés tous responsable a plus ou moins grand degrés de vos malheurs ! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Monkey.D.Luffy Membre 4 868 messages
Forumeur alchimiste‚ 30ans
Posté(e)

+1 Jolane.

Les parents ont toujours jouer un rôle complémentaire mais aujourd'hui vu que le prof n'a plus l'autorité d'avant ; le rôle revient principalement aux parents (pour ne pas dire exclusivement).

En enlevant l'autorité des enseignants ont les as déresponsabilisé et c'est bien ça le problème :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
axel25 Membre 3 264 messages
coccinelle qui survit dans ce monde‚ 49ans
Posté(e)

Le problème est qu'actuellement, certains parents se reposent sur l'école afin d'assurer l'éducation et la scolarité des enfants.

Dans cette affaire, tout le monde se désengage de ses responsabilité. Les parents parce qu'ils n'assurent plus le soutien, le suivi de leurs enfants (éducation et scolarité) et les profs dont la motivation laisse parfois à désirer.

Quant on voit des réunions profs/parents ou il n'y a pas un parent, on peut se poser des questions...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 139 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)
L'Education nationale n'a pas les moyens de prendre en charge les enfants laissés pour compte.

Voilà ce qui se passe dès la maternelle dans une classe :

Si un enfant n'est pas capable de suivre la cadence, il est laissé dans son coin.

Je pense que le propos de Théia ne consistait pas à dire que l'école devait suivre tous les enfants individuellement (enfin, disons que ce serait un autre débat et que ce n'était pas son propos), mais qu'elle devait garder pour but, pour reprendre l'expression, de former non pas des "têtes bien pleines", mais des "têtes bien faites".

Que c'était indispensable d'assurer ce rôle pour l'éducation, pour tous les enfants, que ce soit pour ceux dont le rôle parental en ce domaine fait défaut, ou pour compléter justement ce rôle parental.

Mais pas à titre individuel, simplement que ce but doit faire partie intégrante de l'enseignement délivré aux élèves.

Ensuite, effectivement, que ce soit pour les têtes bien pleines, ou bien faites, dans les deux cas, le problème du manque de personnel, de moyens, etc ... que tu as évoqué est manifeste, .... et désastreux.

Et ça ne va pas s'arranger.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Théia
Invité Théia Invités 0 message
Posté(e)
L'Education nationale n'a pas les moyens de prendre en charge les enfants laissés pour compte.

Voilà ce qui se passe dès la maternelle dans une classe :

Si un enfant n'est pas capable de suivre la cadence, il est laissé dans son coin.

Je sais de quoi je parle.

Un enseignement n'a pas la possibilité de prendre en charge TOUS les enfants. Ceux qui comprennent au quart de tour, c'est bien. Pour les autres, tant pis.

Auparavant, avec la présence d'aide-éducateurs, il était plus aisé de s'occuper de tout le monde.

Plus maintenant. Pas assez de personnel.

Alors compter sur le coprs enseignant pour faire le boulot, c'est pure utopie!

Dans ce cas, on est d'accord Valtesse :snif: ! C'est ce que je constate aussi et je le regrette d'autant plus que la politique du gouvernement actuel est de supprimer quelques milliers de postes d'enseignants dès l'an prochain.

Est ce que ce n'est pas décider ouvertement que l'école sera faite "pour ceux qui comprennent au quart de tour. Pour les autres, tant pis".

Et pour couronner le tout, je viens d'apprendre que les postes de Maîtres E (enseignants spécialisés dans la grande difficulté scolaires, ceux qui prennent en charge les élèves en difficulté par petits groupes) vont être progressivement supprimés à partir de la rentrée prochaine (info qui attend d'etre confirmée officiellement)

Le problème est qu'actuellement, certains parents se reposent sur l'école afin d'assurer l'éducation et la scolarité des enfants.

Dans cette affaire, tout le monde se désengage de ses responsabilité. Les parents parce qu'ils n'assurent plus le soutien, le suivi de leurs enfants (éducation et scolarité) et les profs dont la motivation laisse parfois à désirer.

Quant on voit des réunions profs/parents ou il n'y a pas un parent, on peut se poser des questions...

Ca n'est pas le cas pour tous heureusement, mais c'est pas faux. Il serait bon d'essayer d'inverser cette tendance :o

Je pense que le propos de Théia ne consistait pas à dire que l'école devait suivre tous les enfants individuellement (enfin, disons que ce serait un autre débat et que ce n'était pas son propos), mais qu'elle devait garder pour but, pour reprendre l'expression, de former non pas des "têtes bien pleines", mais des "têtes bien faites".

Que c'était indispensable d'assurer ce rôle pour l'éducation, pour tous les enfants, que ce soit pour ceux dont le rôle parental en ce domaine fait défaut, ou pour compléter justement ce rôle parental.

Mais pas à titre individuel, simplement que ce but doit faire partie intégrante de l'enseignement délivré aux élèves.

Tu as raison de le rappeler Pheldwyn , pour le coup je m'éloigne moi-même un peu du sujet :snif:;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)
Est ce que ce n'est pas décider ouvertement que l'école sera faite "pour ceux qui comprennent au quart de tour. Pour les autres, tant pis".

C'est déjà le cas, malheureusement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
l'athéologue Membre 1 404 messages
Forumeur alchimiste‚ 62ans
Posté(e)
Apprendre à penser.

La mission revient-elle aux parents ou à l'école ?

Je pense que leur rôle est complémentaire.

C'est les parents qui enseignent leurs enfants a penser, a reflechir, etc.. Les savoirs les plus important, devrait etre enseigner a la maison.
Je suis d'accord, ce n'est pas à l'école d'apprendre à penser, elle doit apporter un socle de connaisances générales qui sont un peu le carburant, mais la mécanique de la pensée, et l'orientation de celle-ci, ça n'est pas son rôle de la construire et de l'impulser.

On peut en discuter ici :snif:

Je dirai les deux, mon général sauf que côté parents il y a des manque.

L'école, jusqu'au lycée (le baccalauréat) doit amener les jeunes à la conscience sociale et politique du monde dans lequel ils vivent.

Mais évidemment, nous sommes plutot dans une logique de formation de moutons bien dressés et bien moulés.. :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

Je joue sur les mots...

Apprendre à penser est le rôle de tout individu. Ce serait même un devoir envers l'humanité. Une exigence mais de qui, de quoi ? C'est en tout cas une chose personnelle, intime et unique. Le monde, les autres, est ce qui va nourrir cet apprentissage solitaire.

Enseigner à penser est impossible. On ne peut qu'éveiller, informer (ou désinformer), attiser, donner envie, transmettre opinions et connaissances, initier, aider, guider, assister.

La pensée, à priori, s'épanouirait mieux en milieu stimulant. Mais trop de stimulis peuvent aussi étouffer toute vraie pensée.

La curiosité est le meilleur vecteur de pensée. Et enseigner à être curieux est impossible. On doit juste montrer l'exemple, servir de modèle.

Un prof qui n'est pas intéressé par ce qu'il enseigne est un mauvais prof. Un parent qui n'est pas investi dans les choses qu'il dit à son enfant est un mauvais parent. Pas tout le temps, pas forcément 24h/24, mais au moins pour les chose importantes.

En étant curieux de l'autre, on lui injecte de sa propre curiosité.

On sème les graines de la pensée. A chacun de la faire germer.

Ps : par contre, on peut endormir la pensée, on peut lui mettre encore plus de barrage que la vie toute seule dresse devant nous. C'est très facile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Elaïs
Invité Elaïs Invités 0 message
Posté(e)

Apprendre a penser : parents ou école ( fin l état) ? je dirais les 2 et plus.

Chronologiquement parlant, les parents arrivent en premier et ont un rôle primordial : c'est eux qui vont stimuler et éveiller. Pour ma part, cet éveil commence avant la naissance, durant la grossesse.

Ensuite entre l'école et les parents il y a tout un relais social qui a également un rôle.

Les parents doivent donner les clés comme le dit seth, pas les solutions, ca , c'est a l enfant de les trouver, et ces solutions se trouvent au travers les livres de classes, les livres des bibliothèques mais également et surtout , les expériences de la vie, celle ¿ci est une école a ne pas négliger.

J'avais lu mais je ne sais plus ou, que les enfants africains ( oui je sais, je saoule avec l afrique mais bon :snif: ) étaient plus eveillés que les notres, ( j'en avais fait moi-même le constat) mais l'article apportait cette explication : le role essentiel du relationnel physique entre la mere et son enfant dans les premiers temps de vie de celui-ci.

En fait, le dernier mome, est tout le temps sur le corps de sa mère : nuit et surtout jour, résultat, il la suit dans toutes ses activités contrairement aux nôtres. Ces enfants, vivent essentiellement dehors, ce qui est d'un importance capitale, puisqu'ils entrent en contact avec la nature de manière plus intense que nous.

Fin tout cela pour dire que pour apprendre et penser il faut en avoir envie, pour en avoir envie il faut que l'on ai éveillé notre curiosité. Et ce des les premiers instants.

Apres l'école est importante d'une part pour l'apprentissage des techniques de réflexion, mais également pour la socialisation.

Apres, tout remettre sur une défaillance du système est trop facile, même s'il est clair que la politique actuelle accentue sciemment cette défaillance: Un peuple qui pense est un peuple chiant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Valtesse Membre 6 551 messages
"Contraria contrariis curantur"‚
Posté(e)

"Think before you are thought".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Théia
Invité Théia Invités 0 message
Posté(e)
Enseigner à penser est impossible. On ne peut qu'éveiller, informer (ou désinformer), attiser, donner envie, transmettre opinions et connaissances, initier, aider, guider, assister.

On peut aussi apprendre à : observer, écouter, estimer, approfondir, fouiller, comparer, interroger, s'interroger, critiquer, contester, approuver, désapprouver, arguer, contredire, défendre, objecter, etc.

Et c'est aussi le rôle de l'école.

Tu semble ne situer l'élève que d'un point de vue passif. L'école est aussi sensée développer l'aptitude à l'auto-critique et à la critique argumentée. C'est ce que j'appellerais la "dé-centration".

Dé-centration possible dans la seule condition d'être confronté à des savoirs bien-sûr, mais aussi à d'autres points de vue, d'autres expériences, d'autres personnalités, d'autres vécus. L'école offre aussi cette possibilité (bien plus que la famille !) : c'est la socialisation, dont parle Elaïs.

Donc, je ne pense pas "qu'enseigner à penser" soit impossible.

Evidemment il ne s'agit pas d'enseigner UNE pensée. Il s'agit d'offrir les conditions de se forger ses propres pensées, et de les remettre en question...

Comme le dit Seth, par la suite c'est une gymnastique d'esprit que chaque étudiant devra lui-même s'efforcer d'entretenir.

Quant à "donner l'envie", c'est la condition première à remplire. Et là il est évident que l'école ne peut agir seule. Le rôle de la famille est essentiel. Pour ce qui concerne l'enfant, l'envie, le plaisir, et donc la curiosité sont directement liés aux rapports affectifs que l'enfant entretien avec les adultes (les premiers étant ses parents).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pheldwyn Membre 11 139 messages
Explorateur de Nuages‚ 39ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Lounet
Invité Lounet Invités 0 message
Posté(e)
Apprendre à penser.

La mission revient-elle aux parents ou à l'école ?

On peut en discuter ici :snif:

J'ai pas encore lu les réponses. J'ai envie de dire : A ni l'un ni l'autre, dans la mesure où l'ennui et la solitude sont les meilleurs stimulants de la pensée. Donc, sachons ménager à nos chers enfants des moments de "rien", des moments d'oisiveté savamment organisés.... Surtout ne pas faire d'horaire d'activités 24h/24. Veiller seulement discrètement à ce que leurs occupations ne tournent pas mal...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant