Vulgarisation musicale


cl4dou Membre 20 messages
Forumeur balbutiant‚ 35ans
Posté(e)

En quoi l’esthétisme et la complexité des musiques d’aujourd’hui sont-ils moins prononcés qu’hier? Ou, pire, pourquoi les jeunes se désinteressent-ils de plus en plus de leur culture occidentale? Qui des jeunes d’aujourd’hui pourraient citer quelques grandes œuvres de Strauss, d’Albinoni, de Vivaldi, de Bach, de Schubert…? Peu. Là où la mondialisation nous a permis d’accéder à toutes les musiques de la planète et à n’importe qui d’en produire, elle a également contraint un grand nombre à se jetter sur les œuvres contemporaines de peur de croire au passé en écoutant ou en réécoutant leurs prédécesseurs. Sans faire de sentimentalisme, l’inculture musicale des jeunes d’aujourd’hui conduit inéluctablement à leur néant réflexif en matière de littérature, de science, de philosophie…

La cause est avant tout d’ordre systémique : l’industrie musicale exige aujourd’hui un rythme de production rapide et compétitif. Ainsi, il est forcément hors de question pour l’artiste de créer une œuvre atypique de peur d’être mis à l’écart de la mouvance actuelle. Il propose alors un objet très proche des précédents en ne prenant aucun risque ce qui lui permet de se renouveller sans être éjecter.

Je pense aussi que le fait est d’ordre psychosocial. « Ce qui sert de nourriture et de réconfort à une espèce d’hommes supérieure doit faire pres­que l’effet d’un poisonsur une espèce très différente et de valeur inférieure » nous dit Nietzsche dans Par-delà bien et mal. L’Homme qui vit continuellement de manière simple, voire abrutissante suivant ses activités, ne veut pas se mettre à penser ou à imaginer lorsqu’il écoute de la musique. Il veut retrouver la substance qu’il côtoie quotidiennement. De manière cognitive, il doit être capable de prévoir ce qu’il va entendre ; s’il est trop surpris, il lui faudra un certain temps pour s’y accommoder ce qui implique davantage de force nerveuse à concentrer (cette dernière étant déjà beaucoup dissiper au travail sans parler de la soustraction qui se fait à son insue sur sa réflexion). Là où les musiques créées par ordinateur (avec des « samples ») ont un avantage énorme sur les grandes œuvres de notre histoire, c’est qu’elles habituent l’oreille de manière progressive en y ajoutant une sonorité de manière aléatoire et graduelle.

La vulgarisation musicale nous a déjà mené à un constat simple : n’importe qui aujourd’hui – sans rien savoir de la musique et sans en avoir sué – peut proposer à l’industrie et au monde (par les maisons de disque et par Internet) un produit baclé sans aucune qualité substantielle. Imaginons alors le pire comme le meilleur (processus déjà engagé) : la découverte de génie, de virtuose contemporain comme la promotion d’horreurs auditives qui n’auront de profonds que le vide artistique de leurs créateurs…

:snif:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité seth rotten
Invité seth rotten Invités 0 message
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
scarface19 Membre 1 269 messages
Forumeur alchimiste‚ 27ans
Posté(e)

honnetement je n est lu que le dernier paragraphe et sur celui ci je me permettrai de dire que effectivement on voi de moin en moin de musique constructive mes les gens l'achete quand même

a partire de la on peut encore se poser des question sur qui achete ce genre de musique? etc mes je n'est pas envie de rentrer dans de tel explication ni probabiliter car je pense que demain je n aurai toujourd pas fini

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yop! Modérateur 20 365 messages
Gonade Absolutrice‚ 35ans
Posté(e)

C'est bien gentil tout ça mais c'est aussi insulter l'intelligence des jeunes de dire qu'ils ne peuvent écouter que de la merde, que s'ils ont acheté un album d'Alizée à douze ans ils sont baisés pour la vie, condamnés à n'écouter que de la soupe. Non !

Il existe déjà un fossé entre le mélomane, le mélomane musicien et la personne qui écoute de la musique pour se détendre, danser, délirer ou simplement d'ambiance.

Cela à toujours été ainsi : la musique populaire et simple (voire simpliste) a TOUJOURS compté plus d'adeptes que les morceaux pointus et complexes. Les mélomanes experts ne sont pas une espèce si présente.

De plus, le marché a évolué : un public de plus en plus jeune a accès au disque. Peut-on exiger à un enfant d'écouter du Chopin ? On peut les initier, mais ils ont aussi "leur" musique, celle qu'ils partagent entre eux, qui leur parle, qui est actuelle, avec leurs idoles. Et ce n'est pas forcément "Papa Pingouin". :snif:

Si la musique la plus répandue aujourd'hui est plus faite pour les tripes que pour la cervelle (sic je-ne-sais-plus-qui), c'est que la fonction des musiques traditionnelles (qui servaient à danser) a été reprise. Les jeunes d'aujourd'hui comme ceux d'hier ont besoin de musiques simples et festives pour se retrouver. Que ce soit du rap, la "nouvelle vague française festive", de la techno hypnotique ou la pop aux accents 80's, pourquoi pas ? Est-ce plus abêtissant que "Jean-petit qui danse, Jean-petit qui daaaanse ! " :snif: et autres merveilles du répertoire traditionnel ?

Les ravages des productions et promotions de masse ( qui exposent à outrance n'importe quelle machine à fric immédiate ) n'ont pas encore supplantés tout réseau musical plus exigeant. Le net ouvre la porte à d'autres. La musique "classique" ou orchestrale n'a jamais été autant à la portée des gens (grâce au cinéma, à la publicité, au prix dérisoire des disques de musique classique,...). Les gens en achètent toujours. Et même si on ne peut citer la référence exacte à chaque coup, la plupart de ces oeuvres sont gravées dans l'inconscient collectif !

Ce qui est à portée d'oreille représente un tableau trompeur de ce que les gens écoutent vraiment.

De plus, les créateurs ont pour essence d'innover. Ca passe aussi par des expériences ratées. Il est vrai que le star-system dévalorise la fonction de créateur au profit de machines à chanter/danser/avoir du charisme. C'est une sorte de catalyseur idiot et cela, personne n'est dupe passé 15 ans !! (les plus gros acheteurs de musique...)

Je vois beaucoup d'ados et pré-ados, dont certains écoutent beaucoup de musique. Leurs goût évoluent, s'affinent. Contrairement à ce que l'on croit, ils cherchent les bons artistes, en parlent, comparent avec les artistes de référence du passé qu'il découvrent.

Et des artistes de talent actuellement, il y en a encore pas mal !

(désolé pour le pavé... ;) )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alltogezer Membre 120 messages
Forumeur inspiré‚ 30ans
Posté(e)

je suis désolé mais certains artiste prenent des risques en changeant radicalement de style d'un album a l'autre après y'a des daubes commercial c'est normal XD

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
konvicted Membre+ 26 419 messages
I. C. Wiener‚ 26ans
Posté(e)
En quoi l'esthétisme et la complexité des musiques d'aujourd'hui sont-ils moins prononcés qu'hier? Ou, pire, pourquoi les jeunes se désinteressent-ils de plus en plus de leur culture occidentale? Qui des jeunes d'aujourd'hui pourraient citer quelques grandes œuvres de Strauss, d'Albinoni, de Vivaldi, de Bach, de Schubert…? Peu. Là où la mondialisation nous a permis d'accéder à toutes les musiques de la planète et à n'importe qui d'en produire, elle a également contraint un grand nombre à se jetter sur les œuvres contemporaines de peur de croire au passé en écoutant ou en réécoutant leurs prédécesseurs. Sans faire de sentimentalisme, l'inculture musicale des jeunes d'aujourd'hui conduit inéluctablement à leur néant réflexif en matière de littérature, de science, de philosophie…

Je pense que ça fait un moment que la musique ne sert plus à réfléchir. On vit dans une société stressée, fatiguée, la musique est là pour l'apaiser, la détendre avant toute autre chose.

La cause est avant tout d’ordre systémique : l’industrie musicale exige aujourd’hui un rythme de production rapide et compétitif. Ainsi, il est forcément hors de question pour l’artiste de créer une œuvre atypiquede peur d’être mis à l’écart de la mouvance actuelle. Il propose alors un objet très proche des précédents en ne prenant aucun risque ce qui lui permet de se renouveller sans être éjecter.

Si j'ai bien compris, tu voudrais que tous les chanteurs soient comme Voulzy. :snif:

Bon sérieusement, malheureusement je pense que tu as tout à fait raison sur ce point, la quantité semble avoir pris le dessus sur la qualité et peu prennent le risque de ne pas faire comme tout le monde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flovia Membre 3 074 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Waou, Cl4dou, toi, tu cherches à nous faire réagir, là! :o

Nooon, c'est pas de la provocation, tttt...

"Néant réflexif en matière de littérature, de science(s), de philosophie...": Pas si sûr, laisse le temps au temps! As-tu tout apprécié d'un coup, toi ? As-tu tout découvert d'un claquement de doigt? Avec les années, les goûts s'affinent, les voies se tracent. Pour ma part, j'ai confiance en l'humanité à ce sujet :o

Cependant, une chose est sûre, nous vivons de plus en plus dans l'urgence! Et l'urgence, maintenant, pour la majorité d'entre nous, ce n'est plus de se triturer les méninges en écoutant du Schuber, du Chopin, du Vivaldi, ou encore moins du Strauss :o !!! Oui,, je sais, quel malheur, mais c'est ainsi!

L'urgence, c'est de défouler, de rêver ou encore mieux de s'évader grâce à la musique!!!

D'accord, nombreux sont ceux qui s'infligent des sons épouvantables, genre hardcore ou fusion ( pour ma part, je n'arrive pas à éprouver du plaisir à l'écoute de hurlements propres à casser les cordes vocales, mais tous les goûts sont dans la nature...) afin de rester dans la mouvance des potes. Mais combien persistent dans leurs choix, une fois leur rage évacuée?

Tu parles aussi de "vulgarisation musicale" en des termes bien péjoratifs, je trouve :o

La musique, c'est une immense palette: il n'y a pas, à mon sens, à faire du sectarisme dans ce domaine non plus.

La musique n'est pas faite pour être "sue" ou même "suée", elle nous est offerte pour être ressentie. Le mot anglais "feeling" est plus évocateur encore! :snif:

La musique est Une et indivisible.

La musique, c'est encore et toujours l'évasion de l'âme. Au même titre que la littérature, la peinture, que sais-je encore... :snif:;):o Et aussi celle du corps: vibrer, chalouper, frissonner, c'est si bon...

A+ :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant