Aller au contenu

)o(

Sémaphore.


163 vues

— "Vous avez entendu ce qu'on nous a dit... oui, vous avez forcément entendu... Vous et nous l'avons tous... mais qu'est-ce que cela voulait vraiment dire ; car, c'est certain, ces mots... Il y avait quelque chose de caché derrière... Ils ne voulaient pas dire la chose qu'ils prononçaient, il y avait un autre message en filigrane... c'est certain... mais lequel ?"

— "Une stéganographie, un message codé..."

— "Mais vous y comprenez quelque chose, vous ? ... Car nous, nous n'y entendions rien... juste cette certitude que les mots signifiaient autre chose."

— "J'ai beau chercher, je ne trouve pas."

— "Pourtant vous avez, vous aussi, tout de suite compris qu'il y eût là une allusion, un sous-entendu, une insinuation... une allégorie peut-être... un intertexte..."

— "Si seulement nous étions plus doués, plus cultivés, plus subtiles ; si seulement nous avions cette faculté, nous saisirions peut-être ce genre de double-entendre... ou une référence, qu'il fallût posséder... mais sans cela, que fait-on ? - Le message était certainement donc une sorte de shibboleth mental, une manière de faire le tri... Eh bien : si c'est le cas... alors voilà que nous venions d'être triés... classés... éloignés... Nous : les profanes."

— "Vous rejoignez les rangs de la foule... mais pourtant nous avions bien saisi qu'il y eût là un message... faut-il y voir... que c'est quand même un bon début..."

— "Vous ne serez pas jaugés sur les potentiels, mais bien sur les faits... or les faits, c'est que l'on a beau chercher... nous ne trouvons pas... Si seulement nous n'avions rien perçu : là, nous aurions pu rester ignorants et tranquilles. Mais voilà, il fallait avoir cette intuition... ouvrir la boîte de Pandore... Nous sommes tout autant ignorants — et désormais n'en dormirons pas de la Nuit..."

— "Nous non plus..."

— "Essayons quand même ; aidez-moi, peut-être que tous ensemble nous réussirons à voir plus clair... Rappelons-nous, quels étaient ses mots exacts..."

— "Ils ne nous reviennent que bien vaguement... D'ailleurs en quelle langue étaient-ils..."

— "Je ne sais pas, je ne sais plus."

— "Peut-être que l'on les a prononcés comme pour bien nous faire comprendre que nous n'étions pas initiés... peut-être que le second message fut justement de nous dire que nous n'étions pas faits pour saisir le second — le troisième ? — message..."

— "Oui, ça doit être quelque chose comme cela... Ça se lisait dans les yeux... Alors ça n'était pas un sésame... mais une porte que l'on referme."

— "Un vent qui souffle et ne fait qu'effleurer le voile d'Isis entre les deux colonnes... ou une clef que l'on nous agiterait sous les yeux... Quelle cruauté toutefois ! Vous rappeler vos insuffisances et votre hâte... Ce serait comme un franc-maçon qui vous fait trois bises mais les suit d'une claque... Mais personne ne ferait ça... Ça serait ridicule. Alors il doit bien s'agit d'encore autre chose."

— "Vous pensez... aux 'services' ?"

— "Oui, peut-être... ceux-là agiteraient sans cesse des petites choses brillantes, comme des hameçons... guettant la lueur d'un regard... pêchant en eaux troubles... Et puis comme chaque coven, chaque loge, chaque centre reçoit tôt ou tard la visite d'un de leurs 'ambassadeurs'... Ça pourrait être..."

— "Mais alors ce serait en guise de porte, un trompe-l'œil... un mensonge... pour voir qui fronce les sourcils... même sans y trouver le sens caché : on aurait alors évidemment remarqué ce quelque chose chez nous, et puis chez vous... Plutôt qu'un mot donné, un mot pris de force... une piqûre... Nous voilà non seulement rappelés à nos défaillances et lacunes, mais voici qu'en plus 'on' en a fait une note mentale... Et bien... Si cela ne nous suffisait pas... Bien évidemment que nous n'en fermerons pas l'œil de la Nuit..."

— "Vous pensez que ç'aurait pu être un déguisement ? Après tout... certains initiés ne veulent pas être reconnus, alors laisser planer le doute... un mensonge inoffensif, pour paraître faire partie des 'autres'... ce serait tout naturel... Faudra-t-il effectuer quelque tour de passe-passe, quelque joute verbale à double-sens... donner un signe... mais en étant bien certains que l'on le façonne, que l'on le sertisse de la bonne manière... Car il ne faudrait pas que ce soit clinquant, ça oh non... quelque chose de subtil... un fil plutôt fin, à saisir ou non... et comme cela nous serons peut-être un peu plus fixés... peut-être..."

— "Oui... peut-être... approcher nos 'aimants'. — Mais comment ? ..."

 

— "Comment allez-vous ? Vous ne dites plus rien ; c'est un tel Silence, soudainement!"

La conversation muette fut interrompue par une voix qui semblait trop forte, et trop proche, malgré le fait qu'elle soit prononcée avec douceur. Trop réelle. Toutes les voix intérieures, pudiques, firent aussitôt le silence... Et alors, petit à petit, les autres sons ré-émergèrent : les tintements des verres qui se rencontrent, le brouhaha des conversations ; la lumière tamisée des grandes pièces du lieu ; et puis toutes ces silhouettes, grandes, fines, qui se déplaçaient avec grâce d'un groupe à l'autre. Les hommes en smoking, les femmes en robes noires. — Était-ce donc là où je me trouvais... Je cherche des yeux la personne ayant fait une allusion mystérieuse...

1 Commentaire


Commentaires recommandés

Une impression "d'arrêt sur image"

Et de cette image, des "émanations" nébuleuses qui essaient de retrouver une consistance qu'elles ne se rappellent pas avoir perdue.

Étrange.

Lien vers le commentaire
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×