Aller au contenu

Messages recommandés

gabibiluc Membre 28 messages
Forumeur balbutiant‚ 21ans
Posté(e)

Bonjour, serait il possible de m'aider pour une explication du poème "Sous les arbres" (L'âme en fleur, Les contemplations, Victor Hugo) J'ai dégagé 3 thèmes: amour, femme, nature (peut être Dieu ?) SVP ? Merci d'avance

Voici le poème :

Ils marchaient à côté l'un de l'autre ; des danses
Troublaient le bois joyeux ; ils marchaient, s'arrêtaient,
Parlaient, s'interrompaient, et, pendant les silences,
Leurs bouches se taisant, leurs âmes chuchotaient.

Ils songeaient ; ces deux coeurs, que le mystère écoute,
Sur la création au sourire innocent
Penchés, et s'y versant dans l'ombre goutte à goutte,
Disaient à chaque fleur quelque chose en passant.

Elle sait tous les noms des fleurs qu'en sa corbeille
Mai nous rapporte avec la joie et les beaux jours ;
Elle les lui nommait comme eût fait une abeille,
Puis elle reprenait : "Parlons de nos amours.

"Je suis en haut, je suis en bas", lui disait-elle,
"Et je veille sur vous, d'en bas comme d'en haut."
Il demandait comment chaque plante s'appelle,
Se faisant expliquer le printemps mot à mot.

O champs ! il savourait ces fleurs et cette femme.
O bois ! ô prés ! nature où tout s'absorbe en un,
Le parfum de la fleur est votre petite âme,
Et l'âme de la femme est votre grand parfum !

La nuit tombait ; au tronc d'un chêne, noir pilastre,
Il s'adossait pensif ; elle disait : "Voyez
"Ma prière toujours dans vos cieux comme un astre,
"Et mon amour toujours comme un chien à tes pieds."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
fidel castor Membre 2230 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

Victor Hugo est effectivement croyant mais je pense pas que le thème est dans le poème ...d'habitude quand c'est le cas il y a une réflexion profonde la c'est juste un verset qui est pas "génial" sur la pensée de Dieu je te donne deux exemples ....

Les enfants pauvres

Prenez garde à ce petit être ;
Il est bien grand, il contient Dieu.
Les enfants sont, avant de naître,
Des lumières dans le ciel bleu.

Dieu nous les offre en sa largesse ;
Ils viennent ; Dieu nous en fait don ;
Dans leur rire il met sa sagesse
Et dans leur baiser son pardon.

Leur douce clarté nous effleure.
Hélas, le bonheur est leur droit.
S'ils ont faim, le paradis pleure.
Et le ciel tremble, s'ils ont froid.

La misère de l'innocence
Accuse l'homme vicieux.
L'homme tient l'ange en sa puissance.
Oh ! quel tonnerre au fond des cieux,

Quand Dieu, cherchant ces êtres frêles
Que dans l'ombre où nous sommeillons
Il nous envoie avec des ailes,
Les retrouve avec des haillons !

et

Aux champs

Je me penche attendri sur les bois et les eaux,

Rêveur, grand-père aussi des fleurs et des oiseaux ;

J’ai la pitié sacrée et profonde des choses ;

J’empêche les enfants de maltraiter les roses ;

Je dis : N’effarez point la plante et l’animal ;

Riez sans faire peur, jouez sans faire mal.

Jeanne et Georges, fronts purs, prunelles éblouies,

Rayonnent au milieu des fleurs épanouies ;

J’erre, sans le troubler, dans tout ce paradis ;

Je les entends chanter, je songe, et je me dis

Qu’ils sont inattentifs, dans leurs charmants tapages,

Au bruit sombre que font en se tournant les pages

Du mystérieux livre où le sort est écrit,

Et qu’ils sont loin du prêtre et près de Jésus-Christ.

Victor Hugo (1802-1885)

 

 

sinon je suis d'accord pour la nature et l'amour et la femme ...par contre je vois pas ce que tu attends de nous .... que veux tu qu'on te dise ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gabibiluc Membre 28 messages
Forumeur balbutiant‚ 21ans
Posté(e)
il y a 21 minutes, fidel castor a dit :

Victor Hugo est effectivement croyant mais je pense pas que le thème est dans le poème ...d'habitude quand c'est le cas il y a une réflexion profonde la c'est juste un verset qui est pas "génial" sur la pensée de Dieu je te donne deux exemples ....

Les enfants pauvres

Prenez garde à ce petit être ;
Il est bien grand, il contient Dieu.
Les enfants sont, avant de naître,
Des lumières dans le ciel bleu.

Dieu nous les offre en sa largesse ;
Ils viennent ; Dieu nous en fait don ;
Dans leur rire il met sa sagesse
Et dans leur baiser son pardon.

Leur douce clarté nous effleure.
Hélas, le bonheur est leur droit.
S'ils ont faim, le paradis pleure.
Et le ciel tremble, s'ils ont froid.

La misère de l'innocence
Accuse l'homme vicieux.
L'homme tient l'ange en sa puissance.
Oh ! quel tonnerre au fond des cieux,

Quand Dieu, cherchant ces êtres frêles
Que dans l'ombre où nous sommeillons
Il nous envoie avec des ailes,
Les retrouve avec des haillons !

et

Aux champs

Je me penche attendri sur les bois et les eaux,

Rêveur, grand-père aussi des fleurs et des oiseaux ;

J’ai la pitié sacrée et profonde des choses ;

J’empêche les enfants de maltraiter les roses ;

Je dis : N’effarez point la plante et l’animal ;

Riez sans faire peur, jouez sans faire mal.

Jeanne et Georges, fronts purs, prunelles éblouies,

Rayonnent au milieu des fleurs épanouies ;

J’erre, sans le troubler, dans tout ce paradis ;

Je les entends chanter, je songe, et je me dis

Qu’ils sont inattentifs, dans leurs charmants tapages,

Au bruit sombre que font en se tournant les pages

Du mystérieux livre où le sort est écrit,

Et qu’ils sont loin du prêtre et près de Jésus-Christ.

Victor Hugo (1802-1885)

 

 

sinon je suis d'accord pour la nature et l'amour et la femme ...par contre je vois pas ce que tu attends de nous .... que veux tu qu'on te dise ?

En fait j'aimerais trouver un plan , mais je me vois mal faire 1) la nature 2) l'amour 3) la femme ... C'est trop thématique non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fidel castor Membre 2230 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)
Il y a 1 heure, gabibiluc a dit :

En fait j'aimerais trouver un plan , mais je me vois mal faire 1) la nature 2) l'amour 3) la femme ... C'est trop thématique non ?

ok ... Victor Hugo a tendance a faire ses poèmes a l'envers ... pour des fins percutantes

perso je commencerai par la scène de fin expliquant ce principe de poème a l'envers ... la nuit elle a ses pieds lui adossé a un arbre (tu développe ici l'amour) ... puis la scène de début  la balade dans les bois a s'émerveiller de la nature (ici tu développe la nature ) ... et enfin tu fais une synthèse (3/4 ballade le jour 1/4 repos la nuit dans la nature ... l'amour en s'émerveillant de la nature elle explique lui apprends avec plaisir..la nature est belle et l'amour embelli encore plus la nature... le cycle jour on bouge nuit on se repose) en gros

Modifié par fidel castor

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gabibiluc Membre 28 messages
Forumeur balbutiant‚ 21ans
Posté(e)
Il y a 13 heures, fidel castor a dit :

ok ... Victor Hugo a tendance a faire ses poèmes a l'envers ... pour des fins percutantes

perso je commencerai par la scène de fin expliquant ce principe de poème a l'envers ... la nuit elle a ses pieds lui adossé a un arbre (tu développe ici l'amour) ... puis la scène de début  la balade dans les bois a s'émerveiller de la nature (ici tu développe la nature ) ... et enfin tu fais une synthèse (3/4 ballade le jour 1/4 repos la nuit dans la nature ... l'amour en s'émerveillant de la nature elle explique lui apprends avec plaisir..la nature est belle et l'amour embelli encore plus la nature... le cycle jour on bouge nuit on se repose) en gros

En fait, je viens de voir qu'il faut faire une analyse linéaire, moi je ferais :

strophe 1 et 2 : présentation du cadre (nature personnifiée) + des personnages ("ils" --> union)

strophe 3 et 4: focalisation sur "elle" avec discours direct

strophe 5 et 6 : nature + femme

De manière générale, la femme domine dans ce poème, Hugo lui donne davantage la parole

Qu'auriez vous fait comme découpage linéaire SVP ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fidel castor Membre 2230 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)
il y a 13 minutes, gabibiluc a dit :

En fait, je viens de voir qu'il faut faire une analyse linéaire, moi je ferais :

strophe 1 et 2 : présentation du cadre (nature personnifiée) + des personnages ("ils" --> union)

strophe 3 et 4: focalisation sur "elle" avec discours direct

strophe 5 et 6 : nature + femme

De manière générale, la femme domine dans ce poème, Hugo lui donne davantage la parole

Qu'auriez vous fait comme découpage linéaire SVP ?

faut que tu fasse un peu le boulot aussi ... sur ton découpage linéaire pour moi c'est donc strophe 1 a 5 jour ballade nature et 6 nuit repos amour ... après je suis pas sur qu'il personnifie la nature ... en tout cas je le lis pas comme cela

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fidel castor Membre 2230 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)

apres comme le premier decoupage est long 1 a 5 tu fais en sous groupe

strophe 1 et 2 : présentation du cadre (nature personnifiée) + des personnages ("ils" --> union)

strophe 3 et 4: focalisation sur "elle" avec discours direct

strophe 5 ode a la femme et a la nature

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gabibiluc Membre 28 messages
Forumeur balbutiant‚ 21ans
Posté(e)
Il y a 22 heures, fidel castor a dit :

 apres comme le premier decoupage est long 1 a 5 tu fais en sous groupe

strophe 1 et 2 : présentation du cadre (nature personnifiée) + des personnages ("ils" --> union)

strophe 3 et 4: focalisation sur "elle" avec discours direct

strophe 5 ode a la femme et a la nature

Voici le travail que j'ai fait:

Strophes 1 et 2 :

- nature en osmose avec les sentiments des personnages "bois joyeux"

- accumulation de verbes "marchaient", "s'arrêtaient"... montre leur union. Hugo utilise "ils" pour les désigner : ça peut être lui et sa maitresse Juliette Drouet

- "ils songeaient" : ont des pensées communes ("ils songeaient […] sur la création au sourire innocent" : osmose entre les deux, leurs âmes communiquent sans avoir besoin de parler "leurs bouches se taisant, leurs âmes chuchotaient" 

- communication avec la nature "disaient à chaque fleur qq chose en passant " --> la nature dialogue avec les êtres humains (rappel sur le poème "Oh, je suis le rêveur", où Hugo se dit "camarade des petites fleurs")

Strophes 3 et 4 :

- personnification de "Mai" qui rapporte

- rime entre "beaux jours" et "amours" donc ça montre bien l'idée principale de la section L'âme en fleur comme quoi le printemps est synonyme de bonheur, d'amour...

- la femme communique avec la nature, elle sait tout d'elle "Elle sait tous les noms des fleurs"

- rupture avec "Puis elle reprenait" + discours direct : comme si on avait un arrêt de la promenade pour discuter sérieusement "Parlons de nos amours"

- phrase un peu mystérieuse, que je n'ai pas vraiment compris "Je suis en haut, je suis en bas" ?

- Supériorité de la femme sur l'homme, niveau intellectuel : à chaque fois, c'est elle qui apporte des informations, et l'homme demande "Il demandait comment chaque plante s'appelle" --> leçon sur le printemps/nature/fleurs

Strophe 5 et 6 :

- émerveillement de l'homme sur la femme et la nature : sont-elles pareilles ? Ont elles un lien spécial ?

- "ô champs", "ô bois", "ô prés" : interjection montrant un sentiment vif

- nature présentée comme une création de Dieu "nature où tout s'absorbe en un"

- "Le parfum de la fleur est votre petite âme / Et l'âme de la femme est votre grand parfum !" : comment appelle t'on cette figure de style, on dirait un parallélisme mais je ne suis pas sûre ?

- la nuit tombe, donc évolution de la journée

- passage du "vous" ("voyez", "vos") référence à Dieu à "tu" ("tes") référence à l'humain

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fidel castor Membre 2230 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)
Il y a 2 heures, gabibiluc a dit :

Voici le travail que j'ai fait:

Strophes 1 et 2 :

- nature en osmose avec les sentiments des personnages "bois joyeux"

- accumulation de verbes "marchaient", "s'arrêtaient"... montre leur union. Hugo utilise "ils" pour les désigner : ça peut être lui et sa maitresse Juliette Drouet

- "ils songeaient" : ont des pensées communes ("ils songeaient […] sur la création au sourire innocent" : osmose entre les deux, leurs âmes communiquent sans avoir besoin de parler "leurs bouches se taisant, leurs âmes chuchotaient" 

- communication avec la nature "disaient à chaque fleur qq chose en passant " --> la nature dialogue avec les êtres humains (rappel sur le poème "Oh, je suis le rêveur", où Hugo se dit "camarade des petites fleurs")

Strophes 3 et 4 :

- personnification de "Mai" qui rapporte

- rime entre "beaux jours" et "amours" donc ça montre bien l'idée principale de la section L'âme en fleur comme quoi le printemps est synonyme de bonheur, d'amour...

- la femme communique avec la nature, elle sait tout d'elle "Elle sait tous les noms des fleurs"

- rupture avec "Puis elle reprenait" + discours direct : comme si on avait un arrêt de la promenade pour discuter sérieusement "Parlons de nos amours"

- phrase un peu mystérieuse, que je n'ai pas vraiment compris "Je suis en haut, je suis en bas" ?

- Supériorité de la femme sur l'homme, niveau intellectuel : à chaque fois, c'est elle qui apporte des informations, et l'homme demande "Il demandait comment chaque plante s'appelle" --> leçon sur le printemps/nature/fleurs

Strophe 5 et 6 :

- émerveillement de l'homme sur la femme et la nature : sont-elles pareilles ? Ont elles un lien spécial ?

- "ô champs", "ô bois", "ô prés" : interjection montrant un sentiment vif

- nature présentée comme une création de Dieu "nature où tout s'absorbe en un"

- "Le parfum de la fleur est votre petite âme / Et l'âme de la femme est votre grand parfum !" : comment appelle t'on cette figure de style, on dirait un parallélisme mais je ne suis pas sûre ?

- la nuit tombe, donc évolution de la journée

- passage du "vous" ("voyez", "vos") référence à Dieu à "tu" ("tes") référence à l'humain

 

c'est bien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gabibiluc Membre 28 messages
Forumeur balbutiant‚ 21ans
Posté(e)
Le 20/05/2020 à 18:13, fidel castor a dit :

c'est bien

Bonjour, pouvez-vous m'expliquer les 2 dernières strophes SVP , parce que j'ai trouvé quelques éléments comme je vous ai envoyé mercredi mais j'ai du mal à les assembler pour en faire une troisième partie cohérente. Mon 3 s'appelle "Correspondance entre nature et amour" ?

Selon moi, d'abord, il y a émerveillement du poète (mais cette sous partie est minuscule, elle prend en compte que les 2 premiers vers de la strophe 5...). Ensuite, la nature est présentée comme une création divine (mais là, je ne comprends pas "nature où tout s'absorbe en un"... , et je vais parler du passage du "vous" (Dieu) au "tu" (homme), mais je ne vois pas comment l'interpréter). Et enfin, j'aimerais parler du lien entre femme et nature (pour le vers "Le parfum de la fleur est votre petite âme, / Et l'âme de la femme est votre grand parfum", mais je n'ai pas compris ces 2 vers, pouvez vous m'aider SVP ?).

Merci Bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fidel castor Membre 2230 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)
Il y a 3 heures, gabibiluc a dit :

Bonjour, pouvez-vous m'expliquer les 2 dernières strophes SVP , parce que j'ai trouvé quelques éléments comme je vous ai envoyé mercredi mais j'ai du mal à les assembler pour en faire une troisième partie cohérente. Mon 3 s'appelle "Correspondance entre nature et amour" ?

Selon moi, d'abord, il y a émerveillement du poète (mais cette sous partie est minuscule, elle prend en compte que les 2 premiers vers de la strophe 5...). Ensuite, la nature est présentée comme une création divine (mais là, je ne comprends pas "nature où tout s'absorbe en un"... , et je vais parler du passage du "vous" (Dieu) au "tu" (homme), mais je ne vois pas comment l'interpréter). Et enfin, j'aimerais parler du lien entre femme et nature (pour le vers "Le parfum de la fleur est votre petite âme, / Et l'âme de la femme est votre grand parfum", mais je n'ai pas compris ces 2 vers, pouvez vous m'aider SVP ?).

Merci Bonne journée

en fait l'émerveillement du poète est expliqué apres les deux premier vers ... la nature est absorbé par la femme ... c'est le "un" qui aujourd'hui serait "une" ... le parfum de la fleur est une merveille connu par la femme et la femme est une merveille de la nature  .... par contre je vois pas ton tu et vous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
gabibiluc Membre 28 messages
Forumeur balbutiant‚ 21ans
Posté(e)
Il y a 9 heures, fidel castor a dit :

en fait l'émerveillement du poète est expliqué apres les deux premier vers ... la nature est absorbé par la femme ... c'est le "un" qui aujourd'hui serait "une" ... le parfum de la fleur est une merveille connu par la femme et la femme est une merveille de la nature  .... par contre je vois pas ton tu et vous

 

Il y a 9 heures, fidel castor a dit :

en fait l'émerveillement du poète est expliqué apres les deux premier vers ... la nature est absorbé par la femme ... c'est le "un" qui aujourd'hui serait "une" ... le parfum de la fleur est une merveille connu par la femme et la femme est une merveille de la nature  .... par contre je vois pas ton tu et vous

D'accord merci bcp, j'ai compris. 

Pour le tu et le vous, ils apparaissent dans les vers "Voyez / Ma prière toujours dans vos cieux comme un astre, / Et mon amour toujours comme un chien à tes pieds". Je pense qu'il y a un parallélisme avec rappel de "toujours" et "comme", mais aussi une comparaison:

- elle compare "sa prière" à un astre: peut être y a t'il une référence divine ?

- elle compare son "amour" à un "chien" : pour la fidélité, je suppose. Ce "tu" s'adresse à l'homme aimé.

Mais que peut-on dire sur ce changement de personne ("tu" à "vous"), est ce que ce "vous" s'adresse à Dieu ? Quel lien fait-elle entre Dieu et l'homme ?

Belle soirée !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fidel castor Membre 2230 messages
Forumeur alchimiste‚ 50ans
Posté(e)
Il y a 17 heures, gabibiluc a dit :

 

D'accord merci bcp, j'ai compris. 

Pour le tu et le vous, ils apparaissent dans les vers "Voyez / Ma prière toujours dans vos cieux comme un astre, / Et mon amour toujours comme un chien à tes pieds". Je pense qu'il y a un parallélisme avec rappel de "toujours" et "comme", mais aussi une comparaison:

- elle compare "sa prière" à un astre: peut être y a t'il une référence divine ?

- elle compare son "amour" à un "chien" : pour la fidélité, je suppose. Ce "tu" s'adresse à l'homme aimé.

Mais que peut-on dire sur ce changement de personne ("tu" à "vous"), est ce que ce "vous" s'adresse à Dieu ? Quel lien fait-elle entre Dieu et l'homme ?

Belle soirée !

je sais pas pour le tutoiement ... desolé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hell-spawn Membre 9526 messages
Forumeur alchimiste‚ 152ans
Posté(e)

Dans ce poème, l'amour de l'homme pour la femme est en accord avec la nature, ou plutot: la nature donne son accord a l'amour de l'homme pour cette femme, cet amour est voulu par elle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×