Aller au contenu

Messages recommandés

Loargan Membre+ 10 102 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Bonjour,

La Malinche :

Esclave, interprète, confidente et maîtresse d'Hernan Cortés, la Malinche -Malinalli de son nom nahuatl, lequel passe pour être de mauvais augure (et connue également sous les noms d'Ixkakuk, Malina Tenepal, la Malintzin, la Chingada et Dona Marina), est une figure emblématique de la conquête espagnole prêtant à moult controverses.

Née au début du XVI° siècle (à la fin du XV° selon d'autres versions) dans une famille noble, vraisemblablement aztèque, sa vie débute comme un conte : son père meurt alors qu'elle est enfant, et sa mère se remarie. De cette seconde union, naît un fils, pour son malheur puisque, dans le but de faire du garçon un unique héritier, elle est vendue à des commerçants.

Partie de sa région natale, elle devient l'esclave d'un chef militaire de Tabasco où elle apprend les dialectes mayas.

En 1519, suite à une défaite militaire, elle est offerte au conquistador Hernan Cortés parmi un lot de métaux précieux et autres esclaves. Quel magnifique butin !

Cortés ayant découvert les talents linguistiques de la jeune femme, très belle qui plus est, il en fait sa maîtresse, son interprète et son intermédiaire, mais aussi son informatrice.

malinche-cortes.jpg

Ci-dessus, la Malinche aux côté d'Hernan Cortés, traduisant les propos entre Amérindiens et Espagnols.

Baptisée Dona Marina, elle devient une conseillère de choix pour l'hidalgo, qui écrivit à son sujet : "Après Dieu, nous devons la conquête de la Nouvelle Espagne à Dona Marina". C'est en effet elle qui, entre autres services fidèlement rendus, l'aurait prévenu d'un piège des Aztèques à son encontre alors qu'il était en marche vers la cité de Mexico-Tenochtitlan. Attaqué par surprise par 20.000 guerriers, lui et ses hommes eussent été sans défense valable, ce qui, du reste, aurait fort bien pu mettre un terme à la conquête espagnole. Or, grâce aux informations de la Malinche, Cortés a pu prendre les devants en perpétrant un massacre, neutralisant ainsi toute tentative d'embuscade.

Après lui avoir donné un fils, elle épousa un lieutenant castillan dont elle eut une fille.

Disparue sans laisser de traces en 1528, nous ne savons pas si, à l'instar d'innombrables Amérindiens, elle mourut de la variole importée par les Européens, ou si elle périt assassinée.

Le massacre de Cholula :

Hernan Cortés s'était mis en marche vers la cité de Mexico-Tenochtitlan, où il comptait faire montre de sa puissance aux autochtones. La ville de Cholula -sanctuaire principal du dieu Quetzalcóatl- était une étape sur sa route pendant ce voyage. La Malinche, prévenue par une vieille femme pour des raisons non encore prouvées, et dans des circonstances floues, s'empressa d'aller aviser son amant de l'imminence d'une embuscade sans précédent : un escadron de 20.000 combattants aztèques à proximité de la ville en question. Pour y parer, Cortés perpétra l'un des tous premiers génocides de l'Amérique : en moins de six heures, 5.000 à 6.000 Cholultèques (hommes, femmes, enfants) furent massacrés. C'était le 16 octobre 1519.

mexique3000_09.jpg

Ci-dessus, le massacre de Cholula (avec la Malinche, représentée à droite, plus vers le bas).

Son rôle dans l'Histoire du Mexique :

Le rôle de la Malinche dans l'Histoire du Mexique est, pour le moins, controversé. Au fil des siècles, elle est demeurée détestée et considérée comme une traîtresse. Traîtresse non pas envers sa patrie puisque cette notion était inexistante à l'époque, mais plutôt envers une civilisation de clans occupant ce territoire que nous connaissons à présent comme étant le Mexique. Lesquels clans étaient du reste en opposition perpétuelle les uns envers les autres.

Pour certains historiens, la Malinche est avant tout la "Chingada" ("Celle qui fut violée"). Aussi, son rôle n'aurait été aucunement déterminant lors de la conquête espagnole, fruit de la supériorité militaire des conquistadores et aux épidémies varioliques.

D'autres historiens estiment même qu'elle sauva son peuple, dont elle se serait en quelque sorte fait l'ambassadrice, et affirment que sans ses interventions, les Espagnols auraient été beaucoup plus violents et destructeurs (on peut se demander comment, mais bon...).

Cela dit, si bon nombre de Mexicains la haïssent, la Malinche passe malgré tout pour être la mère symbolique du premier Mexicain en tant que génitrice de Don Martin Cortés Tenapal, premier métisse de toute une lignée hispano-amérindienne.

Quoi qu'il en soit, elle demeurera associée à la tradition dans les esprits. De son nom est d'ailleurs issu le terme "malinchismo" pour désigner la préférence de l'étranger au national.

marq.jpg

Ci-dessus, La Malinche vue par le peintre Rosario Marquardt (1992)

Source+ wikipédia

Modifié par Loargan
  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité