Aller au contenu

Messages recommandés

Membre, Chercheur de ciel, 38ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 17 245 messages
38ans‚ Chercheur de ciel,
Posté(e)

La scolastique est l'école de pensée qui, au courant du moyen-âge occidental, visait à concilier la philosophie grecque et la théologie chrétienne. Elle consistait principalement à argumenter les thèses de l'époque à l'aide de références philosophiques communes, pour leur donner un poids plus important. Ou si vous le préférez, parlons plutôt des sophistes dont l'objectif principal était d'apprendre à argumenter n'importe quelle position pour servir leurs intérêts (généralement politiques).

Ce qui me semble inquiétant aujourd'hui c'est cette utilisation de la langue et de l'argument comme d'une arme. Car dans cette optique, tout est défendable à priori (exactement comme l'auraient dis les sophistes) tant que cela permet de conserver notre vision du monde et de garder l'oeil sur nos propres intérêts. La vérité n'existant pas de ce points de vue, elle serait adaptable à la circonstance, afin d'imposer son points de vue à l'autre.

Dans la même veine, les philosophes qui viennent commenter l'actualité afin d'orienter celle-ci vers leurs points de vue à priori, l'essentiel étant à chaque fois de voir dans cette actualité une illustration d'un phénomène plus général, en niant donc la particularité de l'évènement qui pourrait bien être étranger à la grille de lecture selon laquelle nous voudrions la lire. La philosophie n'est-elle pas réduite aujourd'hui à l'art d'argumenter ses propres positions à priori et ses propres intérêts? Que devient le désir de vérité sous-jacent à chaque philosophe véritable?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, Forumeur confit, Posté(e)
Enchantant Membre 13 707 messages
Forumeur confit,
Posté(e)

Quasi modo,

Arrêtez-vous donc de tortiller du popotin !

Aucun philosophe, aucun individu, n’est le détenteur d’une vérité absolue, ni vous,ni moi.

Chacun a sa manière et à sa façon éclaire les sujets qu’il ou elle comprend au travers un prisme. (L'âge,le sexe, l'expérience, le vécu, l'imaginaire)

C’est justement l’argumentaire plus ou moins judicieux des uns où des autres sur ce forum, en réaction à nos écrits, qui participent à l’approfondissement de nos propres convictions.

Vous ne croyez pas ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Chercheur de ciel, 38ans Posté(e)
Quasi-Modo Membre 17 245 messages
38ans‚ Chercheur de ciel,
Posté(e)

Quasi modo,

Arrêtez-vous donc de tortiller du popotin !

Sachant qu'un reproche n'est jamais qu'une projection, je m'interroge désormais sur votre identité sexuelle.

Aucun philosophe, aucun individu, n’est le détenteur d’une vérité absolue, ni vous,ni moi.

Chacun a sa manière et à sa façon éclaire les sujets qu’il ou elle comprend au travers un prisme. (L'âge,le sexe, l'expérience, le vécu, l'imaginaire)

C’est justement l’argumentaire plus ou moins judicieux des uns où des autres sur ce forum, en réaction à nos écrits, qui participent à l’approfondissement de nos propres convictions.

Vous ne croyez pas ?

Je pense que si on ne se prépare pas à avoir tort, il ne faudrait jamais prétendre faire de la philosophie.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre, Forumeur confit, Posté(e)
Enchantant Membre 13 707 messages
Forumeur confit,
Posté(e)

Ne vous vexez pas…

J'aurais peut-être dû écrire, que vos commentaires défonçaient des portes ouvertes.

Chacun défend ses positions avec les arguments qui lui semblent les plus adéquats.

Quant à mon identité sexuelle qui à l’air de vous préoccuper, est-ce vraiment le sujet du débat ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×