Aller au contenu

Inflation et croissance mondiale

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre Posté(e)
Lowy.. Membre 782 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

Alors que la faim dans le monde s'est développée depuis l'éclatement de la crise du Covid-19, le FMI tire la sonnette d'alarme ! "Sans mesures d'intervention, le déclin des revenus en 2020 et l'augmentation des prix alimentaires vont conduire à 62 millions de personnes souffrant de la faimdans le monde, soit quatre millions de plus", indique le Fonds dans son rapport sur les perspectives économiques mondiales. L'institution relève notamment que l'indice des prix des matières premières a bondi de 29% entre août 2020 et février 2021.

Cette montée des prix, tirée par celle des hydrocarbures, a suivi l'annonce de la production de vaccins efficaces contre la pandémie en novembre. Elle s'est poursuivie en janvier malgré de nouvelles mesures de restrictions à l'activité dans le monde, qui ont affaibli la demande de pétrole brut. Les prix du pétrole seuls ont grimpé de 39% entre août et février mais si le baril de pétrole va se situer à 58,5 dollars en moyenne en 2021, il devrait redescendre à 50,7 dollars en 2025, affirme le FMI. Les cours plus hauts sont "surtout dus à une tension temporaire entre la demande et l'offre cette année", ajoute l'institution.

https://www.capital.fr/economie-politique/linflation-sur-les-aliments-et-les-matieres-premieres-va-aggraver-la-faim-dans-le-monde-1399188

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre Posté(e)
Lowy.. Membre 782 messages
Forumeur accro‚
Posté(e)

Face à la crise de la Covid-19, les gouvernements ont adopté au cours de l’année 2020 des stratégies du type « quoi qu’il en coûte » pour stimuler la demande le plus en amont possible. Ils se sont empressés notamment de réduire les taxes sur les entreprises en difficulté et d’augmenter la dépense publique, notamment sous forme de transferts.

Ces transferts ont pris la forme d’un recours massif au chômage partiel en Europe, ou des indemnités plus élevées aux États-Unis. Avec des taux d’intérêt de court terme déjà proches de zéro, l’action des banques centrales, notamment dans la Zone euro, s’est limitée à absorber les nouvelles émissions d’obligations d’État.

De cette manière les taux d’intérêt de long terme sont également maintenus à un niveau insignifiant, voire négatif, dans une illustration de l’absurde de cette situation. À titre d’exemple, si en France la production s’effondrait de 8,2 % en 2020, le pouvoir d’achat n’aura baissé que de 1 %, signe de cette largesse de l’État. La dette publique passe de 98 % du PIB en 2019 à 116 % du PIB en 2020 et est prévue à 122 % pour fin 2022.

https://theconversation.com/croissance-inflation-et-penuries-les-trois-caracteristiques-de-leconomie-du-monde-dapres-160111

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×