connaissez vous Gustav Meyrink?


Invité raph33
Invité raph33 Invités 0 message
Posté(e)

c'est un romancier allemand qui a notamment ecrit "le golem", "la nuit de walpurgis", "levisage vert" et tant d'autres oeuvres fantastiques, il est consideré comme un des chefs de file de l'expressionnisme allemand en litterature et a notamment inspiré Kafka...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

usagi Membre+ 240 822 messages
E-mage‚ 69ans
Posté(e)
;) j'ai lu le Golem y'a longtemps et je crois la nuit de Walpurgie mais j'en est pas gardé un grand souvenir , si j'me trompe pas c'etait la collection Marabout , il y a une trentaine d'années , j'ai un souvenir plus fort du film muet de Wegener ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité raph33
Invité raph33 Invités 0 message
Posté(e)

oh! quelqu'un qui l'a lu...moi le film m'a plutot deçu, peut etre parce que j'avais lu le bouquin avant...

mon preferé de lui est "le visage vert", et, à vrai dire c'est mon auteur preferé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kimoi? Membre 11 962 messages
Revenant (?)‚ 41ans
Posté(e)

Désolé, Raph, mais moi, j'connais pas...

Qu'est-ce qui le distingue de l'auteur fantastique lambda, selon toi ?

Tu vois, pas de :boxe: aujourd'hui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité raph33
Invité raph33 Invités 0 message
Posté(e)

c'est un initié...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
kimoi? Membre 11 962 messages
Revenant (?)‚ 41ans
Posté(e)

Dis donc Raph, au lycée tu devais cartonné en commentaire de texte.

En tout cas, merci pour cette analyse laconique mais limpide, maintenant, j'y vois plus clair dans le cas Meyrink ! ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 376 messages
Nyctalope‚ 32ans
Posté(e)

Je profite du hasard qui a mis ce sujet dans "sujets apparentés" au cours de mon passage sur cette section du forum.

Je n'ai lu de Meyrink que ses Nouvelles fantastiques pragoises (GF), où il dépend une Prague fantastique, fourmillant d'occultistes et d'individus louches, n'hésitant pas à mêler l'essence de la ville avec l'essence du fantastique, comme s'ils étaient intimement liés. J'ai bien aimé cette lecture, et je me suis toujours demandé ce que valaient ses romans les plus connus, mais n'ai pas rencontré de personnes l'ayant lu; et ayant tant de choses à lire, je ne me suis pas encore lancé à sa découverte. Avis à ceux qui l'ont lu :smile2:

A noter que Meyrink était autrichien, pas allemand; mais surtout, fait à mon avis essentiel à signaler, qu'il a vécu pendant au moins vingt ans à Prague, une ville qui l'a totalement marqué. Il me semble qu'il était financier, mais s'est tourné vers l'écriture; et, ayant failli se suicider mais retenu dans son geste par une coïncidence étrange, il a beaucoup étudié l'occulte et en particulier la théosophie (un courant occultiste très à la mode en ce début XXème siècle).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 376 messages
Nyctalope‚ 32ans
Posté(e)

"Sensation étrange que de tenir dans sa main, soigneusement ficelé et cacheté, un objet ayant appartenu à un mort!

C'est sur cette superbe phrase que débute L'ange à la fenêtre d'Occident, le premier roman de Meyrink dans lequel je me lance - et je n'ai beau eu que tourner quelques pages, je me sens captivé : la magie fonctionne. J'aime cette ambiance étrange : le narrateur reçoit un étrange paquet de lettres et d'objets hétéroclites de la part d'un parent éloigné, dernier d'une noble race. Le parfum de vieux livres de la décrépitude d'une vieille famille : omnes vulnerant postuma necat... ou pour citer Fargas dans le Club Dumas : "Les vieilles familles sont comme des fleurs, elles fanent et meurent". Ce livre-ci de Meyrink tourne apparemment beaucoup autour de la vie de John Dee, un érudit et occultiste du XVIème ; je suis content de le connaître, lui et ses expériences énochiennes, je pense que cela aidera à apprécier l'ouvrage à sa juste valeur. Je m'y replonge derechef.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 376 messages
Nyctalope‚ 32ans
Posté(e)

Je retourne sur ce sujet : depuis, de l'eau a coulé sous le Vieux Pont de Pierre à Prague... j'ai donc lu tout ce que l'on pouvait trouver de Meyrink en GF ¿ le recueil de nouvelles sus-cité, et ses trois romans Le Golem, La Nuit de Walpurgis et L'ange à la fenêtre d'Occident (lus dans l'ordre contraire de parution ¿ y eût-il une raison occulte à cela?). Ayant donc maintenant une meilleur vue d'ensemble de cet auteur, pour le livrer en quelques mots, je dirais : un style d'écriture excellent (riche, fluide, recherché). Des histoires toutes enveloppées de mystères, d'ambiance de pénombre et de sinistres scènes. Si je devais donner la recette-cliché d'un roman de Meyrink, ce serait : à Prague, un héros amnésique, fou, n'ayant pas de passé, si ce ne sont des souvenirs de ses ancêtres lointains ¿ scènes sinistres au ghetto juif et au Hradschin ¿ la figure de la femme, aristocrate et tentatrice, telle la princesse Chotokalunine ¿ la suggestion et l'influence occulte (des morts sur les vivants, du passé sur le présent...) ¿ la symbolique du miroir (qu'il soit réel ou un miroir "humain" tel l'acteur Zrcadlo) ¿ une évolution onirique du roman (avec des personnages secondaires très typiques aussi).

Je vais essayer de trouver Le visage vert et Le dominicain blanc, mais je crois que ce sont là toutes ses ¿uvres (si l'on exclut des ¿uvres plus engagées, politiques et d'un style tout à fait différent, de jeunesse ¿ pour la plupart non traduites de l'allemand, il me semble).

Un de mes auteurs favoris!

:blush:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 376 messages
Nyctalope‚ 32ans
Posté(e)

Résurrection : j'ai non seulement trouvé le Visage Vert et le Dominicain blanc (éditions Durocher), mais également un rare petit recueil de nouvelles paru dans la bibliothèque de Babel, préfacé par J.L. Borges, le Cardinal Napellus. A posteriori, après avoir lu tout cela, je pense que les meilleures ¿uvres de Gustav Meyrink sont l'Ange à la fenêtre d'Occident, le Visage vert, et ce long poème en prose qu'est le Golem. é noter que chaque ouvrage explore d'une manière à la fois érudite, curieuse, bien écrite ¿ quoique plus ou moins réussie ¿ et parfois humoristique, de nombreux pans de la Tradition.

L'exploration continue : en français est paru un autre recueil de nouvelles, ne recoupant pas les nouvelles pragoises. Tout le reste n'a jamais été traduit, apparemment (il y aurait ainsi au moins deux romans inédits). C'est un des auteurs qui m'encourage à apprendre l'allemand.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Criterium Membre 2 376 messages
Nyctalope‚ 32ans
Posté(e)

La boucle est bouclée, l'ouroboros est désormais formé : j'ai trouvé par hasard sur quelque étal de librairie ce recueil qui me manquait, Histoires fantastiques chez les éditions du Rocher, ce qui, je crois, clôt son ¿uvre accessible en français. Certaines nouvelles du recueil se recoupent avec celles des Histoires fantastiques pragoises chez GF, et on y retrouve également une autre traduction des deux premières nouvelles (sur trois) du recueil Le Cardinal Napellus dans la collection de la Bibliothèque de Babel ¿ mais la traduction de Borges est à mon avis meilleure. ¿ Pour lire les ¿uvres satiriques de jeunesse et maints articles frisant entre fiction et pensées alchimiques ou ésotériques, il faudra apprendre l'allemand.

La vie de l'auteur semble en elle-même assez fascinante; on trouve des informations çà et là (à consulter, Prague au temps de Kafka, qui lui consacre un chapitre), et en sachant que même de son temps ce qui tenait de la réalité et ce qui tenait de la légende se mêlaient ¿ Meyrink avait fait forte impression entre ses duels à répétition, ses errances nocturnes, ses recherches hermétiques, ses multiples affiliations... Clairement, une belle biographie de lui serait passionnante.

Pour reprendre ce qui était dit au tout début du topic, apparemment Kafka n'aimait pas tant que cela le style d'écriture de Meyrink. Je n'ai pas lu les versions allemandes ni de l'un ni de l'autre, donc je précise que je ne fais que de rapporter quelque chose que j'ai vu écrit quelque part, mais il paraîtrait que les phrases de Meyrink vont volontiers en longueur, avec des mots rares et étranges et parfois des tournures vieillies, alors que Kafka aurait été partisan de la simplicité et de la clarté. ¿ éa ne peut évidemment qu'être une description un peu simpliste des divers styles d'écritures, cependant. Peut-être un jour reviendrai-je (encore) sur ce topic donner un nouvel avis là-dessus.

D'ici-là... Bonne Nuit.

:yahoo:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Karbomine
Invité Karbomine Invités 0 message
Posté(e)
connaissez vous Gustav Meyrink?

Oui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant