Aller au contenu

Comment Emmanuel Macron a renié sa promesse sur l'assurance-chômage et les salariés démissionnaires


Messages recommandés

fx. Membre 1 650 messages
Faux positif‚ 46ans
Posté(e)

La loi Pénicaud est examinée à partir de ce lundi à l'Assemblée nationale.

 

RTX3WT7C.jpeg

 

POLITIQUE - C'est une promesse qui était rapidement mise en avant dans le programme d'Emmanuel Macron. Sur la petite centaine de propositions concrètes, elle apparaissait en quatrième position dans la première priorité du candidat En marche intitulée "bien vivre de son travail et inventer de nouvelles protections". Il promettait alors un droit nouveau pour les salariés démissionnaires.

 

"Nous ouvrirons les droits à l'assurance-chômage aux salariés qui démissionnent", pouvait-on lire page 7. Sur son site de campagne, il était aussitôt précisé quelques petites conditions. "Tous les cinq ans, chacun y aura droit, s'il choisit de démissionner pour changer d'activité ou développer son propre projet professionnel", ajoutait l'ancien ministre de l'Economie.

 

 

https://www.huffingtonpost.fr/2018/06/11/comment-emmanuel-macron-a-renie-sa-promesse-sur-lassurance-chomage-et-les-salaries-demissionnaires_a_23456009/?utm_hp_ref=fr-homepage

Modifié par Nephalion
Merci de respecter les droits d'auteurs en ne citant qu'une petite partie de l'article.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
DroitDeRéponse Membre 45 015 messages
Un con qui marche ira plus loin qu'un intellectuel assis‚ 46ans
Posté(e)

https://www.lesechos.fr/amp/29/2122829.php

Les partenaires sociaux ont décidé de se saisir des trois premiers thèmes : extension de l'assurance-chômage aux démissionnaires, aux indépendants et lutte contre la précarité au travail. Mais, surprise, ils ont aussi pris sous leur aile les deux autres - contrôle des chômeurs et gouvernance - alors que l'exécutif entendait tenir la plume

==========

Pour aller plus loin il faudra passer l’assurance chômage dans le giron de l’etat . Ouvrir un nouveau front tout de suite serait contre-productif surtout que sur ce sujet il y a convergence des luttes syndicats patronaux et syndicats salariés...

 

Modifié par DroitDeRéponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
fx. Membre 1 650 messages
Faux positif‚ 46ans
Posté(e)

Suite de l'article parce que sinon, personne ne les lit :

Un peu plus d'un an après son accession à l'Elysée, l'heure est venue d'appliquer ce qu'Emmanuel Macron présentait comme une assurance-chômage universelle. C'est l'un des enjeux du projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel que l'Assemblée nationale commence à examiner ce lundi. Porté par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, il est souvent présenté comme le deuxième volet plus social et plus protecteur de la réforme du marché du travail après les ordonnances de l'année 2017 qui l'ont libéralisé.

 

Plusieurs milliards d'euros par an

Sauf qu'entre la promesse du candidat Macron et la mise en oeuvre du président Macron, il y a un monde qui sépare les deux idées. "C'est une réformette", balaye Pascal Pavageau, nouveau leader de Force ouvrière. Même la ministre le sous-entend. Alors qu'on évoque un million de démissionnaires par an, la proposition ne concernera que 20.000 à 30.000 personnes chaque année.

 

"Ce texte instaure-t-il une assurance-chômage réellement universelle? Concernera-t-elle potentiellement des centaines de milliers d'indépendants et de démissionnaires? Pas vraiment", déplore Boris Vallaud, député socialiste des Landes.

La problématique financière est la cause véritable de ce rétropédalage, terme employé par l'opposition. Les partenaires sociaux qui se sont entendus pour tomber d'accord sur les conditions à remplir estiment qu'elle ne doit pas dépasser 180 millions d'euros par an. Autant dire qu'une généralisation à un million de demandeurs d'emploi aurait coûter une somme insoutenable pour le régime d'assurance-chômage.

Pendant la campagne, Emmanuel Macron avait évoqué un peu plus d'un milliard avant que l'Institut Montaigne (classé à droite) n'évoque 2,7 milliards. À l'automne 2017, citant des sources au ministère du Travail, Les Echos avaient carrément avancé le chiffre de 5 milliards en rythme de croisière et jusqu'à 14 milliards d'euros pour la première année sous l'effet d'une possible vague de départs massifs de salariés malheureux dans leur poste actuel.

Des règles drastiques

Pour réduire petit à petit la facture, le gouvernement avait demandé aux partenaires sociaux d'établir une série de conditions à remplir pour toucher les allocations chômage en cas de démission. Syndicats et patronat avaient abouti en février à une liste drastique.

  • Pour être éligible, il faudrait justifier, au minimum, d'une ancienneté "ininterrompue" de sept ans dans l'emploi
  • Avoir un projet de reconversion nécessitant une formation qualifiante ou une formation complémentaire après une validation des acquis de l'expérience. Le projet devrait répondre "aux besoins du marché du travail".
  • Le caractère "réel et sérieux" du projet devrait être validé en amont de la démission par une "commission paritaire régionale", sous la forme d'une délivrance "attestation". En cas de refus, le salarié pourrait compléter son dossier dans un délai d'un mois et disposerait d'un "droit de recours amiable".
  • Pôle emploi devrait ensuite contrôler la mise en oeuvre effective du projet, notamment au cours d'un "entretien de suivi approfondi" organisé au dernier mois de mise en oeuvre du projet. En cas de manquement, le versement des allocations serait interrompu. Dans ce cas, le demandeur d'emploi pourrait de nouveau demander une indemnisation quatre mois plus tard, en prouvant qu'il cherche activement un emploi.
  • Les salariés bénéficieraient d'une indemnisation chômage, dont le montant et la durée seraient équivalents aux allocations chômage de droit commun.
  • Le salarié devrait démissionner dans les six mois après avoir obtenu l'attestation et pourrait déposer une demande d'indemnisation à Pôle emploi.

Quant aux artisans, commerçants indépendants, entrepreneurs, professions libérales et agriculteurs qui pouvaient eux aussi espérer obtenir un droit aux allocations chômage au regard de ce que promettait Emmanuel Macron, ils seront déçus. La loi prévoit "un droit de 800 euros par mois pendant six mois. Il sera destiné aux indépendants qui sont en liquidation judiciaire et qui avaient un bénéfice annuel autour de 10.000 euros", expliquait Muriel Pénicaud il y a quelques mois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PINOCCHIO Membre 17 688 messages
Pantin contestataire‚ 73ans
Posté(e)

Des paroles , des paroles , .......................en l'air :o°

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Troncheabaffes Membre 162 messages
Forumeur inspiré‚ 49ans
Posté(e)

Je ne comprends pas. L'indemnité chômage ça sert à pouvoir survivre quand on a pas de boulot, dans une société où tout est payant... ou elle sert à créer une entreprise... voir faire une formation pour intégrer un autre corps de métier ? Dsl, je suis un peu désorienté là ! 

:80:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité