Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Marie-Antoinette : la reine la plus haïe de France.


Messages recommandés

Invité David Web
Invité David Web Invités 0 message
Posté(e)

Marie-Antoinette : la reine la plus haïe de France.

La sortie du film "Les adieux à la reine" est l'occasion de rappeler le torrent de boue qui s'est déversé sur la jeune souveraine

marie-antoinette-533466-jpg_365097.JPGReprésentation de Marie-Antoinette en 1783. © Wikipedia

À son arrivée en France, elle est adulée, fêtée, célébrée comme rarement reine le fut. Près de vingt ans plus tard, sur la même place où le peuple de Paris lui avait réservé un triomphe après son mariage, sa tête roulait dans la sciure de l'échafaud. Entre ces deux tableaux historiques, des années de calomnies et de maladresses ont irrémédiablement creusé un fossé entre Marie-Antoinette et le peuple français.

La première responsable est elle-même : jeune, frivole comme on peut l'être à 18 ans, Marie-Antoinette s'entoure d'un cercle restreint d'amis, délaisse certaines grandes familles et se met très vite la vieille cour à dos, repaire d'intrigues et de langues de vipères. Les nobles sont d'ailleurs les premiers à alimenter les gazettes et les libelles, notamment la Du Barry, maîtresse du vieux Louis XV, que Marie-Antoinette déteste dès son arrivée à Versailles. Les médisances se retrouvent rapidement publiées sous forme de récits ou de chansons à clefs, que le peuple a vite fait de traduire. La menace vient parfois de la police elle-même, où les ripoux règnent en maître : l'inspecteur Goupil fabrique en secret des faux qu'il met sous le nez de la famille royale, et négocie en sous-main leur destruction moyennant finance. Louis XVI dépense parfois des dizaines de milliers de livres pour brûler ces torchons !

"Batard, cocu, putain"

Car on n'est pas tendre avec la reine. Très vite, le peuple s'interroge sur ce mariage toujours infécond, sept ans après sa bénédiction - le roi souffre d'un problème érectile qui finira par être réglé par opération. Or, il est primordial qu'un héritier naisse, et la faute en incombe à la reine, accusée rapidement d'adultère. On aurait pu croire que la naissance de son premier enfant, une fille, étouffe les critiques : il n'en est rien, les sarcasmes continuent. Et quand le Dauphin naît à son tour en 1781, la Cour le soupçonne d'être le bâtard d'un comte, membre du salon privé de Mme de Polignac, confidente de la reine. Dès la naissance, une chanson graveleuse court les rues : "Louis, si tu veux voir / Bâtard, cocu, putain / Regarde ton miroir / La reine et le Dauphin".

Ce genre de quatrain rythme dès lors la vie des souverains. Les jeunes nobles du clan rapproché de Marie-Antoinette alimentent forcément toutes les rumeurs : la reine est traitée de catin, et même soupçonnée de relation saphique avec la princesse de Lamballe, sa grande amie. En réalité, seule sa relation avec le Suédois Axel de Fersen est aujourd'hui admise par certains historiens.

Après l'étiquette de la débauchée vient celle de la dépensière. S'il est vrai que Marie-Antoinette donne le ton de la mode européenne en collectionnant robes et diamants, ses dépenses sont équivalentes à celle des anciennes maîtresses du roi, comme la Pompadour et la Du Barry. Mais en l'absence de favorite - Louis XVI est très fidèle -, la reine cristallise le mécontentement populaire. La crise est là, la guerre d'Amérique fort coûteuse n'arrange rien, les finances du royaume sont dans un état pitoyable. La faute à qui ? À Marie-Antoinette, baptisée "Madame Déficit".

Complot

Lire la suite .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
Chauxneuve25 Membre 2387 messages
Forumeur alchimiste‚ 76ans
Posté(e)

Ceux qui lui ont tranché la tête étaient bien plus méchants qu'elle.:sleep:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
baillousque Membre 2246 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

Voyage en France maçonniqueLa Maçonnerie française se structure vraiment en 1728 sous la houlette d’un anglais, Le duc de Wharton ! Elle est comme le rappelle l’éminent Alain Bauer, très peu engagée dans les débats politiques de l’époque mais s’intéresse fort aux débats sociaux et grandes idées libérales qui traversent l’Europe ; plus tard le Grand Orient de France se construira (pour des raisons internes) sur la base de la démocratie et du suffrage universel, une innovation dans le monde d’alors. A l’orée de la Révolution, les loges, à l’instar de l’Angleterre, se sont regroupées en obédiences. ">La principale est le Grand Orient de France, née officiellement en 1773.Installé rue du Pot de Fer, louant un local aux Jésuites ! Ce groupement d’hommes est fortement inspiré de l’esprit rationaliste des Lumières ; s’y côtoient dans une entente plus ou moins cordiale libres penseurs athées et partisans farouches du Grand Architecte de l’Univers.<">A l’époque le Grand Orient compte environ 700 loges et pas loin de 35000 personnes, ce qui fait dire à la princesse de Lamballe interpellée par la reine Marie-Antoinette : « Tout le monde en est… » La pénétration de la Maçonnerie dans les couches agissantes de la société est donc loin d’être négligeable ! Même l’excommunication pontificale de Clément XII et Benoît XIV par les bulles édictées en 1738 et 1751 « In Emminenti et Providas » leur reprochant entre autre de prêter serment sur la bible, d’utiliser des symboles chrétiens et le secret de leurs réunions n’y changeront rien. Ce n’est pas parce que la franc-maçonnerie pratique l’athéisme qu’elle est condamnée mais parce qu’on y pratique un déisme vaguement chrétien ">En effet les particularités de notre France (encore fille ainée de l’Eglise) voulaient que les bulles pontificales soient enregistrées par le parlement de Paris pour avoir quelques effets et êtres appliquées dans le royaume. Cela ne fut jamais fait Donc les maçons étaient partout !Voyez donc 80% des effectifs (entrepreneurs, négociants, fermiers généraux, officiers royaux) appartiennent au Tiers Etat, 5% (curés, vicaires) au Clergé quelquefois mêmes majoritaires dans certains ateliers et 15% font partie de la noblesse, proportionnellement pour ces derniers c’est énorme !A cette époque, point de travaux, de planches incluant une réflexion comme dans la maçonnerie actuelle, les débats de sociétés ne sont pas présents dans les procès-verbaux (4) qui nous sont parvenus, en dépit de certaines appellations de loges qui pourraient prêter à confusion : « Le Contrat Social, les Préjugés vaincus ou le Nouveau peuple Eclair Bons nombres d’Ateliers, véritables brassages culturels, sont néanmoins imprégnés de l’idéal égalitaire et souhaitent l’abolition des privilèges. On y parle d’un monde à venir.Il est pourtant coutume dans certains milieux de croire qu’une frange d’Initiés, réunis par des secrets incommu(lesarchivesdusavoirperdu.over-blog)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Noisettes Membre+ 9885 messages
Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre‚ 36ans
Posté(e)

Marie-Antoinette est arrivée en France alors qu'elle n'avait pas encore 15 ans pour épouser le dauphin. De plus, l'étiquette en France était plus imposante qu'en Autriche et que la notion de vie privée était inexistante, ce qui n'était pas le cas en Autriche. C'est son choix d'avoir une vie privée loin du protocole qui l'a rendu impopulaire auprès d'une noblesse jalouse de ses prérogatives.

Mais la reine a également sa part de responsabilité. Mais cela lui valait-il la mort?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Zander Membre 5813 messages
Interstellar Punk Dandy‚ 45ans
Posté(e)

La plus haïe car aussi la plus connue de toutes du grand public , sans exception, et de plus dans un contexte particulier où ses maladresses et son comportement lui ont fait beaucoup de tort.

Je ne suis pas sûr que Marie ou Catherine de Médicis soient plus sympathiques, sans remonter pour autant à Frédégonde et Brunehault ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Clemof54 Membre 57 messages
Forumeur en herbe‚
Posté(e)

Elle était vraiment gonflée, elle faisait payer de lourdes taxes au Français pour s'acheter des habilles et touts. FOUTAGE DE GUEULE. ;-)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Noisettes Membre+ 9885 messages
Un manuscrit dans une main, une boussole dans l'autre‚ 36ans
Posté(e)

Ce n'était la reine qui décidait des taxes, que je sache...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

×