Aller au contenu

On n’est pas maître chez soi…

Noter ce sujet


Messages recommandés

Membre Posté(e)
ISOTIS Membre 54 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)

Si, chaque jour, à la source de l’espoir, je m’abreuve,

                                                                                                                               C’est pour protester d’avoir subit une folle épreuve.

 

Hier, rêvant et pliant l’échine sous un lourd fardeau,

                                                                                                                          J’ignorais qu’un oiseau bleu s’était posé sur mon dos.

 

Embrassant l’imaginaire, convaincu d’être le bienvenu,

                                                                                                                                  Je me gorgeais de chaque chose qui s’offrait à ma vue.

 

Je ferais miens ces délicieux instants de bonheur absolus,

                                                                                                                             Si, sur moi, une nommée Kia, n’avait pas jeté son dévolu.

 

Sans ce fait, sans ressasser mes nombreuses déconvenues,

                                                                                                                              Je n’aurais jamais pensé qu’à être seul je n’étais pas tenu.

 

Relevant que cette personne n’était pas avare de bonjour,

                                                                                                                              Avant qu’elle ne fasse demi-tour, je saluais sa bravoure.

 

Cela disant, ne pouvant nier que Kia était belle à voir.

                                                                                                                            J’osais lui dire que, profitable serait de nous vite revoir.

 

Puisque indignant et inacceptable était mon célibat,

                                                                                                                                   J’invitais mes soldats à soutenir mon noble combat.

 

Rendez-vous convenu, décidant de me bien conduire,

                                                                                                                                    Je demandais à mes serviteurs de m’aider à la séduire.

 

Hélas, entre ce que l’on souhaite et ce qui arrive,

                                                                                                                                          Pour un rêveur né, il convient de parler de dérive.

 

Car, oublier renier abandonné par ma propre tribu                                                                                                                                                                                                                 Mon désir de connaître Kia n’a eut ni fin ni début.

                                                                                                                                                                                                                                      

L’étreinte rêvée et attendue n’ayant point eu lieu,

Je reste sans amour et privé de son doux adieu.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

Cela est fort regrettable puisque affichant ma bonté,

                                                                                                                                      Je suis celui sur laquelle une femme peut compter.

 

Tout cela à cause d’un bras vecteur de malheur,

                                                                                                                                              Qui accuse ma main de ne jamais arriver à l’heure.

 

À titre de preuve, si mes poignets étaient désintéressés,                                                                                                                      Pourquoi ont-ils enseignés à mes mains le savoir caresser.

Alors, priant mon cœur d’en finir avec mon désespoir,

                                                                                                                                 Celui-ci me dit n’être pas-là pour me donner de l’espoir.

 

Puis, celui-ci me rappela qu’oublier et battu comme plâtre,

                                                                                                                            

À tout moment, un cœur mal aimer, peut s’arrêter de battre…

 

Ce n’est pas tout, quand j’exhorte mes lèvres à sourire,

                                                                                                                              Jalouses, elles dénient à ma bouche le droit se s’offrir. 

 

Ce beau monde n’a-t-il pas devoir de faire en sorte,

                                                                                                                                 Que chaque jour au mieux de ma forme je me porte ?

 

On peut toujours prononcer mille abracadabras,

                                                                                                                                           On  ne verra jamais une jambe épouser un bras.

 

Puisque accepter pareil échec je n’en suis pas capable,

                                                                                                                                  Il faudra bien qu’un jour je punisse les coupables.

 

Me faisant avocat des victimes de ces injustices,

                                                                                                                                       J’ai décidé de trainer ses malfaisants en justice…

 

On a beau pester en niant l’importance de nos mains,

                                                                                                                                   Quoi que l’on dise, elles sont au service de l’humain.

 

Par trop de reproches cumulés, ne pouvant tout supporter,

                                                                                                                         Tous me dirent qu’un petit bonheur est trop lourd à porter.

 

Car si, je n’avais pas été aussi avare de je  t'aime,                                                                                                                                       De l’admirable Kia, je serais peut-être auprès d’elle.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Membre 21ans Posté(e)
Ohissa Membre 1 863 messages
Forumeur alchimiste‚ 21ans
Posté(e)

Bonjour Osiris,

Que dire sinon que tu m'as touché le coeur.

Ce, n'est qu'injustice de chercher l'âme sœur.

Ne te tracasse pas, plus, elle est la près de toi.

Ton Amour fou, trouvera une belle en émoi

Très belle fin de journée Monsieur

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
ISOTIS Membre 54 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)
Il y a 5 heures, Ohissa a dit :

Bonjour Osiris,

Que dire sinon que tu m'as touché le coeur.

Ce, n'est qu'injustice de chercher l'âme sœur.

Ne te tracasse pas, plus, elle est la près de toi.

Ton Amour fou, trouvera une belle en émoi

Très belle fin de journée Monsieur

Bonsoir Ohissa,

Merci de m’avoir dit des jolies choses en vers.

                                                                Cela prouve que tu n’es pas insensible à la poésie.

 

Bonne nuitée,

Isotis.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×