Liberté d'expression


Samehada Membre 1 message
Baby Forumeur‚
Posté(e)

J'avais à l'origine écrit ce message en réponse aux demandes de censures des Chiennes de gardes a l'encontre d'Orelsan. Histoire de leurs expliquer le pourquoi du comment de la liberté d'expression.

La liberté d'expression devrait elle avoir des limites ? Est ce qu'il est raisonnable de laisser tout le monde hurler n'importe quoi ? Faut-il bâillonner quelqu'un parce que ses idées ne font pas l'unanimités au sein de notre société ? Est-il, dans le cadre du combat contre l'intolérance le racisme l'homophobie, raisonnable de condamner au « placard » certains sujets ?

« La liberté d'expression vaut non seulement pour les « informations » ou « idées » accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l'esprit d'ouverture sans lesquels, il n'est pas de « société démocratique ».

Jurisprudence (Cour Européenne des Droits de l'Homme, 21 janvier 1999, n°29183/95, Fressoz et Roire c. France)

Lorsque Socrate fût condamner a boire la fiole de ciguë pour avoir « affreusement » fait utilisation de sa langue et de ses cordes vocales, il n'imaginait peut être pas que quelques 2500 ans et des poussières plus tard, la question de ce qu'on a le droit de dire et de ne pas dire ressurgirait. Euripide fût un ardant défenseur de la liberté d'expression, pouvait il concevoir qu'après sa mort son combat serait repris maintes et maintes fois pour protéger le droit de penser et de parler. Aujourd'hui la liberté d'expression semble acquise au peuple, ont peut librement critiquer nos dirigeants, l'église catholique est caricaturée a outrance, on peut entendre les mots, homosexuel, bite, sexe, travesti, à la T.V ou à la radio.

La liberté d'expression est passé de tabou à politiquement correct et tout ce qui était insensé il y a 100 ans est aujourd'hui la norme. Des noirs a la T.V, des homosexuels, des femmes ministres. Mais n'est ce pas la du fard, pour masquer le réel visage des choses ? Un masque, une copie de la liberté d'expression. Qui sont les gens qu'on empêche de s'exprimer aujourd'hui ?

Les néonazis, les révisionnistes , les racistes, les homophobes, etc.¿ Mais que deviens le dicton de Voltaire philosophes des lumières ? « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je me battrai pour que vous ayez droit de le dire ». Peut on laissé s'exprimer des gens qui si il le pouvaient empêcherais la libre pensée. La réponse de notre société est NON ! Mais dans cet imbroglio de censure et de libre communication, qui peut dire qui a le droit de parler ? Au nom de la tolérance de la paix et de la non violence, ceux qui étaient condamnés au silence hier ne sont-ils pas devenu les geôlier du verbe d'aujourd'hui ?

Lorsque Dieudonné employa son talent de comique pour défendre la cause noir, il se confrontait a la censure de temps à autre, mais le soutient des médias était avec lui. Les groupes marginaux qui voulait le faire taire, n'était composé que d'une minorité infimes de la population. Lorsque Dieudonné voulu s'en prendre à la politique colonialiste d'Israël, les soutient lâchèrent, les médias crièrent à l'unisson. Relaxé par les juges, mais pas par les médias, il subit privation de salles, émission spécial « Dieudonné l'enculé » (pour reprendre ses propres expression). La liberté d'expression n'est pas totale, ce n'est pas une surprise, elle est contrôlée.

« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 (article 11)

Il y a donc une limite a cette liberté, mais alors peut on encore utilisé le terme liberté ? La liberté de chacun s'arrête a celle d'autrui, mais la liberté d'expression ? Si un discours gêne, on peut ne pas l'écouter. Si la loi définie les libertés, quelques penseurs pourraient y voir un concept liberticide. Réduire la liberté d'expression au nom du politiquement correct, nous ramènerais à la case départ. Les mentalités ont évolués aux cours du temps, grâce à des gens qui bousculaient nos esprits, avec des textes provocant, justes, ou même parfois faux, ou racistes, mais qui nous forcent à nous doter d'un esprit critique. Si on ne fait pas travailler les muscles de nos esprits ils finiront par s'atrophier.

Pourtant, peut être que si Hitler avait subis la censure de son Best seller Mein Kampf, le régime nazi n'aurait peut être pas existé. « Mon combat » a été éditer jusqu'en 1945 a 10 millions d'exemplaire, ce qui représente presque un foyer Allemand sur deux. Peut on y voir un effet pervers de la liberté d'impression ? 10 millions d'allemands fanatisés par un livre, suivent un génie du mal, qui finira par commettre un odieux génocide, prenant la vie a 6 millions de personnes. Est ce que Mein Kampf et sa libre publication ont contribué a ce drame historique ? On peut raisonnablement le pensé, mais 60 ans plus tard, les chiffres de Mein Kampf n'on cessé de croître, il est l'un des livre les plus vendu au monde avec 80 millions d'exemplaire derrière la Bible, le petit livre rouge de Mao, et le Guiness book. Alors risquons nous de voir apparaître une remonté fulgurante du régime nazi, ou alors il est, peut être, possible que certaines personnes lise un livre, écoute une chanson, regarde un film, avec assez d'esprit critique pour ne pas sombrer dans une folie destructrice.

« Incitation à la violenceC`est comme si pour chaque meutre on inculpaitJack Palance » Akhenaton. Iam, Dangereux. Je fait une parenthèse dans cet écrit, pour prévenir que je me suis interroger sur la place de la liberté d'expression en France après l'affaire Dieudonné, et puis lorsqu'Orelsan a fait les gros titres de la presse, je ne pu m'empêcher de repenser a une dame étrange et souvent absente qu'est Dame liberté d'expression. Comment après une citation d'Akhenaton ne pas braquer le projecteur de cette dissertation sur le débat Orelsan. Comment un petit rappeur de Caen, a t-il fait vibrer les forum, les radio, les journaux, et même la T.V. Son clip « Sale Pute » racontant les déboires d'un jeune homme cocufier et bourré est il réellement dangereux ? Le système doit-il succomber aux demandes des groupes féministes, des ministres, des « philosophes » de la république, et interdire Orelsan de chanter cette chanson ? Le débat est clos, Orelsan ne la chantait déjà pas en concert et elle ne paraissait pas sur l'album. Décision prise bien avant le débat, « je n'ai pas envie d'imposer une chanson aussi virulente au public » nous explique t-il. Alors pourquoi les Chiennes de gardes continuent-elles de vouloir l'interdiction du jeune homme ? Quel mal fait-il ? Son rap burlesque et immature est dangereux d'après les dire de ces dames. « Les jeunes, comme les adultes, sont influençables par des chansons, des publicités, des idées à la mode. Même si des paroles de haine ne conduisent pas toujours à des violences physiques, on ne peut rien construire sur la violence. »Pris sur ChiennesdeGardes.com Si nous suivons un tel raisonnement il faut brûler les films de Bruce Willis, de Kitano, de De Palma, de Scorsese, les jeux vidéo, les Mangas, les Comics, et même les « Tintin » ou l'esprit colonialiste est banalisé. Mais ce n'est pas tout, le journal de 20 heures, les livres d'histoires, les ¿uvres d'Otto Dix, doivent être interdits, parce que la violence y est omniprésent. Surtout dans les livres d'histoire ou l'ont raconte comment nous avons décapités un homme pour nous libérer du joug de la monarchie, ou comment la France a construit son pays en asservissant les peuples d'Afrique. La violence doit être bannis de l'art, parce que « on ne peut rien construire sur la violence ». « Alors que l'unanimité s'est faite pour condamner la haine raciste, antisémite ou homophobe, la haine des femmes donne lieu à des débats sans fin, comme si elle pouvait être excusable »

Pris sur ChiennesdeGardes.com

L'unanimité ne s'est pas faite pour condamner la haine raciste ou homophobe (l'antisémitisme étant du racisme je ne fait pas la différence avec la haine anti chinois) ce texte en est la preuve. Si nous avons l'impression que le débat est clos et na plus lieu, c'est parce que les gens qui souhaiterais pouvoir en débattre sont censurés. De plus le politiquement correct a fait son ¿uvre, défendre le droit a Lepen de s'exprimer, reviens a avouer que l'on est Lepeniste. Défendre Orelsan contre les chiennes de gardes risque de me faire passer pour un machiste, outré que des femmes puissent s'exprimer et combattre une société machiste.

Il est vrai que notre société est machiste, la femme est souvent considérer comme un objet, les blagues sur les blondes ne sont elle pas au final des blagues machiste déguisées ? Mais vouloir condamner quelqu'un pour ses paroles est pure folie, le peuple a le droit de choisir, d'être influencer ou pas, il faut qu'il puisse avoir toutes les informations dans les mains, même si elles sont fausses, dangereuses, ou voir totalement inutiles. Il faut que Mein Kampfs puisse être lu par tout le monde, au même titre que 1984, le Capital et Harry Potter. Si nous interdisons de paroles un Homme aujourd'hui au nom de la tolérance et de l'anti racisme, comment pourrons distinguer une manipulation politique du gouvernement. Pourrons nous remarquer qu'un homme est censuré plus pour ses idées politique que pour ses propos sur l'homosexualité ? Déjà aujourd'hui les anthropologues qui veulent travailler sur la théorie de la Polygénese sont considérer comme fous, nationalistes, racistes¿

Quand on insulte des Millions de Musulmans en France en caricaturant Mohammet la liberté d'expression est la valeur a protéger. Même si cela renforce encore plus l'amalgame Musulmans et terroriste. Mais quand on remet en question la politique d ¿un état allié, on crie a l'injure raciste.

« la liberté de presse n'existe que pour les patrons de presse ».

Condamné au silence. Mumia Abul Jamal.

« La censure reflète le manque de confiance en soi d'une société. Elle est l'emblème d'un régime autoritaire. ».

US v. Ginzburg. 1965 Justice Potter Steward .

De Vinz aka Samehada.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Messages recommandés

Invité filipe59
Invité filipe59 Invités 0 message
Posté(e)

C'est une blonde et une brune qui se promènent, tout à coup la brune s'arrête et dit :

- ô regardes, un oiseau mort !

La blonde lève la tête vers le ciel et dit :

- ah ! où ça ??.....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant