• billets
    114
  • commentaires
    376
  • vues
    688 832

La pression tribale et la religion

existence

117 vues

Nous sommes des êtres fragiles, nous avons besoin de la bienveillance des autres, de ce qu'ils peuvent nous apporter, et nous avons une grande satisfaction à apporter aux autres. C'est sur ce besoin tribal profondément ancré en nous que se base la pression tribale.

Elle se présente intellectuellement sous forme de mots : les autres, le groupe, la communauté, la société, les droits et les devoirs, etc. On s'attend à recevoir la bienveillance des autres si l'on fait ce que le groupe attend de nous, et au contraire, à être rejeté si on fait ce que le groupe nous défend de faire. Ce que le groupe veut, ce que les autres veulent, est une représentation mentale, dans notre esprit, et qui est influencée par autrui. Selon le discours d'autrui et ses réactions, on aura donc un sentiment de torpeur, d'apaisement quand on fera "les chose qu'il faut faire" et un sentiment d'angoisse, de peur quand on fera "les choses qu'il ne faut pas faire". Cela prend la forme de mots : normes, règles, bien, mal, comportement, etc.

Et en cas de désaccord avec autrui au sujet de ces normes, il y a une tension, et facilement le conflit peut surgir. Le rappel à l'ordre prend la forme de cris, de menace explicite ou implicite, de ton de voix de reproche, etc. En effet, il "faut" obliger autrui à respecter ces normes. C'est la règle selon laquelle on doit faire respecter les règles.

Notez qu'on a pas encore expliqué où sont définies ces normes. Elles sont en grande partie arbitraire, elles dépendent du lieu et de l'époque, et elles évoluent avec le temps. Nous baignons donc dans cet ensemble de normes arbitraires.

Les religions monothéistes affirment détenir la vérité sur ces normes. Elles affirment qu'en tout lieu (et pour les plus fondamentalistes en tout temps) l'on doit obéir à ce qui est écrit dans un texte sacré. Cette pression tribale se propage et immanquablement, on finit par être poussé par autrui à croire en Dieu ou à faire les louanges de Dieu, à réprimer les critiques rationnelles, à cacher son athéisme, à suivre les règles en question même si on ne croit pas en Dieu et à fliquer ses propres pensées.

Une partie du réconfort de la religion, c'est justement le sentiment de torpeur associé à l'obéissance aux normes, et pour beaucoup de croyant, ce sentiment constitue une preuve de la vérité de la religion. C'est une tautologie, c'est-à-dire que cela se confirme soi-même. De la même façon que "Dieu existe parce que c'est écrit dans la Bible et la Bible est vraie parce que c'est la parole de Dieu", la religion établit des normes (dont la croyance en Dieu), l'obéissance aux normes provoque un apaisement, et cet apaisement est vu comme la preuve de la vérité de la religion et donc qu'il faudrait obéir à ces normes.

EDIT : L'obligation de faire respecter les règles a non seulement pour effet de nous amener à soumettre autrui à des règles qui peuvent ne pas nous intéresser, mais en plus, cela nous amène nous-même à nous soumettre à ces règles. En effet, selon le principe de réciprocité, si autrui se soumet à une règle du fait de notre pression, il concède quelque chose et à notre tour nous devons concéder, en nous soumettant à la règle en question. D'autre part, selon le principe de cohérence, si on demande à autrui de respecter une règle, c'est qu'on est censé y adhérer, ce qui nous amène aussi à suivre la règle en question. Donc, reporter sur autrui la pression d'une règle pour éviter de l'appliquer soi-même ne nous en libère pas et ne fait que reporter la question.


   Alerter


2 Commentaires


Commentaires recommandés

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant