Aller au contenu

Les films incontournables du cinéma mondial (1960-1967) que doit voir un étudiant de prépa.

Noter ce sujet


Messages recommandés

Posté(e)
goods Membre 23 471 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Les films incontournables du cinéma mondial (1960-1967) que doit voir un étudiant de prépa.

XVM50f260ca-83f3-11eb-ac2f-0b22f85593dd.jpg

Culture G-La réussite aux concours et examens exige une excellente culture générale. Voici les films admirables sortis au cinéma entre 1960 et 1967 conseillés par Jean-Paul Brighelli, célèbre essayiste et enseignant en classes préparatoires.

Voici rassemblés les films qu’il faut avoir vus pour prétendre au commencement du début d’une culture cinématographique. Ce qui suit est à la fois objectif, il y a des films sur lesquels le consensus est universel, et subjectif. Même si j’ai tenté d’aller au-delà de mes goûts, ces suggestions sont alimentées par le souvenir de chocs esthétiques successifs. Un grand nombre de ces films, surtout les plus anciens, sont disponibles gratuitement sur

le net, en particulier sur le site OpenCulture.

1. Psychose, 1960

Alfred Hitchcock (1899-1980)

La scène de la douche (90 secondes) fut tournée en deux jours… Le film démarra la carrière d’Anthony Perkins. Et la maison inquiétante où se passe l’essentiel de l’action est si célèbre que les Studios Universal renoncèrent à la détruire. Elle y est encore.

2. Spartacus, 1960

Stanley Kubrick (1928-1999)

Kirk Douglas, acteur et producteur, imposa Stanley Kubrick — the most talentend son of a bitch , dit-il (ils avaient déjà tourné ensemble les Sentiers de la gloire en 1957, un film interdit en France 20 ans durant). Roland Barthes a remarqué que les Américains tenaient tous des rôles d’esclaves révoltées, et les Anglais des rôles de Romains esclavagistes — et ça ne peut pas être une coïncidence. Du coup, le film n’obtient que des Oscars techniques…

XVMf2bc42a8-8e3f-11eb-830a-943a5001010e-493x400.jpg

3. La Vérité, 1960

Henri-Georges Clouzot (1907-1977)

Film de procès a la Française, le film révéla une face inattendue du talent de Brigitte Bardot, en garce semi-inconsciente prise dans un engrenage fatal. Ce fut un immense succès qui imposa Sami Frey.

4. Les Yeux sans visage, 1960

Georges Franju (1912-1987) Choisir le noir et blanc a cette date était une gageure — brillamment relevée par Georges Franju. C’est l’un des films de terreur français les plus efficaces. Alida Valli est prodigieuse.

5. Le Voyeur, 1960 Peeping

Michael Powell (1905-1990)

Tom est un film terrifiant sur l’origine de la terreur — l’histoire d’un photographe qui filme le visage des femmes qu’il assassine et tombe amoureux de l’une d’elles. Une fable sur le cinéma. Karlheinz Bohm, remarqué en prince aseptisé dans Sissi (1955-1956-1957) qui avait fait découvrir Romy Schneider, est absolument terrifiant de froideur blonde.

6. La Dolce vita, 1960

Federico Fellini (1920-1993)

Marcello Mastroianni et Anita Ekberg dans la fontaine de Trevi — entre autres scènes cultes… Fellini rompt avec le néoréalisme qui marquait ses films précédents (la Strada, 1954 ; Il Bidone, 1955 ; les Nuits de Cabiria, 1957) et décrit la quête (infructueuse) de bonheur et d’amour d’un journaliste cynique dans une Rome renaissante. Palme d’or à Cannes.

7. L’Avventura , 1960

Michelangelo Antonioni (1912-2007)

Premier volet de la trilogie de la nuit (suivront la Nuit en 1961 et l’Éclipse en 1962), l’Avventura détisse les poncifs du film sentimental avec une cruauté remarquable. Monica Vitti est sublime. Prix du Jury à Cannes.

8. À bout de souffle, 1960

Jean-Luc Godard (né en 1930)

Le film de gangster made in Godard, avec un tout jeune Jean-Paul Belmondo et une Jean Seberg lumineuse. La dernière réplique (C’est quoi, dégueulasse?) est culte.

XVM35fa55a6-8e44-11eb-830a-943a5001010e-329x350.jpg

 

9. West Side story, 1961

Jerome Robbins (1918-1998) et Robert Wise (1914-2005)

L’un des sommets de la com2die musicale, transposition de Roméo et Juliette à travers l’affrontement de deux gangs de jeunes New-Yorkais. Et la musique de Leonard Bernstein, fertile en tubes et couronnée d’un Oscar. Oscars par ailleurs du meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur (George Chakiris) et meilleure actrice (Rita Moreno) dans un second rôle — entre autres.

10. L’Arnaqueur, 1961

Robert Rossen (1908-1966)

Tiré d’un roman noir homonyme de Walter Tevis (1959), le film met en scène un joueur de billard talentueux (Paul Newman) confronté à l’ogre de la profession (Jackie Gleason). Une fable sur comment perdre quand on est le plus fort — et comment gagner en sacrifiant tout a sa réussite, y compris la vie des gens que l’on aime peut-être. Martin Scorsese a fait une suite intitulée la Couleur de l’argent (1986), toujours avec Paul Newman.

11. Viridiana, 1961

Luis Bunuel (1900-1983)

L’Espagne, le christianisme, le refoulement sexuel, l’inceste, le fétichisme, les pauvres qui tentent de violer leur bienfaitrice: Bunuel ne respecte rien dans ce film qui adapte Halma de Perez Galdos (1895). Palme d’or a Cannes. Le Vatican jugea le film, interdit en Espagne, sacrilège et blasphématoire. Le pape apprécia mal la parodie de la Cène…

12. Lawrence d’Arabie, 1962

David Lean (1908--1991)

Épopée librement inspirée du chef-d’œuvre de T.E. Lawrence, les Sept piliers de la sagesse (1922). Révélation de Peter O’Toole, habité par le rôle. Anthony Quinn et Alec Guiness se débrouillent pour avoir l’air plus arabe qu’Omar Sharif, qui était égyptien. La musique de Maurice Jarre est une splendide symphonie du désert. Sept Oscars, dont ceux de meilleur film et de meilleur réalisateur pour David Lean.

13. Harakiri, 1962

Masaki Kobayashi (1916-1996)

Kobayashi frappe très fort avec ce film de sabre extrêmement violent — dans l’idée et dans l’exécution, histoire d’un samouraï venu venger son fils obligé par un seigneur cruel à se faire harakiri avec une lame en bambou. Les projections de sang sur les parois de papier de riz fonctionnent comme des idéogrammes d’une grande beauté plastique. Prix du Jury a Cannes.

 

Suite de l'article.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
39ans Posté(e)
Mak Marceau Membre 4 225 messages
Leader‚ 39ans
Posté(e)

J'ai peut-être écouté un ou deux d'entre eux dans ma vie. Je suis sûr que c'est très bon. Je pense que je pourrais en écouter si j'en trouve sur le réseau.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
le merle Membre 14 966 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonjour

en , faits , les films de la période 1950 à 1980 sont une véritable mine d'or dont les cinéphiles et autres ignorent l'existence .

des milliers de films , ont explorés beaucoup de domaine de l'histoire de France et mondiale ainsi que de l'histoire humaine en générale . certains de ces films sont des perles rares qui mériteraient , si ils existent encore , à être programmés à la télévision au lieu de revoir inlassablement toujours les même .

bonne journée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×