Aller au contenu
  • billets
    117
  • commentaires
    380
  • vues
    693 450

Ne vous prosternez pas devant des idoles ?


existence

252 vues

Voila une injonction qu'on trouve dans la Torah. Le contexte de l'époque était qu'il y avait de nombreux cultes et peut-être cette critique des statues était une façon d'éviter d'entrer en compétition. Plutôt que de dire "nous avons la bonne statue qui représente le bon dieu", dire "les statues ne sont pas les dieux".

C'est un peu comme de dire que les mots ne sont pas ce qu'ils désignent. C'est vrai mais en même temps, cela ne remet pas en question l'usage des mots pour communiquer et communier avec les autres. Avoir un mot pour désigner une divinité est une façon de mettre cette idée en commun, et avoir une statue pour représenter une divinité est une facon d'avoir un point de rassemblement physique commun.

Critiquer l'idolâtrie, c'est un peu comme de dire que quand on regarde un film à la télévision, on voit une boite qui fait des images plutot que de voir une histoire et des personnages avec qui on entre en empathie.

Il est intéressant de remarquer que le christianisme, dont le rapport avec l'Ancient Testament est ambigu, a oscillé entre la permission et l'interdiction des statues. Tantôt les gens ont été condamnés pour avoir des statues, tantôt ils ont été soutenus. Cela ne fait pas très sérieux. On sait de nos jours qu'au fil du temps, la permission a pris le dessus mais cela n'a pas toujours été le cas.

Dans l'Islam, les représentations sont interdites. Cela est parfois un argument utilisé pour justifier de la disqualification des autres religions. Comme expliqué plus haut, l'argument n'est pas convainquant puisqu'alors les idoles sont auditives et mentales. Et puis, l'interdiction des idoles provient du judaïsme. Enfin, les musulmans se prosternent en direction de Kaaba, une construction cubique dans la ville de la Mecque. Donc ce cube est leur idole physique, sans laquelle ils ne peuvent pas faire leur prière.

Cela dit, je pense que l'on peut aller plus loin encore dans le raisonnement. Lorsque quelqu'un se prosterne sans statue, en répétant des prières, il se fait une représentation dans son esprit. Finalement, la statue et la prière ne sont qu'une aide à la construction d'une représentation dans la subjectivité. De meme, la Kaaba qui represente un espace vide est une aide pour se representer un tel espace.

Qu'il y ait un objet physique ou pas, l'idole est en fin de compte une construction mentale. Le croyant sans idole se construit en fait des idoles dans sa tête, il sculpte ses neurones et se prosterne devant le résultat. Les mots sont utilisés pour effectuer cette sculpture mentale, et parfois les images et les objets physiques sont également utilisés.

Ainsi, toute prosternation se fait devant une idole, qu'elle soit un objet physique ou un objet mental. On pourrait dire qu'avoir un objet physique tend a standardiser la représentation visuelle tandis que sans objet physique, l'objet mental peut prendre de nombreuses apparences imaginaires. Cela dit, d'un point de vue auditif, toutes religions font appel aux prières et donc effectuent une standardisation d'un point de vue auditif.

Les réactions fortes concernant le discours athée ont peut-etre leur source dans le fait que les mots prononcés peuvent défaire les idoles construites dans les esprits de certains croyants. Ainsi dans un tel cas le croyant n'aurait pas peur qu'on brise sa statue, mais peur qu'on brise sa statue imaginaire, sa représentation, son idole mentale. Cette peur serait d'autant plus grande que l'enjeu est important, notamment s'il pense que cette idole imaginaire le protège de l'enfer et lui promet le paradis.

D'ailleurs, le paradis et l'enfer ne sont-ils pas des sortes d'idoles et anti-idoles ? Le paradis est un lieu idolâtré tandis qu'un bon dieu est un personage idolâtré. L'enfer est un lieu anti-idolâtré tandis qu'un mauvais dieu est un personage anti-idolâtré. Parfois l'enfer et le paradis sont représentés, parfois non. On a donc encore les memes cas d'idolâtrie :

- idolâtrie physique visuelle : statues d'un bon dieu, des anges et des scenes au paradis

- anti-idolâtrie physique visuelle : statues d'un mauvais dieu, des demons et des scenes de l'enfer

- idolâtrie auditive et mentale : discours sur un bon dieu et un paradis

- anti-idolâtrie auditive et mentale : discours contre un mauvais dieu et un enfer

En fait, l'athéisme est comme une application rigoureuse de l'interdit de l'idolâtrie. Ni représentation physique ni représentation mentale des dieux, des enfers et des paradis. Mais un espace, le cosmos, substance de toute chose.

2 Commentaires


Commentaires recommandés

Eh oui, tout a fait. Enfin, je n'ai pas souvenir d'avoir vu des athees idolatrer l'atheisme lui-meme. Ce que j'ai remarque par contre parfois, c'est peut-etre une forme d'idolatrie de la rationalite. En tout cas, de donner tellement d'importance a la rationalite que les sentiments humains etaient pietines.

Lien vers le commentaire
Invité
Ajouter un commentaire…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×