Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Triste mode : le voyage macabre


Messages recommandés

Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)
forum

Voyages macabres


08/04/12



    Le tourisme noir, macabre ou sombre, c'est la nouvelle destination tendance. Une exposition à la galerie MélanieRio, à partir des photographies d'Ambroise Tézenas, témoigne de cette pratique -sordide- en plein essor.

    En 2004, les images du tsunami qui ravage les côtés de l’Asie du sud-est tournent en boucle sur les télévisions mondiales. Trois ans auparavant, un événement tout autre marquait les esprits : le 11 septembre 2001 et les avions qui heurtent le World Trade Center. L'année passée, un nouveau tsunami et les conséquences désastreuses dans la région de Fukushima provoquaient un autre choc émotionnel à échelle internationale.

    Régulièrement, des catastrophes marquantes prennent ainsi une résonance mondiale. L'émotion prend le pas, dans l'instant. Mais après, que deviennent ces lieux ? Certains se transforment en endroits propices au « dark tourism », un phénomène à l'ampleur grandissante. Sous cette appellation, le professeur de l'Université de Glasgow John Lennon désigne la pratique d'un tourisme tourné avant tout autour des lieux de catastrophes naturelles ou humaines. La mort attire.

Lire la suite de l'article

forum Source: Nantes-Actu.info

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
La Haine Membre+ 18968 messages
N'a pas la haine, la distribue - Avocat du diable‚ 32ans
Posté(e)

C'est comme Auschwitz, différents châteaux, le Colisée, des centaines de monuments marqués par les évènements qui y ont eu lieu, et marqués par la mort. C'est l'histoire quoi :D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

C'est une "mode" qui ne m’apparaît pas spécialement récente.

L'une des obsessions du XIXe siècle ne fut-elle pas de retrouver le site exact de la Guerre de Troie ?

Depuis combien de décennies les champs de bataille de certaines guerres se sont-ils transformés en sites touristiques ? Sans remonter à la bataille de Trasimène, le phénomène est assez manifeste en Europe avec les lieux liés aux guerres de l'Empire et aux deux Guerres mondiales, aux Etats-Unis avec ceux de la Guerre de Sécession ou Pearl Harbor ou même en Asie avec, par exemple, Dien Bien Phu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)

C'est plutôt l'attirance pour le fait-divers, un peu à la Pierre Bellmare... En cela je vois le phénomène tout de même différent de l'étude d'un site marquant de l'histoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

C'est comme Auschwitz, différents châteaux, le Colisée, des centaines de monuments marqués par les évènements qui y ont eu lieu, et marqués par la mort. C'est l'histoire quoi :D

Ce qui a peut être changé ces quelques dernières décennies par rapport à un passé un peu plus lointain est qu'auparavant la curiosité était davantage manifeste pour les lieux qui constituèrent des épisodes certes sanglants mais glorieux. C'est la vision romantique de mourir au champ d'honneur.

Ces derniers temps, on a plus tendance à ôter les sentiments héroïques pour se complaire dans le sordide. Il en va ainsi du récent monument de commémoration de l'abolition de l'esclavage, à Nantes, qui propose :

"Le parcours commémoratif s'insère entre la passerelle Victor Schœlcher et le Pont Anne de Bretagne, face au Palais de Justice. Sur cette vaste esplanade piétonne, sont disposées environ 2000 plaques commémoratives des expéditions négrières françaises comportant le nom des navires de traite partis de ports français."

Cette fascination morbide qui ne se pare même plus d'idées de grandeur est assez étonnante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
casdenor Membre 11203 messages
Bubon baveux de Belzébuth‚ 32ans
Posté(e)

Ah ouais, Pompéi, c'est vachement héroïque...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

C'est plutôt l'attirance pour le fait-divers, un peu à la Pierre Bellmare... En cela je vois le phénomène tout de même différent de l'étude d'un site marquant de l'histoire.

La différence entre fait divers et "site marquant de l'Histoire" est affaire de perception.

Les ruines de Pompéi pourraient être qualifiées de "fait divers". Après tout, une ville détruite par une éruption volcanique est-elle, sur le plan de la grande Histoire, beaucoup plus importante que le tsunami de 2004 ?

Certes Pompéi recèle des merveilles (mosaïques, statuts, objets quotidiens...) que ne paraissent pas posséder les localités affectées par le tsunami ou même la ville de Saint Pierre de la Martinique ensevelie en 1902 par l'éruption de la Montagne Pelée. Et l'immense majorité (dont moi) dira que la visite de Pompéi et des collections exhumées de la ville est une splendeur et particulièrement passionnant pour ceux qui s'intéressent à l'Histoire antique ou les simples férus d'esthétisme. Néanmoins, ne nous voilons pas la face : en même temps, nous visitons avec un frisson (même inconscient) le site d'une catastrophe, catastrophe dont nous avions pu lire l'évocation par Pline le Jeune, et durant laquelle sont morts plusieurs milliers de personnes.

Et voici aussi ce que l'on voit parmi les collections exposées :

antiquarium-corps-fossile.jpg

Ah ouais, Pompéi, c'est vachement héroïque...

Tu as raison. Comme quoi, l'aspect morbide est ancien.

Mais Pompéi c'est aussi l'évocation de la grandeur d'une civilisation en très grande partie disparue. UNe sorte de capsule temporelle. On y va aussi pour le raffinement romain de ce lieu de villégiature des classes supérieures de l'Urbs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Magus
Invité Magus Invités 0 message
Posté(e)

A cette différence prête que l'étude pointe la mort dans la prime motivation à la visite, plutôt que le déroulement d'une catastrophe. Au final, si j'entends bien le principe du Dark Tourism, peu importe les lieux et ce qui s'y est déroulé : c'est la présence de la mort qui importe. Pour Pompéi, on pourrait invoquer aussi l'insolite...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Simplicius
Invité Simplicius Invités 0 message
Posté(e)

La prime motivation de ce Dark Tourism peut-il être aussi clairement identifié ? Cela implique d'être capable de sonder les coeurs et les reins. Que la mort en soit partie prenante, je le conçois tout à fait. Mais n'est-elle pas, comme pour les lieux que nous avons pu citer précédemment, une composante parmi d'autres d'une curiosité pour des évènements qui sortent de l'ordinaire ? Après tout, le tsunami de 2004 est un phénomène que la mémoire collective n'avait pas spécialement présent à l'esprit. Idem pour les deux tours percutées par des avions fous dans une ville qui incarne un peu la capitale monde. La survenance de tels évènements peut être perçue comme un trou dans la toile de la "normalité". Le caractère insolite n'est donc peut être pas beaucoup moins présent que pour Pompéi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité australometheque
Invité australometheque Invités 0 message
Posté(e)

Dans certains cas, c'est la distension à la réalité et à sa puissance vitale qui est morbide. La plupart de ces touristes n'expriment qu'un besoin de re-connexion sensorielle libérée d'un prisme médiatique aussi angoissant qu'avilissant. Soigner le trop plein de faux concept dont on nous immerge par de vrais percepts, furent ils de futiles reliques.

Si les gens visitent l'appartement de Momo Merah et pas l'école feuj c'est parce que c'est là que l'histoire s'est déroulée, là où l'information nous a enchainé de force et a déversé dans nos petites âmes son flot (et son flow) de réel figé. La moindre odeur, le moindre impact de balle, la plus petite bribe sensitive qui puisse les ramener à ressentir corporellement cet espace temps où ils étaient malgré eux, est instinctivement salvateur.

Je ne vois absolument rien de morbide là dedans, j'y vois une impulsion de vie, un spasme d'humanité dans des corps de comateux en mort spirituelle. L'homme sait toujours au fond de lui qu'il a besoin de sentir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zarathoustra2 Membre 8656 messages
Surhomme Nietzschéen‚ 45ans
Posté(e)

C'est plutôt l'attirance pour le fait-divers, un peu à la Pierre Bellmare... En cela je vois le phénomène tout de même différent de l'étude d'un site marquant de l'histoire.

Ni le Tsunami ni Fukshima ne sont des faits divers.

Lorsque Pompeï et les lieux de guerre auront été oubliés des hommes, Fukushima laissera encore sa marque sur le monde. La radioactivité mettra des dizaines de milliers d'années à s'éteindre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
belcamille Membre 360 messages
Forumeur survitaminé‚ 46ans
Posté(e)

Dark tourism...

Quelle vilaine idée en fait, mais elle ne m'étonne pas ; si on l'oppose à notre façon d'accompagner la mort de nos proches : Combien sommes nous à ne plus être auprès d'eux dans ce moment là dans nos sociétés occidentalisées... ?

Est ce pour venir se rassurer d'être bien vivant que ces gens entreprennent ce voyage ?

En tout cas rien de bien sain comme démarche...

B.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zarathoustra2 Membre 8656 messages
Surhomme Nietzschéen‚ 45ans
Posté(e)

Le dark tourisme permet aux pays sinistrer de dynamiser leur économie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yethineo Membre 3634 messages
Zero Point Energy‚ 42ans
Posté(e)

C'est plutôt l'attirance pour le fait-divers, un peu à la Pierre Bellmare... En cela je vois le phénomène tout de même différent de l'étude d'un site marquant de l'histoire.

Ni le Tsunami ni Fukshima ne sont des faits divers.

Lorsque Pompeï et les lieux de guerre auront été oubliés des hommes, Fukushima laissera encore sa marque sur le monde. La radioactivité mettra des dizaines de milliers d'années à s'éteindre.

Tepco et les autorités ont toutefois encore de nombreuses épreuves à franchir avant de pouvoir retirer le combustible des réacteurs

(pas avant au moins 10 ans) et démanteler les installations (pas achevé avant 30 ou 40 ans).

la-centrale-nucleaire-accidentee-de-fukushima-au-japon-le-30_653024.jpeg

=> http://www.leberry.fr/france-monde/actualites/a-la-une/international/2012/04/05/fuite-d-eau-radioactive-a-fukushima-une-partie-a-sans-doute-fui-dans-la-mer-1136445.html

=> http://www.forumfr.com/sujet451340-post10-dechets-cauchemar-du-nucleaire.html

On va tenter de le rendre un peu moins macabre .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×