Aller au contenu

Les étiquettes


Invité Quasi-Modo

Messages recommandés

Invité Quasi-Modo
Invités, Posté(e)
Invité Quasi-Modo
Invité Quasi-Modo Invités 0 message
Posté(e)

Bonjour à tous,

Il est certain qu'il est impossible de coller sur une personne une étiquette et prétendre la connaître mieux qu'elle même ; sûrement n'est-il pas possible d'enfermer l'autre dans une définition particulière. Mais comment peut-on rester de marbre (ne pas catégoriser) lorsqu'il y a une agression? Cela ne compte-t-il pas lorsque la victime est confondue avec son bourreau? Et le bourreau peut-il jamais s'excuser, et ne serait-ce pas lui qui devrait prendre l'initiative (si il est vrai que les excuses ne se demandent pas ; à moins de pardonner immédiatement et d'être le Christ en personne)?

Le plus douloureux (et à mes yeux le plus criminel) restera toujours de confondre la victime avec son agresseur et de la percevoir comme celui ou celle qui pourrait devenir comme lui. Combien, par exemple, de victimes de pédophiles ou de psychopathes (peu importe leur couleur de peau d'ailleurs) qui pourraient devenir comme leur bourreau? Lorsque l'Homme existe sur le mode sauveur-bourreau-victime, n'est-il pas de notre devoir de différencier les deux, ou faut-il considérer, dans une vision relativiste de l'Histoire, et donc sans en tirer la moindre leçon, que le bourreau et la victime se valent, et qu'il n'y a pas de fin de l'Histoire? D'ailleurs, si l'Histoire devait être relative et que c'était toujours le bourreau le plus violent qui impose sa loi, l'Histoire ne serait-elle pas la marche triomphante des bourreaux (exemple avec le nazisme) dans un processus de domination croissant, et finir avec des maîtres et des esclaves, dans une société où certains seraient condamnés du fait même de leur naissance?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre, 67ans Posté(e)
venus23H Membre 3 069 messages
Baby Forumeur‚ 67ans‚
Posté(e)

La violence est l'accessoire de conscience humaine lorsqu'elle est dans une situation qui l'impose..l'aspect d'une solution de survie a la base..mais la pensée et la conscience humaine restent fragiles et le danger d'etre violent et de subir ses dérives, se pose en chacun de nous.. mais la societé n'est juste composée que d'actifs en eux et de passifs plus ou moins absolus.. les cultures font que certaines définitions du passif tente a les victimiser alors qu'il en demeure l'équilibre et la stabilité devant ceux qui osent risquer pour tous.. chacun reste un élément necessaire pour évoluer ensemble.. ..une étiquette serait basique pour moi.. car on peu etre durant une période de sa vie un passif.. puis devenir un jour pour une raison ou l'autre ,un actif téméraire.. et par cela nous devons nous compléter forcément..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×