Aller au contenu

La poupée qui a dit non à Thomas Edison.

Noter ce sujet


goods

Messages recommandés

Animateur ., Posté(e)
goods Animateur 32 573 messages
.,
Posté(e)

La poupée qui a dit non à Thomas Edison.

C’était un brillant scientifique, un visionnaire qui compte à son palmarès de nombreuses inventions réussies, parmi lesquelles l’ampoule électrique. Et un grand échec : la poupée parlante.

image.png.8609a71f8dfb3f6449e617fbeb74f62d.png

Après avoir signé une multitude d’inventions brevetées, du télégraphe au phonographe en passant par la lampe à incandescence, entre autres, Thomas Edison avait voulu faire un merveilleux cadeau aux petites filles : une poupée qui parle. Cette histoire est actuellement revisitée sur Instagram par le National Museum of American History (NMAH), relevant de la Smithsonian Institution. Après son invention du phonographe en 1877, Edison pensait que ce nouveau procédé pouvait faire plus que de préserver des paroles ou de la musique et, par exemple, pouvait donner plus de vie à des jouets. C’est ainsi qu’il s’attelle à la création d’une poupée qui parle. Il avait installé des mini-phonographes dans le torse percé de trous des poupées. Sur la surface d’enregistrement, il avait gravé des chansons enfantines, dont Mary Had a Little Lamb, Jack and Jill et Hickory Dickory Dock. En activant une manette, placée dans le dos de la poupée, l’enfant pouvait enclencher le refrain. Ce jouet, créé en 1890, mesurait 55 centimètres de haut et pesait deux kilos, avec une tête en porcelaine, des membres en bois et un mécanisme intérieur. La presse avait applaudi « ce magnifique jouet que M. Edison est en train de réaliser pour les gentilles petites filles »! C’était là, explique la curatrice du National Museum of American History, Carlene Stephens, « une étape majeure dans l’expansion de la reproduction du son à des fins commerciales ».

image.thumb.png.861626a3e9357e0ad9e350617f9f40e4.png

Idée brillante mais faillite commerciale

Mais, à peine lancée sur le marché, la poupée magique commençait à montrer des signes de défaillance, et les plaintes se succédèrent : la manette n’était pas stable, le disque faible et le son pauvre. Voyant que de nombreux spécimens lui étaient réexpédiés, Thomas Edison avait lui-même retiré de la vente plus de 2 000 de ses poupées. 500 ont tout de même été conservées par leurs acheteurs. On estime actuellement qu’une poupée Edison est un rare trésor...

Source et suite de l'article.

 

 

 

Modifié par goods
  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre 60ans Posté(e)
K-sos Membre 486 messages
Forumeur activiste‚ 60ans‚
Posté(e)

Une chose d'apprise aujourd'hui ! Merci.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 51ans Posté(e)
jimetpam Membre 1 737 messages
Forumeur inspiré‚ 51ans‚
Posté(e)
Il y a 6 heures, goods a dit :

La poupée qui a dit non à Thomas Edison.

C’était un brillant scientifique, un visionnaire qui compte à son palmarès de nombreuses inventions réussies, parmi lesquelles l’ampoule électrique. Et un grand échec : la poupée parlante.

image.png.8609a71f8dfb3f6449e617fbeb74f62d.png

Après avoir signé une multitude d’inventions brevetées, du télégraphe au phonographe en passant par la lampe à incandescence, entre autres, Thomas Edison avait voulu faire un merveilleux cadeau aux petites filles : une poupée qui parle. Cette histoire est actuellement revisitée sur Instagram par le National Museum of American History (NMAH), relevant de la Smithsonian Institution. Après son invention du phonographe en 1877, Edison pensait que ce nouveau procédé pouvait faire plus que de préserver des paroles ou de la musique et, par exemple, pouvait donner plus de vie à des jouets. C’est ainsi qu’il s’attelle à la création d’une poupée qui parle. Il avait installé des mini-phonographes dans le torse percé de trous des poupées. Sur la surface d’enregistrement, il avait gravé des chansons enfantines, dont Mary Had a Little Lamb, Jack and Jill et Hickory Dickory Dock. En activant une manette, placée dans le dos de la poupée, l’enfant pouvait enclencher le refrain. Ce jouet, créé en 1890, mesurait 55 centimètres de haut et pesait deux kilos, avec une tête en porcelaine, des membres en bois et un mécanisme intérieur. La presse avait applaudi « ce magnifique jouet que M. Edison est en train de réaliser pour les gentilles petites filles »! C’était là, explique la curatrice du National Museum of American History, Carlene Stephens, « une étape majeure dans l’expansion de la reproduction du son à des fins commerciales ».

image.thumb.png.861626a3e9357e0ad9e350617f9f40e4.png

Idée brillante mais faillite commerciale

Mais, à peine lancée sur le marché, la poupée magique commençait à montrer des signes de défaillance, et les plaintes se succédèrent : la manette n’était pas stable, le disque faible et le son pauvre. Voyant que de nombreux spécimens lui étaient réexpédiés, Thomas Edison avait lui-même retiré de la vente plus de 2 000 de ses poupées. 500 ont tout de même été conservées par leurs acheteurs. On estime actuellement qu’une poupée Edison est un rare trésor...

Source et suite de l'article.

 

 

 

 

 

Alors on a fait des poupées gonflables et ça marche bien. :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×