Aller au contenu

Polémique mensongère sur le maire de Trappes, qu'en est-il actuellement ?

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre+ Posté(e)
Doïna Membre+ 12 265 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bonjour,

J'aimerais en savoir plus à ce sujet.

Pour rappel :

En février dernier, Médiapart publiait cet article (encore réservé aux abonnés à ce jour, malheureusement) : Trappes, un conseiller de Marlène Schiappa à la manœuvre.

En substance, un certain Thomas Urdy, un collaborateur de cette ministre, chargée de la Citoyenneté et déléguée auprès du ministère de l'Intérieur aurait apporté de l'eau au moulin d'une polémique mensongères sur la ville de Trappes, ses habitants et son maire Ali Rabeh (Génération.s).

Et la polémique en question portait sur une prétendue emprise islamique sur ladite commune.

L’article rapporte que Thomas Urdy (référent Laïcité du cabinent de mme Schiappa) était en lien direct avec un professeur de philosophie de Trappes avant que ce dernier ne multiplie les interventions médiatiques pour dénoncer une telle emprise, allant jusqu’à énoncer de nombreuses contres vérités :

- Des menaces de mort de la part d’habitants de Trappes et de ses élèves, sur lesquelles il s’est finalement rétracté.

- L’absence de salon de coiffure mixte dans la ville alors qu’il en existe plusieurs, dont un à quelques dizaines de mètres du lycée où exerce ce professeur.

- Le refus des élèves de la ville de participer à des chorales scolaires au nom de leur religion alors qu’elles y sont monnaie courante.

- Le caractère antisémite de l’incendie de la synagogue de Trappes d’octobre 2000 dont le caractère accidentel a été prouvé par l’enquête de police.

- L’attitude du maire Ali Rabeh qui aurait accusé le professeur de “racisme” et “d’islamophobie” lors d’un reportage de la télévision néerlandaise Nieuwsuur. Allégations que la chaîne de télévision a démenties par communiqué.

Ces allégations ont donné lieu à tout un emballement médiatique, jusqu'à accusé mensongèrement le maire de Trappes de familiarité avec des mouvances intégristes, ce qui a d'ailleurs été confirmé par le préfet des Yvelines prenant sa défense, affirmant que la coopération de mr Rabeh avec les services de l'Etat luttant contre la radicalisation et les processus d'embrigadement sectaire était totale.

Contre ce lynchage médiatique qui a sali l'action républicaine du maire de Trappes et d'autres, le gouvernement est demeuré silencieux. Et même E. Macron, qui s'était pourtant offusqué de l'agression de Zemmour, n'a rien fait, rien dit en leur faveur.

Au contraire, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a lui-même colporté de fausses information accusant Ali Rabeh d’une intrusion dans le lycée du professeur de philosophie afin d’y distribuer un tract : des allégations fausses en plus et qui n’ont fait que jeter de l’huile sur le feu. La vérité est qu'Ali Rabeh s’est rendu dans ce lycée accompagné de son proviseur et équipes éducatives pour y initier un dialogue avec les élèves sous le feu médiatique. Ses adjoints ont distribué une lettre à l'extérieur de l'établissement appelant à la concorde.

À cause de toute ces polémiques mensongères, Ali Rabeh a fait l'objet d’une vague de harcèlement se composant d'injures racistes et de menaces de morts détaillées. Il a été placé sous un régime de protection policière.

"Au-delà de l’honneur d’une ville, de ses habitants, de son maire, c’est l'édifice démocratique et le travail de centaines d’acteurs locaux pour construire une identité commune et républicaine dans ce quartier populaire qui sont menacés par de telles pratiques fondées sur des faits alternatifs, dignes des équipes de l’ancien Président Trump." ont écrit à Jean Castex des représentants du parti politique de ce maire.

Ceux-ci en sont venus à s'interroger sur quelque manœuvre politicienne peu glorieuse visant à favoriser un candidat Larem aux élections municipales de Trappes, qui ont terminé leur lettre au premier ministre en lui soumettant leur attente de réponses : "Nous exigeons des réponses de votre part : de quel niveau de connaissance disposaient Monsieur Darmanin et Madame Schiappa, en tant que ministre de l’Intérieur et ministre déléguée, de l’action de ce conseiller ministériel ? Le gouvernement a-t-il agit en coulisse pour porter atteinte à un élu de la gauche écologiste à quelques mois d’élections locales importantes, et à la veille d’une élection présidentielle dans laquelle vous essayez d’imposer une nouvelle querelle identitaire ? Quelles sanctions seront prises à l’encontre de ce conseiller censé être serviteur de l’Etat, qui est aujourd’hui responsable d’avoir transformé un ministère aussi prestigieux et essentiel dans la vie de la République en une officine de désinformation et de déstabilisation dirigée contre une collectivité locale ?".

Il est vrai que toute cette polémique était très bizarre et que le silence du gouvernement vis-à-vis de toute cette boue mensongère relayée par des représentants Larem est fort intrigante.

Article

Personnellement, je n'ai pas eu vent de la suite de cette affaire ? Guère plus que de réponses du gouvernement à la municipalité de Trappes, que rien ni personne ne semblent être venu laver hormis des représentants de gauche.

 

 

 

  • Like 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre+ Posté(e)
Doïna Membre+ 12 265 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, menon a dit :

 

Vu le ton, dès le départ, de ce topic, je préférais autant en initier un tout autre sur une suite éventuelle, mais non : il faut croire que baver sur la gauche et diffamer la gauche, c'est normal ! Des représentants de la gauche réclament des réponses au gouvernement en place sur cette affaire, Jean Castex et les autres restent muets !

Enfin, voilà quoi : un maire est traîné injustement dans la boue, une commune toute entière est éclaboussée par une polémique mensongère, eh bien perso je trouve que ce n'est pas risible. Quel que soit le parti politique d'un maire, on n'use pas de ces méthodes de mafieux pour le descendre.

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre+ Posté(e)
Doïna Membre+ 12 265 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 15 minutes, Placid88 a dit :

il n'est plus maire

Le Conseil d'Etat a sévi en août, Trappes s'est retrouvé sans maire.

Article à ce propos. De toute façon, quand la Macronie veut la peau de quelqu'un... Même si le Conseil d'Etat n'a pas osé poussé jusqu'à priver A. Rabeh de son éligibilité, il n'y avait pas de raison, si c'était juste pour filer la mairie à un estampillé Larem.

Extrait :

Citation

Il est notamment reproché à l'ancien maire d'avoir distribué 15.000 masques à une période où les masques chirurgicaux étaient quasiment introuvables. Une photo d'Ali Rabeh, identique à celle de ses documents de propagande électorale, était apposée sur les notices d'utilisation.      

En effet, que c'est grave ! Il a osé mettre son nom sur la notice d'utilisation des masques, sauf que dans sa ville, au moins, les gens en avaient pour se prémunir du virus. On aurait peut-être bien aimé que Macron en fasse autant pour toute la France, avec ou sans son petit nom sur la notice.

 

Modifié par Doïna
  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre+ Posté(e)
Doïna Membre+ 12 265 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

A Trappes, le maire de gauche réélu dès le premier tour après une campagne très tendue

Ali Rabeh peut être satisfait. Deux mois après avoir vu son élection de 2020 invalidée par le Conseil d’Etat, cet ancien directeur de cabinet de Benoît Hamon a été réélu maire de Trappes (Yvelines) dimanche 10 octobre, dès le premier tour des municipales partielles.

Sa victoire se révèle d’autant plus marquante qu’il faisait face à une alliance improbable entre ses deux principaux opposants, et que la campagne a donné lieu à de fortes tensions.

58 % des voix !

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×