Aller au contenu

Une opposition officielle

L'Opposition doit elle être officielle ?   11 membres ont voté

  1. 1. ÿtes-vous pour l'officialisation de l'opposition ?

    • Oui
      5
    • Non
      6
    • Ne se prononce pas
      0

Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour voter dans ce sondage.


Messages recommandés

Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 102ans
Posté(e)

L'assemblée nationale a adoptée une résolution modifiant son règlement.

Cette résolution a notamment pour objet de créer une majorité et une oposition officielle.

Avant, l'assemblée nationnale votait la confiance en le gouvernement via une motion de censure.

Maintenant, en plus, les groupes devront se déclarer dans "l'opposition" ou dans "la majorité".

Article 1er

Après le deuxième alinéa de l'article 19 du Règlement, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :

« Le président du groupe remet à la Présidence une déclaration d'appartenance de son groupe à la majorité ou à l'opposition. En cas de contestation formulée par le président d'un groupe, le Bureau décide ; pour cette délibération, le Bureau est complété par les présidents de groupe. »

Une réaction de l'UDF :

Est ainsi apparue l'idée saugrenue de la déclaration de chaque groupe sur son appartenance à l'opposition ou à la majorité.

- Saugrenue, car c'est une notion qui est celle d'un régime purement parlementaire où se forme des majorités de coalition. Or, il ne vous a pas échappé que la Vème République a donné la primauté à la majorité présidentielle. D'ailleurs, le quinquennat sec a renforcé la présidentialisation du régime en faisant de l'élection législative une élection, seconde, subordonnée à l'élection présidentielle, une élection qui n'a plus de légitimité propre.

- Idée saugrenue, car la notion de majorité est relative et fluctuante. 2 exemples pour cela.

1er exemple : quand le RPR en décembre 1979 refuse de voter le budget de Raymond Barre et l'oblige à mettre en ¿uvre le 49-3 est-il dans l'opposition ? Pourtant le RPR soutiendra, avec la force que l'on sait, Valéry Giscard d'Estaing quelques mois plus tard.

2ème exemple : quand le groupe communiste vote la censure, à la suite de la création de la CSG, est-il dans l'opposition ou dans la majorité ? Pourtant le PC fera cause commune avec le PS lors du budget de 1992 et lors des élections législatives de 1993.

- Saugrenue, car en fait on peut être en opposition à une politique menée par un gouvernement sans pour autant vouloir quitter une majorité présidentielle.

Il est vrai que ce nouveau concept est extrèmement criticable, en gros, on demande au début dans quel "camp" on est, et après, même plus la peine de débattre, le gros camp gagne.

Cela ne fait que renforcer les dérives clanniques de la Vème république.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant
usagi Membre+ 244 069 messages
E-mage‚ 69ans
Posté(e)
;) qui n'est pas avec moi est contre moi , c'est primaire comme raisonement mais bien dans le droit fils de la pensée politique actuelle , en gros c'est nul ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie77 Membre 11 492 messages
Un certain regard..‚ 54ans
Posté(e)

Pour moi c'est une atteinte à la démocratie..c'est retirer le droit à un individu de voter selon ses convictions!

Pour une question précise on peut etre amener à voter différemment de son groupe! Les dicdates des groupes ne mènent jamais loin qu'à la suppression de la liberté individuelle, çà me choque déjà, mais au sein de l'assemblée je rêve!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ptitemarquise Membre 421 messages
Forumeur survitaminé‚ 36ans
Posté(e)

On peut-être à la fois pour est contre. Evidemment, c'est un système qui enlève toute liberté de vote aux différents membres de l'assemblée.

MAIS, pour nous, électeurs, qui avont élus un député pour ses opinions (et donc, par conséquent, pour son positionnement supposé dans ou hors de la majorité), c'est une solution bien plus lisible ! c'est même plutôt rassurant de savoir que les politiques seront moins girouettes.

Surtout, le texte ne dit en rien que les membres de l'opposition ou de la majorité seront obligés de voter pour ou contre un camp. Il s'agit surtout de permettre une représentativité plus juste des groupes politiques au sein des différentes commissions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Avenir Membre 1 110 messages
Forumeur alchimiste‚ 49ans
Posté(e)

Au moins, on sait qui est avec qui. ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)

Ca ne changera pas grand'chose à la situation actuelle si ce n'est que cela évitera les retournements de veste lorsque le contexte politique se présentera.

L'effet "période pré-électorale" est désastreux sur le fonctionnement des assemblées, avec les clans qui se reforment et les chefs qui se défient au détriment de l'intérêt nationnal.

Je suis aussi pour une redéfinition claire des notions de majorité et d'opposition. L'état ne peut pas se permettre de fonctionner avec une majorité à géométrie variable. Celle-ci doit être nette et précise dès le départ pour mener à bien un programme : "on est dans la majorité, on marche avec la majorité ou on s'oppose au programme de réformes sur lesquelles la majorité s'est enggée.".

Les notions de "débats", de "démocratie" ou de positions individuelles, auxquelles rêvent certains, resteront toujours dans la théorie, quand on connait tout les chantages politiques qu'exercent certrains petits baronnets dans leur arrondissement pour leurs intérêts personnels.

Je préfère voir un député, comme celui du sud ouest, faire une grève de la faim pour arriver à ses fins (et non à sa fin ou à sa faim ;) ) plutôt que voir des magouilles comme on en voit tant "sous" tous les bancs de l'assemblée.

La suppression des clivages peut être concevable dans les petites assemblées comme les conseils municipaux de villes de moins de 2000 hab, et encore.

L'état ne peut se permettre de voir des blocages supplémentaires dùs à un ou quelques baronnets. L'état et le parlement doivent pouvoir mettre en place des programmes et des projets de lois, ceux-ci étant déjà éllaborés et étudiés par les commissions de l'assemblées nationnales. avant d'être présentés à l'assemblée, au sénat puis validés par le conseil constitutionnel (pour être ensuite cassé par la rue ;) )

Si nous votons c'est pour que le pays avance, quelle que soit la majorité que nous mettons en place.

C'est bien là le paradoxe français : "gueuler parce que rien ne bouge et hurler dès qu'on propose un changement."

Pour conclure, il faut savoir que tout cela est un faux débat, car le fait de continuer dans la ligne actuelle, avec des majorités à géométrie variable, revient à donner un pouvoir à des petits partis souvent extrémistes et s'enfoutistes qui, avec leur 5 ou 10 élus dans le cas de représentation proportionnelle, peuvent exercer un rôle de levier et faire la pluie ou le beau temps sur le pays.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 102ans
Posté(e)
Au moins, on sait qui est avec qui. ;)

Pas vraiment.

Cela oblige à ne faire que deux camps alors que le débat politique est plus riche que cette vision binaire de la politique.

Deux camps, c'est extrèmement limitatif.

Sans compter que ça oblige la majorité à se déclarer comme telle, et rendra plus difficile le contrôle du gouvernement par l'assemblée nationale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×