Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Messages recommandés

Soso! Membre 13 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Bonsoir tout le monde :)

Donc comme le dis mon titre, j'ai une dissertation à faire sur : 'Le fantastique nous livre t-il une vision du mon réaliste ?'

Donc d’après ce que j'ai compris de la dissertation, tout d'abord il faut une introduction en partant d'un sujet plus large MAIS :sleep: je ne vois pas quoi dire. Et avec une problématique, j'ai réfléchis pour : Le monde réel nous cache t-il toujours des choses étranges ?

Ensuite il faut 2parties avec une qui répond 'oui' et la seconde qui répond 'non' à la question, avec plusieurs paragraphes pour chaque partie et 1paragraphe = 1argument = 1ou plusieurs exemples (que je ne trouve pas non plus) :snif:

Donc en fait je sais à peu près comment faire, mais je n'est pas le contenu, ce que je dois écrire, je n'ai pas les arguments ni les exemples pour les 2parties..

J'espère que j'aurais des réponses, du moins même si vous me donniez que un avis ça me donneras peut-être des idées. Merci d'avance ! :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

Tu n'as aucune idée des arguments, ni aucun exemple?

N'as-tu jamais lu de fantastique?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Soso! Membre 13 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Hum non je n'ai pas d'idée. Si j'ai lu des extraits, La main d'écorché (Maupassant), Sur l'eau (Maupassant) et Le portrait ovale (Edgar Alla Poe).

Et pour le réalisme j'ai lu Bel Ami.

Cas désespéré ? :S

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

et bien, commençons par le commencement :

Pourquoi le fantastique pourrait-il être une vision de la réalité?

Et, ensuite, en quoi ne le serait-il pas?

Je vais te mettre sur la voie, si tu le souhaites :

Pour le "oui", tu pourrais dire qu'il s'inspire, quelque part, de la réalité (une mise en situation dans la réalité, ce qui est très courant).

Pour le "non", tu pourrais dire aisément que le fantastique use de détails qui sortent de la réalité (les phénomènes étranges, les créatures).

A défaut de livres, utilise des films : si tu connais Twilight (haha), tu peux te faire une idée : une histoire dans la réalité qui met en scène des créatures fantastiques (loups garous, vampires).

Bon courage pour la suite ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité morphee_
Invité morphee_ Invités 0 message
Posté(e)

ouais comme l'a dit mon collègue du dessus le fantastique fait peur, au contraire de l'autre genre dans lequel l'imaginaire se déploie et qu' est le genre dit : merveilleux

y compris dans cette catégorie existent tout de même des "ficelles", des archétypes

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Noisettes Membre+ 9900 messages
Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre‚ 36ans
Posté(e)

Et si tu commençais à analyser tous les termes de ton sujet...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Soso! Membre 13 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Oui oui je connais Twilight :)

Et j'ai déjà bien analyser les termes de mon sujet, j'en ai déduis :

Le fantastique est la crispation face à une atmosphère particulière, celle-ci est l'irruption du surnaturelle et donc de l'inconnu dans un cadre réaliste.( comme les supers héros) Certaines émotions surgissent alors comme la surprise, la peur, le doute et la crainte surtout si les descriptions sont détaillés avec des adjectifs. Ces faits inexpliqués sont imaginaires. C'est la frontière de l'étrange au merveilleux, c'est à dire du cauchemar au rêve.(de la chimère à la licorne par exemple)

Le monde réaliste est une vie ordinaire possible. C'est le monde critiqué sur des métiers rationnels et des classes sociales. C'est l'effet de réel poétique et documenté qui reste fidèle à la réalité et c'est alors une vérité logique.

Une vision est une perception surnaturelle flou ou net. C'est le contraste entre le claire qui représente le réaliste et le sombre qui désigne le fantastique. C'est un aspect ou une hallucination qui révèle une image.

Voilà ce que j'ai.

Donc pour la première partie, le 'oui', je dirais que que la situation initiale est présenté avec des éléments réalistes, des noms de villes ou de personnages, ce qui sous entend qu'ils auraient pu existé, comme dans la Main d'écorché de Maupassant.

Et pour le 'non', je peux dire que le fantastique est le reflet des croyances, de mythes ?

Mais je ne vois pas quoi dire d'autre, mais déjà merci de m'avoir répondu et donné quelques pistes.

PS: La légende Quileute dans Twilight, elle existe ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

"je peux dire que le fantastique est le reflet des croyances, de mythes ?"

Mythe, je ne sais pas. Tout dépend. Je vois ça plutôt comme "mythique". Mais oui, ça dépend ce que tu entends par là.

Maintenant, tu m'as l'air d'avoir pas mal d'éléments. Pourquoi ne pas les ordonner de manière "logique"?

Je te propose de faire un plan, histoire de structurer ta pensée.

I. ...

1. ...

2. ....

Etc. Tu dois voir de quoi je veux parler, je pense? Trois grandes idées par partie me semblent déjà pas mal.

Courage!

PS : Si tu as un exemple pour tes éléments, ajoute-les y. Comme ça, nous, on pourra voir aussi où tu en es précisément, là.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Soso! Membre 13 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Déjà, merci de t'investir autant Jedino, car moi qui n'a jamais confiance en moi et plutôt matheuse, je me sentais vraiment perdue et pas soutenue..

Oui je pense que dan le monde réel, il y a des choses qui sont plus ou moins étranges pour certaines personnes. Par exemple, celles qui croient au OVNI, ont plus peur lors d'apparition étranges la nuit, ou de traces circulaire dans les champs, que des personnes qui n'y croient pas. C'est la même choses pour les gens superstitieux. Je pense qu'il suffit de croire aux choses surnaturelles pour en avoir peur.

Je parle de ça, car j'avais mis en problématique : Le monde réel nous cache t-il toujours des choses étranges ?

C'est une reformulation en quelque sorte du sujet, car je ne trouve pas de problématique, donc pour l’instant j'ai ça, et ça me rassure en disant que j'aurais pas feuille blanche quoi.

Ensuite pour le plan, je ne vois pas du tout, pour le I. et II. C'est les partie qui disent OUI et NON ? Et le 1) et 2) voir plus sont mes arguments avec mes exemples, c'est bien ça ? Enfaite je ne sais pas sii je dois partir de mon sujet ou de ma problématique? Et si je part de mon sujet ça serait plus 'normale', mais dans ce cas là la problématique sert à quoi ? C'est peut être que ma problématique est fausse que je ne comprend pas..

I.Le fantastique cache des éléments du monde réel

1)Situation initiale réaliste(nom courant, lieux réels, métiers rationnels) ex:La main d'écorché, Maupassant

2)

II.Le fantastique reste imaginatif

1)Selon les croyances,

2)Selon les connaissances(mythes)

Je ne sais pas du tout là... Et pour l'introduction, je peux dire que le fantastique est né au XIXeme siècle, lors du développement de la science, c'est contradictoire, car les sciences sont des explications rationnels alors que le fantastique est imaginaire et surnaturelle. ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

Hm, tu n'as pas l'air au point avec l'objectif de la dissertation, je crois.

Déjà, reformuler la question, je ne suis pas certain que ce soit une très bonne idée : on peut vite dévier sur un terrain qui sort du cadre réel du sujet.

Ensuite, oui, ton but est de répondre à la question. C'est là tout le travail de la dissertation. Pour se faire, on utilise la problématisation, qui mène donc à la problématique, ce que tu sembles avoir déjà fait.

Arrivé ici, tu dois structurer ta résolution du problème, et donc, du sujet, via un développement qui saura argumenter dans le sens que tu souhaites donner à ta "réponse".

Donc oui, pour toi, le I et II, c'est bien le "oui" et "non". Essaie de bien comprendre ce travail de l'introduction, il est essentiel en philosophie quand tu auras philosophie... Et si tu as philosophie. Bref.

Je vais te faire un plan très à moi, histoire de te montrer un mauvais brouillon. C'est juste pour que tu puisses te faire une idée, et c'est loin, très loin, d'être parfait (j'ai jamais fait de dissertation en français, sans rire, hein).

I. Non, le fantastique ne livre pas une vision réaliste du monde

1) L'histoire est, à la base, "tirée par les cheveux" : d'un point de vue logique, un fantôme ne déboulera pas dans notre salon demain... (Un livre quelconque suffira à montrer que c'est un événement non ordinaire, c'est-à-dire extraordinaire, irréel).

2) Les créatures y sont irréelles : les exemples afflues ici (Loup-garou, vampire, dans les films, les histoires... Les monstres, chez Stephen King, par exemple).

3) N'usant pas de choses réelles, il parait difficile d'avoir une vison réaliste du monde, puisque le fantastique est, par définition, "impossible". Or, quelque chose d'impossible ne pourrait pas prétendre refléter une réalité.

II. Oui, le fantastique livre malgré tout une vision réaliste du monde

1) Si les créatures n'existent pas réellement, et si l'histoire parait irréelle, impossible, cela n'empêche pas qu'elle s'inspire, généralement, de la réalité, pour s'y fonder, s'y incruster (la vague des romans d'horreur utilisent largement ce côté là, comme l'a décrit Stephen King dans l'un de ses livres sur ce thème ; ici, d'ailleurs, je vois bien du Boris Vian, et l'idée du nénuphar dans un poumon, mais bon :D)

2) De plus, on pourrait penser que ce sont nos peurs qui sont refoulées dans ces créatures (les fantomes, exemple bateau, ou la magie en général, qui apparaît comme fantastique ; qu'on ait brûlé les sorcières à une époque le montre plutôt bien, je trouve).

3) Enfin, on pourrait voir le fantastique comme un le 'masque' de la réalité (fallait que je place cette idée que je retrouve souvent chez Maxime Chattam qui a l'art de te faire passer un homme, au début de l'histoire, pour un véritable monstre assassin tant les actes sont barbares. Il y a donc un langage, oui, qui pourrait se lier à ce genre, employant effectivement, comme tu le disais, un peu le côté mystique, et un peu du merveilleux, je pense. Mais, c'est là une idée sûrement très à moi).

Bref, j'ai un peu développé pour être clair. Ce n'est pas forcément idéal, n'y tout à fait logique partout, mais si tu veux, il faut que tu t’imprègnes de l'idée, surtout, qu'il y a un travail structurel dans la dissertation.

J'sais pas si je suis clair :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Soso! Membre 13 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Oulala c'est compliqué pour moi :$ Oui je suis en seconde, et donc pas de philo pour moi, et j'irais surement en S de toute façon donc c'est ma première dissertation, c'est pour ça que je ne sais pas faire ^^' et que je ne suis pas du tout au point.

Et donc tu me dis que j'ai déjà ma problématique mais tu me dis qu'il ne faut pas reformuler, mais du coup, ma problématique est-elle bonne ou pas ?

Déja, tu met le NON avant le OUI, ça me perturbe mais j'aime bien. Sur la feuille au propre, on ne doit pas écrire les titres des parties ?

Donc ton plan, est très très compliqué, même si pour toi il à l'aire bête et simple... Je n'ai pas grand choses pour le NON par contre.

I. Non, le fantastique ne livre pas une vision réaliste du monde

1)D'un point de vue logique, le fantastique n'est pas réel mais imaginaire. [j'ai beaucoup aimé ton interprétation du fantôme qui déboule dans le salon :blush:] (je ne vois pas quoi dire dessus)

2)Le fantastique est rempli de créatures irréelles.(de l'étrange au merveilleux : Licorne, Cyclope,Centaures,Chimères,Géants,Erynies(de la mythlogie grec ou d'Ulysse et l'Odyssée), Vampires(Twilight, Stephanie Meyer), Loup garou (Le gout du sang,Producteurs de Underworld)) (ici, je développe le fantastique de certaines créatures)

3)N'usant pas de choses réelles, il parait difficile d'avoir une vison réaliste du monde, puisque le fantastique est, par définition, "impossible". Or, quelque chose d'impossible ne pourrait pas prétendre refléter une réalité. (je garde mais ne vois pas quoi dire dessus)

II. Oui, le fantastique livre malgré tout une vision réaliste du monde

1) Si les créatures n'existent pas réellement, et si l'histoire parait irréelle, impossible, cela n'empêche pas qu'elle s'inspire, généralement, de la réalité, pour s'y fonder, s'y incruster. C'est la situation initiale qui permet d'exposer au lecteur des lieux et des personnages aux noms courants. Des lieux réels qui existent, des lieux où on pourrait aller. Ainsi que des noms avec simplement les lettres initiales comme pour les protéger dans La main d'écorché de Maupassant. Les personnages sont également présenté dans cette situation initiale, avec des personnalités simple et avec des métiers rationnels.

2)De plus, on pourrait penser que ce sont nos peurs qui sont refoulées dans ces créatures. (je vois pas ce qu'il y a avoir avec ma partie, mais je le mettrais vu que je n'ai rien d'autre à dire) La magie des sorciers est leur défense(Harry Potter, Joanne Kathleen Rowling), afin de ce défendre de leur peur, ici Voldemort. Il y a aussi des chasses aux sorcières jusqu’à la fin du XVIIIe siècle en Europe, principalement entre 1580 et 1630, on brulait les sois disante sorcières par peur de recevoir de mauvais sorts.(je ne vois pas quoi dire d'autre)

3) Je ne vois pas quoi d'autre ici.

Voila, elle va être courte ma dissertation, je sais pas quoi écrire :gurp: Mais c'est de bonnes idées pour l'instant ? enfin la plupart c'est les tiennes mais bon :blush: UN GRAND MERCI !:)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

Je comprends mieux ton souci, maintenant.

Tu confonds le problème et la problématique. Enfin, la question et la problématique dans ton cas, plutôt.

Ta question est : Le fantastique livre-t-il une vision réaliste du monde?

Ta problématique en découle, en fait. Problématiser un sujet, c'est, très bêtement, poser un problème. Or, ton problème ici, c'est justement le fait que le fantastique, qui n'est pas "réel" avec les créatures, par exemple, est proposé, en un sens, comme réel.

Tu saisis le truc? Ca ne parait pas, en un sens, "logique" : ce qui est irréel n'est, par définition, par réel. D'où ton problème.

Voilà pourquoi je dis qu'il ne faut pas reformuler ta question : ce serait, par mégarde, risquer de changer le problème, alors que tu ne veux qu'en tirer le problème, et non pas le modifier.

L'ordre du "non" ou "oui" dépend de ce que tu souhaites défendre comme idées. Il vaut mieux finir par ce que tu défends toi, ou par le complexe, bref, l'intéressant. Conclure ton développement par ta position, quoi.

Maintenant, réfléchis. Trouves d'autres idées si tu en as. Je n'ai pas vraiment réfléchi à la chose, et je ne suis pas certain que mes idées soient bonnes à prendre. C'était plus pour illustrer, on va dire.

Mais, si tu comprends la nuance entre la problématique et le problème, on a déjà fait un pas, surtout que je ne suis pas doué pour expliquer^^'

Et, qu'est-ce que tu ne comprends pas dans mon plan?

Puis, pour ce qui est de savoir quoi dire, je ne sais pas! Le fantastique pourrait-il être engagé, ou disons, transmettre un message, par exemple? Pourrait-il décrire, quelque part, la réalité malgré son côté "irréel"? Ne se nourrit-il pas, d'un autre côté, oui, de nos peurs humaines (la crainte du vampire, du loup-garou, n'en sont-ils pas l'image, finalement, avec dracula, par exemple?)? Voilà pour le "oui", si on veut.

Pour le "non", qui, tu l'auras compris, je pense, n'est pas vraiment ma position, tu peux essentiellement te concentrer, de toute manière, sur le côté fictif et imaginaire de la chose. Ou sinon, là, je ne vois pas.

Bonne journée!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Soso! Membre 13 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Ouais bof c'est galère, j'ai du mal.. Je ne trouve pas d'idées..

Mais je dois répondre à la question ou la problématique ? :gurp:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

A la question!

La problématique n'est qu'un moyen.

Comment t'expliquer ça..

Je vais prendre un exemple plus simple :

QUESTION : Le noir peut-il être blanc?

PROBLEMATIQUE : D'un point de vue logique, le noir ne peut pas être blanc. Mais, en étant tordu, nous pourrions imaginer que les deux couleurs "opposées" peuvent être une seule et même couleur.

CONCLUSION : - soit le noir n'est pas blanc.

- soit le noir peut être du blanc (mais surtout pas les deux).

L'exemple est bête, mais tu comprends là où je veux en venir? Ta question, tu y réponds dans ta conclusion, et tu y parviens en ayant problématisé ta question (la problématique, donc), et en l'ayant montré de part ton développement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Soso! Membre 13 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Ouai je vois.. Bé j'ai avancé un peu mais bon je sais pas si c'est juste. Tu veux voir où j'en suis ? :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

Tu peux me montrer, oui ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Soso! Membre 13 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Voila :

Le fantastique est né au XIXeme siècle, lors du développement de la science. Ce qui se contredit car les sciences sont des explications rationnelles alors que le fantastique est imaginaire et surnaturel. Son opposé est le réalisme. Le monde réaliste est une vie ordinaire possible. Ce sont des faits qui restent fidèles à la réalité, c’est-à-dire une vérité logique. Mais le monde réel nous cache-t-il forcément des choses étranges ? Tout d’abord nous analyserons pourquoi le fantastique ne livre pas une vision réaliste du monde et ensuite nous verrons que le fantastique perçoit malgré tout une vision du monde réaliste.

Le fantastique est la frontière de l’étrange au merveilleux, c’est à dire du cauchemar (la folie) au rêve. Il est rempli de créatures irréelles. Pour l’étrange, il y a les créatures « barbares » comme les ogres, trolls, ou gobelins. Ce sont des géants qui habitent les forêts, les montagnes et les landes. Ceux qui les ont vus errer sans but dans le silence de la nuit disent qu’ils seraient en deuil de leurs lointains ancêtres. Ils sont présents dans Le petit poucet de Charles Perrault ou encore dans Harry Potter avec le personnage de Gripsec qui tient la banque de Gringotts. Venant de la mythologie grecque, les centaures sont des créatures à buste d’homme et corps de cheval, ils sont dit violents et brutes mais braves et habiles à l’arc. Ils se nourrissent de chaire crue, et aiment les femmes et le vin. Il y a aussi les cyclopes, des géants n'ayant qu'un œil au milieu du front. Au contraire, les lutins sont des êtres de petite taille espiègles et très susceptibles. Les dragons sont des reptiles dotés d'ailes ou de nageoires, d'une longue queue, de pattes aux doigts griffues ou palmées, et crachant le feu. Ils fascinent par leur taille et leur puissance. Les Loup-Garou ressemblent à de gros loup mais sont bien plus puissant, incontrôlables et imprévisibles ; les vampires sont des morts-vivants qui se nourrissent du sang des vivants afin d'en tirer leurs forces vitales, à voir dans la célèbre saga Twilight de Stephanie Meyer. A présent, parlons du rêve parfois conquis par des fées, des êtres du genre féminins et d'une grande beauté, capable de conférer des dons aux nouveau-nés, de voler dans les airs, de lancer des sorts et d'influencer le futur. Mais aussi par des licornes créatures proche du cheval et de la chèvre et de couleur blanche, grande corne au milieu du front, droite, spiralée et pointue ; il reste mythique, gracieux mais sauvage. Il y a aussi les anges, qui sont des messagers de dieu, protègent les humains et représente la pureté. Donc ces faits inexpliqués et surnaturels proviennent de mythes ou légendes inventés il y a des années, les émotions qui surgissent face à de telles créatures dépendent de notre croyances ou non de ces espèces.

D’un point de vue logique, le fantastique n'est pas réel mais imaginaire. N’usant pas d’éléments réels, il parait difficile d'avoir une vision réaliste du monde, puisque le fantastique est par définition "impossible". Or, quelque chose d'impossible ne pourrait pas prétendre refléter une réalité.

Mais il ne faut pas oublier que c’est un genre sérieux qui s’adresse à des esprits rationnels et perspicaces. Au départ, l’auteur souhaite pas forcément amuser le lecteur par des fantaisies diverses, ni de lui faire peur en évoquant des créatures étranges ; le fantastique veut faire réfléchir en jouant avec les limites de nos esprits, notre univers. Si le fantastique angoisse, c’est qu’il permet d’imaginer un monde différent de celui qu’on dispose, un monde anormal et inhabituel.

Si les créatures n'existent pas réellement, et si l'histoire parait irréelle, impossible ; cela n'empêche pas qu'elle s'inspire généralement de la réalité pour s'y fonder, s'y incruster. C'est alors la situation initiale qui permet de présenter au lecteur les lieux parfois réels qui existent, des lieux où on pourrait aller mais on hésite par crainte. Mais elle présente aussi les personnages avec simplement leurs initiales afin de protéger leur identité comme dans La main d'écorché de Maupassant. On nous expose également les personnages avec de simples personnalités et des métiers rationnels à ce moment-là. Les personnages apparaissent dans leur quotidien et ne sont pas préparés à vivre des évènements surnaturels. Le lecteur peut ainsi facilement s’identifier à eux.

De plus, on pourrait penser que ce sont nos peurs qui sont refoulées dans ces créatures. Il y a des chasses aux sorcières jusqu’à la fin du XVIIIe siècle en Europe, principalement entre 1580 et 1630, on brulait les sois disant sorcières par peur de recevoir de mauvais sorts. On exécutait par peur, donc les sorcières faisaient peur au peuple. On craignait toutes les choses que l’on ne pouvait pas expliquer et on inventait le reste. La magie est une sorte de défense contre un danger quelque conque. Dans la saga Harry Potter de Joanne Kathleen Rowling, le sorcier se sert de la magie afin de vaincre la créature nommé Voldemort, donc justement ici c’est la peur de la mort. Les supers héros se servent aussi de pouvoirs magiques pour se défendre et protéger le monde. Nos peurs qui sont réels, reviennent à la surface lors d’un affrontement risqué avec une créature dont on a peur. On appelle cela l’angoisse.

Les superstitions et les croyances ne datent pas d’hier et sont connus par tous, certaines ont totalement disparues d’autre au contraire sont encore bien vivantes. Toute la question est : faut-il y croire ? Celles-ci sont inventées autour d’éléments réels. Des paysans croyaient aux forces de la nature pour prévenir la maladie, la guérir et ralentir la mort. Les pierres des druides donnent lieu au rite de la friction censé apporter la fécondité. L’usure de certaines pierres témoigne de l’acharnement de nombreux frottements de la part de femmes stériles. Certains croient aussi à la magie des plantes, appelée « remède de bonnes femmes », les plantes contiennent des pouvoirs guérisseurs. Il y a des eaux dites courantes (comme la rivière), l’eau est vu comme indispensable à la vie et donc pleine de pouvoirs magiques qui guérissent des maux ou enchantement. Par exemple si on était poursuivi par un fantôme (revenant qui se plait à tourmenter les vivants), il suffisait de traverser la rivière pour s’en débarrasser, car d’après les traditions il est incapable de la franchir. Donc on remarque bien que le fantastique est fondé sur des éléments naturels comme des pierres, des plantes et de l’eau.

Le récit fantastique est plein de fantaisies et fait appel à des effets qui n'existent pas dans la réalité. On reconnaît que sans événements étranges, le fantastique ne peut pas exister ; mais sans élément réels il ne peut pas également être construit. Le monde réaliste est la base de l’écriture d’une histoire fantastique. Jamais ne trouverons-nous un juste milieu ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

Si ce n'est deux paragraphes assez courts par rapport au reste, ça m'a l'air pas trop mal.

Puis, tu écris bien, en fait :|

Donc, essaie de développer un peu ces deux là, et, je pense que (selon moi) ce sera bon. (je l'espère, en tout cas)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Soso! Membre 13 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Oui merci :) Ba la c'est pour vendredi donc je vais le recopier au propre. Et merci beaucoup pour ton aide !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jedino Membre 47920 messages
Jedi pas oui, jedi pas no‚ 27ans
Posté(e)

Ce n'est rien ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×