• billets
    11
  • commentaires
    2
  • vues
    4 789

À propos de ce blog

L'actualité du moment pour les non-spécialistes...

Billets dans ce blog

Kim417

Coup d'Etat militaire en Thaïlande après sept mois de crise

La Thaïlande a connu 18 coups d'Etat ou tentatives en près de 80 ans. Le dernier en 2006 contre l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra a entraîné une série de crises politiques faisant descendre tour à tour dans la rue ses ennemis, les "chemises jaunes", et ses partisans, les "chemises rouges". Il reste, malgré son exil, le facteur de division du pays.

L'épisode actuel a commencé à l'automne avec des manifestations réclamant le départ de sa soeur Yingluck, Première ministre depuis 2011, destituée par la justice début mai.

Flashback : Le Dessous des cartes

https://www.youtube.com/watch?v=HhS7dyIamWc

Autoritaire, expéditif, n’hésitant pas à avoir recours à des méthodes brutales, Thaksin s’est toutefois taillé une popularité durable, notamment dans le nord et le nord-est, en offrant aux ruraux et aux pauvres la santé quasi-gratuite et des crédits substantiels.

Mais une partie des élites lui est hostile, notamment en raison de ses origines modestes. "Parmi les élites de Bangkok, il y a une haine viscérale de Thaksin et le sentiment que l'establishment est en péril".

Depuis le début du siècle, ses partisans ont emporté tous les scrutins et l’actuel Premier ministre est sa sœur cadette, Yingluck Shinawatra, novice en politique encadrée par les principaux collaborateurs de son frère.

La colère des manifestants est née à l'automne dernier, après que le gouvernement a proposé une loi d'amnistie, qui aurait permis à l'ex-Premier ministre accusé de corruption et exilé à Dubaï de rentrer en Thaïlande.

Ce projet d’amnistie a soulevé un tollé. Bénéficiant de nombreuses sympathies au sein de l’armée, de l’aristocratie, de la bureaucratie, des milieux d’affaires, un mouvement de protestation s’est formé autour d’un tribun, Suthep Thaugsuban, qui entend déraciner ce qu’il qualifie de «régime Thaksin»...

En savoir plus (mes sources):

. L'Express : Thaïlande: quatre questions pour comprendre la crise

. Slate : Comprendre ce qui se passe en Thaïlande

. Reuter : L'armée prend le pouvoir pour "rétablir l'ordre" en Thaïlande

Kim417

Alors que la mort d'une jeune photographe fait la une de ces derniers jours, retour sur le conflit qui ensanglante la République Centrafricaine (RCA) depuis 1 an:

1. Le contexte : Le dessous des cartes - La RCA aux marges de l'Afrique

https://www.youtube.com/watch?v=TVgxeqESZwc

2. Génèse du conflit: Qui sont les différents intervenants ?

L'autorité de François Bozizé a commencé à vaciller après sa réélection contestée, en 2011, à la présidence. Fin 2012, plusieurs mouvements de rébellion du Nord se sont unis pour former la Séléka – « alliance » en sango, langue officielle avec le français.

Malgré la signature d'un accord de paix en janvier (2013), la Séléka s'empare de Bangui et renverse M. Bozizé en mars. Michel Djotodia s'autoproclame président. Très vite, le nouvel homme fort de la Centrafrique se révèle à son tour incapable de tenir les rênes du pouvoir. La Séléka, coalition de groupes très hétérogènes mais essentiellement musulmans, appuyés par des mercenaires étrangers, des brigands et des coupeurs de route, devient incontrôlable.

Après les pillages de la Séléka, des groupes d'autodéfense chrétiens – les antibalaka, « anti-machette » en sango –, formés ponctuellement par l'ancien dirigeant Bozizé, se regroupent et s'en prennent aux populations musulmanes, assimilées aux anciens rebelles.

C'est dans ce contexte que le Conseil de sécurité de l'ONU adopte, le 5 décembre 2013, une résolution de la France ouvrant la voie à une opération de maintien de la paix, la mission « Sangaris » qui prévoit le déploiement en RCA de 1200 soldats français...

Kim417

... passées totalement inaperçues dans la presse occidentale :

NIGERIA : “Nous avons déjà enterré 315 personnes”

Les habitants de Gamburu Ngala enterrent leurs morts. Dans cette ville du nord du Nigeria, une attaque de Boko Haram le 5 mai a fait plus de 300 morts.

...

L’attaque [...] a eu lieu alors que le leader de la secte, Abubakar Shekau, publiait une vidéo dans laquelle il revendique l’enlèvement des lycéennes.

COURRIER INTERNATIONAL - 9 MAI 2014

Le gouvernement nigérian mis en cause

The Nation et The Guardian, deux journaux de Lagos, s'interrogent :

"Le fait que ses concitoyens du Nord, du Sud, de l'Est et de l'Ouest vivent désormais dans la peur est la preuve de son échec. [...] Faut-il comprendre que les moyens mis en œuvre sont insuffisants ? ou bien que certains tirent profit de cette guerre à durée indéterminée ?", se demande l'un.

"Malheureusement, de graves allégations évoquent un trafic mené par les forces antiterroristes : des fonds publics obtenus facilement pour la campagne contre Boko Haram finiraient dans la poche de certains volontaires", souligne l'autre...

Par ailleurs, selon l'AFP, "L'armée nigeriane avait été informée de l'imminence d'une attaque de Boko Haram contre le lycée où plus de 200 adolescentes ont été enlevées le 14 avril mais n'a pas réagi, notamment faute de moyens, a accusé vendredi Amnesty International. Des accusations de l'ONG rejetées par l'armée, mais confirmées par les habitants."

Dernière minute : Boko Haram propose d'échanger les lycéennes contre des prisonniers (Le Monde.fr avec AFP | 12.05.2014)

Kim417

Comprendre ce qui se passe au Nigéria, où la "secte" Boko Haram vient d'enlever plus de 200 jeunes filles, mais sème la terreur depuis presque 10 ans...

1. Le Nigéria : état riche, pays pauvre

Avec 177 millions d'habitants en 2014, le Nigeria est le pays le plus peuplé d'Afrique.

Malgré une production de pétrole importante, le pays demeure relativement pauvre, en raison notamment d'une très forte corruption.

Les dernières élections (2011) ont porté au pouvoir Goodluck Jonathan, l'actuel président.

https://www.youtube.com/watch?v=41MwAUAJbc4

2. Boko Haram

C'est dans ce contexte de pays riche mais maintenu en état de sous-développement par la corruption, et où la population est à la foi pauvre et sous-éduquée, qu'est né Boko Haram, groupe djihadiste du nord du Nigeria fondé au début des années 2000, avec pour projet de créer un Etat islamique régi par la charia. Son modèle : les talibans afghans.

"Boko" signifie "livre" et "haram", "illicite". Ce que l'on peut traduire par "l'éducation occidentale est un péché." De fait, outre les policiers et les bâtiments publics, le groupe s'en prend régulièrement aux établissements scolaires, particulièrement ceux destinés aux filles...

Radicalisé après la répression aveugle et sanglante survenue en 2009 et qui a fait des centaines de morts, y compris parmi la population civile, le groupe semble avoir recueilli le soutien d'une partie de la population écoeurée par l'incurie des gouvernants à sortir le pays de sa pauvreté... sans compter des soupçons de collusion avec certains dirigeants battus aux dernières élections, et dont le but serait également la déstabilisation du pouvoir en place...

Pour en savoir plus :

France TV info :L'article à lire pour comprendre le rapt de 200 filles, au Nigeria, destinées à devenir esclaves

Rue89 : Qui sont ces terroristes de Boko Haram qui « vendent » 276 lycéennes ?

L'Express : Nigeria: pourquoi l'Etat est impuissant face à Boko Haram

Le Monde diplomatique: Aux origines de la secte Boko Haram

Kim417

De quoi s'agit-il ?

Flash back…

En 2003, le groupe Alstom, en mauvaise santé financière depuis son introduction en Bourse en 1998, fait face à une crise de liquidité qui le conduit droit vers la faillite. Contraint de rembourser des turbines à gaz défectueuses, le constructeur du TGV frôle le dépôt de bilan, avec 1,4 milliard d'euros de pertes et un endettement de 5,3 milliards.

Un premier plan de sauvetage est élaboré par le ministre de l’économie, Francis Mer, mais ce plan est bloqué par Bruxelles en septembre 2003. […] En mars 2004, Nicolas Sarkozy arrive à Bercy et […] parvient à faire accepter à Bruxelles un nouveau plan de sauvetage de renationalisation partielle, le 7 juillet 2004. L’Etat acquiert alors 21,4 % du capital du groupe pour 720 millions d’euros, et dissipe la perspective de la faillite.

En 2006, Bouygues rachète pour 2 milliards d’euros la part de l’Etat. […]. Le groupe de construction poursuit par la suite sa montée au capital d’Alstom, dont il détient aujourd’hui 29,4 %.

On croyait Alstom sauvé, il sera finalement rattrapé par la crise. […] L’ensemble du groupe est plombé par les difficultés de la branche énergie, qui représente 71 % de son activité et qui subit une grave crise en Europe.

Y a-t-il urgence à vendre Alstom ?

Au vu des derniers résultats trimestriels, Alstom n’est pas au bord du gouffre : le chiffre d’affaires a certes baissé de 1 % sur les neuf premiers mois de son exercice 2013-2014 et son carnet de commandes de 12 %, mais celui-ci représente encore peu ou prou un an de chiffre d’affaires. Sa division ferroviaire a par exemple obtenu en 2013 le marché du métro en Afrique du Sud, le plus gros contrat de son histoire, et un autre méga-deal en Arabie Saoudite. Mais il faudra des années avant d'en percevoir les retombées financières.

Les inquiétudes du groupe – et du gouvernement – se situent plutôt sur le moyen terme : la direction a engagé un plan d’économies pluriannuel, des cessions d’actifs non stratégiques et l’ouverture du capital pour sa branche ferroviaire sans que cela ne rassure les analystes et les marchés financiers, le cours ayant poursuivi sa chute en bourse.

Pourquoi Bouygues cherche à vendre

Pour Martin Bouygues, Alstom n’est plus une participation stratégique [et est devenu] d’autant plus encombrant que ses dividendes ont diminué à partir de 2011.

Surtout, […] le groupe de BTP ne peut pas lutter sur deux fronts à la fois : la création d’un quatrième opérateur mobile a mis en danger Bouygues Telecom, prioritaire sur Alstom. Si GE l’emporte, Bouygues touchera quelque 3 milliards d’euros.

Quelles sont les options?

Les actifs d'Alstom font l'objet de deux offres concurrentes, qui visent uniquement les activités énergie et réseau du fleuron français. La première, celle de General Electric, s'élève à environ 10 milliards d'euros.

La deuxième offre vient du concurrent historique d'Alstom: Siemens. Mais son montant n'a pas encore filtré. Le Français et l'Allemand opèrent dans les mêmes secteurs d'activités. Ainsi, le géant d'outre-Rhin ajouterait dans le deal une partie de sa branche transports, dont sa propre technologie de trains à grande vitesse, l'ICE, qui tomberait alors dans l'escarcelle de ce qu'il restera d'Alstom. Il ajouterait aussi des garanties en termes de pérennité des emplois en France pour trois ans.

Plusieurs responsables politiques et syndicaux […] ont appelé le gouvernement à nationaliser en partie et provisoirement Alstom. Mais un tel choix serait délicat du fait de l'état des finances publiques. D'autant que le groupe a déjà été sauvé par des fonds publics en 2004.

General Electric ou Siemens ? sauveurs ou prédateurs ?

S’il est difficile à ce stade d’évaluer l’impact de chaque offre sur l’emploi chez Alstom, qui compte 18.000 salariés en France, General Electric est clairement plus complémentaire que Siemens avec le groupe français.

L’américain est leader mondial des turbines pour centrales à gaz, tandis que le français domine dans les centrales à charbon, les centrales hydroélectriques, ou encore le transport d’électricité. GE emploie certes 11.000 salariés en France, dont 1.800 à Belfort dans l’énergie, mais les turbines à gaz de moyenne et grande puissance qu’il y produit ne sont pas concurrentes de celles d'Alstom.

Mais GE pourrait aussi voir dans cette acquisition l’occasion de prendre sa revanche sur son échec dans l’acquisition de la filiale T&D (un des leaders mondiaux spécialisé dans la transmission et la distribution d'électricité) d’Areva en 2009, au profit d’Alstom....

Siemens (qui emploie 7.000 personnes dans l'Hexagone) compte davantage de doublons avec le français : dans les turbines à gaz et à charbon, dans l’éolien en mer, le ferroviaire... Même si l’allemand s’engage à ne pas licencier pendant trois ans, les syndicats redoutent une sévère casse sociale à moyen terme. Sans parler des cessions que pourraient imposer les autorités de la concurrence, à Bruxelles...

Mes sources :

Sarkozy a-t-il vraiment sauvé Alstom en 2004 ?

Alstom, l’histoire d’un gâchis

Le dossier Alstom en 7 questions

Alstom : un bain de sang industriel et social se prépare

4 questions pour comprendre les enjeux liés à l'avenir d'Alstom

Les 10 questions soulevées par le dossier Alstom

Rachat d'Alstom : qui veut quoi?

Kim417

Retour sur l'historique et les perspectives de cette "construction européenne" qui n'en finit pas:

1. Enjeu de l'UE

https://www.youtube.com/watch?v=kDQQQgzGv-k

2. Europe, projet sans fin

https://www.youtube.com/watch?v=IYLJidD4en4

Qu'on soit pro ou anti-européen, il me semble intéressant de savoir comment et pourquoi cette "entité" a été créée... ce qu'elle est devenue est une autre histoire...

Kim417

... Parce qu'il n'est pas toujours facile de comprendre les grands sujets qui font la une de l'actualité quand on n'a fait ni science-po si science-éco, j'ai eu envie de vous faire partager mes trouvailles (sites, articles ou vidéos) pour mieux décrypter les enjeux du moment.

J'espère que vous y trouverez quelques réponses aux questions que vous vous posez ; n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires et suggestions... Merci. :)