Aller au contenu

Etre ou ne pas etre psychologiquement malade ?

Messages recommandés

hell-spawn Membre 1 539 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)

D'aprés vous qu'est ce qui montre avec le plus d'évidence qu'une personne est malade psychologiquement ?

Je me disais que si on pouvait connaitre une personne dans la durée, l'incapacité au changement est un bon indicateur.

Ne pas etre capable d'apprendre a s'adapter, adopter toujours le meme comportement vis a vis des gens et de la vie, meme aprés de grands bouleversements ( maladie, évenements tragiques...), bref etre dans une boucle, un sac de noeuds inextricables.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
BadKarma Membre 7 358 messages
Docteur Honoris Causa Es "Patati & Patata..."‚ 55ans
Posté(e)

Se questionner de la sorte de si bon matin, si cela n' est pas s' il en faut l' indice d' un foncier déséquilibre de sa psyché... :p

  • Like 1
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Cheragaz Membre 754 messages
Forumeur accro‚ 102ans
Posté(e)

C'est quand on souffre de son comportement qu'on est malade psychologiquement.

Certains irréductibles se sentent bien dans leur immuabilité et sont bien plus heureux que d'autres qui doutent en permanence.

 

 

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hell-spawn Membre 1 539 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 6 minutes, BadKarma a dit :

Se questionner de la sorte de si bon matin, si cela n' est pas s' il en faut l' indice d' un foncier déséquilibre de sa psyché... :p

C'est que moi je pense souvent aux autres, meme tot le matin.

Et hop; une petite pensée pour Badkarma !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hell-spawn Membre 1 539 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 5 minutes, Cheragaz a dit :

C'est quand on souffre de son comportement qu'on est malade psychologiquement.

Certains irréductibles se sentent bien dans leur immuabilité et sont bien plus heureux que d'autres qui doutent en permanence.

 

 

Et comment sait-on que c'est de son comportement qu'on souffre ?

Il faut etre sain d'esprit pour connaitre l'origine de sa souffrance.

Car, j'espère que c'est évident pour la plupart, la souffrance n'est pas automatiquement le signe d'un déréglement mental.

Aprés il y a ce que l'on appelle les imbéciles heureux, qui ne changent pas parce qu'ils sont trés limités psychiquement.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
holmberg Membre 1 192 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
il y a 23 minutes, hell-spawn a dit :

D'aprés vous qu'est ce qui montre avec le plus d'évidence qu'une personne est malade psychologiquement ?

Je me disais que si on pouvait connaitre une personne dans la durée, l'incapacité au changement est un bon indicateur.

Ne pas etre capable d'apprendre a s'adapter, adopter toujours le meme comportement vis a vis des gens et de la vie, meme aprés de grands bouleversements ( maladie, évenements tragiques...), bref etre dans une boucle, un sac de noeuds inextricables.

 

ça veut dire quoi malade psychologiquement ? 

Soit on souffre d'un trouble ou d'une maladie psychiatrique et là il suffit de se référer aux classifications officielles.

Soit on souffre de souffrance psychologique ou de mal être

Soit on présente un fonctionnement neurocognitif spécifique

Vous évoquez l'incapacité au changement, il peut s'agir pour la personne d'une fragilité voir d'un déficit de la flexibilité cognitive, ce n'est ni un trouble, ni une maladie, simplement un mode de fonctionnement cognitif. 

Vous évoquez ensuite l'incapacité à sortir de situations traumatiques, c'est autre chose qui à souvent à voir avec le traumatisme en lui-même et la façon dont il a été traité et ce que l'on nomme en psychologie la résilience.

Bref beaucoup de questions qui sont à mon sens très éparpillées et relèvent de situations bien différentes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
BadKarma Membre 7 358 messages
Docteur Honoris Causa Es "Patati & Patata..."‚ 55ans
Posté(e)
il y a 10 minutes, hell-spawn a dit :

Et hop; une petite pensée pour Badkarma !

Charité bien ordonnée et caetera... :sleep:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Maelys13 Membre 650 messages
Forumeur forcené‚ 22ans
Posté(e)

Question étrange, mais pas si bête. Toutefois, tu ne verras pas forcément qu'une personne est malade psychologiquement. Tout est dans la tête ! J'ai connu une personne qui allait très bien et après quelques années, j'ai appris qu'elle était bipolaire... Pourtant, j'étais avec elle tous les jours comme beaucoup d'autres, mais personne n'a jamais rien remarqué

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chupa-chupi Membre 2 146 messages
lave vaiselle chez darty‚ 52ans
Posté(e)

ça se mesure au nombre de sujets ouverts pour exprimer sa souffrance affective, auquel on rajoute le facteur horaire, puis on divise par le nombre de messages.

et si l'age du capitaine est impair, c'est on est incurable.

je dirais que trainer par ici en est déjà un marqueur réactif.

  • Haha 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
CLIC Membre 217 messages
Forumeur activiste‚ 47ans
Posté(e)
Citation

Je me disais que si on pouvait connaitre une personne dans la durée, l'incapacité au changement est un bon indicateur.

Bonjour,

euh  ... les personnes malades psychologiquement sont en général très instables dans leur vie, que se soit sur le plan affectif, professionnel etc...l ils ne s'installent pas dans une routine tranquille, mais s'agitent plutôt dans tous les sens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hell-spawn Membre 1 539 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a une heure, holmberg a dit :

Bref beaucoup de questions qui sont à mon sens très éparpillées et relèvent de situations bien différentes.

C'est tout l'interet d'en faire un topic, il y a beaucoup a dire.

Par exemple pour la résilience, je pense qu'une petite mémoire ça aide.

En revanche, une grosse mémoire c'est plus difficile a gérer, mais on évolue par crises le plus souvent.

il y a une heure, BadKarma a dit :

Charité bien ordonnée et caetera... :sleep:

Oh mais il me parait difficile de penser aux autres sans penser a soi-meme.

Faire des aller et retour incessants, c'est bon, non ?

il y a 38 minutes, Maelys13 a dit :

Question étrange, mais pas si bête.

Oh  grand merci !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hell-spawn Membre 1 539 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 38 minutes, chupa-chupi a dit :

ça se mesure au nombre de sujets ouverts pour exprimer sa souffrance affective, auquel on rajoute le facteur horaire, puis on divise par le nombre de messages.

et si l'age du capitaine est impair, c'est on est incurable.

je dirais que trainer par ici en est déjà un marqueur réactif.

Bon, il y a un peu d'humour la dedans j'espère.

La souffrance affective est un signe de maladie mentale pour toi ?

Par exemple, si tu es capable d'aimer, tu perds un etre trés cher, tu en souffres, donc tu es déréglé ou déficient psychologiquement ?  Vite une petite pilule bleue !

La souffrance peut naitre aussi d'une prise de conscience, ou d'un état de conscience plus élevé.

 

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Colybris Membre 2 554 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
il y a 11 minutes, hell-spawn a dit :

Par exemple pour la résilience, je pense qu'une petite mémoire ça aide.

En revanche, une grosse mémoire c'est plus difficile a gérer, mais on évolue par crises le plus souvent.

Je ne suis absolument pas d'accord avec ça.  La résilience ce n'est pas oublier le passé,  c'est continuer d'avancer dans la vie malgré celui-ci.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hell-spawn Membre 1 539 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 8 minutes, Colybris a dit :

Je ne suis absolument pas d'accord avec ça.  La résilience ce n'est pas oublier le passé,  c'est continuer d'avancer dans la vie malgré celui-ci.

Oui, mais j'ai seulement dit qu'avoir une petite mémoire ça aide davantage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Colybris Membre 2 554 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
à l’instant, hell-spawn a dit :

Oui, mais j'ai seulement dit qu'avoir une petite mémoire ça aide davantage.

Je vois pas vraiment le rapport, non vraiment pas. C'est ton point de vue sur la question ou le resultat d'observations par des spécialistes. 

Il peut aussi s'agir d'occulter une partie de son passé,  comme une sorte de protection. Mais c'est différent d'avoir une petite memoire. 

Quand on parle de résilience,  on parle de traumatisme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hell-spawn Membre 1 539 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 3 minutes, Colybris a dit :

Je vois pas vraiment le rapport, non vraiment pas. C'est ton point de vue sur la question ou le resultat d'observations par des spécialistes. 

Il peut aussi s'agir d'occulter une partie de son passé,  comme une sorte de protection. Mais c'est différent d'avoir une petite memoire. 

Quand on parle de résilience,  on parle de traumatisme.

Un traumatisme c'est déja quelque chose sur lequel tu es focalisé, dont tu n'arrives pas a te détacher.

Avoir une bonne mémoire ça aide pas.

 

Apres, comme tu le dis, il y a la faculté d'occulter, d'enfouir, c'est différent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
holmberg Membre 1 192 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
il y a 36 minutes, hell-spawn a dit :

C'est tout l'interet d'en faire un topic, il y a beaucoup a dire.

Par exemple pour la résilience, je pense qu'une petite mémoire ça aide.

En revanche, une grosse mémoire c'est plus difficile a gérer, mais on évolue par crises le plus souvent.

 

La  théorie de la résilience :

"À l’origine la résilience s’applique à la physique : c’est la résistance d’un matériau aux chocs. Par extension, et au sens figuré, c’est une force morale; qualité de quelqu'un qui ne se décourage pas, ne se laisse pas abattre. Ce concept est en travail dans la communauté scientifique depuis quelques décennies. Il s’est développé en France et dans les pays francophones surtout depuis les années 1990, grâce notamment à Boris Cyrulnik, Michel Manciaux, Stanislas Tomkiewicz. Les principales influences ont été les travaux de John Bowlby et la théorie de l’attachement (années 1960-70), les travaux sur le stress et le coping et le champ de la psychologie de la santé.

La résilience consiste donc à continuer à se développer après un traumatisme, mais différemment. Selon le neuropsychiatre, la poursuite de l’évolution ne sera néanmoins pas dans l’exact prolongement d’avant l’atteinte traumatique.

 la résilience n’efface rien, elle permet de supporter et de continuer. C’est pour empêcher les  ruminations de leur cerveau que ces personnes blessées  prennent de la distance par rapport à la situation aversive. Pour cela, certains tiercéisent, c’est-à-dire éloignent l’émotion via un support externe d’expression (tiercéiser signifiant introduire un troisième élément dans une relation pour faire le lien entre les deux autres). On retrouve même des enfants privés d’amour qui entendent des voix, se créent des amis imaginaires, surinvestissent la relation avec un animal, tant le besoin d’altérité est grand. En se libérant de leur secret, ils transforment leur blessure en œuvre d’art. Ce qu’ils veulent avant tout c’est devenir l’auteur de leur destin. Ce sont des décideurs parce qu'ils n'ont rien décidé de leur enfance.

Cependant la capacité de résilience de chacun est moitié innée, moitié acquise. Les déterminants et les facteurs de résilience peuvent être de trois types : individuels, familiaux et sociaux. Parmi les facteurs individuels, on trouvera la génétique, l’autonomie, la faculté d’adaptation, la charge en sérotonine, la sublimation via le théâtre, l’écriture ou les causes humanitaires. Les facteurs familiaux concerneront une qualité de la communication au sein de la famille, un environnement sécurisant, une idéologie, voire un placement dans une famille d'accueil pour les petits orphelins. Et enfin on retrouvera parmi les facteurs sociaux la participation à des groupes de parole (y compris si l'on ne parle pas), l’organisation d’une communauté sociale, la religion, l’investissement dans le sport. La gestion du stress post-traumatique doit se penser de façon systémique et non de façon individuelle.

Pour conclure, le principe de résilience n’est pas un effacement du traumatisme mais une attitude de protection, une façon de mettre ses effets dévastateurs à distance pour continuer à vivre. La présence d’un réseau extérieur soutenant est indispensable et les soignants ont un rôle prépondérant dans cette reconstruction."

B.Cyrulnik

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Colybris Membre 2 554 messages
Forumeur alchimiste‚ 45ans
Posté(e)
à l’instant, hell-spawn a dit :

Un traumatisme c'est déja quelque chose sur lequel tu es focalisé, dont tu n'arrives pas a te détacher.

Avoir une bonne mémoire ça aide pas.

Si tu n'arrives pas à t'en détacher, je ne pense pas que ce soit lié à la mémoire spécifiquement. C'est plutôt comme un fonctionnement en boucle dans ce que tu décris. 

Guérir d'un traumatisme,  c'est la résilience. On peut y repenser, mais ce n'est plus souffrant ou alors parfois dans certaines situations particulières. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
holmberg Membre 1 192 messages
Forumeur alchimiste‚ 48ans
Posté(e)
il y a 11 minutes, Colybris a dit :

Je vois pas vraiment le rapport, non vraiment pas. C'est ton point de vue sur la question ou le resultat d'observations par des spécialistes. 

Il peut aussi s'agir d'occulter une partie de son passé,  comme une sorte de protection. Mais c'est différent d'avoir une petite memoire. 

Quand on parle de résilience,  on parle de traumatisme.

Je suis d'accord avec vous, si la personne "oublie" un traumatisme, dans ce cas, on parlerait de refoulement, de déni, d'amnésie traumatique, ce ne serait pas lié à une capacité mnésique faible (sachant qu'en plus il existe différentes mémoires).

il y a 7 minutes, hell-spawn a dit :

Un traumatisme c'est déja quelque chose sur lequel tu es focalisé, dont tu n'arrives pas a te détacher.

Avoir une bonne mémoire ça aide pas.

 

Apres, comme tu le dis, il y a la faculté d'occulter, d'enfouir, c'est différent.

Non , un traumatisme est un évènement violent, brutal non prévisible qui vient faire effraction dans la réalité de la personne. La personne ne se focalise pas dessus, elle est envahie par la violence du traumatisme. Ce n'est pas un choix, d'ailleurs les stress post traumatisme sont un véritable enfer pour la personne qui en souffre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hell-spawn Membre 1 539 messages
Forumeur alchimiste‚ 150ans
Posté(e)
il y a 6 minutes, Colybris a dit :

Si tu n'arrives pas à t'en détacher, je ne pense pas que ce soit lié à la mémoire spécifiquement. C'est plutôt comme un fonctionnement en boucle dans ce que tu décris. 

Guérir d'un traumatisme,  c'est la résilience. On peut y repenser, mais ce n'est plus souffrant ou alors parfois dans certaines situations particulières. 

 

Ok avec tout ça, je dis seulement que la mémoire joue aussi un role.

On dit que tout s'efface progressivement avec le temps, mais la vitesse d'effacement est sans doute liée, en partie du moins, a la mémoire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité