Aller au contenu
  • billets
    58
  • commentaires
    30
  • vues
    13 827

Débat (s)

Reo

227 vues

 Beaucoup de commentateurs s’inquiètent de la difficulté de traiter la masse énorme de données qui devront être extraites du débat national. En effet, on a du mal à imaginer qu’il suffise d’une seule séance aux parlementaires et/ou au gouvernement pour en tirer des propositions.


 D’autant qu’un grand scepticisme prévaut quant à la nouveauté des suggestions émises. C’est peut-être justement qu’en parlant de débat, on penserait plutôt à un simple tour de table. Si on omet de rapprocher, pour les considérer, des questions qui ne sont indépendantes que dans un répertoire, rien de surprenant à ce qu’il n’en sorte aucun verdict susceptible de fournir une issue à cette crise de gouvernance.

 Gouverner, c’est réaliser, et conduire dans la durée, une synthèse pour faire face à la complexité grandissante des contraintes multiples que subit _ et aussi s’impose _ le monde humain. Cette synthèse, pour être réellement opérante, doit s’effectuer au plus près de la vie quotidienne des gens. Par conséquent, les propositions qu’ils seraient amenés à présenter, doivent, avant d’être soumises à l’échelon national, avoir déjà été travaillées, fût-ce sommairement : cela relève d’un débat local, indispensable pour une écoute productive.

 Alors, bon(s) débat(s) !


   Alerter


2 Commentaires


Commentaires recommandés

une synthèse ? cela suppose que chacun ait réfléchi à ce que nous pouvons faire ensemble et cela suppose que ce qui prime pour nous, c'est justement de "nous". Je pense que les structures de nos sociétés ne permettent pas que ce "nous" émerge. Ce débat est l'arbre qui cache la forêt.

Modifié par moch niap

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Le débat appartient à tout le monde, si on se rend compte que c'est une nouvelle opportunité à saisir pour tenter une sortie de ces structures paralysantes.
La "majorité silencieuse" a effectué une première tentative visible en suscitant le mouvement "En Marche". Trop basse ou trop haute, la marche... elle nous a fait trébucher.
Et puis des gilets jaunes ont voulu représenter cette majorité invisible. Dans la douleur et avec un succès mitigé. Était-ce si présomptueux, au point qu'on puisse douter de notre capacité à sortir de la nasse ?
En tous cas, il me semble que la motivation grandit, à la mesure des restrictions de tous ordres infligées à la population. Le talent devrait suivre...l'avenir le dira.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité