Aller au contenu

Tank_Girl

Membre
  • Contenus

    1 941
  • Inscription

  • Dernière visite

7 abonnés

À propos de Tank_Girl

  • Rang
    Souris Sauvage
  • Date de naissance 06/11/1975

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Lieu
    Thonon
  • Intérêts
    Creuser des trous et puis les reboucher. Plus qu'un hobby, une passion

Visiteurs récents du profil

7 858 visualisations du profil
  1. Tank_Girl

    Voy’R, le concurrent Érotico/Pornographique d’Instagram

    Intéressant. Merci
  2. Tank_Girl

    "La vérité sur les vraies salopes"

    Je vais 'intéresser à cette actrice, le porno est très généralisé dans les discours alors qu'il existe plein de genres de porno, il n'y a pas que des gonzos ou assimilés et des actrices exploitées et mal traitées qui font cela car le couteau sous la gorge. Il y a aussi des pornos à destination d'un public mixte et/ou féminin, je ne parle pas des films lesbiens (pas seulement) Dans le porno dit classique , le public cible est masculin, même si ces films peuvent exciter des femmes (j'apprécie plutôt le porno) Mes amies lesbiennes me disent que les scène saphiques sont particulièrement what the fuck, comme dans le cinema erotique ou les films grand public un peu chauds. C'est le regard d'hommes hétéros, ce qu'ils imaginent de l'amour entre femmes et qui ne correspond pas du tout à la réalité. Oui, il faut aller au-delà des préjugés et, victime soi-même de discrimination par rapport à ses origines, son genre, sa sexualité, avoir de la gnaque. Mais je pense qu'en parallèle on peut lutter pour un meilleur traitement de tous et toutes, à différents niveaux (pas forcément en défilant dans la rue, ou pas seulement) Oui bcbg, pourquoi n'aimes-tu pas ces femmes ? Que veux-tu dire par "ne pas aimer" ? Je te le demande avec moi-même un esprit open, parce que je comprends mal et que tout avis m'intéresse.
  3. Tank_Girl

    "La vérité sur les vraies salopes"

    Je laisse volontairement de côté le thème, que jai initié moi-même en introduisant le mot, j'en ai conscience, de féminisme, je pense que nous aurions quelques désaccords qui ne sont pas en lien avec mon topic et risquent de nous perdre. Je trouve que justement es femmes ne font pas ce qu'elles veulent. Du moins légalement, si, mais nou savons que dans lesprit de beaucoup de personnes (hommes et femmes) les jugements sont sévères. Je t'invite à lire ou relire le premier lien sur le mal que peut causer le slut shaming à une "salope" (harcèlement, mérpis, insultantes, rabaissements) Bien sûr on peut s'en foutre plus ou moins, mais le mal causé peut être profond et bien réel, ce nest pas anodin je pense. Quand j'étais une grande ado j'ai début ma vie sexuelle à deux (je précise à deux, ont sait tous qu'en tête à tête avec les mains ça vient bien souvent plus tôt), je parlais librement de sexe avec mes meilleures copines, peut-être "trop bruyament" et j'ai eu un "réputation" très violentes. Pourtant j'étais amoureuse de mon copain avec qui je suis restée deux ans, qui n'était pas élève au lycée, dont aucun lycéen ne savait rien, et je lui était d'une absolue fidélité : rumeurs, insultes, remarques... Comme j'étais "protégée" dans mon groupe de copines qui étaient des pétroleuses comme moi je lai supporté mais ça peut aller loin (je pense aux JF harcelées sur internet, téléphone, réseaux sociaux) En plus de cela, tu vois, je me justifie, alors que si j'avais eu plusieurs amants, je n'aurais fait de mal à personne et je ne me serais pas nécessairement "manqué de respect". C'est un terme qu'on me renvoie souvent "tu te manques de respect", je peux avoir eu x partenaires dans ma vie, ç'ont été des relations marquées par le respect mutuel, même pour des "one shots". Sans cela je n'accepte pas de coucher. La notion de respect n''est pas oubliées cela le nombre de partenaires. Pour le terme allumeuse bien sûr tu peux te permettre ^^ Ce n'est pas super gentil ni respectueux justement de faire penser à un homme qu'on est open pour du sexe alors qu'on ne l'est pas. J'avais une copine comme ça (qui ne l'est plus à cause de cela en partie) qui aimait "faire courir" les messieurs, parce que ça lui donnait une sensation de pouvoir ou que sais-je. C'est cruel et surtout débile à mon sens. Cependant, aguicher pour moi ne'accorde pas à l'autre (et ça existe aussi les hommes "allumeurs") le droit de coucher sinon poubelle. C'est cette notion d'obligation à des relations sexuelles que je n'aime pas
  4. Tank_Girl

    "La vérité sur les vraies salopes"

    Pour es hommes en couple, je le savais souvent après l'acte consommé, il n'empêche que je ne m'en suis jamais sentie coupable, je n'ai jamais eu l'impression de détruire un couple, de toutes façons ces hommes n'en parlaient pas ou peu (par contre, je ne les laissais pas faire s'ils commençaient à se plaindre de leur épouse ou copine parce que ça j'estime que ça leur est un grave manque de respect, que ça ne se fait pas, et que je cherchais un contact ludique, pas des confessions sur l'oreiller. Je ne vois pas trop en quoi j'engage ma propre morale là dedans. Mais bien évidemment, la morale ne se discute pas toujours, nous touchons à des considérations très personnelles à ce niveau. Ce que je veux dire c'est que je n'ai jamais rien "pris" à qui que ce soit. renard79 nous arrivons à un problème de terminologie ^^ car oui dans le langage le mot "salope" à plusieurs sens (c'est pour cela que je parlais de "salope au sens "noble"" = qui aime le sexe et le vit sans culpabilité par rapport à son corps) Pratiques extrêmes, violentes ou sales, je ne sais pas. Peu de tabous concernant le corps et les jeux charnels, oui par contre. En fait je ne sais pas si tu parles de pratqiues BDSM "un peu musclées", de scato, uro, ou quoi ? Je te propose de parler de liberté corporelle et sexuelle, peu importe les pratiques (entre adultes consentants) et non de la dénomination signifiant "garce, qui fait des coups dans le dos, méchante" ni "allumeuses" (terme que je naime ni dans l'idée ni dans le mot mais je crois que je vois ce que tu veux dire) Je t'invite à te pencher sur ce lien slut shaming sachant que certains féminismes se sont réapproprié le mot "salope" dans un sens positif (et volontairement "provoc")
  5. Tank_Girl

    "La vérité sur les vraies salopes"

    Merci pour la réponse. Il me semble que cela peut être discuté, par exemple ma sexualité est libérée mais je suis exclusive avec mon compagnon (je le lui demande, je ne vais pas aller voir ailleurs de mon côté sans son avis, ça me semble élémentaire) Concernant les libertines qui ont besoin/envie d'avoir plusieurs partenaires (en pus de la personne avec qui elles ont une relation "fixe) cela se parle dans le couple. Tous les hommes ne sont pas exclusifs non plus et la multiplicité des partenaires peut se vivre à deux (clubs échangistes)(cf les "salopes éthiques") J'ai été (ainsi que nombre de femmes, cf article) en bute à des critiques acerbes et accusations concernant ma respectabilité et mon "éthique", justement de la part d'amis de cœur qui me supposaient vite infidèle ou risquant de l'être, d'autre part me renvoyant une image "sale" (type brosse à dent usagée) De la part d'inconnu ça peut voler bas aussi bien sûr (cf jeunes années, slut shaming) mais cela touche beaucoup moins.
  6. Tank_Girl

    Suis-je trop gentille?

    Je trouve surtout ton ex drôlement gonflé de te coller la responsabilité de son comportement de merde sur le dos "j'ai été un connard mais c'est ta faute" Seriously ? un"passes" peut-être trop de choses sans t'affirmer, tu dis te garder dans le désir de l'autre, dans l'idée d'être parfaite et toujours agréable. Ca ne fonctionne pas, tu l'as bien vu. Communiquer : on peut dire les choses et mettre des limites de façon courtoise. Si ça ne marche pas, sommation. Si ça ne marche pas adieu jeune homme.
  7. Tank_Girl

    Polyamour: vos pensées

    Pour moi des relations polyamoureuses ne signifient pas avoir un amant ou une maîtresse. La copine de Dorfenstein est également amoureuse d'une autre personne, qui s'avère être une femme. Cela ne donne pas de "droits" à dorfenstein d'obtenir des relations sexuelles avec cette troisième personne. Il me semble que les trois parties sont ok avec ce fonctionnement. Le polyamour ne s'apparente pas forcément à du libertinage, dans polyAMOUR il y a amour, on parle là de sentiments. Dorfenstein je connais mal le polyamour, je sais que certaines personnes le vivent très bien. Il peut y avoir de la jalousie (par exemple, de tempérament jaloux, je ne supporterais pas, même si je trouve mes réactions irrationnelles) c'est une relation de respect de l'autre et de sa liberté, de se dégager de la vision possessive de l'autre dans le couple amoureux. Je trouve cela très noble et beau et regrette de ne savoir surmonter ma jalousie que je trouve un tantinet mesquine (mais pas la peine de se confronter en se forçant et de devenir rancunière) Je crois que tu parles beaucoup avec ton amie de cœur, tu crains justement cette jalousie qui pourrait survenir et du fait de mes "crispations" je ne saurais te conseiller. Je pourrais éventuellement te mettre en contact avec une amie pratiquant ce genre de relations amoureuses et qui en sait beaucoup plus que moi (en mp alors) Il semble en tout cas y avoir beaucoup de coonfiance et d'amour dans ton couple, sache que j'admire cela. Enfin, le mot que tu cherchais en disant "datant" (to date) est "sortir avec" dans "ma copine sort avec une femme" :)
  8. Tank_Girl

    "La vérité sur les vraies salopes"

    Hey les gens, gars et meufs, je soumets l'article suivant à votre intention: La vérité sur les vraies salopes Il est compliqué pour une femme d'assumer une sexualité on va dire florissante, foisonnante, parce qu'être une salope (sens noble du terme, une femme libérée sexuellement et jouissant beaucoup des plaisirs du sexe) parce qu'on dit de nous que nous ne sommes pas des femmes respectables. Hors nous sommes des femmes respectables (ici on peut ouvrir le débat sur les libertines qui ont un "guide de la salope éthique" c'est-à-dire pratiquer librement sa sexualité sans risquer de blesser un partenaire qui serait jaloux, ou peiné de partager le corps de son amie), qui aimons le sexe de façon assez riche, sans imposer cette sexualité à toutes et tous, au contraire, il s'agit d'une vraie liberté corporelle et sexuelle, qui passe aussi par lacceptation totale et sans jugement de vies sexuelles moins "abondantes" ou de refus de pratiques : chacune son corps, chacune sa vie, personne n'a à interférer dans un sens ou dans l'autre. Menaçons-nous certains hommes, certaines femmes ? Je n'ai jamais activement cherché un mec marié ou en couple, je me suis jamais levée le matin en me disant "hey, tiens, et si je devoyais un brave gars amoureux par ma luxure ?" J'ai eu des rapports avec des hommes mariés, ou en couple fermé, à partir du moment où ces messieurs recherchent des partenaires ludiques sur des sites de rencontre, c'est leur conscience et leur morale. Bref, je comprends mal cette opprobre. C'est pourtant chouette le sexe joyeux et décomplexé ? C'est plutôt chaleureux de trouver un moment de plaisir avec un pote, un moment de réconfort mutuel, sans que cela ne "brise l'amitié" (parce que le sexe, c'est pas grave) Des avis?
  9. Tank_Girl

    L'anulingus, on en parle ?

    L’hygiène ça existe :) Mais peut-être que la pratique te rebute, je ne me permettrai pas de juger cela.
  10. Tank_Girl

    Les différents sexes féminins

    Un petit topic pour parler des différences physiques des femmes. J''entends parler de la recrudescence des labioplasties et en suis un peu effarée (il s'agit de chirurgie esthétique des lèvres du bas, pour les affiner, les "égaliser" bref les rendre conforme à une certaine norme fantasmatique) Je trouve belle la variété des vulves, charnues, plates, fines, levres inégales, couleurs variées (rose, violet, brun), même les signes de l'âge (grandes levres plus souples, parfois béantes) Qu'en pensez vous messieurs ? Existe-t-il des physiques intimes féminins qui vous rebutent, interrogent, inquiètent ou au contraire excitent, émeuvent ? Merci :)
  11. Tank_Girl

    [Couple]Les souvenirs qui restent...

    Je n'ai pas de souvenirs papiers, lettres ou photos... mais je les garde peu (j'en ai très peu de ma famille par exemple) Il me reste un calligramme d'un petit ami étudiant à l'école Boulle, qui m'avait d'abord dessinée nue, puis en avait fait un calligramme formé de mots d'amour, il est magnifique. Pour les souvenirs dans ma tête, une fois les blessures et éventuelles rancunes dépassées (un an mettons) je garde les bons souvenirs et me focalise dessus, je me souviens de moments hot, et/ou tendres, de choses faites ensembles et qui était chouettes, de l'amour partagé quoi. Le reste pour moi ne vaut pas tripette et me polluerait.
  12. Tank_Girl

    L'anulingus, on en parle ?

    Je m'adresse ici aux personnes qui le pratiquent, que cela soit pour le donner ou le recevoir. Je souhaite partager des expériences pour que, peut-être, je le souhaite, nous puissions échanger de petites techniques. Je le pratique dans les deux sens et je suis assez fan. Le prodiguer assidument je le fais surtout avec mon nouveau compagnon, avec qui la complicité sexuelle est totale. Je veille à beaucoup lubrifier de salive, sachant tout de même qu'excité l'anus se lubrifie à sa façon (il s"huile" je sais pas si vous voyez) Cette façon de faire permet de plus de préparer encore mieux une éventuelle pénétration. Mon petit souci technique est je pense un grand classique du music hall : les crampes de la mâchoire. Il reste la possibilité de varier le mouvement à ce moment là mais dans les instants où je constate que mon partenaire prend beaucoup de plaisir (et ça va être les moments de pénétration avec la langue, tmtc comme ça peut faire bobo à la mâchoire et à la gorge) ça m'ennuie de "calmer le jeu" par des caresses linguales ou buccales plus légères. Enfin, j’adore caresser et palper les fesses durant l'anulingus, et le sexe de mon ami. Pour les fesses c'est ok, pour le sexe et les bourses je ne suis pas sûre que ça ajoute vraiment (pas à chaque fois) Bon, ça participe à mon excitation et ça ne le gêne pas mais j’aurais aimé des éclairages masculins sur ces "caresses périphériques" A vot' bon coeur
  13. Tank_Girl

    Elle veut une heure au pieu

    Je cite Chat-Fougère car le pseudo me plait :D mais plusieurs interventions vont dans ce sens. Pour les rencontres, que le partenaire et moi échangions nos préférences, envie et besoin me semble plutôt capital, imposer un temps limite autant, c'est curieux. Et pas si clair puisque "c'est une heure minimum" ne précise en rien de quelle façon. Il me semble qu'une heure de pénétration penis-vagin non stop c'est hénaurme (personnellement pas agréable pour moi mais ma foi chacun son trip) mais que diable, pas trop de précision flicante dans ce genre de "mise au point" (qui est nécessaire je le lui accorde) On peut tout imaginer, qu'elle ai rencontré des hommes goujat qui tac taquent en deux secondes et ne pensent qu'à leur misérable orgasme vite fait (passion prostituée gratuite, j'ai connu aussi... nul) Une heure pour moi évoque évidemment tou le reste de la sexualité, caresses avec les mains, la langue, la bouche et là ça semble "bien" enfin, "faisable" (jamais connu de superman qui mette une heure à éjaculer en péénétration vaginale ou anale, ou orale) Bref, c'est a formulation de la dame que je trouve glaçante, et l'injonction quoi. Peut-être demander plus de précisions ?
  14. Tank_Girl

    C'est en "Baisant" que l'on resterait amoureux ?!

    Je trouve réducteur le principe de base, comme si tout le monde avait les mêmes appétits, besoins sexuels. Je pense que l'important est qu'il y ai une concordance dans les envies, la frequence, etc. Un couple pourra rester profondement amoureux sans beaucoup faire l'amour, ou pas ou plus, d'autres moins... On ne peut juger la sexualité des gens. Tout le monde n'aime pas autant faire l'amour, ni avoir la même fréquence de "rapports". Le tout me semble d'être en phase. Ca vaut pour moi aussi pour la complicité intellectuelle, affective, avoir les mêmes attentes, se compléter, partager plein de chose (et c'est pas forcement des crac crac)
  15. Tank_Girl

    Le cunni : Un sport, une obligation, un plaisir ?

    Ahem :) Le cuni ne se limite pas pour moi à titiller la partie visible du clito. L'introduction de la langue dans le vagin, les mouvements de langue, du bout, du plat, des 8 des Z des cercles et des zigouigouis et la stimulation et léchage des grandes et petites lèvres ainsi que du mont de Vénus et des aines me semble tout aussi importants. Et pas besoin de GPS pour trouver le clito, il est généralement assez visible :) surtout quand il est excité (je baaaaaaande) Il vient il me semble du latin Cunus, lapin à l'origine, qui a été joliment dévoyé en... ben en "con" pour désigner le sexe des femmes (petite boule douce velue) Cela prêtait à beaucoup de jeux de mots égrillard et cunus est devenu "lapin" mais nous ne sommes pas sortis de l'auberge avec baiser comme un lapin et la vie de lapine ^^ Ah et cet edit pour donner mon avis puisque tel est le sujet. Le cunni est pour moi délicieux à recevoir, si ma confiance en le partenaire est grande, et sous réserve de ne pas recevoir de petits coups secs de langue sur le clito (irritant, insupportable)(cf mon autre post sur l'autre fil parlant de la même pratique) A prodiguer jai bien aimé, mais je parlerai peut-être ici un jour du fait que bien qu'ayant fait 'amour avec des femmes je me considère comme hétéro, donc "agréable ni plus ni moins" Pour les odeurs j''ai eu des partenaires proprettes, l'une d'elle cependant avait un parfum prononcé, à la fois musqué et poivré. Pour moi cela ajoutait au plaisir de la lécher
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité