Aller au contenu

Par-delà le langage...


Messages recommandés

cl4dou Membre 20 messages
Forumeur balbutiant‚ 35ans
Posté(e)

En intitulant son livre Méditations métaphysiques, René Descartes marquait son aversion définitive pour ce qu'on appelle, encore aujourd'hui, la discussion ou la dispute (chacun des partisans s'accroche à une thèse contradictoire et tente de la défendre spontanément sans forcément bien connaître le sujet imposé ; pratique courante, encore aujourd'hui, dans les prépa's HEC...). Il disait ne pas pouvoir acquérir quelconque connaissance par ce processus, estimant que l'on devait méditer sur nous, au calme, avec du temps libre et revenir à ce qui fait nos fondements pour espérer trouver la clef de la vérité.

A l'inverse, il peut être intéressant de penser la discussion dans le sens qu'on y verrait d'une forme d'empressement intellectuel qui conduirait à une fusion aléatoire et spontanée de nos pulsions mentales. D'où l'émergence d'idées nouvelles et inconnues. L'introspection - très brève et quasi-instantanée - est fruit d'une discussion passionnée qui élève nos sens les plus profonds : moment que l'on doit saisir car notre concentration

est à son paroxysme dans une sorte d'orgasme cognitif des choses avec un recul et un degré d'abstraction plus élevés qu'à l'habituel.

On se rend alors compte que le langage n'est plus, pendant un cours instant, une barrière dont les éléments formeraient les remparts (Bergson et Kardec considéraient que c'était à la langue que revenait le tort de ne posséder qu'un seul mot pour plusieurs sensations ou perceptions) mais plutôt une chaîne, un imbriquement dont les mots formeraient les maillons. On pourrait même assimiler les mots à des atomes (à ne pas confondre avec la vision moléculaire et atomistique de l'empirisme qui diffère du sujet actuel et qui n'est pas de moi...) et leurs agencements à des molécules. En conséquence, le couplage, même involontaire, de ces mêmes molécules coderait alors pour une protéine (une pensée) donnée. En réalité, notre intellect dépasse notre raison et créé parfois, en

situation particulière, des séquences d'idées qui, agencées entre elles, forment un concept nouveau auquel nous-mêmes ne nous attendions pas l'instant d'avant (fruit d'un certain hasard comme les "fautes de frappe" en génie génétique).

Nous nous retrouvons, au final, dans l'analyse d'un métalangage (dans le sens au-delà du langage) contrôlé et dirrigé par le hasard du choc de nos pulsions intellectuelles du moment. L'innovation devient alors illimitée et imprévisible d'où le caractère parfois fascinant de ces discussions enflammées que l'on peut avoir en soirée.

Néanmoins, à l'instar du pêcheur, nous devons prendre le risque d'aller chercher cet agencement qui stimule l'esprit en étant éveillé à ce moment et pas, comme l'agriculteur, cantonné dans nos contrées et nos bannalités affligeantes. On peut regretter le caractère trop passif du français moyen qui ne va pas chercher l'innovation comme le dit si bien un ancien sherpa devenu, aujourd'hui, l'Homme le plus influent de son pays d'accueil :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Maki Membre+ 10 092 messages
Maki Sard... Tsar... euh Star ! ‚ 25ans
Posté(e)

Donc, si mon frêre dit que les frites ne sont pas bonnes au macdo, et si moi je dit qu'au contraire, elles sont bonnes, alors on va arriver à la conclusion qu'elles sont bonnes, mais trop salées...

En gros, c'est ça ? :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Auroryn Membre 475 messages
Forumeur survitaminé‚ 28ans
Posté(e)
Donc, si mon frêre dit que les frites ne sont pas bonnes au macdo, et si moi je dit qu'au contraire, elles sont bonnes, alors on va arriver à la conclusion qu'elles sont bonnes, mais trop salées...

En gros, c'est ça ? ;)

:snif::snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 416 messages
Gonade Absolutrice‚
Posté(e)
Donc, si mon frêre dit que les frites ne sont pas bonnes au macdo, et si moi je dit qu'au contraire, elles sont bonnes, alors on va arriver à la conclusion qu'elles sont bonnes, mais trop salées...

En gros, c'est ça ? :snif:

Un recadrage productif ! Oui, c'est ça, en plus ! :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 102ans
Posté(e)
En intitulant son livre Méditations métaphysiques, René Descartes marquait son aversion définitive pour ce qu'on appelle, encore aujourd'hui, la discussion ou la dispute (chacun des partisans s'accroche à une thèse contradictoire et tente de la défendre spontanément sans forcément bien connaître le sujet imposé ; pratique courante, encore aujourd'hui, dans les prépa's HEC...). Il disait ne pas pouvoir acquérir quelconque connaissance par ce processus, estimant que l'on devait méditer sur nous, au calme, avec du temps libre et revenir à ce qui fait nos fondements pour espérer trouver la clef de la vérité.

A l'inverse, il peut être intéressant de penser la discussion dans le sens qu'on y verrait d'une forme d'empressement intellectuel qui conduirait à une fusion aléatoire et spontanée de nos pulsions mentales. D'où l'émergence d'idées nouvelles et inconnues. L'introspection - très brève et quasi-instantanée - est fruit d'une discussion passionnée qui élève nos sens les plus profonds : moment que l'on doit saisir car notre concentration

est à son paroxysme dans une sorte d'orgasme cognitif des choses avec un recul et un degré d'abstraction plus élevés qu'à l'habituel.

Ecrire un livre s'appelant médtations méthaphysique ne signifie pas qu'on se ferme à toute discution. Il y a là un amalgame malheureux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité moricio
Invité moricio Invités 0 message
Posté(e)

Forumeur balbutiant

pip.gif

Messages : 15

Inscrit : 25/11/2007

25fr.gif

spacer.gif

En intitulant son livre Méditations métaphysiques, René Descartes marquait son aversion définitive pour ce qu'on appelle, encore aujourd'hui, la discussion ou la dispute (chacun des partisans s'accroche à une thèse contradictoire et tente de la défendre spontanément sans forcément bien connaître le sujet imposé ; pratique courante, encore aujourd'hui, dans les prépa's HEC...). Il disait ne pas pouvoir acquérir quelconque connaissance par ce processus, estimant que l'on devait méditer sur nous, au calme, avec du temps libre et revenir à ce qui fait nos fondements pour espérer trouver la clef de la vérité.la vérités est ailleurs :snif: les humains ne sont pas prêt encore il ont du mal entre la réalités et le rêves euhhh!!!! je voulais dire la penser comme l'intuision et d'autres aussi :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
korloff Membre 774 messages
Forumeur accro‚ 29ans
Posté(e)

On devrait renomer cette parti en "paranormale" au lieu de "débat". :snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité moricio
Invité moricio Invités 0 message
Posté(e)

merdoum!!!! j'ai merder dans le post je refait donc je disais macarel que la vérités est ailleurs :snif: les humains ne sont pas prés encore trop jeune les humains :snif: ils ont du mal entre la réalités et le rêves euhhhh!!! je voulais dire la penser comme l'intuision et parmis tant d'autre

alcooliques181du5.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×