Aller au contenu
  • billets
    61
  • commentaire
    0
  • vues
    37 881

Soirée saucisse chez Juliette

-GILBERT-

167 vues

5jlw.jpeg

J’assure ma prestation "Chippendale" chez Juliette

Comme précisé dans le contrat signé entre Clémentine et Juliette, j’arrive à 19 h30 avec ma mobylette bleue. Clémentine et Juliette sont dans le jardin. Elles m’attendent. Je suis invité à mettre ma mobylette bleue à la cave. Comme chaque samedi soir, ce seront encore une fois les WC qui me serviront de loges pour me préparer.

Ce soir, c’est l’anniversaire de Juliette. Etudiante à la Fuck de droit, Juliette fête ses 19 ans avec ses copines. A cet effet, elle a organisé cette festivité en invitant une vingtaine d’étudiantes de la Fuck de droit, comme elle. C’est Clémentine, mon agent artistique et mon manager qui a supervisé l’ensemble des préparatifs et les détails.

Nous sommes tous les trois, Clémentine, Juliette et moi, dans les WC. Je m’habille avec mon premier costume. Clémentine m’aide à chausser mes palmes de plongée sous-marine que je porte systématiquement et à chaque fois. Au dehors, nous entendons venir les premières arrivantes. Juliette, en hôtesse, nous laisse pour aller les accueillir.

Clémentine, elle aussi m’abandonne car elle assure le rôle de "Disc-Jockey". Je termine de me coiffer, me poudrer. Il est 20 h. J’arrive. Je suis déguisé en "Roi Soleil", le grand Louis XIV. Je grimpe sur scène. Je fais des courbettes. Juliette me rejoint. Elle s’empare du micro pour me présenter. Il y a déjà de très nombreux applaudissements.

< Bonsoir les filles. Je vous présente Maître Gilbert, le monsieur des saucisses ! > fait Juliette me tenant par la main. Dans la salle, c’est l’effervescence. < La saucisse ! La saucisse ! On veut la saucisse ! On la veut ! > hurlent les filles. Je commence en interprétant "Les petits pains au chocolat" de Jo Dassin que je chante en dialecte Autrichien.

Je parcours la scène de gauche à droite et de droite à gauche en faisant mon "Moon-Walk" façon Michael Jackson. Dans l’assemblée, c’est le délire. Les filles chantent le refrain avec moi. J’attaque avec "Gaston" de Nino Ferrer. J’ai beaucoup de mal à effectuer un pas de danse correct chaussé de mes palmes de plongée sous-marine. C’est dur.

Des filles montent sur scène. C’est la pagaille. Une d’entre elles s’empare de ma perruque de "Roi Soleil", Louis XIV. Une autre essaie de m’arracher ma cape d’hermine. Je saute de scène. Fuir. Clémentine et Juliette m’accompagnent. Des filles tambourinent contre la porte en beuglant : < Ta saucisse, on veut ta saucisse Louis machin truc, vite ! >

Enfin les choses se calment. Pendant que je fais pipi, Juliette tente d’ajuster la ficelle de mon string doré à paillettes. La lectrice qui suit avec passion mes prestations sait que je porte mon string doré à l’envers avec la ficelle devant. Aussi, Juliette a toutes les peines du monde pour mettre la ficelle bien droite. Clémentine tente de l’aider un peu.

Je sors pour attaquer la seconde partie de mon spectacle. Je suis déguisé en docteur Arnold AlbertSchweitzer. Je ne porte qu’une blouse blanche sur mon string doré. Chaussé de mes palmes de plongée c’est du plus bel effet. J’attaque avec "Maladie d’amour" de la Compagnie Créole que je chante en Mandarin ancien du XVIème siècle.

Rapidement la pagaille recommence. Mon succès est tel que nombre de petites culottes tombent autour de moi. Je reçois même un soutien-gorge 95 b qui m’empêche de voir. Une fille monte sur scène et m’arrache ma blouse. Une autre m’arrache mon string. Me voilà complètement à poil juste chaussé de mes palmes noires de plongée.

Il me faut fuir. Clémentine, Juliette et moi, nous nous enfermons dans les WC à double tour. Je fais enfin pipi. Clémentine m’enfile. Elle m’enfile mes collants roses et me fixe la grande plume mauve derrière, en l’enfonçant. Je garde toujours mes palmes de plongée. Ce sont un peu mes portes-bonheur, mes fétiches, mes amulettes sacrées.

Des filles cognent de toutes leurs forces contre la porte. < On veut ta saucisse ! > hurlent-elles de concert. Furies. Enfin, cela semble se calmer un peu. J’y retourne pour terminer le show. Je grimpe sur scène avec un pas de danse. J’attaque avec "Tata Yoyo" de Annie Cordy que je chante en dialecte Finlandais du XVIIème siècle. C’est formidable.

Hélas, c’est sans compter avec l’excitation considérable qui gagne l’assemblée. Une fois encore je suis obligé de fuir. Une fille m’a arraché mes collants. Une autre agite fièrement mon string comme un trophée. Nous nous enfermons. Clémentine, Juliette et moi, nous attendons une demi-heure au moins avant que tout redevienne normal. Silence.

Il est temps d’y retourner pour le rituel de la photo souvenir. Clémentine fixe son appareil photo sur le trépieds. Les filles m’entourent. Elles me tiennent pas les hanches, d’autres par les épaules ou encore par les poils pubiens. Moi, au milieu, j’agite jésuitiquement ma superbe saucisse de Morteau dont le jus, à cause des projecteurs, gicle de tous côtés.

Nous voilà enfin seuls, Clémentine, Juliette et moi. Juliette ramasse les petites culottes trempées qui traînent au sol. Certaines, trempées, collent sous les chaises ou il faut passer la serpillère. Clémentine agite un nouveau contrat. < Samedi prochain, tu assures la soirée chez Céline, pour ses 19 ans ! > me fait-elle avec un clin d’œil et le chèque.

Quand tout est en ordre, vers minuit, Juliette regarde ma saucisse de Morteau avec envie. Du jus gras en suinte. < C’est quoi, qui colle au bout ? On dirait du "Chaussée-aux-Moines ? > me demande t-elle en la reniflant à plein nez. Je lui révèle la nature exacte du "Chaussée-aux-Moine. < Vieux salop ! > s’écrie t-elle avant de se régaler, ravie…

Tous droits réservés - © - 2016 -

j0l4.jpeg gilber11.jpg

L'utilisation, toute ou partie, d'un texte, (ou photographie), par copié/collé par exemple, sans le consentement de l'auteur, constitue une violation de la propriété intellectuelle. Délit sanctionné par l'Article. L.335-2. du Code pénal.

La divulgation d'informations relatives à la vie privée, ( ou à l'identité), constitue un délit sanctionné par les articles 706-102-1 (Informatique) et 88-227 du code pénal

J'aime le fromage au bout.jpg


   Alerter

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité