Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

le chomage en tunisie


Messages recommandés

Annonces
Maintenant
Hamourabi Membre 1819 messages
Forumeur alchimiste‚ 41ans
Posté(e)

Le chômage, c'est pas bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mr.Hankey Membre 1841 messages
Forumeur alchimiste‚ 28ans
Posté(e)

Si tu as des chiffres on pourrait t'aider.

Bref le chomage en Tunisie, ça doit etre comme en France.

C'est mal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
redh Membre 112 messages
Forumeur inspiré‚ 43ans
Posté(e)

Normal que le chomage s'aggrave; car le pouvoir actuel Tunisien au lieu de faire des réformes et s'attaquer aux vraixs problèmes du pays, s'enlise à discuter de la tenue vestimentaire des femmes de la taille de la barbe des Tunisiens , des vertues de l'Arabo islamisme et à faire des procès à Nessma TV. La tunisie c foutu!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dihyia Membre 9023 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bien vu !

bravo Obama et l'UE d'avoir foutu la pacaille

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PINOCCHIO Membre 30293 messages
Pantin contestataire‚ 75ans
Posté(e)

Sauf que là , on va les voir se radiner et c'est déjà fait, en France on essaye de s'en sortir , en Tunisie, il y a qu'un moyen , la fuite :gurp:

curieuse conception du monde du travail !:o°

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité System
Invité System Invités 0 message
Posté(e)

Bonjour, pour situer voici un résumé sur l'histoire récente de la Tunisie.

Sous domination turque jusqu'à la fin du XIX siècle, la Tunisie est dirigée par la France de 1881 jusqu'à 1956. À compter de cette date, le pays entame sa marche vers une république présidentielle qui se concrétisera en juillet 1957. Le premier président du pays, Habib Bourguiba, demeurera au pouvoir pendant 30 ans, avant de céder sa place à un autre dictateur, moins apprécié cette fois, Zine el-Abidine Ben Ali.

Sous Bourguiba, la Tunisie s'est modernisée et a connu des avancées considérables notamment dans les domaines de l'éducation, du développement économique et de l'égalité hommes-femmes.

Par contre, aussi réformateur a pu être le président Bourguiba, ce dernier était malgré tout un dictateur qui a instauré un système politique à parti unique, le Néo-Destour, qu'il a fondé en 1934. (...)

.

(...) Le déclin de Bourguiba profitera à son premier ministre de l'époque, Zine el-Abidine Ben Ali (insérez lien), qui saisie l'occasion pour prendre la tête de l'État et devenir le deuxième président de l'histoire de la Tunisie. D'abord Ministre de l'Intérieur, puis Premier Ministre et « chef » de la sécurité du pays, Ben Ali accède à la présidence en promettant des changements significatifs tels l'instauration de la démocratie et davantage de libertés individuelles. La réalité est cependant tout autre et les Tunisiens le constatent assez rapidement. Sa dictature sera beaucoup plus répressive et corrompue que celle de son prédécesseur et elle sera marquée surtout par l'influence croissante des membres de sa famille sur les institutions de l'État. Considérée comme un groupe mafieux par de nombreux observateurs internationaux et locaux, la famille du président et celle de sa femme Leila, les Trabelsi, disposent d'une outrageante mainmise sur les richesses du pays.

.

L'ensemble de l'oeuvre mène au soulèvement populaire qui entraîne la fuite du président déchu le14 janvier 2011. (...) Très sommairement, le premier ministre de Ben Ali, Mohamed Ghannouchi, prend les rênes du pays provisoirement. La rue ne l'entend toutefois pas ainsi et le force à démissionner à la fin février 2011. Le président par intérim, Fouad Mebazaa, le remplace par Béji Caïd Essebsi, membre actif de la politique tunisienne depuis l'ère Bourguiba et reconnu par certains comme étant désireux d'améliorer le système par l'intérieur.

Après la dictature et la révolution du Jasmin (2010-2011) ... La situation aujourd'hui...

Un an après la fuite de l’ex-Président Ben Ali (14 janvier 2011) et plus de deux mois après les élections de l’assemblée constituante (23 octobre 2011), un nouveau gouvernement, dirigé par M. Hamadi Jebali, a pris ses fonctions le 23 décembre, achevant ainsi la mise en place des institutions qui devraient diriger la Tunisie, jusqu’à ce qu’une nouvelle constitution soit adoptée. La Constituante a pour mission d’élaborer, en principe en un an, une nouvelle constitution en remplacement de celle de 1959.

Le fonctionnement institutionnel, fixé par la loi d’organisation des pouvoirs (OPP) adoptée le 10 décembre par l’assemblée constituante, repose sur un triumvirat :

puce.gif le Président de la République, Moncef Marzouki (CPR) :

Elu par la Constituante le 12 décembre, représente l’Etat tunisien,

et a des attributions partagées soit avec le chef du gouvernement (diriger la politique étrangère, nommer les ambassadeurs),

soit avec la Constituante (déclarer la guerre).

Il est chef des armées.

puce.gif le Président de la Constituante, Mustapha Ben Jafar (Ettakatol) :

Elu le 23 novembre, dirige les travaux de l’assemblée qui exerce le pouvoir législatif.

puce.gif le Chef du gouvernement, Hamadi Jebali (Ennahda) :

Dirige le gouvernement qui exerce le pouvoir exécutif.

Il a obtenu la confiance de l’assemblée constituante le 23 décembre 2011.

La répartition de ces trois Présidences s’est faite en vertu d’un accord entre les trois partis,

qui ont remporté les élections du 23 octobre 2011 et qui ont décidé de s’allier dans une « troïka » (ou « coalition d’intérêt national »).

La troïka tunisienne :

- le Congrès pour la République (CPR, gauche nationaliste)

- le Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL, en arabe « Ettakatol », socialiste)

- l' Ennahda (« la Renaissance », parti islamiste).

La Tunisie c'est aussi une jeunesse et des étudiants rêvant de partir en France, entre autres.

63,6% de la population est francophone.

A la fois pour terminer leurs études et pour décrocher un diplôme plus valorisant sur le CV.

Certes l'espoir de vivre dans un monde "libre" (démocratie) en fait rêver encore plus d'un aussi, il reste beaucoup à faire pour relever le pays.

Et si l'Europe est perçue comme un Eldorado encore pour certains,

elle ne l'est plus vraiment avec la crise qu'elle traverse malheureusement.

Pendant la révolution du Jasmin en Tunisie (2010-2011), des hommes et des femmes ont aussi perdu leur travail.

C'était déjà pas rose, mais de nombreux commerces ayant été saccagé et fermé, ils y ont perdu leur place et leur salaire.

Le seul grand recruteur était et reste l'armée.

Elle ne motive pas tout le monde mais elle garantit un salaire régulier, un toit et de la nourriture.

Elle peut soulager des familles pauvres et parfois monoparentale,

où la femme veuve reste au foyer à devoir élever ses enfants.

Des enfants devenus grands, qui par leur condition de vie, sont poussés à choisir n'importe quel travail pour se nourrir et nourrir leur famille.

Les jeunes filles elles sont recrutées parfois de jour comme de nuit dans des usines ou manufactures, tout en cumulant leurs études !

La misère y est flagrante et la menace d'un Islam radicale reste toujours d'actualité...

...comme les manifestations !

Depuis le début de l'année 2012 les manifestations se succèdent...

Des affrontements avec des partisans du parti islamiste Ennahda aussi !

Et une " dette odieuse " menace le pays également d'un appauvrissement encore plus grand :

Au regard des décisions prises, ces jours-ci, la Banque centrale de Tunisie (BCT) et le ministère des Finances,

semblent manœuvrer à leur guise et ne donner aucun intérêt aux appels lancés par l’opposition,

et la société civile aux fins de réduire le recours à l’endettement extérieur,

et de refuser de payer ce qu’ils appellent «la dette odieuse»,

contractée par le régime déchu pour des objectifs étrangers aux intérêts de la Nation et des citoyens.

Sources :

Wikipedia

Diplomacie.gouv.fr

Elections Tunisie : L'histoire récente de la Tunisie en résumé

WMC actualités : Tunisie : Nouvelles dettes pour rembourser d'anciennes ... peut-on arrêter cette spirale ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tomtom09 Membre 6 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Je pense que c'est une phase transitoire et ça ira mieux, je suis toujours optimiste lol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité System
Invité System Invités 0 message
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Timo-I Membre 24660 messages
Fermé temporairement.‚ 31ans
Posté(e)

Le chômage, il vient de plusieurs problèmes en même temps.

Mais le réel problème qu'il puisse y avoir là bas, c'est le pouvoir d'achat.

La vie n'est pas vraiment chère en Tunisie, mais en même temps le pouvoir d'achat, ce n'est pas vraiment ça. Là bas, ils sont obligés de se serrer la ceinture en permanence.

Ce n'est pas comme en France où les travailleurs gagnent de l'argent, dont un quart ou plus de cet argent va sur le compte en banque.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

  • Upload d'images

    • Uploadfr est un service proposé par ForumFr, simple et gratuit, vous permettant d'héberger vos images. Si vous rencontrez le moindre soucis sur le forum, pour vos images, vous pouvez l'utiliser.
  • Nous vous invitons à découvrir les centaines de milliers de sujets existants sur LE Forum - n'hésitez pas à y participer ! L'inscription, gratuite, permet également de diminuer le nombre d'affichage de publicités. Pour cela, inscrivez-vous, ou connectez-vous.

    Bienvenue sur Forum Fr !

  • FFr Mag' 2.0

×