Aller au contenu

Sans peine et sans remords


Messages recommandés

Jedino Membre 47 526 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 24ans
Posté(e)

- Choisissez une des quatre cartes.

Je me tenais en position de tir, un genou à terre, la cible bien en vue. Tirer et abattre ne me posait aucun véritable souci, ayant été entraîné pour cela. C'était lui, ou c'était moi. Si je ne le faisais pas, il n'hésiterait pas, lui, à le faire. La logique était imparable. Puis, je n'étais pas seul, à attendre le moment propice pour éliminer les ennemis qui venaient en marchant vers nous cinq, bien cachés dans les fourrages. Quand ils seront suffisamment proches pour ne pas les rater, ils ne pourront absolument rien contre nous. La patience reste sûrement l'une des armes les plus terribles dans ce genre d'instant.

- Bien. Je vais retourner la première. Intéressant. C'était l'honneur.

Mon ami, sur la gauche, me soufflait son excitation. Je ne l'écoutais pas. Je lui chuchotais de se taire. Me tenir ainsi, si longuement, demandait un réel effort. Je n'avais pas vraiment l'habitude de me statufier et me retenir d'appuyer sur la gâchette devenait de plus en plus difficile. Je crois que nous étions tous dans ce cas, mais pas forcément pour les mêmes raisons. Ils approchaient, apparemment inconscients de ce qui se préparait. Avec le recul, je ne comprenais pas comment un homme pouvait accepter d'en massacrer un au moment même où il partage sa joie avec ses camarades. Nous entendions vaguement leurs rires et paroles. Je crois que nous les imaginions, surtout, vu la distance qui nous séparait encore d'eux.

- Voyons maintenant la suivante. Le courage. Une belle valeur, que cela. Il en faut, de ces hommes, en notre monde, n'est-ce pas?

Alors que le soleil éblouissait les soldats en face, nous étions de notre côté en mesure, à présent, de mieux les discerner : c'était un groupe d'enfants, tous armés. Là, toutes les convictions tombèrent. Plus de combat pour la patrie, pour la survie, plus de bonne et belle valeur qui suffirait à justifier un tel choix : tuer un enfant. Aussi dangereux pouvaient-ils être, il existait cette espèce de blocage qui empêchait d'aller si loin dans l'horreur. Il commençait à comprendre ses véritables limites, à comprendre que jamais il ne parviendrait à faire ce qu'il comptait faire deux secondes auparavant lorsqu'il ignorait encore tout. Son hésitation le paralysait. Les autres ressentaient-ils ce qu'il ressentait lui? Ils tirèrent. Il ne réfléchît pas davantage.

- Vous avez désigné celle-ci. Regardons avant la troisième. Le patriotisme. Vous l'étiez, il me semble. Vous me l'expliquiez l'autre jour. L'êtes-vous encore? Oui, je sais, je sais. Ne vous en faites pas. Tournons la dernière, voulez-vous? Celle que vous avez montré. Celle que vous pensez être ce qui vous définit aujourd'hui. Tenez-vous à le savoir? Je crois que vous le sentez déjà, que vous vous en doutiez depuis ce jour-là. La folie.

  • Like 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Invité Capitan
Invité Capitan Invités 0 message
Posté(e)

Jedino,

Quand on sait on ne peut plus reculer...

Il faut affronter la dure vérité.

Et dire que nous le sommes aussi, des monstres.

C'est dur de se réveiller, se regarder dans un miroir.

Ce mal-être profond, il tue à petit feu.

Pourtant faut continuer, faut vivoter

Etre meilleur

Et attendre sa mort.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
konvicted Membre+ 26 433 messages
I. C. Wiener‚ 26ans
Posté(e)

Alors que le soleil éblouissait les soldats en face, nous étions de notre côté en mesure, à présent, de mieux les discerner : c'était un groupe d'enfants, tous armés. Là, toutes les convictions tombèrent. Plus de combat pour la patrie, pour la survie, plus de bonne et belle valeur qui suffirait à justifier un tel choix : tuer un enfant. Aussi dangereux pouvaient-ils être, il existait cette espèce de blocage qui empêchait d'aller si loin dans l'horreur. Il commençait à comprendre ses véritables limites, à comprendre que jamais il ne parviendrait à faire ce qu'il comptait faire deux secondes auparavant lorsqu'il ignorait encore tout. Son hésitation le paralysait. Les autres ressentaient-ils ce qu'il ressentait lui? Ils tirèrent. Il ne réfléchît pas davantage.

Je n'ai pas bien compris le passage de la première à la troisième personne. Le "il" ne fait-il pas référence au "je" le précédant ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47 526 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 24ans
Posté(e)

Je n'ai pas bien compris le passage de la première à la troisième personne. Le "il" ne fait-il pas référence au "je" le précédant ?

En fait, le souci premier, c'est que j'écris ça en faisant quinze trucs en même temps. Et comme je relis très sérieusement, ça donne des coquilles. Désolé. :D

PS : quoi que j'dois être fatigué, j'vois pas la première personne, en fait.

Jedino,

Quand on sait on ne peut plus reculer...

Il faut affronter la dure vérité.

Et dire que nous le sommes aussi, des monstres.

C'est dur de se réveiller, se regarder dans un miroir.

Ce mal-être profond, il tue à petit feu.

Pourtant faut continuer, faut vivoter

Etre meilleur

Et attendre sa mort.

Ou créer la vie?

Modifié par Jedino

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47 526 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 24ans
Posté(e)

En fait si, je vois le problème! :D

Mais ça, c'est parce que je ne fais pas de différence entre le "je" et le "il" dans ma tête, en réalité! Ca ne me choque pas, personnellement, étant la même chose! Cela dit, je le laisse comme ça. Je trouve, finalement, que ce n'est pas une mauvaise idée!

Modifié par Jedino

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
le merle Membre 9 807 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonjour jedino

belle représentation d'une situation en temps de guerre . et oui ,certaine situation nous met devant ce que nous somme vraiment .cela m'est arrivé il y à longtemps et ce jour là , j'ai compris qui j'était et ce que j'était capable de faire ou de ne pas faire .

souvent , nous voyons des conflits à la télé , et nous jugeons mais , la réalité est plus complexe .voir sur un écran une situation et la vivre soi même n' est absolument pas la même chose .

bonne journée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47 526 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 24ans
Posté(e)

Bonjour!

Oh, je ne prétendrai pas connaitre ce qu'on peut ressentir à ce moment-là, l'ignorant parfaitement. Mais à mon avis, oui, on se découvre un peu. En bien ou en mal, d'ailleurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×