Aller au contenu

L’OCDE s’inquiète de la stagnation des bas salaires


Messages recommandés

fx. Membre 2 395 messages
Faux positif‚ 46ans
Posté(e)

Dans un rapport publié mercredi, l’organisation note que le taux d’emploi a retrouvé son niveau d’avant crise. Mais elle s’inquiète de l’anémie des revenus du travail.

930a216_19617-f7q0j4.8ui36.jpg

C’est l’un des paradoxes de la reprise économique : derrière les chiffres encourageants de la croissance se cache une réalité complexe, parfois douloureuse, alimentant la frustration de nombreux Européens. C’est particulièrement le cas sur le marché du travail.

Dans ses « Perspectives de l’emploi 2018 » publiées mercredi 4 juillet, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) résume les choses ainsi : « L’embellie constatée sur le front de l’emploi est éclipsée par une stagnation sans précédent des salaires ».

Du côté des bonnes nouvelles, le rapport souligne que dans les trente-cinq pays membres de l’organisation, les personnes disposant d’un emploi sont désormais plus nombreuses qu’avant la crise. Le taux de chômage est proche ou inférieur à son niveau de 2008. Et le taux d’emploi, qui reflète la capacité d’un pays à utiliser sa main-d’œuvre, est plus élevé qu’il y a dix ans : il était de 61,7 % en moyenne fin 2017, contre 60,8 % fin 2017.

...

https://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2018/07/04/l-ocde-s-inquiete-de-la-stagnation-des-bas-salaires_5326025_3234.html

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
ouest35 Membre 6 432 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 1 heure, fx. a dit :

Dans un rapport publié mercredi, l’organisation note que le taux d’emploi a retrouvé son niveau d’avant crise. Mais elle s’inquiète de l’anémie des revenus du travail.

930a216_19617-f7q0j4.8ui36.jpg

C’est l’un des paradoxes de la reprise économique : derrière les chiffres encourageants de la croissance se cache une réalité complexe, parfois douloureuse, alimentant la frustration de nombreux Européens. C’est particulièrement le cas sur le marché du travail.

Dans ses « Perspectives de l’emploi 2018 » publiées mercredi 4 juillet, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) résume les choses ainsi : « L’embellie constatée sur le front de l’emploi est éclipsée par une stagnation sans précédent des salaires ».

Du côté des bonnes nouvelles, le rapport souligne que dans les trente-cinq pays membres de l’organisation, les personnes disposant d’un emploi sont désormais plus nombreuses qu’avant la crise. Le taux de chômage est proche ou inférieur à son niveau de 2008. Et le taux d’emploi, qui reflète la capacité d’un pays à utiliser sa main-d’œuvre, est plus élevé qu’il y a dix ans : il était de 61,7 % en moyenne fin 2017, contre 60,8 % fin 2017.

Accentuation des inégalités

Malgré cela, les rémunérations stagnent. Au quatrième trimestre 2017, la croissance des salaires nominaux (hors inflation) était de 3,2 %. Dix ans plus tôt, alors que le taux de chômage dans l’OCDE était au même niveau qu’aujourd’hui (5,5 % de la population active), elle était de 5,8 %.

Plus inquiétant : tous les salariés ne sont pas logés à la même enseigne. Les revenus du travail des 1 % les mieux rémunérés augmentent en effet beaucoup plus vite que ceux des personnes peu payées, accentuant les inégalités existant sur le marché du travail. De même, les salaires des travailleurs à temps plein augmentent plus vite que ceux à temps partiel.

« Si les pays ne parviennent pas à rompre avec cette tendance, la confiance du public à l’égard de la reprise économique sera compromise », prévient l’OCDE. Celle-ci s’est déjà fissurée dans de nombreux Etats. A l’exemple de l’Italie, où l’alliance au pouvoir entre les populistes et l’extrême droite entend revenir en arrière sur la flexibilité du marché du travail mise en œuvre sous le gouvernement de Matteo Renzi, en 2015. Et ce, en limitant le recours aux contrats à durée déterminée (CDD) et aux licenciements sans justification.

 

...

https://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2018/07/04/l-ocde-s-inquiete-de-la-stagnation-des-bas-salaires_5326025_3234.html

 

OCDE s'inquiète pour le 1% ou vraiment pour les moins payés ?

Serait-ce qu'on commence a comprendre que l'équation "moins on gagne en bas, plus on gagne en haut" la source finit par tarir ?(le ruissellement à l'envers on a jamais vu que ça fonctionne jusqu'àperpète ) :crazy:

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
DroitDeRéponse Membre 48 437 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)

 

Citation

Dix ans plus tôt, alors que le taux de chômage dans l’OCDE était au même niveau qu’aujourd’hui (5,5 % de la population active), elle était de 5,8 %.

Dix ans plus tôt en ce qui concerne la France notre part de marché était 30% supérieure. Par ailleurs en France la pression fiscale était moins forte . On comprend le syndicaliste d’AF souhaitant un alignement sur KLM pour je cite rattraper le différentiel de prélèvement trop fort en France . Par ailleurs il y a dix ans nous étions dans une phase de croissance constante depuis PLUSIEURS années ... Là c’est depuis un an . La comparaison est donc étrange ....

Par ailleurs en zone UE de l’Espagne à la Grèce en passant par le Portugal on comprend que la statistique globale doit comporter un biais ....

Tu nous rappelles les préconisations de l’OCDE juste avant la crise grecque ?

Le devoir de mémoire c’est important :sleep:

 

Modifié par DroitDeRéponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité