Aaltar

  • billets
    5
  • commentaires
    55
  • vues
    100 387

Guerre mondiale ?

Aaltar

455 vues

Nous sommes ici dans le spéculatif, aussi, l'énoncé de la théorie qui va suivre ne doit pas être prise pour argent comptant mais pour ce qu'elle est : une simple vision possible.

23623862.gif

La troisième guerre mondiale, ce mythe dorlotée durant toute la guerre froide est toujours à conserver comme possible. Évidement puisque maintenant, les conflits majeurs entres les "empires" sont à échelle planétaire depuis près d'un siècle, avec 2 épisodes fratricides. Maintenant qu'on a mondialisé, décolonisé, tout globalisé, si un dérèglement s'opère il faut bien prendre conscience que la conséquence sera d'une ampleur autrement plus lourd que tout ce qu'on a connu.

Pour revenir sur la 3eme guerre mondiale, elle s'est produite mais de manière sourde, la guerre froide était la 3eme guerre mondiale, sans trop d'éclatement mais c'était une vraie logique de guerre. Celle que l'on anticipe aujourd'hui, faute de perspectives chantantes en est finalement l'extension.

En effet, après la chute de l'URSS, l'Amérique toute puissante domine le monde, elle sait qu'elle ne peut continuer que dans l'adversité puisque finalement la logique de guerre instaurée par la guerre froide leur permet de faire tourner une économie et une industrie sans cesse déclinée en industrie d'armement. Alors que la guerre froide se termine et que tout le monde repart à la détente, l'Amérique continue de faire croitre ses dépenses militaires durant toutes les années 90 alors que rien de vient légitimer la nécessité de ce fait. Pourquoi ?

L'industrie lourde américaine, l'industrie aéro-nautique a équipé les grandes flottes civiles durant tout le boum des années 50 à 80, les fameux boeing volent partout mais les usines doivent tourner... vitale pour l'économie du pays. Alors au fil de la décroissance de la demande il aura bien fallut compléter les trous dans les carnets de commandes, l'investissement civile s'est donc reconverti en investissement militaire et c'est ainsi que se développe le paradoxe comme quoi la paix entraine une hausse de la production militaire.

A partir des années 70, la bascule est déjà faite, c'est un choix stratégique mais il faut se remettre dans la mentalité de l'époque, la guerre froide était encore active et la guerre du Viet Nam a toujours couvée l'adversité EST-OUEST. Ce qu'Eisenhower exprimait avec son fameux "Nous devons prendre garde à l'acquisition d'une influence illégitime, qu'elle soit recherchée ou non, par le complexe militaro-industriel. Le risque d'un développement désastreux d'un pouvoir usurpé existe et persistera" est devenu au fil du temps une réalité : l'Amérique n'a d'autre choix pour subsister que de surenchérir dans son armée.

Ce constat étant fait, et sans qu'il n'amène vraiment de critique, on comprend que l'Amérique a au bout d'un moment besoin de se crisper autour de ses axes stratégiques extérieurs. Marchés communs, acquisitions de ressources et bientôt lutte d'influence.

Durant les années 90, c'est calme, on aura finalement eu droit à une vraie période de paix, hormis la guerre en Irak 1 dont l'intervention de l'OTAN était nécessaire et celle dans les Balkans du même ordre, la grande machine à canon n'aura pas eu à rugir.

Arrive un tournant dans l'histoire du monde : la bascule démocrate > républicain avec l'arrivée de G. Bush.

Les grands idéologues américains veulent pointer un cap, le manque d'adversité peut leur faire perdre leur avance et ils savent déjà qu'un géant émerge à une vitesse faramineuse. Et oui fin des années 90 on regarde la Chine avec angoisse car elle avance et les courbes indiquent bien qu'elle va prendre un envole sans précédent.

L'Amérique donc, choisit d'anticiper. Il n'est pas question de lubies ou d'instinct guerrier, les gens qui sont au coeur des choses, les théoriciens géostratégiques sont éminemment plus froid et efficace que nous pouvons l'être dans notre propension à en juger. Ne remettez à aucun moment en doute la valeur des choix qu'ils font, ça nous dépasse, c'est vital et au final, ces questions là ne sont pas faites pour être contestées.

Que se passe t il alors ? L'Amérique cible sur 20 ans la croissance de la Chine avant que le stade atteint ne soit alarmant. Avec 10 ans de plus on remarquera qu'effectivement, c'est plus que bien avancé. La décision est prise pour que durant ces 20 années, la guerre se prépare car elle sera de toute façon inévitable. Pourquoi ? je vais y revenir, pour le moment regardons le comment :

L'Amérique, après le 11/09, provoqué probablement, se lance dans du néo-colonialisme sauvage, cessons de penser en terme de grandeur humaine, oui c'est dégueulasse, mais oui dans leur logique c'est vitale.

Il ne s'agit pas là d'aller piller pour le plaisir d'en avoir plus, non. C'est un positionnement stratégique, tout le monde a déjà entendu l'expression "c'est toujours ça que les boshs auront pas" et bien les boshs là peuvent être remplacé par les chinois. Chaque point acquis est un point de moins pour l'autre. La Chine est dans une démarche similaire mais avec une autre méthode, la finalité reste la même pour les deux : partager le monde en sphère d'influence pour que l'approvisionnement en matière première puisse être garantit.

L'Amérique n'a pas totalement besoin de ce qu'elle capte, mais il est autrement plus important que la Chine n'en dispose pas, sa seule faiblesse étant justement l'entrée des ressources vitales et nécessaires à la croissance de l'Empire.

Voilà pourquoi on assiste à tout ces placements, c'est du positionnement stratégiques destinés à endiguer.

Au terme des 20 ans, le monde aura été partagé, l'affrontement commencera alors pour commencer à capter les ressources de l'autre.

Celà pourra prendre beaucoup de formes différentes, y compris les conflits armés, localisés ou non. Chacun se prépare à l'escalade, nous ne faisons pas exception, la russie relancera durant la décennie à venir un ambitieux programme militaire pour être à jour, les autres pays sont aussi dans une démarche de croissance. Vous verrez, les dépenses militaires globales vont augmenter considérablement dans les 5-7 ans qui viennent.

La troisième guerre mondiale est donc possible, probable, logique et même en préparation. La propagande fera son boulot, chacun évoluant comme il le peut pour que nous passions un certain cap idéologique et ne vous y trompez pas, le camps qui est le votre est bien celui où vous avez les pieds, une erreur d'interprétation sur cela amènera l'échec et nous serons dominé.

Désolé pour le pavé, merci à ceux qui ont eu le courage de tout lire.

Ce billet est une réponse dans le sujet Possible guerre mondiale ?


1 personne aime ça


21 Commentaires


Invité chat_ooo

Posté(e)

je me contente du billet, merci. :D

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

J'ai lu. Intéressant. Surtout quand on connait l'investissement des Etats-Unis par jour dans l'armée.

Mais pourquoi ne pas nous croire assez "intelligent" pour être capable d'éviter cet hypothétique conflit? C'est une vision pessimiste (= réaliste?) des choses. Je pencherai pour une crise lors de la "fin"de l'ère du pétrole qui va éveiller pas mal de problèmes. Car, j'imagine difficile son remplacement, d'autant plus si cette solution doit être écologique. Ou peut-être lorsque, comme tu (vous, je ne sais jamais trop) le dis, lorsque la Chine aura pris la tête devant les Etats-Unis.

On reproche à Kadhafi de ne pas abandonner comme il le devrait le pouvoir. Les Etats-Unis accepteront-ils aussi qu'on prenne contre leur gré la place de "pivot" du monde?

Pardon. Je réponds un peu à côté.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Il est toujours cette question qui revient plus ou moins, serions nous trop "cons", pas assez intelligent pour, sauf qu'elle est vaine. Nous n'avons pas véritablement la capacité de changer quoi que se soit au destin du monde. Les gouvernances sont aujourd'hui trop fortes et le système-monde est trop imbriqué. A l'échelle du peuple, nous ne sommes qu'infime, devant le gigantisme de ce qui est décidé, même à grand renfort de qualité nous ne pouvons nous extirpé de ce que d'autres ont décidés pour nous.

Il ne s'agit pas d'être résigné, mais de percevoir que l'Histoire se passe de notre approbation. A nous de faire en sorte à une échelle individuelle de la traverser au mieux.

Concernant la crise sur la fin du pétrole... les choses se seront embrasées avant.

Les USA peuvent ils admettent simplement de laisser le leadership mondial ? Non, pour la bonne et simple raison que perdre la première place sera la première étape de leur dégringolade et qu'évidement ils ne lutteront pas alors pour rester number one mais bel et bien pour leur propre survie (cf voir la chute de l'URSS pour comprendre ce qu'est une super puissance qui sombre).

J'en profite pour vous remercier de votre participation.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

(j'avais un commentaire plus long, mais tel un idiot, je n'ai pas pensé à le copier, et donc, je me vois contrains de le refaire, sans la motivation initiale. Je m'en excuse)

L'individu est certes ridicule face à l'immensité de masse qu'est le peuple, mais il est tout de même apte à influer sur cet ensemble. Prenez l'exemple des Lumières, extrêmement banalisés aujourd'hui. De simples hommes ont su faire passer leurs idées, parfois antagonistes, tout en permettant l'évolution de l'Histoire. L'équilibre dans lequel on semble s'être réfugié va s'effondrer. Un individu est à mon sens tout à fait apte à être un virus. Il peut être l'agent pathogène de départ et, à force, va proliférer ici et là pour, idéalement, finir en pandémie. Après, la question est de savoir si l'idée qu'il véhicule est "bonne" ou "mauvaise", bien que ce point de vue diffère selon les intérêts de chacun.

L'Histoire se passe en effet de notre approbation. Bien souvent, ce sont les acteurs prônant la violence, la haine, qu'on retient, avant, bien avant, les bienfaiteurs. Mais même si on s'en tient à cela, on voit bien que l'individu peut influer sur cet ensemble, malgré ses idées "néfastes". L'autre exemple reste Les Lumières, bien que ce soit un ensemble d'individu, mais malgré tout restreint à côté de l'ensemble qu'est le peuple, et qui a su, m'a-t-on appris, à mener le peuple vers un horizon nouveau.

Probablement. Les demandes se font de plus en plus fortes, les quantités toujours moindres. L'avenir répondra à comment aurons-nous su gérer cela. Je doute que cela se passe mieux que par le passé. Mais restons optimistes.

Oui, je sais, au moins sommairement, comment l'URSS c'est effondré (c'est le programme de terminale, en partie, donc j'en sais ce qu'on m'a dit). Les Etats-Unis sont dans une mauvaise, très mauvaise, passe. Je ne sais pas s'ils vont réussir à s'en remettre sans finir comme l'autre bloc déjà disloqué. Vu la dette du pays... Je ne sais pas. Je ne saurais pas m'avancer, je ne suis pas vraiment apte à le faire.

Ce n'est aucunement un souci. J'aime bien partager des idées, apprendre, débattre. Merci à vous d'avoir pris le temps d'y répondre. J'y répondrai volontiers encore. Bonne journée.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

principe de dualité pour les uns , yin/yang pour les autres. une certitude s'installe soit nous trouvons un équilibres se qui est vital soit c'est la fin d'un monde.mais peut importe car l'équilibre est une loi de la nature et elle reprend toujours sont droit. je souhaite que cet équilibre dure le plus longtemps possible.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Curieusement, la nature ne fait pas si justement (ou généreusement) les choses, la nature est l'exemple même que l'équilibre ne s'atteint souvent que dans la domination, la symbiose se faisant que dés lors qu'une hiérarchie est installée.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Juste pour dire que je suis d'accord avec la dernière affirmation faite dan ton commentaire. Donc, il est plus ou moins inutile.

Mais bon. J'aurais pu répéter la chose, cela n'aurait pas eu de véritable intérêt.

Cependant, beaucoup rêvent d'une hiérarchie "égalitaire", dans le sens où on aime à se sentir, si ce n'est "au-dessus", au moins au même niveau que les autres. On a peur de la soumission. On se veut être "libre". Capable de décider pour soi, et pour tout. Un rêve qui, comme dit, n'est là que pour faire espérer ceux qui s'accrochent le plus à cette idée. La nature le montre bien, comme dit.

Au final, j'ai dit pour ne rien dire. Mais bon. J'en suis désolé.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

L'égalité n'existe pas, c'est même plutôt récent comme conception des choses. De mon point de vue, on perd du temps à vouloir que tout soit lissé et destiné à conforter chacun dans la fausse impression d'être au même niveau que les autres. On se voile la face et ça ne nous aide vraiment pas.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

De ce côté ci, je suis du même avis, oui. Mais n'est-ce pas une conséquence de la "liberté" permise par la démocratie?

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

désolé mais moi je suis comme sisyphe , j'y croit jusqu'au bout . c'est comme pour un couple, il y à toujours un dominant et un dominé mais j'espère toujours qu'on peut trouver un équilibre dans la complémentarité afin d'être sur un pied d'égalité.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

S'il y a équilibre, il n'y a pas forcément égalité. Si chacun y trouve son compte, ce n'est pas pour autant qu'on a tous la même chose. L'égalité est une notion irréaliste à mon sens. Et s'il y a dominant et dominé, il y a nécessairement, en tout cas dans le cas humain, un moment où la population dominée voudra faire tomber ceux qui dominent, pour une raison, ou une autre. Pour une question obsolète d'égalité?

Au fait, Aaltar, j'espère que ça ne pose pas problème tous ces commentaires.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

"La troisième guerre mondiale est donc possible, probable, logique et même en préparation."

Je n'ai pas autant de connaissance que Aaltar, mais je suis à fond dans ses idées. Même si je dois avouer que je n'ai vraiment pas autant de connaissance que lui, je sens qu'il y a un truc qui va pas, qu'il se prépare quelque chose de gros, et que si c'est pas une grosse troisième guerre mondiale, ça sera la grosse "première guerre nature" et cette dernière fera génocide peut être même que l'une entraînera l'autre ou inversement ? Ça, c'est peut être pessimiste, mais en tout cas c'est une possibilité, j'en suis certain.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je reviens sur ta participation Quercus.

Je ne crois pas en la guerre apocalyptique, c'est une sorte de fantasme mal vieillissant de ce qu'était la vision pessimiste et décadente du monde au moyen age, une sorte d'évocation ésotérique de fin des temps qui permettait surtout à la religion de prendre une assise morale sur les peuples qui ne pouvaient que se soumettre à leur prédictions dont ils sauraient évidement les protéger.

Non, je ne vois pas d'ère apocalyptique mais bien une discorde "à l'ancienne".

Tu dis quelque chose d'intéressant : ce "sera la grosse première guerre nature" ; non pas que l'essence du mot nature puisse trouver sa place là dedans étant donné qu'il s'agit surtout de suprématie idéologie, politique, et sociétale. Par contre la notion de première grande guerre est tout ce qu'il y a de plus juste.

Je m'explique : la première guerre mondiale et la seconde ne sont là que dans l'interprétation d'une urgence. Les jeux géopolitiques d'alliance, les traités pour la première, la folie nazie pour la seconde. Tout le monde a été forcé de suivre l'élan de l'adversité sans véritablement adhérer à autre chose que des principes. Etait on vraiment dans un épuisement systémique poussant à combattre son ennemi tenté de prendre l'ascendant sur nous ? Non. En revanche, se sera l'enjeu de la prochaine confrontation, une bataille pour déterminé qui est le dominant et qui sera alors le dominé.

L'Amérique avec son bouclier anti missile à induit une notion grave : ils sont maintenant en mesure d'atomiser s'il le faut étant couvert. La Chine prendra la menace en considération car elle est bien réelle. Espérons que cette terrible réalité ne prenne jamais court... il faut être optimiste, toujours.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Invité Gaetch

Posté(e)

C'est un cercle vicieux alors, on est vraiment condamnés pour toujours à en arriver à la guerre ?

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Je sais pas si je peux donner une réponse, mais je pense que de toute façon la guerre sera toujours une possibilité même si elle est pas obligatoire. Et j'aurais une question. Est-ce que le France en entrant une fois de plus dans l'OTAN s'est déjà soumise à l'Amérique sans avoir eu a subir une atomisation? En fait, c'est ce que je pense, alors j'aimerais avoir ton avis Aaltar

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
C'est un cercle vicieux alors, on est vraiment condamnés pour toujours à en arriver à la guerre ?

C'est le mécanisme naturel pour réguler les phases de problèmes, ça a toujours été comme ça jusque là, on va avoir encore besoin de temps pour évoluer et parvenir à faire autrement.

Est-ce que le France en entrant une fois de plus dans l'OTAN s'est déjà soumise à l'Amérique sans avoir eu a subir une atomisation?

La France n'est pas véritablement soumise à l'OTAN. Mais l'OTAN peut impliquer tous ses acteurs de facto, c'est l'essence même du pacte. Si demain, l'Amérique ouvre une guerre contre la Chine, l'OTAN sera de fait mis à contribution, ça implique aussi la France, évidement.

On perd forcément une partie de son autonomie avec les pactes, regarde la première guerre mondiale, le monde mis en guerre pour un simple assassinat, ce sont les alliances qui ont précipités tout le monde dans la folie de la guerre.

L'OTAN ce n'est pas "seulement" l'Amérique et ça a protégé tout le monde pendant la guerre froide, il ne faut pas l'oublier.

Pour moi la formation est caduque et n'apporte plus aujourd'hui qu'une amplitude supplémentaire pour l'impérialisme américain, mais l'Europe de défense est un chantier larvé, sans ça, l'OTAN reste d'actualité.

Avec le bouclier anti missile, ça rajoute encore une couche à la dépendance des états vis à vis de cette structure et de la présence américaine généralisée.

Donc pour répondre à la question : non, la France n'est pas soumise, elle peut même mieux défendre sa voix, mais elle est imbriquée et perd aussi de son autonomie, forcément.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Mais est-ce que même sans y rentrer, on aurait pas pu espérer que les Américain nous défendent, parce que nous entretenons de bon rapports avec eux ? Ce que je veux dire c'est que l'Amérique à certainement des ennemis que nous n'avons pas ! Et que nous seront obligés de suivre les américains, parce qu'on ne peut pas quitter l'OTAN sur un désaccord avec leur choix de peur d'avoir les pires ennemis de la planète ?

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Il faut bien comprendre que les intérêts de l'Amérique sont aussi ceux de l'Europe et donc de la France. Nous sommes inexorablement indissociables.

Etre dans l'OTAN n'est pas une mauvaise chose, la France a toujours jouit d'une liberté de parole, (exemple la guerre en irak II), ça dérange les USA je peux te l'assurer, mais dans le fond, nous sommes aussi probablement leurs meilleurs alliés, car nous ne sommes pas alignés mais partenaire.

L'OTAN est un outil qui défend les intérêts US mais aussi européen, bien que très largement dominé par l'amérique, du fait de l'investissement permanent qu'ils ont réalisés. Nous n'en sommes pas pour autant aphone.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire
Invité Caminde

Posté(e)

Aaltar, est-ce que l'alliance Europe / Amérique (du Nord) dans l'OTAN serait nécessaire pour éviter une 3è guerre mondiale?

Ma conclusion après moultes lectures: l'Afrique est condamnée à la survie.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

L'Afrique n'est qu'un enjeu, une fois encore...

Non, l'Europe ne parviendra pas à enrayer le processus, pire encore elle en est actrice.

En se dégradant, l'Europe va priver la Chine de ses débouchés logiques, accélérant par le fait l'action qui visera à intensifier les crispations chinoises en particulier vis à vis des USA.

L'Europe aurait pu jouer un rôle de 3eme puissance, si elle avait pu s'établir comme union financière et union militaire. Hélas, le constat est sans appel : l'Europe échouera car dirigée par des technocrate bureaucratique incapable d'incarner une vision politique d'ensemble et d'élaborer les fondamentaux nécessaire à toute super puissance.

Elle (nous) ne sera donc qu'une suiveuse non décisionnaire et en filiation avec l'Amérique puisque cette dernière et l'Europe sont ce que l'on qualifiera d'Occident.

L'Europe est déjà pour beaucoup dans l'OTAN et ça ne fera en rien décliner l'inéluctable, et pour dire plus encore, même la Russie couplée à l'OTAN n'y changera rien non plus.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant