Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'cellule'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

11 résultats trouvés

  1. .. Suite a une récente curiosité je croie avoir découvert un moyen de détruire des virus mortels pour cela j'aurais malheureusement besoin du temps précis d'interaction entre les virus et les globule rouge .. Le temps pour que le globule absorbe .. Le temps quand le virus creuse le globule pour s'en acquérir et le temps du contact avant qu'il s'en empare... De cet manière je croie qu'il serais possible de maintenir une déstabilisation qui empêche la reproduction du virus durant sa période de vie... Crée des stimulies au virus pour que cet l'interaction n'ai jamais lieu ... Okais j'vais vous expliquer ... Prenez un moustique qui symbolise un virus et l'eau ou il pond c'est oeuf c'est un globule rouge si ont calcule une instabilité cher le moustique il ne se reproduira pas ... Car le temps calculé a son stimulie le piège a ne pas avoir d'interaction.. donc cet insectes finiras par mourir et plus de virus... Donc merci d'avoir lue et aider moi !!!
  2. La repousse des cheveux sur les crânes chauves Lundi 04 novembre - 18:31 Une méthode révolutionnaire va peut-être permettre de faire repousser des cheveux sur les crânes dégarnis. Indéniablement, c'est une étape importante qui vient d'être franchie par des chercheurs de l'université Columbia, à New York. La méthode est simplissime : il s'agit de fabriquer de nouveaux cheveux en mettant les cellules de son propre cuir chevelu en culture. Le principe est même tellement simple, qu'ils ne sont pas du tout les premiers à y avoir pensé, mais ils sont les premiers à y être arrivé ! Depuis quarante ans, les biologistes essayent de maitriser l'auto-régénération des follicules pileux humains, comme ils savent parfaitement le faire chez la souris, mais c'est une succession d'échec chez l'homme. Jusqu'au tour de force réussi par Angela Chrisitano et son équipe. L'exploit a seulement été réalisé en laboratoire, et pas encore sur le crâne d'un humain, mais il ouvre enfin des perspectives après des décennies de déconvenues ! Suite de l'article... Par Jean-Christophe Bourdillat Source: France Info
  3. Des chercheurs français réussissent la première autotransfusion de globules rouges à partir de cellules souches Lundi 05 septembre - 07:52 Et les globules rouges cultivés à partir des cellules souches ont une durée de vie et un taux de survie similaires à ceux des globules rouges «classiques»... Des chercheurs français viennent de réussir la première autotransfusion humaine de globules rouges à partir de cellules souches, comme l'indique une étude parue jeudi dans la revue spécialisée américaine Blood. Les résultats de cette étude, réalisée par Luc Douay (Inserm-UPMC) à l'hôpital Saint-Antoine de Paris, laissent espérer qu’un jour les patients ayant besoin d’une transfusion sanguine deviennent leurs propres donneurs, selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale. Les globules rouges - qui transportent l'oxygène des poumons vers les tissus - injectés, ont été créés à partir des propres cellules souches hématopoïétiques humaines (CSH) -qui fabriquent tous les types de cellules sanguines - d’un donneur humain. Suite de l'article... Source: 20minutes.fr
  4. Doïna

    Les évadés d'Alcatraz

    Bonjour/soir Dans la nuit du 11 juin 1962, trois détenus de la prison d'Alcatraz : Frank L. Morris, et les deux frères John et Clarence Anglin, parviennent à s'évader selon un plan des plus ingénieux et audacieux. L'évènement a donné lieu à un film célèbre : L'évadé d'Alcatraz (1979) de Don Siegel, avec Clint Eastwood dans le rôle de Frank Morris. Qu'est-il advenu de ces trois hommes ? Nous n'en savons rien. Peut-être ont-ils péri dans les eaux glacées de la baie, peut-être... Une ultime évasion se produisit au mois de décembre de cette même année 1962, mais qui se solda par un échec. Alcatraz fut fermé l'année suivante, en 1963. Alcatraz Ancien bastion de défense, la forteresse d'Alcatraz, réputée imprenable, fut transformée en prison militaire avant de devenir une prison civile. C'est au temps de la prohibition et des gangsters qu'elle devint la résidence des pires criminels de la société américaine, tels ceux de la trempe du terrible Al Capone. Conçu sur une île au milieu des eaux glacées, agitées par des courants mortellement puissants pour déjouer toute tentative d'évasion, avec un périmètre de 200 mètres interdit à la navigation, des murs hérissés de barbelés, des miradors, des gardes doublement armés postés partout, l'établissement méritait bien son surnom de Rocher. Nul n'était donc sensé pouvoir s'en échapper vivant. Il y eut bien des tentatives d'évasion pourtant. En 1946, une mutinerie éclata. Les détenus, excédés par leurs conditions de détention, tentèrent une évasion collective, ce qui donna lieu à trois jours ininterrompus de mitraillage infernal entre eux et leurs gardiens. Ces derniers finirent par avoir raison des révoltés. Entre 1934 et 1963, 36 prisonniers en tout essaient de prendre la clef des champs. 7 sont impitoyablement tués par des gardes, 2 périssent noyés, 5 sont portés disparus, présumés noyés eux-aussi. Tous les autres ont été repris. Conditions de détention Ce sont des conditions d'une dureté hors du commun. Les gardiens sont nombreux : il y en a un pour trois incarcérés, et qui font des rondes incessantes. Chaque détenu occupe seul une cellule de 2 mètres sur 3, où il est enfermé en tout 14 h sur 24. Il existe également des cellules de mitard, glaciales et privées de lumière, où les prisonniers punis doivent demeurer nus et sont sous-alimentés. Bon nombre parmi les criminels les plus endurcis sortirent brisés, totalement détruits de ce pénitencier. Ce fut le cas d'Al Capone, qui n'était plus que le Rital-au-Balai à l'intérieur de ses murs. 1962 : quatre détenus relèvent le défi de l'évasion Dans les années soixante, Alan West, les frères Clarence et John Anglin, ainsi que Frank Morris, tous condamnés notamment pour des vols à main armée, sympathisent et se lancent un défi. Leur objectif : se faire la belle d'une prison dont nul n'est sensé pouvoir s'échapper. Ils relèvent un point faible fondamental de l'établissement : un vieux ventilo qui n'est pas scellé comme les autres sur le toit, et parviennent à mettre au point un plan des plus risqués, mais également des plus ingénieux, qui va leur demander des mois de préparation minutieuse et de patience. Ils bénéficient pour cela de la coopération des autres détenus, en particulier ceux travaillant aux cuisines, à la blanchisserie, à l'atelier et au salon de coiffure. À l'aide de cuillères volées à la cantine et aiguisées, il râclent quotidiennement le plâtre et la brique autour des trous de ventilation de leur cellule. Pour masquer leur travail, ils conçoivent de fausses grilles à l'aide de classeurs et de boîtes à cigares, pour remplacer celles déteriorées, de façon à ce que les gardiens ne s'aperçoivent de rien au cours de leurs fréquentes rondes. Et ils ne s'aperçoivent de rien ! Leur trou devenu assez large, ils peuvent atteindre le couloir passant derrière, s'y faufiler et s'aménager un véritable atelier au-dessus des étages occupés par les cellules. Là, ils se rejoignent en secret pour concevoir des gilets de sauvetage et un canot gonflable à l'aide d'imperméables récupérés (il leur en faudra une cinquantaine rien que pour le canot) ainsi que de fausses têtes, modelées sur une armature de fils de fer, avec une pâte à base de plâtre à mouler et de savon. Les cheveux sont de vrais cheveux récupérés chez le coiffeur du pénitencier. Une fois peintes à l'aide de peinture couleur chair et de maquillage, ces têtes peuvent être prises pour de réelles une fois glissées sous une couverture. Telle est donc le principal subterfuge de ces larrons pour donner le change, au départ pendant les rondes des gardiens, au final quand ils s'évadent pour de bon. Le 11 juin 1962, c'est le jour J. Les frères Anglin et Frank Morris quittent leur cellule. Ils sont contraints d'abandonner Alan West sur place, celui-ci ne parvenant pas à passer par son trou. Discrètement, les trois hommes gagnent le conduit d'aération derrière le mur de leur cellule, se hissent à travers une lucarne sur le toit, qu'ils longent à pas de loup, sautent en bas d'un mur non surveillé, passent devant le local électrique de la prison, et enfin courent jusqu'au bord de la mer. Là, ils gonflent leur radeau de fortune rapidement grâce à un concertina transformé en soufflet. Puis ils s'embarquent dedans. Au petit matin du 12 juin, pas moyen de tirer du lit les trois détenus. Panique devant la cellule de Frank Morris : sa tête roule par terre à l'instant où le gardien tente de le réveiller. Il s'affole : "Bon sang, on lui a coupé la tête !". Il faut se rendre à l'évidence : trois détenus se sont enfuis d'Alcatraz, et de quelle façon ! L'alerte retentit. Les autres prisonniers sont contents pour leurs compagnons évadés. Pour eux, cela signifie qu'on vient de porter un grand coup à leur enfer. Les recherches commencent. Elles seront interminables, et ne mèneront à rien. Tout ce qu'il reste des trois recherchés sont une pagaie, deux gilets de sauvetage, et une pochette en caoutchouc contenant des photos et des notes sur une plage d'Angel Island, située à environ trois kilomètres du Rocher. Officiellement du moins. Ce qui laisse à penser qu'ils se sont noyés. Plus tard, un cargo signalera d'ailleurs avoir repéré un corps flottant dans la baie. L'habillement du cadavre pourrait correspondre à celui d'un détenu d'Alcatraz, bien que dans un état très dégradé. Plus de cinquante ans ont passé depuis, mais le mystère de cette disparition est toujours d'actualité. Les trois évadés d'Alcatraz sont toujours recherchés. Non plus par le FBI, qui s'est dessaisi de cette enquête non résolue près de vingt ans après, en 1979, mais par les US Marshals, une agence fédérale à qui l'on confie les fugitifs, et qui s'avère en général très efficace pour ce faire. Concernant les évadés d'Alcatraz, les enquêteurs ne croient pas qu'ils auraient pu survivre et rentrer dans le droit chemin, ne voyant en eux que d'impénitents criminels. Et vu qu'officiellement, aucune effraction n'aurait été relevée après leur évasion... Il est vrai qu'un squelette a été découvert huit mois après l'évènement, en 1963, sur une rive externe à la baie. Inhumé dans un cimetière local sous le nom de John Bones Doe. Une partie de ses restes a été récemment exhumée afin de procéder à une analyse ADN. On pensait en effet qu'il pouvait s'agir des ossements de Frank Morris. L'analyse en question a démontré le contraire. En outre, dans les archives du FBI, on a retrouvé un document faisant mention de la découverte d'un radeau sur Angel Island. D'autres documents, des mémorandum gouvernementaux, mentionnent la même chose, avec en plus des traces de pas relevés à côté, et le vol par trois hommes d'une Chevrolet bleue sur une route non loin de là, sur le continent, à l'aube du 12 juin. Suite à leur évasion, les frères Anglin auraient été aperçus à l'enterrement d'un membre de leur famille, grimés en femme, et aussi travaillant sur le terrain d'un parent. Quant à Frank Morris, plusieurs sources nous apprennent qu'il est bien vivant, âgé actuellement de 87 ans ! (voir) Il vivrait en Irlande, aurait changé de nom : il s'appelerait désormais Padraic Welsh. Frank Morris is alive, yeah ! Il semblerait que certains éléments aient été volontairement passés sous silence par la police, peut-être parce que l'invincibilité du Rocher venait d'être mise à mal à tout jamais par le génie des trois évadés. Leur affaire n'est toujours pas classée à ce jour, et ils resteront tous trois en état d'arrestation tant qu'ils n'auront pas atteint l'âge de cent ans. http://youtu.be/-kXR2hlyn60 Ci-dessous : le beau Frank Morris. Condamné lourdement pour braquages et autres vols à main armée (bien que n'ayant jamais tué personne), il était surnommé le Roi de l'Evasion à son arrivée à Alcatraz, pour ses incarcérations suivies d'évasions très audacieuses. Doté d'un quotient intellectuel de 133 (comme seulement 3% de la population), il eut une enfance difficile. Orphelin, balloté de famille d'accueil en famille d'accueil, il se retrouva très jeune en maison de redressement, et devint un délinquant chronique.
  5. Bonjour, Avez-vous déjà entendu parler des maisons de correction ? Appelées également maisons de redressement. En France, la dernière maison de correction a fermé ses portes en 1977... Heureusement me suis-je dit, en visionnant cette vidéo qui m'a glacé le sang : Dans cette vidéo, Mr VANACKER, ancien détenu à la maison de correction de Mettray, raconte comment, enfant, il a été jeté dans une cellule glaciale, complètement nu, de 11h30 à 16h30. L'ambiance était affreuse dans cet établissement créé en 1840 sous Louis-Philippe. Les surveillants eux-mêmes pouvaient avoir été d'anciens forçats, ou des employés des abattoirs... Enfin, c'était tous des brutes, qui torturaient les enfants, parfois les tuaient : 200 enfants ont perdu la vie dans cette maison de correction, des cadavres ont mêmes été incinérés dans la chaufferie au sous-sol de l'établissement. Autre vidéo : Texte intégral Un bagne pour enfants : source
  6. Les croyances religieuses sont un ensemble d'idées qui ont besoin d'un hôte pour se propager et pour se répliquer. On peut faire l'analogie avec un virus informatique où l'esprit serait l'ordinateur contaminé, ou bien un virus biologique. Le principe propagateur des croyances, notamment du christianisme et de l'islam, est exprimé explicitement dans les textes religieux, où l'on demande aux croyants de témoigner et de propager la foi. Certaines religions sont moins explicites à ce sujet, mais je pense que fondamentalement, il y a une nécessité de réplication, parce que sinon une religion disparaitrait rapidement. D'autre part, le virus religieux peut en fait contaminer les athées, qui peuvent se victimiser sans être pour autant des croyants. C'est dans cette perspective plus large, où il peut y avoir des porteurs plus ou moins malades, et des porteurs sain, que j'envisage ce virus religieux. Le virus à l'extérieur de l'hôte Un virus peut se trouver à l'extérieur ou à l'intérieur de l'hôte. Dans le cas du virus religieux, l'hôte c'est l'être humain, et à l'extérieur il se trouve sous la forme de livres, de textes, de messages, protégés par une enveloppe (la couverture du livre, les fichiers, etc.) Pour un virus biologique, il s'agit de séquences d'ARN qui sont protégés par une couche de protéines. Étant donné la transmission rapide d'informations par la production de parole entre les humains, les messages codant le virus religieux peuvent être générés directement par un hôte. Dans ce cas, l'intermédiaire est la parole, et l'information est transmise par une onde sonore. La pénétration du virus dans l'hôte L'esprit humain, même s'il est assez perméable, a des mécanismes de sélection des informations. Il est donc nécessaire de passer cette barrière. De même un virus biologique a besoin de leurrer la cellule pour lui faire croire qu'il fait partie de l'organisme dans lequel il se trouve. Il a pour cela des récepteurs adaptés aux cellules, des clés. Dans le cas du virus religieux avec son hôte humain, les clés peuvent être par exemple la flatterie, la chaleur humaine ou la synchronisation. La flatterie permet d'entrer dans l'esprit d'autrui, mais aussi elle permet d'initier l'étape de réplication ultérieure par amplification de l'ego. La réplication du virus Une fois entré dans la cellule, un virus libère ses ARN, qui sont interprétés par complémentarité pour produire des protéines. Dans le cas du virus religieux, il me semble que c'est la victimisation qui a ce rôle. Elle produit un mouvement automatique, soit de rejet soit de défense. Le fait d'avoir préparer l'hôte pour passer sa barrière de protection fait qu'il ne peut pas rejeter la victimisation et donc qu'il prend la défense de ce qu'il croit être une victime. Dans le cas de la flatterie, l'ego est enflé, et alors tout ce qui est dit est assimilé à cet ego. L'individu se sent alors lui-même victime. Dans une première étape, la victimisation peut concerner divers objets, des plus habituels aux plus insolites. Elle entraine automatiquement la production du désir de protection et du désir de punir. Ce désir ambivalent est semblable aux protéines construites automatiquement à partir de l'ARN. Tout comme les protéines vont servir à construire des répliques du virus, le désir de protection/punition va servir à construire une répliques du virus religieux. Le "but" du virus religieux, est de se faire passer pour une victime à défendre. En réalité, un virus n'a pas de but, n'a pas d'intention, pas de volonté. Il est simplement construit par sélection naturelle, et cela est valable pour les virus de l'esprit également. Le virus religieux donc, se fait passer pour victime, en se plaçant au niveau de l'ego. Ainsi on amène les croyants, mais aussi de athées, à défendre la religion comme si c'était eux-mêmes. Le virus aboutit au processus de réplication à partir du moment où l'hôte va produire des paroles et des écrits qui contiennent le virus religieux. Notez que comme tout virus avec les variantes dans les séquences d'ARN, il y a de nombreuses variantes dans le contenu des messages, qui peuvent avoir une apparence franchement religieuse ou bien athée. Le désir de punition crée une peur d'être puni soi-même, ce qui crée une soumission. Le résultat est la soumission à la religion, et le respect des croyances religieuses. Le respect est une mutation de la soumission dans un milieu contenant des anticorps à la domination totale d'une religion. Il n'en est pas moins une version active du virus, qui demande l'acceptation voir la dissémination (par exemple l'obligation de connaitre sa culture, qui se rapproche pour l'occasion d'une culture microbienne). Cela crée une difficulté pour analyser, discuter, parler de la religion de façon détachée pour la démonter comme tout concept philosophique. Cet interdit de distance est un interdit d'analyse et d'une certaine façon une association à l'ego, ce qui nous ramène au processus de réplication. Le virus religieux favorise la vie dans la mesure où c'est son avantage, ce qui peut se comprendre puisqu'il dépend des hôtes pour se répandre. Par contre, quand le virus est remis en question, il peut tout à fait favoriser la mort : les martyrs, les attentats-suicide ou la destruction psychologique des non croyants. La mort d'un non croyant n'est pas un problème pour le virus religieux. Cependant, dans un milieu contenant des anticorps à la mort des individus quelle que soit leur appartenance ethnique, l'image de la religion associée à la destruction des infidèles est une pénalité pour le virus, qui tend alors à s'adapter, pour au moins garder une façade humaniste. D'accord ? Pas d'accord ?
  7. L'évolution de Darwin dans une expérience de 25 ans au laboratoire 11/05/2014 à 13:34 - Par CNRS (...) En 1859, Charles Darwin a publié l'hypothèse selon laquelle toutes les espèces vivantes sont le fruit de l’évolution et de l’adaptation de leurs ancêtres. Pourtant, jamais aucun scientifique n’avait vu l’apparition d’une nouvelle lignée cellulaire à partir d’un ancêtre unique de bactérie et d’une seule source nutritive, en environnement constant. C’est maintenant chose faite ! Une nouvelle étude, réalisée par une équipe du CNRS de Grenoble et publiée dans la revue Science, montre que deux nouvelles lignées bactériennes peuvent émerger à partir d’un ancêtre commun puis coexister dans un même tube à essai pendant des dizaines de milliers de générations. Cette observation est le fruit de la plus longue expérience d’évolution en laboratoire. Une cellule unique d’Escherichia coli, l’« ancêtre », a été utilisée pour initier 12 populations qui sont cultivées nuit et jour depuis 1988, dans 12 tubes à essai, dans un environnement stable avec une seule source nutritionnelle exploitable initialement, le glucose. Dans chacun des 12 tubes, les bactéries s’adaptent pour mieux assimiler le sucre. La majorité des 12 populations a emprunté des stratégies d’adaptation similaires. Mais certaines ont révélé des surprises... (...) L'article : http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/biologie-evolution-darwin-experience-25-ans-laboratoire-53587/#xtor=RSS-8
  8. A votre avis , la grande majorité des anglais accèptent ils le fait qu'on leur impose un " libre arbitre " , tel qu'ils aient l'opportunité de choisir sur le catalogue la couleur des yeux , de la peu et des cheveux de leurs enfants ? => http://www.lemonde.f...77931_3208.html
  9. Jean-Pierre Treiber s'est donné la mort Samedi 20 Février - 11:22 © AP | Jean-Pierre Treiber. AFFAIRE GIRAUD | Jean-Pierre Treiber, renvoyé aux assises pour les meurtres de Géraldine Giraud et Katia Lherbier en 2004, s'est suicidé dans sa cellule de Fleury-Mérogis. AP Suite de l'article... Source: 24heures.ch
  10. Des scientifiques japonais recréent du sperme à partir de cellules souches[/color] Samedi 06 Août - 21:31 Des scientifiques japonais ont annoncé vendredi qu'ils ont pour la première fois réussi à recréer des spermatozoïdes fonctionnels à partir de cellules souches embryonnaires d'une souris, une avancée susceptible d'aider un jour à combattre la stérilité humaine. Les spermatozoïdes ont été utilisés pour féconder des ovules et le résultat a donné de "jeunes souriceaux en pleine santé qui ont grandi pour devenir des souris mâles et femelles tout à fait fertiles", explique l'étude menée par ces scientifiques japonais et parue dans l'édition en ligne de la revue américaine spécialisée Cell. Mais cette technologie ne pourrait pas être utilisée sur les êtres humaines avant une décennie, précise l'équipe de chercheurs de l'Université de Kyoto. L'expérience n'en reste pas moins enthousiasmante car elle fait tomber ce qui constituait l'un des principaux obstacles en biologie: recréer du sperme à partir de cellules embryonnaires, connues sous le nom de cellules souches primordiales, qui pourra ensuite devenir fonctionnel. Suite de l'article... Source: 20minutes.fr
  11. Bonjour, Les détenus de France vont-ils bientôt pouvoir posséder un téléphone portable en cellule ? C’est en tout cas ce que souhaite Jean-Marie Delarue, le contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL). Deux ans après avoir rendu un premier avis appelant à revoir les conditions d’utilisation des téléphones fixes des prisons, il a en effet affiché mercredi sa volonté d’autoriser les détenus à posséder un mobile. "Je crois que, le jour venu, il faudra autoriser les téléphones portables en détention", a-t-il déclaré. Devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale, Jean-Marie Delarue a ainsi expliqué qu’une telle mesure constituerait un "facteur considérable d’apaisement" dans les prisons du territoire. Selon lui, "les personnes détenues (….) sont loin de tout. Ce qu’il leur reste, c’est le téléphone portable" pour entretenir un lien avec leurs proches en dehors des parloirs. "La recherche de téléphones portables est un puits sans fond" Egalement conscient du fait que de nombreux détenus possèdent d’ores et déjà un portable dans leur cellule et ce, malgré l’interdiction, le CGLPL a regretté le fait que ses équipes s’épuisent " à la recherche de téléphones portables, qui est un puits sans fond". Et Jean-Marie Delarue de rappeler qu’à la prison des Beaumettes à Marseille (Bouches-du-Rhône), près de 900 téléphones mobiles sont saisis chaque année. Ainsi, et toujours selon lui, autoriser les détenus à posséder un mobile éviterait aux surveillants ce type de recherches et leur permettrait de mieux encadrer la possession de ces appareils. Concernant les conversations que les détenus pourraient avoir depuis leur cellule, le CGLP a affirmé : "je préféreras qu’on autorise les téléphones et qu’on contrôle, tous les dix jours, qui (le déténu) a appelé". Actuellement, les détenus peuvent uniquement appeler depuis des téléphones fixes installés dans les bâtiments pénitentiaires. Ils savent donc que leurs conversations sont susceptibles d’être écoutés par le personnel. Suite (sur Planet fr.)
×