• billets
    70
  • commentaires
    168
  • vues
    47 014

Discerner

Marioons

36 vues

Je suis, nous sommes tous, capables de discernement.

Avoir confiance en mon discernement, c'est avoir confiance en ma capacité interne à faire le tri, au fur et à mesure, dans ce que l'existence me propose, pour évoluer vers une vie qui me plaît de plus en plus.

Je peux à tout moment sortir du jugement, de la dichotomie tout / rien, bien / mal, toujours / jamais.

Je ne suis pas obligée de choisir, face à quelqu'un ou une situation, entre me méfier, avoir peur, haïr, nier, aimer, adorer ou idéaliser.

Tout change, rien n'est défini à jamais, rien n'est fixé, alors ne suis-je pas dans l'absurdité quand je m'acharne à vouloir "cerner" une bonne fois pour toute une situation ou une personne ? Non seulement c'est absurde, mais ça stresse mon corps et mon esprit. (Et ça stresse PARCE QUE c'est absurde).

Je peux faire confiance à mon ressenti, prendre juste ce que je trouve exemplaire, utile, bon pour moi ici et maintenant, et laisser le reste. Laisser couler le flot d'expériences, et au passage discerner tranquillement ce que je veux intégrer à ma vie et ce que je ne veux pas.

Et je peux changer à tout moment mon positionnement à ce sujet. Changer d'avis, j'ai le droit. Autant que je veux. Chaque seconde si je veux. Je ne suis pas née pour avoir un avis. Je ne suis pas non plus née pour tout savoir, ni pour tout contrôler, ni pour tenir parole, ni pour être ponctuelle, ni pour être compétente, ni pour être compétitive, ni pour obéir aux ordres, ni pour sauver le monde, ni pour servir les autres, ni pour leur plaire, ni pour que mes parents soient fiers de moi, ni pour briller en société, ni pour souffrir, ni pour trimer, ni pour galérer, ni pour faire compliqué quand je peux faire simple, ni pour vénérer un dieu, ni pour être d'humeur égale, ni pour perpétuer l'espèce, ni pour exercer tel métier, ni pour préserver ma santé, ni pour vivre vieille, ni pour toucher ma retraite.

Je suis née pour vivre. Point.

Et je peux choisir quelle forme donner à ma vie, à chaque instant.

Eventuellement découvrir que le bonheur est possible, non seulement pour les autres mais pour moi aussi, non seulement plus tard mais maintenant aussi. Eventuellement en comprendre les causes, et les appliquer. Ou pas. C'est comme je veux, c'est quand je veux.

Rien n'est urgent.

Rien n'est définitif.

Rien n'est irrémédiable.

Rien n'est indispensable.

Rien n'est obligatoire.

Rien n'est grave.

Tout est expérience.

Je n'ai pas besoin de redouter en permanence d'être manipulée, de souffrir, pas besoin de prédire ou de trouver des signes qui me confirmeront que telle personne, telle situation sera "bonne" ou "mauvaise" pour moi. Je n'ai pas besoin de garanties.

Je peux me dire que si une chose entre dans ma vie, c'est que j'ai potentiellement quelque chose à apprendre d'elle, quelque chose de bon à en tirer. Que je suis capable d'encaisser le choc d'un éventuel "échec", et de transformer son impact en puissance positive.

Que l'expérience me procure plaisir ou douleur, joie ou souffrance, je peux choisir de la vivre pleinement et de lâcher prise sur mon besoin de contrôler son déroulement et son issue.

Je peux faire confiance à la vie, je peux ME faire confiance dans ma capacité à mettre fin à une situation qui ne me conviendrait plus ou générerait trop de souffrances. Et dans ma capacité naturelle à me régénérer et à aller vers le "mieux", vers la liberté, l'amour, la joie, la paix. J'ai toutes les cartes en mains. Je n'ai pas besoin de mettre mon esprit sous tutelle, quoi que puissent en dire ceux qui voudraient se rendre indispensables ou m'abaisser à leur niveau de peur.

Je peux me faire confiance, dans ma capacité à tirer les leçons et les bienfaits d'une expérience, à m'élever grâce à elle, tôt ou tard, consciemment ou inconsciemment, avec ou sans aide.

Aucun acte en soi n'est bon au mauvais.

Aucune caractéristique extérieure précise n'est une garantie de quoi que ce soit. Seul mon ressenti est, il me suit à chaque instant et je peux l'écouter. Je n'ai pas besoin de recettes toutes faites et figées.

La seule chose dont je puisse être sûre, finalement, c'est que je perçois.

Je perçois donc je suis ?

Je perçois des pensées, des sensations, des émotions agréables, je suis heureux.

Je perçois des pensées, sensations, émotions désagréables, je suis malheureux.

Dans mon monde, seule ma perception existe. Autant la bichonner...!

Le reste... qu'en sais-je ?


   Alerter


2 Commentaires


Commentaires recommandés

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant