Aller au contenu

La décentralisation


mig72

Messages recommandés

Membre, 30ans Posté(e)
mig72 Membre 1 975 messages
Forumeur inspiré‚ 30ans‚
Posté(e)

Pourquoi ne pas privilégier un système d'une démocratie sociale territoriale  visant à aller vers des modèles de développement socialo-libérales et progressistes différenciés de nos territoires locaux consistant à favoriser une décentralisation autonome et très poussée de nos collectivités territoriales ainsi beaucoup plus intégrés grâce notamment à  un référé administratif législatif visant à mieux adhérer au projet de l'intégrité du territoire nationale français fixée par notre Constitution française? Soit, par d'avantage d'intégrités de nos collectivités territoriales ? C'est-à-dire par un souverainisme quasi-fédéraliste (ou quasi-régionaliste) en dualisme avec  souverainisme régalien d'état-nation providentielle ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Chercheur de ciel, 37ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 17 074 messages
37ans‚ Chercheur de ciel,
Posté(e)

Je vous comprends cher ami. La conjoncture actuelle doit s'orienter vers la finalisation globale d'un projet allant vers plus d'égalité. Je reste fondamentalement persuadé que la situation d'exclusion que certains d'entre vous connaissent oblige à la prise en compte encore plus effective d'un avenir s'orientant vers plus de progrès et plus de justice.

Dès lors sachez que pour ma part je me battrai pour faire admettre que le particularisme dû à notre histoire unique doit nous mener au choix réellement impératif d'un programme plus humain, plus fraternel et plus juste.

Il est d'autant plus difficile de répondre à votre question que j'ai depuis longtemps défendu l'idée (mais faut-il vous le rappeler) que l'effort prioritaire en faveur du statut précaire des exclus doit procéder dans l'unité nationale toujours considérée comme une fin en soi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 30ans Posté(e)
mig72 Membre 1 975 messages
Forumeur inspiré‚ 30ans‚
Posté(e)
il y a 59 minutes, Quasi-Modo a dit :

Je vous comprends cher ami. La conjoncture actuelle doit s'orienter vers la finalisation globale d'un projet allant vers plus d'égalité. Je reste fondamentalement persuadé que la situation d'exclusion que certains d'entre vous connaissent oblige à la prise en compte encore plus effective d'un avenir s'orientant vers plus de progrès et plus de justice.

Dès lors sachez que pour ma part je me battrai pour faire admettre que le particularisme dû à notre histoire unique doit nous mener au choix réellement impératif d'un programme plus humain, plus fraternel et plus juste.

Il est d'autant plus difficile de répondre à votre question que j'ai depuis longtemps défendu l'idée (mais faut-il vous le rappeler) que l'effort prioritaire en faveur du statut précaire des exclus doit procéder dans l'unité nationale toujours considérée comme une fin en soi.

Il peut en effet  s'agir de refonder  l'intégralité de notre système d'assistanat sociale actuelle en l'attribuant à la compétence matérielle exclusive de nos régions locales plutôt que de les octroyer à ceux des pouvoirs régaliens de l'Etat-providentielle français à défaut pour moi de croire à une redistribution fiscale des dotations urbaines efficace de ce-dernier envers ses différents territoires du faite de la lourdeur de l'administration centrale de l'Etat-nation français, y compris par ses organisations administrations publiques de déconcentration. Mais la réelle finalité de ce que je voulais vous dire réside plutôt dans le but d' instaurer une démocratie d'égalitarisme sociale et politique de nos collectivités territoriales tendant sans cesse à s'innover  en favorisant leur économie réelle à circuit-court locale en  adoptant des systèmes de développement d'éco-progressiste socialistes différenciés permettant ensuite de s'affirmer et d' émerger sur le territoire national parle poids de leur économie de marché . L'essentiel vise donc à les intégrer au  sein du principe d'intégrité du territoire nationale par la cohésion sociale de l'ensemble de ses collectivités territoriales  ( notamment par le moyen référé administratif législatif: c'est-à-dire par un vote d'initiative populaire.   

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Raven, 41ans Posté(e)
Mak Marceau Membre 5 465 messages
41ans‚ Raven,
Posté(e)

Il me semble que la centralisation avec l'élitisme mènerais vers une meilleur gestion et un plus grand nationalisme. Mais évidement que je n'ai pas toute la science complète la-dessus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, 30ans Posté(e)
mig72 Membre 1 975 messages
Forumeur inspiré‚ 30ans‚
Posté(e)
Il y a 10 heures, Mak Marceau a dit :

Il me semble que la centralisation avec l'élitisme mènerais vers une meilleur gestion et un plus grand nationalisme. Mais évidement que je n'ai pas toute la science complète la-dessus.

La centralisation des compétences régaliennes de l'Etat-providentielle français liées à l'adoption de ses  stratégies colbertistes en matière de  développement de son économie de marché réelle sectorielle nationale a, y compris sur le plan de sa technocrature complexe et très coûteuse à mettre en œuvre de ses administrations publiques territoriale de l'Etat déconcentrées, un impacte négatif non-négligeable sur la cohésion sociale de nos collectivités territoriales qui ne sont pas suffisament  . Ce qui représente en réalité une injustice sociale de ses territoires locaux. Pourtant une démocratie sociale citoyenne d'initiative populaire issue de nos collectivités territoriales au moyen d'une sortes de référé administratif législatif local et favorisant de surcroit une flexi-sécurité de notre modèle d'assistanat sociale réadaptée au contexte locale et de voir également émerger de nouveaux systèmes d'écosystème de marché réelle de libéralisme socialo-progressiste. .  En effet, notre système rrégalien qui pèse de surplus sur les finances publiques de l'Etat républicain nationaliste français. A défaut d'efficacité et de proximité locale dans ses politiques publiques d'intégration et de cohésion sociale (notamment de notre système d'assistanat sociale) de nos collectivités territoriales. En effet, si elles étaient plus intégrées à notre modèle républicain français, on pourrait d'avantage favoriser  une participation d'initiative populaire par un type de démocratie sociale citoyenne  (référé administratif législatif) rentrant en adéquation avec notre principe d'intégrité du territoire national français à défaut de redistribution fiscale efficiente de ses dotations urbaines entre ses différents territoires locaux de nos collectivités territoriales et venant grever  le développement régionaliste local de nos collectivités territoriales plutôt que de favoriser un système politique de décentralisation autonome vers des modèles de développement d'économie réel de marché local de libéralisme socialo-progressiste à circuit-courts laisser à la compétence de nos collectivités territoriales en lien avec une démocratie sociale citoyenne participative locale. Pour ce qui est de l'élitisme politique républicain , je crois sans me prononcer qu' elle est aujourd'hui voué à un système oligarchique bonapartiste de partis politiques. La démocratie sociale locale elle pourrait faire ressortir des candidatures politiques issues de la société civile  

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×