Pour ou contre l'avortement

Groseille Membre 206 messages
Forumeur activiste‚ 38ans
Posté(e)
Bon une fois pour toute la loi est là, comme tout autre loi.

La femme a le DROIT d'avorter, c'est SON corps alors les mauvais parleurs, les faiseurs de morale ou de bonne conscience exprimez vous si vous le voulez, mais vous ne retirez pas ce droit présent dans de nombreux pays et c'est tant mieux !!!

Totallement d'accord. Argument irrefutable.

La plupart des detracteurs de l'avortement sont des hommes. Inversons les roles, donnons leur la possibilité de faire des enfants, l'angoisse du retard des menstruations, la contrainte des moyens contraceptifs, etc... Et apres on en reparlera.

C'est mon corps, j'en fais ce qu'il me plait et personne ne me dictera ma conduite, et encore moins un homme. C'est egoiste, ca peut choquer, et alors? :o

Pour sous conditions strictes, je ne veux pas voir l'avortement devenir une alternative à la pillule ou à au preservatif.

L'abus de l'avortement, voila un effet pervers. Neanmoins, une bonne prévention pourrait regler tout cela si certaines femmes (et notamment jeunes femmes) n'etaient pas a ce point insouciantes pour tenir le discours suivant :"c'est pas grave, je peux toujours me faire avorter".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

fael Membre 16 messages
Forumeur balbutiant‚
Posté(e)

Je ne suis pas complètement pour ni complètement contre, mais ma prise de position penche plus pour le pour.

Surtout si il s'agit d'une jeune fille. Une simple erreure? Un condom qui se déchire? Un oubli? Et voilà, ta vie gâchée.

Et pour cet enfant? Avoir une mère de 14-15 ans...é cet âge, a-t-on vraiment la maturité d'élever des enfants?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Midnight-Excess Membre 217 messages
Forumeur activiste‚ 38ans
Posté(e)

Totalement contre, sauf cas extrème. (Jeune parents (- de 17 ans) et Viol)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité j-luc
Invité j-luc Invités 0 message
Posté(e)
Je crois que dans ce genre de débat on finit toujours par tourner en rond ... la vie n'est ni noire ni blanche et poser une question en la limitant à POUR ou CONTRE c'est déjà former deux clans...où ceux qui seront POUR ne seront donc jamais d'accord avec ceux qui sont CONTRE...

En ce qui me concerne, je suis "POUR" ce droit, pour toutes les raisons qui ont pu être évoquées... avec certaines réserves qui ont également pu être évoquées... :o

Abaisses un tout petit peu le canon de ton arme, tourne légérement les poignets vers la gauche - presque rien - et abaisse ton centre de gravité. Ok comme ça tu peux lui coller une pastille en pleine tronche, autrement la balle passe en haut à droite.

Piqué à Groseille:

C'est mon corps, j'en fais ce qu'il me plait et personne ne me dictera ma conduite, et encore moins un homme. C'est egoiste, ca peut choquer, et alors?

Bah choquer les cons c'est peut-être la seule pédagogie à laquelle ils sont perméables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cocominette Membre 22 messages
Forumeur balbutiant‚ 46ans
Posté(e)

C'est tellement facile de critiquer quand on n'a pas vécu l'angoisse d'une grossesse non désirée, et impossible à assumer. Deux fois, alors que j'étais sous pillule, et sans aucun oubli, je suis tombée enceinte et j'ai eu recours à l'IVG.

La première fois j'étais très jeune, et on me l'a bien fait payer. Mais quelle erreur avais-je commise ?

Pas d'anesthésie, et elle a fait durer le plaisir. Avec des commentaires que je n'oublierai jamais ("vous allez poser vos fesses oui ! sinon j'ai pas fini moi !"). Et autres amabilités. Aucun mot de soutien, aucun mot de réconfort. Les "assistantes" parlaient de leur dernière virée à la piscine. Personne ne m'a adressé la parole, à aucun moment. Je n'existais pas. Je pleurais juste sur la table, en me tordant de douleur, pendant que l'autre prenait son pied à me faire morfler tout ce qu'elle pouvait. Après, une heure allongée dans une salle, avec les autres femmes "de la journée". Et retour à la maison.

Un mois après, j'ai dû me faire opérer. Sous l'effet de la douleur, mon utérus c'était complètement rétracté, et mes règles ne pouvant plus s'écouler, je pourrissais à l'intérieur. Le chirurgien m'a dit que j'avais eu à faire à des pratiques du "moyen âge".

Qu'on soit pour ou contre, ma foi, c'est bien le droit de chacun. Mais par pitié, qu'on ne fasse pas pratiquer les ivg par des personnes qui sont contre...

Bien assez de souffrance comme ça, pourquoi en rajouter. Je n'étais pas coupable, j'étais en grande souffrance morale, et je suis partie dans un état lamentable, tant morale que physique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)

Ce sujet marche en doublon, je crois qu'il y a un autre topic qui en cause à un autre étage..!

Je me permets de balayer d'un revers de la main ceux qui prétendent que tant que l'embryon n'est pas viable il ne représente rien.

Même lorsqu'il est viable ou même si le bébé est né, il ne pourra survivre si sa mère l'abandonne ou que personne ne le prenne en main.

Je pense que le foetus est une personne, qu'il provienne du désir d'un couple ou d'une fécondation non souhaitée voire pire. Seulement dans un cas ou dans l'autre, l'avortement peut être soit une fatalité soit une délivrance. Quoiqu'il en soit je refuse de porter un jugement sur la décision d'une mère car les causes qui peuvent être amenées à prendre cette décision sont tellement diverses.

Ce que je me permets de juger et de réprouver ce sont les comportements irresponsables dont les conséquences ont amené à prendre cette décision.

Je n'aime pas que l'on parle de risque de grossesse, pourquoi "risque". Ce ne sont pas les dispositions et précautions qui manquent pour que, dans la généralité, les seules grossesses que l'on connaisse soient des grossesses voulues. Or la banalisation de l'avortement peut entraîner parfois cette insouciance dont l'avortement est presque devenu la suite logique et normale ou même naturelle pour certains.

Chacun est libre de ses agissements et comportement, mais je ne suis pas d'accord de voir des gamines de 15, 17 ans et ....bien plus aller passer la curette comme on va réparer une roue crevée au garage, et ça existe pourtant !

La loi est bien faite, que l'on soit pour ou contre, elle a le mérite d'exister, et elle donne un cadre. Le personnel des cliniques ou hopitaux fait le reste. Ils est confronté tous les jours à des situations paradoxales, avec d'un côté des femmes qui se "défoncent", car c'est bien le mot, à coup de stimulation pour essayer durant des années, et en vain parfois, de devenir mamans, tandis que dans la chambre d'à côté, il y a une irresponsable qui vient "gommer" les séquelles d'un plan cul qui a mal tourné, alors que deux chambres plus loin une malheureuse fillette de 15 ans efface les traumatismes d'un viol ou d'un inceste quand ce n'est la femme d'un mari ivrogne et violent et qui vit dans la misère.

Pour conclure, je trouve que l'auteur du topic aurait pu faire un effort en rédigeant sa question, car sur un tel sujet, il m'est vraiment difficile de penser que l'on puisse dire : je suis "pour" ou je suis "contre", sans avoir envie d'y apporter une nuance.

Cocominette, je viens de voir ton message après avoir posté le mien. Sache que ce n'est pas une réponse à ton message, mais je pense que tu l'auras compris, et il confirme même ta situation, c'est à dire ne pas juger la décision d'une fille ou femme chez laquelle un départ de grossesse accidentel peut avoir des conséquences épouvantables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cocominette Membre 22 messages
Forumeur balbutiant‚ 46ans
Posté(e)

Y a pas de mal Yves, je l'ai pas pris pour moi.

Et puis je suis tout à fait d'accord : le sujet est grave, et cette décision ne peut pas et ne doit pas être prise à la légère. Ce n'est pas un acte anodin, ni psychiquement, ni physiquement.

Et je n'arrive pas à comprendre qu'on puisse y avoir recours pour un oui pour un non, et qu'on puisse "banaliser" cet acte. La nuit qui a précédé cette première ivg, j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps en cachette, pour ce petit que je n'allais pas avoir et que j'allais tuer, parce que c'est comme ça que je le ressentais. Comment peut-on faire ça sans état d'âme, et comment peut-on substituer l'ivg à la contraception ???

C'est hors de mon entendement.

Aujourd'hui, j'utilise plusieurs méthodes contraceptives simultanées (comme ça je suis tranquille).

J'ai maintenant 2 beaux enfants qui me comblent, mais je n'oublierai jamais que j'ai porté la vie 2 fois de plus.

Et je n'oublierai jamais non plus la dureté, la froideur et le jugement de celle qui a fait la première intervention.

et pour finir et revenir sur le jugement, (des hommes la plupart du temps), effectivement, personne n'est mieux placé que la personne concernée, pour savoir ce qu'elle a à faire, ce qui l'a amenée à prendre cette décision, personne ne connaît son histoire, et quand bien même, elle lui appartient.

Il ne faut pas mettre toutes les femmes qui ont recours à l'ivg dans le panier des inconscientes qui n'utilisent pas de moyen de contraception.

Mais je conçois qu'un homme puisse être "contre" à priori, c'est certainement dur à vivre également pour l'homme quand sa compagne prend cette décision. Enfin pour la plupart. Personnellement, je me suis rendue seule les deux fois à l'hôpital.

Quels mauvais souvenirs... :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Groseille Membre 206 messages
Forumeur activiste‚ 38ans
Posté(e)
[...]

Et je n'arrive pas à comprendre qu'on puisse y avoir recours pour un oui pour un non, et qu'on puisse "banaliser" cet acte.[...] Comment peut-on faire ça sans état d'âme, et comment peut-on substituer l'ivg à la contraception ???

C'est hors de mon entendement.

Aujourd'hui, j'utilise plusieurs méthodes contraceptives simultanées (comme ça je suis tranquille).

[...]et pour finir et revenir sur le jugement, (des hommes la plupart du temps), effectivement, personne n'est mieux placé que la personne concernée, pour savoir ce qu'elle a à faire, ce qui l'a amenée à prendre cette décision, personne ne connaît son histoire, et quand bien même, elle lui appartient.

Il ne faut pas mettre toutes les femmes qui ont recours à l'ivg dans le panier des inconscientes qui n'utilisent pas de moyen de contraception.

Voila, je crois que le probleme est surtout au niveau de la perception des gens concernant les femmes qui ont recours a l'IVG.

J'ai du avorter une fois, alors que j'etais sous pilule. Je n'en avais raté aucune, seulement la pilule n'est decidemment pas sure a 100%. Comme mes regles sont tres irregulieres je ne me suis pas inquietée avant plusieurs semaines, etant donné que j'utilisais un moyen de contraception.

Lorsque j'ai appris que j'etais enceinte (test de grossesse), j'ai tout de suite ete voir un gynecologue qui s'est montré tres sympatique puis j'ai ete dirigée vers un hopital. La bas, j'ai ete tres mal accueillie. Le docteur qui m'a recue (une femme), m'a presque traitée d'irresponsable, s'adressant a moi comme si j'etais une enfant qui avait fait une betise, me laissant patienter les jambes ecartées sur la table de gynecologie pendant plus d'une heure, etc... Elle a tenu a me faire une autre echo, pretextant que la premiere n'etait pas bonne et je peux vous dire qu'elle y a ete a coeur joie, a me triturer le ventre... J'ai veritablement ressenti ca comme une humiliation. Une semaine plus tard, j'avortai. Meme froideur de la part du medecin et des infirmieres. J'ai du patienter 2h dans un ascenceur avant de monter au bloc (j'ai subi une anesthesie generale) puis me suis reveillée dans ma chambre, ou j'ai passé la journée seule, sans voir d'infirmiere (ah, si pour m'apporter le repas du midi!!).

Tout comme cocominette, j'y suis allée toute seule (mon ami etant en deplacement a l'autre bout du monde, ainsi que ma famille que, de toute maniere, je n'avais pas prevenu). C'etait deja dur de se dire que j'allais oter la vie de mon ventre, srtout qu'a coté de ma chambre, des femmes accouchaient...

Bref, tres tres mauvais souvenir qui m'a fait enormement culpabiliser sur le moment. Aujourd'hui quand j'y pense (je suis plus vieille aussi), je me rend compte que je suis tombée sur de bien mauvaises personnes, que j'etais dans mon droit que je n'estime pas avoir abusé...

:o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)

C'est vrai qu'étant un homme on ne peut juger "qu'à distance" ce que vit une femme qui est passée par là.

Mais j'aurai voulu savoir comment une femme, qui vient de consulter pour programmer une ivg, vit-elle les jours qui séparent la décision de l'intervention. Que se passe-t-il dans sa tête. Groseille comment as-tu vécu la semaine ? je pense que c'est encore un vaste sujet de discution avec des sentiments qui changent d'une femme à une autre..

Et dans un couple comment ce temps est-il vécu au fur et à mesure des jours qui passent, jusqu'au moment où on injecte l'anesthésie...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Groseille Membre 206 messages
Forumeur activiste‚ 38ans
Posté(e)
C'est vrai qu'étant un homme on ne peut juger "qu'à distance" ce que vit une femme qui est passée par là.

Mais j'aurai voulu savoir comment une femme, qui vient de consulter pour programmer une ivg, vit-elle les jours qui séparent la décision de l'intervention. Que se passe-t-il dans sa tête. Groseille comment as-tu vécu la semaine ? je pense que c'est encore un vaste sujet de discution avec des sentiments qui changent d'une femme à une autre..

Et dans un couple comment ce temps est-il vécu au fur et à mesure des jours qui passent, jusqu'au moment où on injecte l'anesthésie...

Mal, tres mal... Bien evidemment, chaque histoire est unique, mais puisque je me suis lancée, je vais finir:

Lorsque j'ai fait ce test de grossesse (sans le dire a mon conjoint, je ne voulais pas l'inquieter) et que j'ai vu le résultat, j'ai perdu connaissance. Oh, quelques secondes tout au plus. Le reste de la semaine n'a été qu'une suite logique: perte d'appetit, tremblements, pleurs, etc...

Bien evidemment, je me sentais coupable, car j'allais avorter (ce n'etait meme pas la peine de se poser la question avec mon homme, nous savions que ce n'etait pas le moment, il etait absolument hors de question que nous le gardions), mais je me deculpabilisais a me disant que j'avais tout fait pour ne pas tomber enceinte.

Mon conjoint a voulu rentrer de suite sur Paris, or, professionnellement, ce n'etait pas possible. J'ai retardé le plus possible la visite chez le gynéco (c'est meme mon ami qui a du appeler tellement je ne me sentais pas le courage). Heureusement, il m'a rassuré, a meme pris pour moi RDV a l'hopital de mon arrondissement, etc...

Bref, j'ai passé des moments de solitude (ne pouvant en parler ni a ma famille, ni a mes amis, par choix) tres douloureux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Myaa Membre 43 messages
Forumeur balbutiant‚ 37ans
Posté(e)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yves-1902 Membre 5 847 messages
Forumeur alchimiste‚ 56ans
Posté(e)
Mal, tres mal... Bien evidemment, chaque histoire est unique, mais puisque je me suis lancée, je vais finir:....

Il n'empêche que c'est en partageant ces vécus que l'on peut se faire une opinion plus mûre sur la question, et y répondre avec une certaine connaissance de cause.

Cela pourrait peut-être éviter à ..certains... de répondre catégoriquement "pour" ou plus grave encore "contre".

Enfin ...c'est mon avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Groseille Membre 206 messages
Forumeur activiste‚ 38ans
Posté(e)
Mal, tres mal... Bien evidemment, chaque histoire est unique, mais puisque je me suis lancée, je vais finir:....

Il n'empêche que c'est en partageant ces vécus que l'on peut se faire une opinion plus mûre sur la question, et y répondre avec une certaine connaissance de cause.

Cela pourrait peut-être éviter à ..certains... de répondre catégoriquement "pour" ou plus grave encore "contre".

Enfin ...c'est mon avis.

C'est mon avis egalement. Lorsque l'on est un minimum conscient de ce que représente l'avortement, on ressent au moins de la douleur et de la tristesse. Ensuite les degrés de culpabilité/souffrance, etc... varient.

Bien que je sois totalement pour l'avortement (et quelqu'en soit le motif: viol, defaut de contraception, oubli, absence de contraception, etc...) il convient de denoncer les abus qui sont faits et de prevenir encore et toujours les feunes femmes inconscientes qui prennent cet acte avec indifference afin d'eviter qu'elles aient recours a l'IVG 3 ou 4 fois dans leur vie....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Midnight-Excess Membre 217 messages
Forumeur activiste‚ 38ans
Posté(e)

Oui donc en gros c'est comme pour les voitures qui roule a 200 mais avec lesquels on ne peut faire que du 120 km/h sous peine de sanction severe. Vous preferez laisser une totale liberte(sachant qu'il pourrait y avoir des exces, des folies ou encore de l'inconscience, de la betises....)

Nous laissons encore une fois la porte grand ouverte en disant qu'il ne faut pas la franchir.

Ne vous semble t'il pas qu'il existe des cas ou la question ne se pose même pas( des cas graves ou l'avortement est indispensable pour se reconstruire et poursuivre sa vie dans de bonne conditions) mais que ces cas sont isoles souvent dramatiques voir des erreurs de jeunesse .

Ce qui me gêne beaucoup c'est le fait que l'on tue apperemment un petit être qui vit et donc il faut avoir une bonne raison de le faire.

Qu'en pensez vous? grosse connerie?? lol..

Modifié par Midnight-Excess

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cocominette Membre 22 messages
Forumeur balbutiant‚ 46ans
Posté(e)

L'inconscience serait que quelqu'un garde un enfant qu'elle n'a pas du tout désiré, pour la seule raison que "c'est pas bien d'avorter".

Va expliquer ça au gosse plus tard...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Midnight-Excess Membre 217 messages
Forumeur activiste‚ 38ans
Posté(e)

Oui si il n'est pas desire..

Mais attend le coup de la capote qui se casse laisse moi lol .. si elle est casse on le sens tout de suite nous les mecs.. C'est plus humm donc si tu t'arrêtes pas beinh t'assumes le bebe.

maintenant dans mon message j'ai bien dit qu'il existait des cas dramatiques ou autre.

Modifié par Midnight-Excess

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cocominette Membre 22 messages
Forumeur balbutiant‚ 46ans
Posté(e)

suis d'accord avec toi sur ce point. L'ivg ne doit en aucun cas remplacer une contraception, évidemment, et là, pas à tortiller, c'est de l'inconscience.

Mais je ne pense pas comme toi que les cas ou la question ne se pose même pas soient si rares, malheureusement.

Quant à la capote qui craque... ben ça m'est jamais arrivé, et je connais personne à qui s'est arrivé non plus.

Tous les cas sont des cas particuliers.

Et quelque soit le "cas", chacune mérite le respect au moment de l'intervention.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Midnight-Excess Membre 217 messages
Forumeur activiste‚ 38ans
Posté(e)

le respect evidemment. ça doit être déjà assez difficile pour une femme sans pour cela devoir supporter un gouja ou qq'un qui fait de la desinformation. Je te rejoint sur ce point mais la c'est une question de bon sens je crois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
cocominette Membre 22 messages
Forumeur balbutiant‚ 46ans
Posté(e)
C'est vrai qu'étant un homme on ne peut juger "qu'à distance" ce que vit une femme qui est passée par là.

Mais j'aurai voulu savoir comment une femme, qui vient de consulter pour programmer une ivg, vit-elle les jours qui séparent la décision de l'intervention. Que se passe-t-il dans sa tête. Groseille comment as-tu vécu la semaine ? je pense que c'est encore un vaste sujet de discution avec des sentiments qui changent d'une femme à une autre..

Et dans un couple comment ce temps est-il vécu au fur et à mesure des jours qui passent, jusqu'au moment où on injecte l'anesthésie...

ça dépend de la consultation... bon, ma première intervention, j'en ai parlé... horrible. Jugée, humiliée pendant l'intervention, et même brutalisée, puisque pas d'anesthésie.

Et toute la semaine à penser à son ventre, le regarder, le toucher, et penser au bébé.

Penser à la "condamnation" qu'on vient de programmer, et culpabiliser.

Penser qu'on est tellement désolée... et être tellement triste.

Et puis se taire, parce que personne ne sait.

Se rendre à l'hôpital, dans les conditions que j'ai détaillées, et repartir les jambes tremblantes, le coeur lourd et le ventre vide, charcutée.

Et pleurer encore.

Une semaine terrible, pour résumer, et "l'après" met un moment à se digérer... :o

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grenouille Verte Membre 32 822 messages
Tu n'auras d'autre batracien devant ma face‚ 101ans
Posté(e)
Quoique parfois tabou, le sexe est devenu banalisé. Par arrogance, par volonté de liberté, le sexe est devenu un instinct à assouvir parmi tant d'autres. Un travail social énorme a été mise en oeuvre pour nous ôter de l'esprit les notions de péchés, de limites concernant le sexe. Est ce que ce processus nécessaire nous a vraiment aidé?

Je ne partage pas cette analyse : on parle plus facilement du sexe mais la morale sexuelle est eaucoup plus forte qu'avant.

Avant, on avait une pseudo morale :

  • Adultère et relations hors mariage condamnées
  • Tolérance vis à vis du viol
  • Tolérance vis à vis de la pédophilie
  • Non-reconnaissance du viol conjugal

Aujourd'hui, la morale sexuelle est beaucoup plus forte et pertinente :

  • Tolérance vis à vis de l'adultère et acceptation des relations sexuelles hors-mariage
  • Condamnation ferme du viol, qui est devenu un crime (en droit français)
  • La pédophilie est un crime, on peut être poursuivit pour, et on accepte plus que des pédophiles soient protégés ou couverts
  • Reconnaissance du viol conjugal

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant