Aller au contenu

Colle et Gomme

  • billets
    6
  • commentaires
    9
  • vues
    749

Billets dans ce blog

 

Chanson du mois de mai - Le Roi et l'Oiseau.

CHANSON DU MOIS DE MAI N°12 L'âne le roi et moi Nous serons morts demain LŽâne de faim Le roi dŽennui Et moi dŽamour Un doigt de craie Sur lŽardoise des jours Trace nos noms Et le vent dans les peupliers Nous nomme Ane Roi Homme Soleil de Chiffon noir Déjà nos noms sont effacés Eau fraîche des Herbages Sable des Sabliers Rose du Rosier rouge Chemin des Ecoliers LŽâne le roi et moi Nous serons morts demain LŽâne de faim Le roi dŽennui Et moi dŽamour

Invité

Invité

 

Yseult ou Mélusine.

Toi. Je te donne rendez-vous. Dans les allées brumeuses d'un dédale, labyrinthe de haies ou de traboules. Le faune qui me suit a la tête d'un père, muni d'une hache, fou à lier. Un uniforme vert-de-gris. Un fantôme d'opéra. Dans les couloirs d'un bâtiment vide, à l'heure où chacun pense à autre chose, déjà si loin, à l'heure où tout peut arriver, puisque personne ne sait que tu es là, encore, puisque personne ne peut te secourir. Il y aurait des néons verts, des néons rouges, il y aurait

Invité

Invité

 

Rêves...

C'est un pays étrange... Au bord de l'eau, là où rugit la mer comme elle roucoule parfois, indifférente, la plage de galets offre des abords rugueux. Non loin de là, les falaises supportent un sémaphore dont les lueurs lancinent dans l'ombre brumeuse des tempêtes. ÿ la surface huileuse, le soleil occidental se farde de rougeurs ; il crache quelques aveux. Coquets. Ulysse au loin fait quelques choses, peut-être rêve-t-il ? Qu'importe ? C'est l'heure maudite où l'ombre croupit juste sous l'être

Invité

Invité

 

Notes de train.

Le réel... une sorte de bouillon, comme un magma, insaisissable, immense pour notre petit esprit, fulgurant pour notre lenteur, létal pour notre craintif besoin de stabilité. Aucune subsistance de la matière, exit les causalités, les successions d'évènements ; en ce lieu le langage est obsolète, totalement inadéquat. Notre tête, pour reprendre le mot de Giono, n'a pas les dimensions de l'univers et comme Langlois, il nous faudrait périr pour accomplir cette hybris. ÿ l'état brut, le réel serait

Invité

Invité

 

Le ridicule...

Et si la gêne que l'on ressentait face au ridicule de ses propres actes, ou de ceux des autres, n'était que la honte, imbibée de culpabilité, à en dégouliner, d'avoir trahi ses propres naïvetés ? Bribes de rêves laissés pour morts sur le chemin de cette maturité banale et stupide, celle de ceux qui disent "tu verras, j'étais comme toi à ton âge", la foi bradée contre l'amertume impotente. La belle maturité consisterait plutôt à améliorer sa capacité de résilience, tout en adoptant une lucide inn

Invité

Invité

 

Sévices.

Voilà, ce coup-ci c'est bon, demain je serai chez moi - et non plus chez nous (voire eux...). Aujourd'hui mon père est rentré comme choqué du travail. Des jeunes l'ont malmené durant la séance d'équitation que leur paye l'état pour se réinsérer, il s'est fait insulter, menacer, cracher dessus. Il a fait une dépression il y a quelques mois suite à des changements hiérarchiques ; en gros, on lui a fait changer de poste sans lui demander son avis et il s'est retrouvé face à une supérieure hiérar

Invité

Invité

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité