Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Procès d'assises - Zegerscappel


Messages recommandés

January Animatrice 49478 messages
©‚ 103ans
Posté(e)

C'est un procès d'assises hors norme qui débutera lundi. Quatre membres d'une même famille de Zegerscappel se retrouveront sur le banc des accusés pour avoir, entre 2004 et 2006, exercé des actes de cruauté sur un homme de 45 ans, au point de le réduire à l'état d'animal. Durant deux ans, l'humanité s'est éclipsée sous le toit d'une lugubre bâtisse transformée en maison des sévices.

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Dunkerque/actualite/Secteur_Dunkerque/2012/03/31/article_le-proces-du-martyr-de-zegerscappel-deva.shtml

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
swoog Membre 66 messages
Forumeur en herbe‚ 27ans
Posté(e)

C'est a coté de chez moi :mef2:

Les bras m'en tombent :han:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Grenadine33
Invité Grenadine33 Invités 0 message
Posté(e)

Digne d'un camp d'extermination, l'homme ne changera jamais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
January Animatrice 49478 messages
©‚ 103ans
Posté(e)

Suite et fin

(retenu : violence volontaires, abus de faiblesse)

L'avocat général Luc Frémiot n'a pas hésité à convoquer l'Histoire, ses « camps » et ses « kapos » , hier, pour décrire l'ambiance qui régnait dans la « maison du rond-point » à Zegerscappel, une ferme isolée où Christian Rommelaere et Marie-Jeanne Pouchèle avaient « recueilli » leur ancien beau-frère, Claude Mazurkiewicz, entre septembre 2004 et août 2006. À cette date, une lettre anonyme envoyée au procureur de la République de Dunkerque avait mis fin aux maltraitances et aux violences infligées par le couple, et par un couple de neveux, Christophe et Nathalie Dehouck, à celui qui était devenu le souffre-douleur de la famille. ...

empty.gif

Humiliations

« J'aimerais que personne ne soit à ma place après ce que j'ai vécu ». Claude Mazurkiewicz a raconté par le menu « l'enfer » traversé il y a six ans. Il vit aujourd'hui dans un foyer, où « le procès était devenu son seul sujet de conversation », témoigne une travailleuse sociale. À 53 ans, il en paraît vingt de plus : cheveux blancs, mauvaise peau, silhouette chétive, oreilles déformées par les coups reçus. Les scènes d'humiliation et de violence qu'il décrit sont insoutenables. La salle de bain et les toilettes de la maison lui étaien t interdits, tout comme l'eau du robinet. « Je devais me laver dans le kot'che (abri de jardin) à l'eau froide. » Ses assiettes étaient systématiquement saupoudrées de généreuses cuillerées de sel, poivre, moutarde. Régulièrement, il était enfermé dans le poulailler, pour éviter « qu'il n'aille manger n'importe quoi », rapporte Christian Rommelaere. Et puis les coups. De poing, de pied, de pantoufle sur la tête. Les claques. Et son RMI, confisqué via le compte bancaire de Marie-Jeanne Pouchèle.

« Pauvreté morale »

« Il pouvait partir quand il voulait », soutient-elle. « Il survivait dans l'angoisse, la peur, et sous l'emprise de Rommelaere », corrige l'avocat général, qui rappelle que ni l'assistante sociale ni le médecin généraliste, qui pourtant suivaient Claude Mazurkiewicz régulièrement à l'époque des faits et le voyaient parfois seul à seul, ne s'étaient inquiétés outre mesure de la dégradation de son état de santé. « Il y a eu des dysfonctionnements », a reconnu Luc Frémiot, dont les réquisitions sont sévères : jusqu'à douze ans de réclusion criminelle pour Christian Rommelaere, le « tyran de basse-cour ».

Des aveux auraient sans doute suscité plus de clémence. Mais les accusés se sont infatigablement renvoyé la balle, chipotant sur chaque coup donné. « Misère et pauvreté morale et intellectuelle », a justifié la défense, expliquant qu'ils avaient du mal à « verbaliser » leurs pensées. « Pour juger cette affaire, il faut se débarrasser de ce qu'on considère comme une vie normale », avait averti l'avocat de Christian Rommelaere, que la cour a condamné, hier, à dix ans d'emprisonnement.Christophe Dehouck, Marie-Jeanne Pouchèle et Nathalie Dehouck écopent respectivement de sept, cinq et deux ans de prison.

http://www.lavoixdun...cour-cond.shtml

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
blogs Invité 2 messages
Baby Forumeur‚
Posté(e)

Digne d'un camp d'extermination, l'homme ne changera jamais.

Merci pour l'info. g.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×