Aller au contenu

France victimation, enquête ONDRP 2019

Noter ce sujet


Messages recommandés

46ans Posté(e)
MarcThor Membre 1 193 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)

Ce topic permettra à chacun d’avoir à disposition l’ensemble des données de la dernière enquête de l’ ONDRP parue en 2019. Chacun ici pourra vérifier les affirmations, exactes ou non, lues ici et surtout ailleurs, concernant la victimation en France.

Source-INHESJ /ONDRP 2019 de l’ONDRP parue en 2019, INTEGRALITE de l’enquête (122 pages) :

https://inhesj.fr/sites/default/files/publications/files/2019-12/RA_ONDRP_2019.pdf

 

 

L'ensemble des données constitue une référence permettant de jauger de la crédibilité de certains articles. J’attire votre attention sur quelques points:

1) Les violences conjugales sont en baisse en France de manière continue d’une part, significative d’autre part, ce dont on peut se réjouir… même si une conjointe battue ou un conjoint battu sera toujours un(e) de trop.

 

Page 87 :

Entre 2014 et 2015, une baisse significative des violences physiques a entrainé une diminution du nombre estimé de victimes de violences dans le ménage, passant de 495000 victimes en 2014 à 34100O en 2015. Une nouvelle baisse est à relever en 2018. Le nombre de victimes estimées a diminué que ce soit pour les violences physiques ou les violences sexuelles passant de 425000 en 2017 à 380000en 2018.

Page 88 :

ÉLÉMENTS DE PROFIL DES VICTIMES

68% des victimes sont des femmes (donc 32 % des victimes sont des hommes-page 88).

 

2) Les violences sexuelles hors ménage ont baissé également mais après avoir augmenté les années précédentes.

Plusieurs explications à cette hausse intermédiaire des années précédentes (voir p 80 notamment) : La reformulation des questions (plus explicite et détaillée, certaines victimes pouvant précédemment ne pas se considérer comme victime), la traduction dans d’autres langues pour les non-francophones (certains ne pouvaient répondre auparavant, ne comprenant pas les questions). Enfin, la définition même du viol a enfin évolué en France (malheureusement dans peu d’autres pays) pour prendre en compte notamment la contrainte à pénétrer) même si cette reconnaissance est encore peu connue du grand public.

Page 80 :

Ces estimations sont en baisse comparées aux données de l’année précédente, année pour laquelle 265000 personnes avaient déclaré avoir subi des violences sexuelles par une personne non-cohabitante en 2017, ce qui représentaient 0,6% des 18-76 ans (baisse significative au seuil d’erreur de 5%).

3) Pour ces derniers actes, de viol notamment, l’impunité reste grande. Elle est grande pour les hommes-auteurs de cette infamie ; pour les femmes-auteures, on frise l’impunité totale. En effet, si environ 13% des auteurs de ces violences sexuelles sont des femmes…

Page 84 :

Les violences sexuelles sont commises par un agresseur ou un groupe d’agresseurs de sexe masculin dans 86% des cas. À l’inverse, 13% de ces violences sont perpétuées par au moins une femme. Plus précisément, dans 9% des cas, l’agresseur est une femme qui a agi seule et dans 4% des cas, il s’agit d’un groupe d’agresseurs composé d’au moins une femme.

… les femmes représentent moins de 1% des personnes condamnées pour viol.

Source :

Flash’ crim ONDRP numéro 25 de septembre 2019 :

https://inhesj.fr/sites/default/files/publications/files/2019-12/flash_25.pdf

4) Sur ce dernier point, la grande enquête menée a permis de révéler des victimes qui n’avaient jamais évoqué le drame qu’elles avaient subi. Elle interroge en effet toutes les potentielles victimes et ne s’intéresse pas uniquement à celles qui ont porté plainte ou se sont déjà confiées. C’est l’un des intérêts de cette enquête en plus de la rigueur de sa méthodologie.

Page 86 :

L’un des résultats importants de cette analyse, résultant de la méthodologie spécifique de l’enquête CVS, est la proportion de victimes qui déclarent n’en avoir jamais parlé auparavant. En effet, l’enquête CVS est une enquête en population générale, ce qui signifie qu’elle interroge toutes les personnes potentiellement victimes, qu’elles aient ou non déposé plainte, qu’elles aient ou non contacté une association, un médecin, un psychologue, etc. Les enquêtés ayant répondu avoir été victimes de violences sexuelles hors ménage au moment des faits mais n’en ayant pas parlé aux personnes citées dans l’enquête et mentionnées supra56 sont questionnés afin de savoir s’il s’agit de la première fois qu’ils évoquent les faits. On estime ainsi que 21% des victimes ont déclaré n’en avoir jamais parlé auparavant.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité Jane Doe.
Posté(e)
Invité Jane Doe.
Invité Jane Doe. Invités 0 message
Posté(e)

Sur le point 1 

Elles sont en baisse parce qu il y en a moins ? Parce qu elles sont moins dénoncées ? Parce que les définitions de certaines catégories ont changées ?

Ce sont des chiffres, il faut garder à l esprit qu un chiffre n est qu une photo à un instant T ce n est pas la réalité juste un chiffre représentatif d une certaine réalité

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • January a modifié le titre en France victimation, enquête ONDRP 2019
46ans Posté(e)
MarcThor Membre 1 193 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
il y a 12 minutes, Jane Doe. a dit :

Sur le point 1 

Elles sont en baisse parce qu il y en a moins ? Parce qu elles sont moins dénoncées ? Parce que les définitions de certaines catégories ont changées ?

Ce sont des chiffres, il faut garder à l esprit qu un chiffre n est qu une photo à un instant T ce n est pas la réalité juste un chiffre représentatif d une certaine réalité

Les enquêtes et données de l' ONDRP sont les plus sérieuses , minutieuses et complètes. Regarde le point 4 que j'ai mis en exergue: les enquêtes ne s'intéressent  pas qu'aux personnes ayant déposé une plainte ou s'étant manifestées auprès d'un tiers d'une quelconque manière: elle s'intéresse à toutes les potentielles victimes. Les enquêtes de l' ONDRP sont de long terme et font référence aux données précédentes, la méthodologie est soignée (jusqu'à proposer plusieurs langues pour éviter les réponses dues à une incompréhension). C'est LA référence en matière de victimation.

Les données montrent une baisse: tant mieux, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir; la culture et l'éducation (ou le manque d'éducation) de certains et certaines les portent à la violence, il est difficile de les faire évoluer.

Sur d'autres points, il y a plutôt des augmentations ( l'ONDRP établit des statistiques sur les victimes de toutes sortes).

Modifié par MarcThor
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Jane Doe.
Posté(e)
Invité Jane Doe.
Invité Jane Doe. Invités 0 message
Posté(e)

Presque 400 000 personnes ont été victimes de violences physiques et ou sexuelles en France en 12 mois et on doit se réjouir....

Moi je ne me réjouis pas, je suis horrifiée, d autant qu à cette estimation, on fait l addition des homicides , des violences sur mineurs, des violences quotidiennes, institutionnelles. On multiplie ça par la population mondiale et c est juste une vision atroce de ce monde...

Comment vivre dans un monde aussi violent ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Mr_Fox Membre 12 789 messages
Animal sauvage‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, Jane Doe. a dit :

Sur le point 1 

Elles sont en baisse parce qu il y en a moins ? Parce qu elles sont moins dénoncées ? Parce que les définitions de certaines catégories ont changées ?

Ce sont des chiffres, il faut garder à l esprit qu un chiffre n est qu une photo à un instant T ce n est pas la réalité juste un chiffre représentatif d une certaine réalité

Parce que la police a ordre de faire baisser les chiffres donc les plaintes ne sont pas prises.

Donc les chiffres ne valent rien sur des périodes prolongées, ce qui nuit fortement à la validité de l'analyse statistique.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Jane Doe.
Posté(e)
Invité Jane Doe.
Invité Jane Doe. Invités 0 message
Posté(e)
il y a 12 minutes, Mr_Fox a dit :

Parce que la police a ordre de faire baisser les chiffres donc les plaintes ne sont pas prises.

Donc les chiffres ne valent rien sur des périodes prolongées, ce qui nuit fortement à la validité de l'analyse statistique.

Nous sommes d accord. Entre les victimes qui ne veulent pas porter plaintes, celles qui ont peur de le faire et celles qui ne sont pas prises en compte, je pense aussi que ce chiffre est très sous estimé. 

Mais ça rassure certains de penser que tout va mieux alors que rien n est fait en fait. Et que la violence disparaît comme ça comme par magie, alors qu on voit bien combien elle explose partout.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Mr_Fox Membre 12 789 messages
Animal sauvage‚
Posté(e)
il y a 1 minute, Jane Doe. a dit :

Nous sommes d accord. Entre les victimes qui ne veulent pas porter plaintes, celles qui ont peur de le faire et celles qui ne sont pas prises en compte, je pense aussi que ce chiffre est très sous estimé. 

Mais ça rassure certains de penser que tout va mieux alors que rien n est fait en fait. Et que la violence disparaît comme ça comme par magie, alors qu on voit bien combien elle explose partout.

Ouais, c'est pour ça qu'ils m'ont banni sur l'autre topic.

Tu penses que les chiffres sont utilisés à des fins politique = tu es le diable mais en pire.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Jane Doe.
Posté(e)
Invité Jane Doe.
Invité Jane Doe. Invités 0 message
Posté(e)
à l’instant, Mr_Fox a dit :

Ouais, c'est pour ça qu'ils m'ont banni sur l'autre topic.

Tu penses que les chiffres sont utilisés à des fins politique = tu es le diable mais en pire.

 

Je ne pense pas que les chiffres soit trafiqués mais ce sont des chiffres et donc des estimations, pas la réalité.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e)
Mr_Fox Membre 12 789 messages
Animal sauvage‚
Posté(e)
il y a 2 minutes, Jane Doe. a dit :

Je ne pense pas que les chiffres soit trafiqués mais ce sont des chiffres et donc des estimations, pas la réalité.

Si la police ne prend pas les plaintes afin de faire baisser les chiffres, si c'est manipulé. Et ensuite c'est encore remanipulé au niveau préfectoral et au niveau ministériel. 

Il y a une année sous Sarkozy ou ils ont maintenu l'inflation à 1,99 pendant 7 mois. Pour pas augmenter le SMIC. l'année suivant le chiffre final était en fait de 3,29.

Les chiffres sont faux et archi-faux.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Jane Doe.
Posté(e)
Invité Jane Doe.
Invité Jane Doe. Invités 0 message
Posté(e)
il y a 28 minutes, Mr_Fox a dit :

Si la police ne prend pas les plaintes afin de faire baisser les chiffres, si c'est manipulé. Et ensuite c'est encore remanipulé au niveau préfectoral et au niveau ministériel. 

Il y a une année sous Sarkozy ou ils ont maintenu l'inflation à 1,99 pendant 7 mois. Pour pas augmenter le SMIC. l'année suivant le chiffre final était en fait de 3,29.

Les chiffres sont faux et archi-faux.

 

Non, il peut s'agir d'une volonté personnelle, d'un manque de formation, d'un manque d'effectifs..... Moi les théories du complot ça me fait chier.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
46ans Posté(e)
MarcThor Membre 1 193 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, Jane Doe. a dit :

Presque 400 000 personnes ont été victimes de violences physiques et ou sexuelles en France en 12 mois et on doit se réjouir....

Moi je ne me réjouis pas, je suis horrifiée, d autant qu à cette estimation, on fait l addition des homicides , des violences sur mineurs, des violences quotidiennes, institutionnelles. On multiplie ça par la population mondiale et c est juste une vision atroce de ce monde...

Comment vivre dans un monde aussi violent ?

Euh...Quel procédé ! J'ai écrit qu'il fallait se réjouir de la baisse mais que le chemin est encore long à parcourir...et que  une victime sera encore une de trop...

Sinon oui, tout à fait d'accord, ce monde reste (a toujours été) trop violent, en particulier dans certaines zones.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
46ans Posté(e)
MarcThor Membre 1 193 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
il y a 43 minutes, Jane Doe. a dit :

Je ne pense pas que les chiffres soit trafiqués mais ce sont des chiffres et donc des estimations, pas la réalité.

Je crois que tu n'as pas compris ce que fait l' ONDRP. La méthodologie est expliquée reprend le lien; tu peux même télécharger l'étude grâce au lien). S'ils peuvent s'intéresser aux données policières, les enquêteurs de l'ONDRP ne le font que pour estimer la proportion de plaintes parmi l'ensemble des victimes. Ils interrogent directement les personnes. Voilà pourquoi ils peuvent même dire que certaines personnes sont victimes sans avoir ni porté plainte ni parlé de leur drame à qui que ce soit. Regarde l'enquête, la méthodologie est donnée. C'est du très sérieux( on n'est pas chez noustoutes là!). La méthodologie se rapproche de celle de la grande enquête de LARA STEMPLE dont tu trouveras les grandes lignes en Français ici:

 

http://www.slate.fr/story/90153/hommes-viol

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
46ans Posté(e)
MarcThor Membre 1 193 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
il y a 48 minutes, Mr_Fox a dit :

Si la police ne prend pas les plaintes afin de faire baisser les chiffres, si c'est manipulé. Et ensuite c'est encore remanipulé au niveau préfectoral et au niveau ministériel. 

Il y a une année sous Sarkozy ou ils ont maintenu l'inflation à 1,99 pendant 7 mois. Pour pas augmenter le SMIC. l'année suivant le chiffre final était en fait de 3,29.

Les chiffres sont faux et archi-faux.

 

Là, tu parles des plaintes, l'ONDRP n'a rien à voir avec cela. Elle fait ses enquêtes de manière totalement indépendante sur toute la population avec une méthodologie sérieuse. C'est justement pour cela que des journalistes ou des politiques voulant taire la vérité dans un sens ou un autre pour influencer, faire de la propagande, évitent d'en parler, mais ils sont parfaitement au courant des données de l' ONDRP.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
46ans Posté(e)
MarcThor Membre 1 193 messages
Forumeur alchimiste‚ 46ans
Posté(e)
Le 02/02/2021 à 11:39, Mr_Fox a dit :

Ouais, c'est pour ça qu'ils m'ont banni sur l'autre topic.

Tu penses que les chiffres sont utilisés à des fins politique = tu es le diable mais en pire.

 

Justement, l' ONDRP ne manipule pas les données, récence toutes les violences, rapportées ou non ,dénoncées ou non , contrairement à d'autres...Et JUSTEMENT , certains ont décidé de le  faire disparaitre ( on n'aura plus cette REFERENCE à laquelle comparer toute étude biaisée) et c'est grave-Avant propos du chef de l' ONDRP(rapport 2019):

Avant-propos :dès la fin des années 1960, les Américains s’interrogent sur la nécessité de concevoir un nouveau dispositif de mesure de la délinquance. Ils partent d’un double constat: les données administratives sur les infractions enregistrées par les services de police ne reflètent pas la réalité de la criminalité, car de nombreuses victimes ne déposent pas plainte; ces données sont très dépendantes de l’activité des services et des pratiques d’enregistrement, qui sont variables dans le temps et dans l’espace. Ils en concluent toutefois que les victimes ne déposant pas plainte n’en sont pas moins des victimes qui doivent être prises en compte dans tout bilan de la délinquance. C’est ainsi qu’ils mettent au point un procédé statistique permettant de les dénombrer à travers la réalisation d’une enquête en population générale comportant des questions sur les atteintes subies au cours du passé récent. On les appelle enquête de victimation. Après la création du «National Crime Victimization Survey» aux États-Unis en 1972, l’Angleterre et le Pays de Galles se sont dotés du même dispositif en 2001, lorsque l’enquête «British Crime Survey» qui existait depuis 1981 est devenue annuelle. De même, dernièrement, l’Organisation des Nations Unies a aidé le Mexique à se doter d’un outil statistique de ce type. D’autres pays comme l’Australie ou l’Afrique du Sud ont, depuis quelques années, relancé des enquêtes de victimation à un rythme annuel. C’est pourquoi, comme n’a cessé de le rappeler l’ONDRP depuis sa création, pour effectuer un bilan annuel de la délinquance (violences physiques et sexuelles, menaces et injures, vols avec ou sans violence, actes de vandalisme, ou encore fraudes bancaires), il est indispensable de ne pas s’en tenir aux seules statistiques issues des procédures rédigées par les services de police et les unités de gendarmerie. Chaque année, il est essentiel d’interroger les personnes sur les atteintes dont elles ont pu être victimes. En France métropolitaine, l’enquête annuelle de victimation «Cadre de vie et sécurité CVS» est conduite depuis 2007 par l’Insee et l’ONDRP et, depuis 2014, en collaboration avec le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI). Ainsi, contrairement aux pays qui ne disposent que des statistiques sur les faits constatés par les forces de sécurité, en France, nous pouvons aujourd’hui nous baser sur les résultats de cette enquête annuelle pour étudier l’évolution des principaux phénomènes de délinquance visant les personnes physiques et leurs biens. Chaque année, au mois de décembre, l’ONDRP diffuse les premières tendances extraites de l’enquête «Cadre de vie et sécurité » dont la collecte a eu lieu en début d’année. C’est l’objet de ce nouveau recueil qui tente de concilier plusieurs impératifs, à savoir: la rigueur méthodologique et analytique, la concision et la clarté. Un exercice de style qui, nous l’espérons, permettra au plus grand nombre d’accéder aux tendances les plus récentes de la victimation, et ainsi disposer des informations statistiques les plus pertinentes sur la délinquance contre les personnes et les biens. Toutefois, ce document est l’avant-dernier recueil de ce type et ce pour deux raisons. D’une part, l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, créé en 2004 et exerçant ses missions prévues par le décret du 1er octobre 2015, disparaitra dans sa forme actuelle, à l’horizon de décembre 2020 suite à la décision de supprimer l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice auquel il est rattaché. D’autre part, en avril 2018, l’Insee a indiqué qu’il ne serait plus en mesure d’assurer la réalisation de l’enquête CVS après l’édition prévue en 2021. Si une réflexion a été lancée afin de trouver un dispositif alternatif qui s’inscrive dans la lignée de l’actuel, celui-ci sera profondément différent de l’enquête actuelle et il n’aura sûrement ni la qualité, ni la précision et surtout ni l’antériorité de l’enquête CVS. Alors que nous disposions d’un dispositif reconnu, stable et avec plus de douze années de tendance, nous allons repartir de zéro et à zéro. Par ailleurs, alors même que depuis 15 ans, l’ONDRP assurait avec indépendance l’exploitation et la diffusion des statistiques sur la délinquance, on ne peut que regretter la disparition d’un organisme qui avait su développer d’importants partenariats avec les services opérationnels et démontrer son utilité dans le débat public. Christophe SOULLEZ Chef de l’ONDRP

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
52ans Posté(e)
lepequenot Membre 3 313 messages
Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche‚ 52ans
Posté(e)

Quid des violences psychologiques? Par exemple mon épouse a perdu la clef de la cave et ça fait deux jours que je n'ai pas pu accéder à mes flacons! C'est horrible!!!!!! :crazy: :spiteful:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×