Aller au contenu

Messages recommandés

MarcoLP Membre 83 messages
Forumeur en herbe‚ 29ans
Posté(e)

Aujourd’hui parlons d’une réussite sans pareille. Un homme capable de devenir un boss dans tous les domaines ; talentueux, audacieux et doté d’une immense paire de couilles. Oui Bernard Tapie est un Mac et tout n’était pas gagné d’avance. Nanard nait en 1943 à Paris. Issu d’une famille d’ouvriers à tendance communiste, il comprend vite que les principes léninistes constituent un frein dans ses ambitions de millionnaire.

Après une relation tortueuse avec un platane au volant de sa voiture de course qui le laissera trois jours dans le coma, Nanard décide d’envahir le monde capitaliste et de prendre le commandement du gang des costards-cravates. Il obtient son premier succès dans les téléviseurs, inventant par la même occasion une technique marketing puissante et infaillible : l’essai avant achat. Si vous aussi vous comprenez tout au système, vous pourrez, à l’instar de notre businessman, vous approprier les victimes de la société de consommation et leur vendre une niche même s’ils n’ont pas de chien. Nanard rachète la société de son patron (excusez du peu) et crée une entreprise prospère.

Tapie a cependant davantage d’ambitions : un parrain du business ne peut vendre des TV toute la journée pour conserver sa street-notoriety. Beau-parleur et attiré par l’appât du gain, Nanard devient consultant en rachat d’entreprise : autrement dit, en des termes plus concrets, charlatan professionnel de l’achat de sociétés en difficultés à 1€ symbolique et de leurs reventes une fois redressées. La combine est fonctionnelle et résulte des licenciements massifs de prolos sans intérêt. Le capital est le maître mot, la roublardise et le feeling font le reste,Tapie devient riche et mène le train de vie de tous les Macs : manoir, manteau en fourrure, voiture de luxe.

Pour être en totale adéquation avec son image de gangster et son tempérament peu humaniste, Nanard décide en 1979, de vendre des châteaux français au dictateur président ivoirien élu à vie, Bokassa, à 10% de leurs valeurs. Pouvant faire croire n’importe quoi à n’importe qui, BT fait signer un contrat, sa supercherie étant capable de déstabiliser un pays tout entier. Bokassa devenu loquace, obtient quand même l’annulation de la vente et met un contrat sur la tête de notre futur ministre. Imposteur professionnel du niveau de Franck William Abagnale, il tenta donc de faire la nique à un empereur sanguinaire ce qui constitue en soit, un acte couillu et stylé. Ce passage dans la pègre, malgré son échec, restera un moteur formidable pour Nanard.

Le fric faisant oublier les méthodes, le sulfureux Tapie est élu homme de l’année en 1984. Adhérent du PS, (on rappellera son duel télévisé avec Le Pen tournant au pugilat verbal) puis ministre de la ville sous Mitterand après avoir quitté les affaires, Tapie rendra vénère de nombreux éléphants pendant quelques années jusqu’à de nouveaux problèmes judiciaires qui le pousseront à démissionner. Génie arriviste, Nanard a besoin d’un nouveau challenge et rachète l’OM avec qui il gagnera beaucoup de titres. Il laissera sa touche gangsta’ avec une magnifique tentative de corruption qui lui vaudra une mise en examen.

Mais tel est pris qui croyait prendre, Nanard est victime de stratagèmes aussi redoutables que crapuleux de la part de ses amis capitalistes du Crédit Lyonnais, et fait faillite. Tout par en sucette par la suite, ruiné et sali, Nanard passe par la case prison pendant un an pour sa tentative de corruption. La chute est rude et tel Paulie dans Casino, Tapie dégringole de la place de boss, au rang de taulard dépouillé. La rédemption viendra plus tard, Nanard devient acteur et fait son retour dans les affaires comme un affranchi reparti de zéro. Il restera cependant très proche des tribunaux à cause de son penchant pour le côté obscur du business. Il est certainement le plus riches des hommes ruinés.

Machiavélique, viril et charismatique, Nanard rentre dans le patrimoine français en tant que requin de la finance et millionnaire aguerri, ayant été aussi le dindon de la farce des plus capitalistes. Son parcours nous prouve à quel point escroquer est une lame à double tranchant. La recette est simple : défier l’autorité, bluffer et mettre de côté les principes de baltringues et d’humanistes. Mélanger le tout et vous obtiendrez le meilleur moteur du libéralisme et du non-partage telle une mafia bâtie dans un cadre légal.

Modifié par MarcoLP

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
nerelucia Membre 12886 messages
Forumeur alchimiste‚ 112ans
Posté(e)

Je crois qu'il a fait plus d'un an de prison.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité