Le harcèlement moral est il un nouveau mode de management?

Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

"L'homme est la mesure de toute chose":

J'ai cette impression que les cas de harcèlement moral augmentent.

Les coutumiers de dossiers en Droit social gèrent souvent des litiges dans lesquels sont liés un licenciement et un cas de harcèlement moral.

L'article 122-49 du code du travail le définit comme :

"les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel."

Il s'avère que celui-ci s'érige en méthode de management :

- soit pour asseoir son autorité sur une équipe,

- par animosité tout simplement,

- pour des fins d'optimisation : comprendre faire partir quelqu'un plutôt que le licencier.

Les mises au placard, les insultes, les propos vexatoires, tout cela sur fond de guerre des nerfs dégradent vite un environnement professionnel.

S'enchainent alors les arrêts maladies, les absences injustifiées et finalement le départ de l'entreprise dans un état psychologique qui necessite des soins (anxiolitiques, anti dépresseurs...).

Avez vous été victime de harcèlement moral?

Avez vous connaissance de cas?

Quelles seraient les moyens de mettre fin à ces méthodes?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Beep Membre 32 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

on en parlait récemment avec certains fait d'acualité, chez PSA notamment où plusieurs salariés se sont donnés la mort après s'être plaint à de nombreuses reprises de pressions psychologiques exercées par leurs patrons.

On sait que la concurrence des entreprises sur certains marchés est une carotte formidable pour certains dirigeants qui souhaitent mettre toutes les chances de leur côté en optimisant leurs productions... mais en interne aussi..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)
on en parlait récemment avec certains fait d'acualité, chez PSA notamment où plusieurs salariés se sont donnés la mort après s'être plaint à de nombreuses reprises de pressions psychologiques exercées par leurs patrons.

On sait que la concurrence des entreprises sur certains marchés est une carotte formidable pour certains dirigeants qui souhaitent mettre toutes les chances de leur côté en optimisant leurs productions... mais en interne aussi..

L'intérêt serait de pouvoir prévenir ce genre de méthode ou de trouver une réponse rapide, avant que le ou les salariés ne se soient suicidé ou aient quitté l'entreprise.

Hors, il me semble que la loi n'a pas prévu les outils pour cela. La preuve du harcèlement moral est difficile et encore plus depuis qu'une loi de 2003 a réorganisé le régime de la preuve (voir l'article 122-52 du code du travail).

A l'intérieur de l'entreprise, bien que l'employeur soit directement responsable des faits de harcèlement moral, il n'y pas d'instance de prévention, quid des délégués du personnel peut être, qui sont plus ou moins impliqués dans ce genre de question.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Certaines entreprises américaines ont fait les comptes : démotiver les gens , les rendre malades psychologiquement , non seulement ça coûte cher mais en plus ça nuit à la performance de l'entreprise .

Du coup , certaines entreprises ( celles qu'on nous montrent en vitrine ) payent des masseurs pour relaxer leurs cadres , d'autres proposent des coins conviviaux pour qu'ils se reposent et destressent .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

Je l ai vecu dans mon entreprise quand on veux ce débarasser de quelqu un on fait ensorte qu il veuille demissionner en jouant moralement sur lui.

En régle générale celà marche sur les personnes les plus consciencieuse a leur travail et qui le prenne a coeur.

Il y a aussi la technique du diviser pour mieux régner qui fonctionne encore.

Dans les grosse boites celà a court regulierement dans mon entreprise nous avons eu aussi des suicides (mais liés a plusieurs facteurs ) mais ces personnes là étaient faible psycologiquement et usée d ou un acte grave qui arrive par la suite.

Un arcellement au travail dévie vite sur la vie familiale et dans son environement personnel.

En gros c est PATHETIQUE. :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
toti Membre 2 920 messages
Sceptique assez convaincu‚ 36ans
Posté(e)

Et ce n'est pas exclusif au privée.

J'ai connaisance d'un municipalité qui a basculé politiquement. De longue date d'un certain bord, elle est passée de l'autre côté. La plupart des employés municipaux se retrouvaient opposés politiquement à leur maire et ses adjoints ; certains peut engagé s'en foutant royalement, d'autres plus engagés se retrouvèrent alors dans une position plus délicate.

C'est une véritable chasse aux sorcières qui s'est alors déclenchée avec mises au placard innombrables, avertissements injustifiés, humiliations, et autres formes d'harcèlement moral... !

Combien de mois de placards, de pleurs tous les soirs en rentrant, de dépressions ? Je ne sais pas mais je sais que c'est injustifiable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ocytocine Membre+ 17 768 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)

J'étais dans une petite entreprise, avec quelques heures seulement en commun et sinon seulement ma patronne... sur mon dos constamment. A une époque, cela a pris de telles proportions que je me suis demandé si elle ne me poussait pas vers la porte, autrement dit me faire démissionner pour éviter de payer des indemnités de licenciement et pouvoir embaucher quelqu'un d'autre. Seule avec elle, je n'avais pas de témoins pour aller me défendre aux prudhommes.

J'ai fini par craquer (cauchemars, crises d'angoisse, douleurs, etc.) car je n'arrivais pas à la calmer et à gérer cette crise. Mon médecin m'a mise en arrêt de travail quinze jours, qui a failli être prolongé, mais j'ai refusé car j'avais besoin de mon salaire plein. Comme j'ai été contrôlée par un médecin de la Sécu et que j'ai vu le médecin du travail pour évoquer la situation, elle a dû prendre peur, car quand je suis revenue, elle est devenue charmante.

Aujourd'hui elle a revendu sa franchise; je change de patrons et ils sont loin, donc je respire. Mais elle m'a dégoûtée du métier. Je cherche depuis des mois dans mon métier d'avant, mais ça ne donne rien. C'est bien cela le problème: malgré la situation, on ne peut pas toujours partir, on doit subir la pression pour ne pas se retrouver au chômage sans allocation.

Moi aussi, j'aimerais bien qu'il y ait plus de moyens de prévenir ou de guérir cet état de fait. Je pense que les cas de harcèlement moral se multiplient et sont également un moyen pour l'employeur de contourner le licenciement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Belizarius VIP 22 812 messages
Mangeur de fromage‚ 37ans
Posté(e)

Je ne connais pas une situation à ce point, fort heureusement.

Malgré tout, on ne peut pas toujours dire que les cadres soient compétents pour diriger une équipe avec un relationnel efficace... plus qu'une volonté réelle de harcèlement moral, le "diviser pour régner" est encore utilisé, et jouer plus ou moins sur la peur ("votre entreprise, aimez la ou quittez la :o)...

Parfois ceux qui mettent la pression sont eux-mêmes victimes de pressions au dessus, et répercutent leur propre peur de perdre leur place sur les salariés de base.

Globalement, l'encadrement manque à mon avis de formation pour gérer correctement un groupe sur le plan du management, de l'organisation du travail, du relationnel et manque parfois tout simplement de psychologie...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité rouzies
Invité rouzies Invités 0 message
Posté(e)

Moi j ai fait un stage de tutorat tres interessant et tres complet seulement sur le terain on ne me donne pas l occasion ni le temps de l appliquer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité al_exe
Invité al_exe Invités 0 message
Posté(e)
Globalement, l'encadrement manque à mon avis de formation pour gérer correctement un groupe sur le plan du management, de l'organisation du travail, du relationnel et manque parfois tout simplement de psychologie...

je suis daccord , c'est certain, néanmoins pas besoin d'avoir fait des études de psychologie de l'entreprise pour savoir que telle attitude n'est pas correcte vis à vis de l'employé...beaucoup sont bien conscients que leur comportement n'est pas "loyal" mais continuent malgré tout; finalement ce sont les employés qui montrent l'exemple :o

enfin bon ya des cons partout, ce n'est pas comme ça dans toutes les entreprises lol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité ralala
Invité ralala Invités 0 message
Posté(e)

J'ai un proche a qui cela est arrivé.

Sa boite a changé de direction et cela s'est tres mal passé avec.

La patronne n'a pas su instaurr un bon climat et avait meme des remarques du style "tu vas pas me casser les couilles". Tout "dialogue pssait par lettre recommandé.

Ca a nuit a a vie professionnelle et personnelle car il a failli se separer car il etait toujours sur les nerfs.

Il a eu des soucis de dos... Il a prevenu l'inspection du travail mais a cause du manque de moyen il a demissionner avant qu'il ne fasse queque chose.

Il a commencer par se mettre en arret et a choisi de demissionner pour preserver sa santé et son couple.

Je ne jette pas la pierre a l'inspection mais rien n'a ete fait, une visite de controle devait avoir lieu mais le manque d'inspecteur fait que ca a trop tarder et qu'il n'a pas tenu.

Il a prefere ne plus en entendre parler et passer a autre chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Le harcélement moral est quelque chose de plutôt indéfini et en tout cas plus que difficile à établir et prouver.

Donner un ordre à un feignasse de première doit-il être assimilé à du "harcélement moral" ? Refaire faire une lettre truffée de fautes ou un arrêté citant des textes inapplicables en l'espèce ou abrogés, est-ce du harcélement moral ?

Car pour l'instant, nous n'avons droit qu'à des témoignages de subordonnés visant les "iniques" supérieurs. Mais il faut voir aussi l'innombrable cohorte des subordonnés bras cassés qu'il est parfois difficile de faire se bouger. Dans un climat de laxisme généralisé, on a tendance à considérer que le chef qui fait son travail c'est à dire qui exige que les personnes qui sont sous ses ordres travaillent efficacement et ne multiplient pas les pauses café est un "affreux tyranneau". C'est particulièrement vrai dans de nombreux secteurs de la fonction publique où la puissance des syndicats, lors des commissions administratives paritaires, fait que souvent le chef consciencieux est lâché par sa hiérarchie dont le mot d'ordre est : "pas de vagues". C'est particulièrement vrai à l'Education nationale.

Aussi, je trouve ce concept de harcélement moral particulièrement dangereux car on peut y faire entrer tout et n'importe quoi. Il sert plus de moyen de chantage pour pouvoir se dispenser de tout effort.

Et je concluerai de la sorte : pour ce qui est de l'administration, l'emploi n'a pas pour but de viser le confort optimal des agents publics mais le service des administrés. Il serait bon de ne jamais perdre de vue cette donnée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)
Le harcélement moral est quelque chose de plutôt indéfini et en tout cas plus que difficile à établir et prouver.

Donner un ordre à un feignasse de première doit-il être assimilé à du "harcélement moral" ? Refaire faire une lettre truffée de fautes ou un arrêté citant des textes inapplicables en l'espèce ou abrogés, est-ce du harcélement moral ?

Car pour l'instant, nous n'avons droit qu'à des témoignages de subordonnés visant les "iniques" supérieurs. Mais il faut voir aussi l'innombrable cohorte des subordonnés bras cassés qu'il est parfois difficile de faire se bouger. Dans un climat de laxisme généralisé, on a tendance à considérer que le chef qui fait son travail c'est à dire qui exige que les personnes qui sont sous ses ordres travaillent efficacement et ne multiplient pas les pauses café est un "affreux tyranneau". C'est particulièrement vrai dans de nombreux secteurs de la fonction publique où la puissance des syndicats, lors des commissions administratives paritaires, fait que souvent le chef consciencieux est lâché par sa hiérarchie dont le mot d'ordre est : "pas de vagues". C'est particulièrement vrai à l'Education nationale.

Aussi, je trouve ce concept de harcélement moral particulièrement dangereux car on peut y faire entrer tout et n'importe quoi. Il sert plus de moyen de chantage pour pouvoir se dispenser de tout effort.

Et je concluerai de la sorte : pour ce qui est de l'administration, l'emploi n'a pas pour but de viser le confort optimal des agents publics mais le service des administrés. Il serait bon de ne jamais perdre de vue cette donnée.

Lorsque l'employeur n'est pas de mauvaise foi, éviter le harcèlement moral suppose la recherche d'un équilibre entre optimisation de la productivité et le bien être des employés.

Le dialogue est certainement le meilleur outil, un chiffrage des objectifs et des critères de rendement.

Par contre l'employeur peut être de mauvaise foi : abus de pouvoir, volonté de voir telle personne quitter l'entreprise,

là, les procédures et institutions (délégués du personnel, inspecteur du travail, prud'hommes) semblent inefficaces en amont.

Le salarié fini par être licencié ou par s'en aller atteint psychologiquement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

Il existe aussi des employés faisant tout pour se faire virer puis qui menacent leurs employeurs des Prud'hommes (très souvent favorables aux employés). Et les employeurs sont alors contraints de transiger par l'octroi de primes ou d'avantages quelconques contre le départ volontaire. Ce n'est pas rare parmi les employés des professions libérales par exemple. Le vice peut être des deux côtés.

Ce que je reproche à la notion de "harcélement moral" est le caractère particulièrement peu objectif de la chose. Et je trouve qu'il est dangereux que la justice ait à trancher de telles questions où l'on est dans le domaine de l'ineffable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
anadyomène Membre 2 845 messages
Forumeur alchimiste‚ 109ans
Posté(e)

pour les maso peut etre...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité ralala
Invité ralala Invités 0 message
Posté(e)

Je suis aussi d'accord avec toi simplicius en disant que certains profite du systeme et sont des faineants cherchants le licenciement ce qui rend tres difficile la resolution du probleme.

Pour ma part jetravaille avec quelques feignasses qui a part etre en arret pour se taper de longs week ou faire de longues pauses et se plaindre ne savent rien faire.

Ce quiest dommage c'est que ce genre d'attitude a tendance a mettre tout le monde sur le meme plan alors qu'il ne faut pas se mentir certains abusent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pimouss Membre 480 messages
Forumeur survitaminé‚ 43ans
Posté(e)

Je suis entièrement d'accord avec toi simplicius sur la nécessité de rappeller les déviances de la qualification de harcèlement moral.

En effet, rien de plus écoeurant de voir des personnes peu scrupuleuses de leur travail, s'en servir pour protéger leur fénéantise,surtout quand cela est pratiqué par des délégués syndicaux comme j'ai pu le constater dans nombre de mes boulots qui utilisent à merveille ce genre d'arguments pour se décharger sur leur employeur de leur incompétence.

Pour ce qui est de ta parenthèse sur l'administration, je suis on ne peut plus d'accord avec ça. L'idée de service au public a été oublié dans la recherche de profit personnel dans bien des cas.

Cependant, pour repartir sur le débat, je placerais le véritable harcèlement moral lorsqu'il est institué dans les bibles de management des entreprises. Là je pense qu'il devient en effet une forme d'exploitation pensée, travaillée liée uniquement à une recherche de profit au détriment de la dignité de la personne humaine. Dans ce cas, il n'y a pas de valeurs du travail, ni du travailleur par conséquent. Celui-ci est dépossédé de sa personnalité pour abuser de lui. C'est une recherche permanente du point faible qui permettra d'atteindre un but productif ou le départ de l'employé suivant le souhait de l'encadrement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité donjuan
Invité donjuan Invités 0 message
Posté(e)

Je pense justement que le developpement de moyens préventifs permet d'éviter les procédures abusives de salariés mal intentionnés, tout comme les cas avérés de harcèlement moral.

Certes la définition légale est évasive mais elle s'appuit sur des constats médicaux de pathologies.

D'ailleurs, l'hopital raymond poincaré a développé un service spécialisé en pathologie professionnelle.

Le dialogue en amont peut, je pense, prévenir les abus de part et d'autre: une sorte de médiateur professionnel au sein de l'entreprise, indépendant et impartial qui pourra saisir les supérieurs hierarchiques ou les prud'hommes par des procédures accélérées?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
toti Membre 2 920 messages
Sceptique assez convaincu‚ 36ans
Posté(e)

Le harcèlement sexuel aussi peut être flou. Tous les harcèlements peuvent être flous. Ca fait partie d'une stratégie pour s'en défendre. Bien sûr que l'employeur ne va pas le faire de façon évidente avec preuve matérielle à l'appui !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
transporteur Membre 23 297 messages
forumeur révolutionnaire‚ 44ans
Posté(e)

En tant que délégué du personnel dans ma boite j ai eu a faire a du harcelement a cause de ma representativitée syndicale tous les moyens étaient bon on cherchias la petite bete dans mon travail il a fallu un grand coup de colere pour calmer tout ça et a present ça ce passe bien.

Mais je peux vous assurer que quelqu un de faible psycologiquement aurait pétté un plomb.

Pour vous dire comme ils sont efficace j ai meme faillit démissioner mais je trouvais ça trop facile je me suis défendu et a present je suis respecté.

Je rejoint ce qui est dis sur ceux qui abuse du systheme en général on ne s en prend pas a eux qui n attende que ça ce qui ajoute une part d injustice quand vous etes l objet de harcelement non justifié.

Une personne qui aime son travail a plus de mal a s en remettre qu une qui s en fout c est pour celà que ces premiers sont en général les cibles principales.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant