Violence à l'école.


PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)

Violence à l'école : il y a treize ans, Sarkozy prônait le contraire

Depuis deux mois, Xavier Darcos multiplie les prises de positions sur la sanctuarisation de l'école face à la violence. Avant lui, François Bayrou, avait déjà enfourché ce cheval. En 1996, amorçant vidéosurveillance et portiques de sécurité contre la violence scolaire, le ministre de l'Education d'alors affirmait vigoureusement sa volonté de « refaire de l'école un sanctuaire ».

Or, dans les soutes de l'Ina, on trouve une interview de Nicolas Sarkozy qui date de 1996. Et, il y a treize ans, ce dernier reprend à la volée François Bayrou, ne cachant pas son scepticisme¿ pour une politique qu'il inspire justement aujourd'hui ! (Voir la vidéo)

« Sanctuaire », c'est pourtant le terme qu'utilisaient Darcos et Alliot-Marie le 2 avril, lorsque tous deux vantaient (encore à l'unisson à l'époque) leur plan anti-violence scolaire. C'est une interview accordée au Parisien qui fait date en la matière. Voici MAM dans le texte à l'époque :

« Ce qui compte, c'est la philosophie de cette nouvelle démarche : l'école doit être un sanctuaire de sécurité, où les parents sont sûrs que les enfants sont protégés, et les adultes aussi. »

Et Xavier Darcos, dans la foulée :

« Avec le président de la République, il nous est apparu que l'établissement scolaire ne peut en effet plus seulement être un lieu protégé par ses règles internes (le règlement intérieur) puisqu'il se trouve confronté à un phénomène récent, celui de la violence importée. »

Jeudi à l'Elysée

Vingt-quatre heures avant le rendez-vous à l'Elysée sur la sécurité à l'école, fixé jeudi par Nicolas Sarkozy, Xavier Darcos recevait ce mercredi des représentants des collectivités locales, des chefs d'établissement et des parents d'élève. Malgré les tacles de Michèle Alliot-Marie le week-end dernier, le ministre de l'Education nationale a maintenu dans les grandes lignes ses objectifs.

On peut citer, par exemple :

des portiques de sécurité pour détecter des armes dans des établissemets ciblés

la fouille des sacs des élèves à l'entrée par les chefs d'établissements qui deviendraient « officier de police judiciaire »

Xavier Darcos entend même maintenir la « force d'agents mobiles », rebaptisée « brigades de la paix scolaire », contre laquelle Michèle Alliot-Marie s'est récemment élevée.

Déjà, en 1996, la surmédiatisation¿

Vous aurez noté au passage sur la vidéo qu'en 1996, Nicolas Sarkozy s'élevait aussi sur la surmédiatisation des faits de violence scolaire. Une critique que bon nombre d'opposants adressent justement à l'exécutif qui multiplie les prises de positions sur le sujet à chaque fait divers depuis le début de l'année.

C'est par exemple ce que soulignait Bernard Girard, enseignant-blogueur et riverain assidu de Rue89, qui dénonce l'instrumentalisation de faits épisodiques au bénéfice d'un discours sécuritaire plus vaste.

Rue 89

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

PASDEPARANOIA Membre 27 326 messages
In girum imus nocte et consumimur igni ‚ 44ans
Posté(e)

Shit !

On peut pas effacer ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant