les politiques et l'agriculteur


nanouchka47 Membre 6 379 messages
Forumeur alchimiste‚ 38ans
Posté(e)

Pendant ce salon de l'agriculture, tous les candidats se sont succédés pour caresser les vaches et boire un coup... :o ,

Lequel d'entre-eux, vous a paru réellement préoccupé par le monde agricole?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
Pendant ce salon de l'agriculture, tous les candidats se sont succédés pour caresser les vaches et boire un coup... :o ,

Lequel d'entre-eux, vous a paru réellement préoccupé par le monde agricole?

Le salon "dit de l'agriculture", n'est sûrement pas l'endroit pour parler vraiment de l'agriculture.

- Je me permets de faire une parenthèse sur ce "salon", qui n'est qu'en fait qu'une abominable foire à la bouffe. Hormis le hall où sont présentés les animaux, qui montre bien la passion qui existe chez les éleveurs et où leur profession est mise en valeur, le reste de ce "salon" n'est qu'une arnaque de plusieurs hectares où tout est fait pour tirer du pognon.

J'y ai encore fait un passage éclair cette semaine pour raison professionnelle, voici le budget nécessaire pour y passer une journée :

Départ train Saint-Brieuc

9 h : entrée

Un sandwich normal : 5 euros, + café 3 euros.

12 h : un apéro vin doux : 5 euros, une entre-côte (vache de réforme) et cinq petits palets legumes 25 euros, une boutoche de petit vin (entre 5) 25 euros.

16 h : une bière : 5 euros.

19 h retour train.

Je n'ose pas imaginer une famille de deux parents et deux enfants sur le site pendant une journée (sachant que mes déplacements et entrées étaient pris en charge par la société)

Fini le temps où l'on pouvait passer une journée au salon avec les exposants qui nous faisait profiter de leurs produits, aujourd'hui les dégustations se font à la miette ou au compte-goutte et la pression pour vendre y est phénoménale.

C'est une arnaque gigantesque ! Que les politiques aillent caresser le cul des vaches...ok, mais il doivent boycoter le reste et non lui faire de la pub.

Il faut boycoter ce lupanar du cholestérol, des triglycérides et du pognon extorqué ! On y utilise le folklore à des fins mercantiles outrancières.

Je ne parle que du parc de la porte de versailles, villepinte c'est autre chose.

--- Fin de la parenthèse ----

Les préoccupations du monde agricole chez les politiques ne valent pas beaucoup plus que leur premières couches-culotte.

Les décisions se prennent à la "petite semaine" au vu des directives et des réactions de la profession ou des lobbies semenciers ou environnementaux.

Le cabinet du ministre de l'agriculture est pourtant constamment tenu au courant de la situation dans tous les domaines de la profession, par les chambres d'agricultures, les représentant des filières, les préfets, etc... Il faut savoir que, avant toute manifestation d'humeur des agriculteurs, il y a eu des semaines de tractations, d'études, de propositions avec tous les représentants. Tous les politiques en place ne peuvent pas prétendre ignorer les raisons des crises successives en agriculture, seulement, nous sommes en France, et le politique français se fout de son agriculture et des efforts faits sur le terrain pour résoudre tous les problèmes qui se posent à elle aujourd'hui.

Jamais l'agriculture française n'a été soutenue comme peut l'être celle des pays-bas, de la belgique et d'autres pays européèns. Le seul soucis en france est de préserver l'emploi des 40000 fonctionnaires de l'agriculture qui croupissent dans les bureaux.

Les candidats parlent dans leur majorité de "moratoire" sur les ogm ou d'interdiction, cela veut dire qu'ils ne s'engagent pas plus les uns que les autres, aucun ne veut prendre de décision ni chercher à étudier sérieusement et indépendemment la question des ogm. Les antis-ogm n'ont pas plus d'arguments que ceux qui demandent hypocritement un moratoire, tous sont là pour prendre une décision sous pression ou influence d'un lobbie. En attendant la profession est livrée aux attaques incessantes de toutes parts, que ce soit des écolos, dont la raison d'être est avant tout politique avant d'être environnementale, ou des filières commerciales où règne en maître la "grande"-distribution.

Dernier épisode en date, l'anéantissement des efforts environnementaux par les politiques français et bruxellois dont la Bretagne a failli être victime ces jours-ci dans reconquête de l'eau.

Depuis + de 25 ans, la génération d'agriculteur en place a élaboré un programme complexe, laborieux et onéreux sur la qualité de l'eau. Des mesures draconniennes et accompagnées financièrement sur bon nombres de bassins versants ont été pises en place. Des mesures qui ont engendré la remise en cause de bon nombres d'exploitations, de façons culturales et où les accompagnement financiers (subventions) à hauteur de 20 à 50 % selon les situations et les mesures, ont permis d'inverser le processus de dégradation de la qualité de l'eau.

Pour ne citer que les nitrates, le taux moyen présent dans les rivières bretonnes est à mi-chemin (75mg) entre le taux de départ et la norme européènne (50mg). Et l'effet va en s'accélérant et dans 5/10 ans les normes seront atteintes, ainsi que les nouvelles réglementations qui se préparent qui seront d'emblées respectées, tant et si bien que asso écologistes (type "eau et rivières de bretagne" ou "sepnb" qui tiennent les politiques par les c......es de fait de leur représentativité électorales, mettent la pression pour que les échéances soient accélérées (alors que l'on sait très bien que c'est le sol qui décide, au grè des précipitations et des températures moyennes), car la crédibilité des assos écolos à cause de leur mentalité de propagande et d'intox sera tôt ou tard réduite à néant et leur crédit financiers plus que compromis. Ceci parce que l'agriculture est en train de réussir le pari de mettre en avant la protection de l'environnement, à son crédit, et d'y maintenir et adapter l'outil économique.

Ce pari n'a pas été gagné partout en France et, là ou le politique a laissé la partie belle aux idéo-écolos, l'agriculture périclite, ainsi que l'économie locale, l'aménagement du territoire, les infrastructures...et la polution perdure car il n'y a plus personne pour s'en occupper. J'en veux pour exemple certain endroits du Puys de Dôme, du cantal, et autres départements voisins plus au sud en proie avec d'autres conséquences de la désertification et du sabotage des asso, des bové et autres farfelus auxquel les politiques ont laissés l'agriculture en "pâture".

Voilà ma réponse pour ce débat concernant les rapports entre les politiques et les agriculteurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
saint thomas Membre 17 547 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Pour moi c'était Chirac le plus motivé à défendre les agriculteurs maintenant pour les autres faut voir à l'usage .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie77 Membre 11 492 messages
Un certain regard..‚ 54ans
Posté(e)

Aucun de toute façon c'est comme quand on les voit tous sur le marché....de la propagande électorale tout çà!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant